Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Séjour en Équateur : Jour 10

                        

Il se trouve que j’ai super bien dormi et je me sens vraiment reposé quand je me réveille avec les bruits de la nuit fuyante.

    

Comme d’habitude il y a peu d’activité et j’en profite pour passer à la douche, mais je suis obligé d’utiliser celles des dames car les nôtres semblent en disfonctionnement.

    

Le premier passereau que j’observe, est une Paruline à joues noires (Setophaga pitiayumi) puis une seconde, en fait, j’ai la chance d’assister à une parade nuptiale et comme me le dira plus tard Julien « regarde il fait le beau » en parlant du mâle avec les rectrices relevées.

    

Tyranneau à queue blanche (Mecocerculus poecilocercus).

    

Comme hier matin, le Tyranneau à queue blanche (Mecocerculus poecilocercus) est là lui aussi, puis également le Troglodyte à poitrine grise (Henicorhina leucophrys) la Paruline à diadème (Myiothlypis coronata) et le Grimpar montagnard (Lepidocolaptes lacrymiger).

    

Quant au Trogon masqué (Trogon personatus), c’est à se demander s’il n’est pas domestiqué tant la promiscuité dans le sens positif du terme, est étroite avec le lodge.

    

Trogon masqué (Trogon personatus).

    

D’ailleurs à un moment, alors que nous le cherchons plus ou moins en scrutant les branches proches ou la structure de l’escalier extérieur, Julien me prévient qu’il est tout simplement au sol, à mes pieds^^

    

Le déjeuner pris, le temps de charger le minibus nous partons à quelques-uns faire une balade et quelques Toucanet furtifs seront aperçus ainsi que plusieurs espèces de tyranneaux puis plus loin, plusieurs Callistes béryl (Tangara nigroviridis) dans les broméliacées.

    

Tangara à nuque jaune (Anisognathus somptuosus)

    

Un Tangara à nuque jaune (Anisognathus somptuosus) dans son plumage étincelant sera difficile à photographier, mais son cousin le Tangara à tête bleue (Thraupis cyanocephala) nous apportera un peu plus de succès.

    

Julien aimerait faire une dernière miroise avant de quitter l’endroit et c’est la bonne idée du moment, des Chardonnerets de Magellan (Spinus magellanicus) sont repéré assez haut au fait d’un arbre cyclopéen en compagnie d’une femelle de Sporophile non déterminée.

    

Organiste doré (Euphonia cyanocephala).

   

En venant nous placer sous l’arbre, nous découvrons une splendide femelle d’Organiste doré (Euphonia cyanocephala) qui reste là pour une observation collégiale que nous partageons même avec d’autres clients vraiment ravi de notre découverte.

    

Le tyran mélancolique (Tyrannus melancholicus) est revu, ensuite, un Calliste safran (Tangara icterocephala), puis, un Tyran à casque d'or (Myiodynastes chrysocephalus) et aux mangeoires, des oiseaux mouches en veux-tu en voilà, pourrait nous faire passer des jours dans ces lieux paradisiaques à les observer.

   

Tyran à casque d'or (Myiodynastes chrysocephalus).

    

Plusieurs Viréos à œil rouge (Vireo olivaceus) au même endroit que la veille, jouent les funambules à la manière des mésanges, puis un Grimpar talapiot (Dendroplex picus) est repéré alors qu’il escalade un tronc

    

Viréos à œil rouge (Vireo olivaceus).

    

Reste que nous avons d’autres rendez-vous pour lorgner d’autres bijoux de la faune et de la flore, ailleurs et que notre voyage dans ce merveilleux pays doit suivre son cours.

    

Le déjeuner pris, le temps de charger le minibus nous partons à quelques-uns faire une balade et quelques Toucanet furtifs seront aperçus ainsi que plusieurs espèces de tyranneaux et l’incontournable Bruant chingolo (Zonotrichia capensis).

    

tyranneau non determiné pour le moment!

   

Une Paruline à gorge orangée (Setophaga fusca) de premier hiver à ce qu'il semble, passe pour presque inaperçue au moment où nous sommes appelés à rejoindre le groupe.

    

Nous embarquons à tour de rôle à bord de notre moyen de transport pour nous diriger vers la capitale, mais avant cela nous allons sur un site pour y voir une espèce de comptoir du café.

    

Un Moucherolle noir (Sayornis nigricans) est positionné à l’entré du domaine et nous jetons un œil par-dessus le pont pour espérer voir des espèces liées au milieu aquatique.

    

Moucherolle noir (Sayornis nigricans).

    

En fait, cet endroit est également est un excellent spot pour le Cincle à tête blanche (Cinclus leucocephalus) où nous ferons de superbes observations d’un couple allant et venant sur sa portion de rivière.

    

Un jardinier nous montre une Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl) sur son nid, dans un axe parfaitement dégagé, je fais une photo facile avec le 600 mm et quitte le lieu en la montrant à l’homme qui m’a offert la miroise de l’espèce.

    

Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl).

    

De l’autre côté du bâtiment que nous venons de contourner, nous trouvons l’explication au filets brouillards que nous avons vu au-dessus du torrent.

    

Plusieurs personnes ont installé une station de captures de chiroptères pour une campagne d’étude gouvernementale et nous offrent bien volontiers quelques explications que Julien nous relais.

    

Avec Malou, nous observons quelques insectes ici ou là et faisons des prises de vues, chacun de notre côté pour comparaison ultérieures.

    

Je retourne au minibus pour chercher une batterie de rechange et j’aperçois un Tangara à galons blancs (Tachyphonus rufus) qui semble monter la garde, mais qui fuit rapidement devant l’avancée sans précaution d’une personne qui ne s’intéresse pas à lui.

    

 

Tangara à galons blancs (Tachyphonus rufus).

 

    

De retour proche de la rivière, c’est un autre Tangara à dos citron (Ramphocelus icteronotus) qui se laisse observer, une autre paruline, celle à la gorge orangée, mais un adulte superbe cette fois-ci.

       

Avec tout cela, l’heure du déjeuner arrive, ayant mal aux genoux, je me mets à l’écart pour me soigner puis rejoint les autres à l’endroit où nous prendrons notre repas.

    

Dans les arbres avoisinant, il y a du mouvement, ici, un Tangara des palmiers (Thraupis palmarum), quelque oiseaux-mouches comme le Colibri de Delphine (Colibri delphinae) ou la Dryade couronnée (Thalurania colombica).

   

Colibri de Delphine (Colibri delphinae).

    

Malgré les efforts de notre guide et ses astuces pour nous aider à repérer les bolides volants, nous ne savons où donner de la tête comme par exemple, pour le Colibri de Mitchell (Calliphlox mitchellii) qui se voit attribuer le sobriquet de mobylette du fait du bourdonnement durant son vol.

    

Le Colibri jacobin (Florisuga mellivora) vraiment plus gros est quant à lui bien plus facile à pixéliser tout comme l’Organiste à bec épais (Euphonia laniirostris) ou encore mieux le Saltator des grands bois (Saltator maximus) qui pour ces deux derniers viennent se poser sur les bananes mises à leurs dispositions.

   

Colibri jacobin (Florisuga mellivora).

   

L’Ariane de francia (Amazilia franciae) le Colibri grivelé (Taphrospilus hypostictus) et le Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola) viennent allonger notre liste journalière de ces magnifiques observations.

     

Ermite yaruqui (Phaethornis yaruqui).

   

Sans oublier l’Ermite yaruqui (Phaethornis yaruqui) qui fait un passage de temps à autre et qu’il ne faut surtout pas rater^^.

    

L’instant d’après, c’est au tour du Colibri flavescent (Boissonneaua flavescens) puis au Colibri Anaïs (Colibri coruscans) d’être observés arrivant aux abreuvoir à sirops qui leur sont destinés.

    

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, c’est le moment de nous diriger vers Quito pour y faire une halte sur la ligne de l’équateur représentée ici par un monument imposant.

    

 

C’est également l’occasion de pouvoir observer quelques Pigeons biset (Columba livia) et des Tourterelles oreillardes (Zenaida auriculata) posés au sol sur une large pelouse.

    

Le moment suivant, est un crève cœur, en effet, nous arrivons dans un hôtel de la banlieue de la capitale pour y déposer Malou, qui pour raison de santé ne peut nous suivre en haute altitude.

   

Tourterelles oreillardes (Zenaida auriculata).

  

Reste que sur le parking de l’endroit où elle va nous attendre jusqu’à notre retour,plusieurs oiseaux évoluent et un Merle lustré (Turdus serranus) est aperçu dans le somptueux parc de l’hôtel.

    

Des tangaras de plusieurs espèces, des Sicales bouton-d'or (Sicalis flaveola) et un Troglodyte familier (Troglodytes aedon).

    

Sicales bouton-d'or (Sicalis flaveola) .

    

Le Percefleur noir (Diglossa humeralis) est la dernière espèce que nous rencontrons avant de repartir vers notre prochaine destination.

    

Une pluie diluvienne s’abat sur notre la région, notre chauffeur continue sur une route défoncée par endroit et doit même éviter parfois d’énormes cailloux tombé de camions de chantiers.

    

Puis enfin une pose, sur un poste d’observation du rapace phare de l’endroit, moi je ne le verrais pas, par contre, Le Merle géant (Turdus fuscater) ainsi que la Cataménie terne (Catamenia inornata) seront sur ma liste de miroise.

   

Merle géant (Turdus fuscater) au bord de la route aprés la pluie.

    

Quelques instants plus tard, nous ferons une autre halte dans une espèce de gîte où le Colibri géant (Patagona gigas), à seulement quelques mètres de nous.

    

Pour le Colibri étincelant (Aglaeactis cupripennis) et le Porte-traîne lesbie (Lesbia victoriae) par manque de lumière et la présence de la pluie qui recommence à tomber les rencontres resteront mitigées.

    

Colibri Anaïs (Colibri coruscans).

   

La Mouette des Andes (Chroicocephalus serranus) trop lointaine sur la lagune de Secas, située en contrebas, sera tout de même notre dernière observation de la journée.

   

Mauricio me demandant une dédicace sur le livre que je lui avais offert, je demande à Laurence qui m’aide de bonne grâce.

   

Puis nous notre chauffeur émérite nous conduit à l’Hacienda Guaytara pour y passer la nuit et nous trouverons un sommeil léger au terme d’une journée qui à fait la part belles aux oiseaux-mouche de toutes tailles.

   

   

1) Paruline à joues noires

2) Tyranneau à queue blanche

3) Troglodyte à poitrine grise

4) Paruline à diadème

5) Grimpar montagnard

6) Trogon masqué

7) Callistes béryl

8) Tangara à nuque jaune

9) Tangara à tête bleue

10) Chardonnerets de Magellan

11) Organiste doré

12) Tyran mélancolique

13) Calliste safran

14) Tyran à casque d’or

15) Viréos à œil rouge

16) Grimpar talapiot

17) Bruant chingolo

18) Paruline à gorge orangée

19) Moucherolle noir

20) Cincle à tête blanche

21) