Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Séjour en Équateur : Jour 9

Séjour en Équateur : Jour 9

        

Ce matin, il fait encore sombre quand je me réveille, pas un de mes compagnons n’est levés, pourtant, l’atmosphère de la forêt tropicale est déjà bien marqué par le fond sonore autour du lodge de Bella vista.

       

Nous avons rendez-vous avec Julien à 6 heures 15 pour une balade autour du lodge et le Grimpar géant (Xiphocolaptes promeropirhynchus), la Paruline à diadème (Myiothlypis coronata), le Troglodyte à poitrine grise (Henicorhina leucophrys) sont nos premières observations.

    

Grimpar géant (Xiphocolaptes promeropirhynchus).

 

L’espèce que nous rencontre de façon presque familière et c’est peu de le dire tant elle est proche est le Trogon masqué (Trogon personatus).

    

L’oiseau à des mœurs tellement placides qu’il n’y a pas besoin de l’approcher, le lodge et ses aménagements sont, son lieu de vie.

 

Trogon masqué (Trogon personatus) mâle.

   

Plus loin, le Tyranneau à queue blanche (Mecocerculus poecilocercus) est revu ainsi que le Moucherolle bistré (Contopus fumigatus), puis en quittant le parking de l’hôtel, nous contactons plusieurs espèces de tangaras.

    

Haut dans le ciel, des Martinets à colliers blanc (Streptoprocne zonaris) décrivent de larges arabesques avant de disparaitre.

   

 

Moucherolle bistré (Contopus fumigatus)

    

Nous pérégrinerons ainsi pour presque une heure sur un sentier de forêt de nuage qui avec parfois, cette brume épaisse autour de nous et pouvant ainsi nous faire croire à quelques contrées mystérieuses.

    

Nous finissons la promenade avec Une superbe observation de la femelle du trogon vu plus tôt et le Pigeon plombé (Patagioenas plumbea) sera la dernière espèce avant le petit déjeuner du matin.

   

 

Trogon masqué (Trogon personatus) femelle.

       

Un Grimpar enfumé (Dendrocincla fuliginosa) sera aperçu durant le repas puis nous quitterons ce lieu idyllique pour un site privé avec une place de nourrissage pour frugivores et oiseaux mouches.

    

Un Piaye écureuil (Piaya cayana) apparait comme un géant à côté d’un moucherolle, mais la différence de taille est encore plus importante par rapport au Calliste à face rouge (Tangara parzudakii).

 

Encore le troglodyte vu plus tôt, celui-ci vient glaner les insectes morts d'épuisement au niveau des lampes qui éclairent le parking la nuit.

  

 

Trogon masqué (Trogon personatus)

    

Nous arrivons sur le nouveau site et nous installons sous un auvent à quelques distances des abreuvoirs et  d’une installation sur laquelle il y a des bananes dénudées.

    

Un manège aérien incessant de plusieurs espèces virevolte à une vitesse affolante.

    

Il y a là, le Colibri de Mitchell (Calliphlox mitchellii) et le Colibri cyanotte (Colibri cyanotus), également le Tohi à nuque brune (Arremon brunneinucha) et son cousin le Tohi ardoisé (Atlapetes schistaceus).

  

 

Tohi à nuque brune (Arremon brunneinucha)

    

Des Sylphe à queue violette (Aglaiocercus coelestis) passent rapidement en nous frôlant la tête, puis un temps mort s’installe avec une pluie aussi forte que soudaine.

    

Quand l’ondée locale diminue d’intensité, les oiseaux reviennent aux mangeoires avec l’apparition en arrière plan d’un écureuil assez agile pour descendre de son arbre la tête vers le bas.

  

    

Le petit mammifère arboricole nous a permis de découvrir deux Colombes de Verreau (Leptotila verreauxi ) immobile sur leur branche.

    

Sur la droite des buissons, un Percefleur masqué (Diglossa cyanea) semble bien plus timide alors qu'un sublime Tangara à nuque jaune (Anisognathus somptuosus) regarde la scène avant de voler jusqu’aux fruits mis à disposition.

 

Un nouveau piaye de la même espèce vient presque à notre rencontre, en curieux pour notre plaisir de la miroise.

  

 

Piaye écureuil (Piaya cayana)  

 

   

Un flamboyant Pic de Rivoli (Colaptes rivolii) est repéré durant son ascension d’un tronc vertical au moment où Julien nous propose une balade pédestre dans les alentour.

    

Nous prenons un chemin, mais nous devrons renoncer au bout de quelques centaines de mètres, car celui-ci menant nul part.

    

Nous rejoignons les personnes du groupe qui étaient restés sous l’auvent pour avoir la chance d'observer un magnifique Colibri flavescent (Boissonneaua flavescens).

  

 

Colibri flavescent (Boissonneaua flavescens).

   

Un Bruant chingolo (Zonotrichia capensis) pas farouche pour un rond, vient chercher dans l’herbe à quelques pas de notre position de quoi manger.

 

Le plaisir  de l'observation pour cette espèce vraiment commune va grandissant telement l'oiseau semble familier.

  

Bruant chingolo (Zonotrichia capensis).

    

Les insectes, les papillons ainsi que la flore ne sont pas en reste, tout nous émerveille et reste un prétexte pour prolonger l’instant présent comme si nous voulions arrêter le temps.

    

L’Ariane de Francia (Amazilia franciae) qui vole en couple, ne semble pas le moins du monde dérangé par la pluie qui reprends de plus belle pour cesser quelques instants plus tard.

    

Au moment de quitter le site, le propriétaire qui manipule une longue rectrice violette de Sylphe m’en fait cadeau à ma demande^^

    

De retour au lodge, nous avons la chance d’observer un Toucanet à croupion rouge (Aulacorhynchus haematopygus) puis différent tyranneau et enfin une Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl).

 

Toucanet à croupion rouge (Aulacorhynchus haematopygus)

    

Julien propose de faire une nouvelle balade à pied et c’est pour notre chance, car nous verrons tour à tour, un  Cotinga écaillé (Ampelioides tschudii) puis, une Buse à gros bec (Rupornis magnirostris).

    

Celle-ci, harcelée, excusez du peu par un couple de Geais superbes (Cyanolyca pulchra) une espèce que notre guide n’avait osé nous promettre tant il est rare de le rencontrer dans cet endroit.

    

En prime, nous aurons la chance de voir un nid de coq de roche que Julien avait repéré à son précédent passage pour le repérage des lieux et de bénéficier de ses explications sur les mœurs de l’espèce.

  

Geais superbes (Cyanolyca pulchra)

    

Une paire de Viréos à œil rouges (Vireo olivaceus) cherche de quoi faire son dernier repas de la journée, assez haut dans les branches au-dessus du parking.

    

Le diner du soir sera pris dans la grande salle du lodge, puis nouvelle tentative pour tenter l’olinguito sans succès malgré notre patience.

    

Nous regagnerons notre lieu de couchage en reparlant des sitines et autres anabates que nous n’avons pas formellement identifié.

    

1)  Grimpar géant

2)  Paruline à diadème

3)  Troglodyte à poitrine grise

4)  Trogon masqué Trogon masqué

5)  Tyranneau à queue blanche

6)  Moucherolle bistré

7)  Pigeon plombé

8)  Grimpar enfumé

9)  Piaye écureuil

10)  Calliste à face rouge

11)  Colibri de Mitchell

12)  Colibri cyanotte

13)  Tohi à nuque brune

14)  Tohi ardoisé

15)  Sylphe à queue violette

16)  Colombes de Verreau

17)  Percefleur masqué

18)  Tangara à nuque jaune

19)  Pic de Rivoli

20)  Colibri flavescent

21)  Bruant chingolo

22)  Ariane de Francia

23)  Toucanet à croupion rouge

24)  Ariane à ventre gris

25)  Cotinga écaillé

26)  Buse à gros bec

27)  Geais superbes

 



21/11/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres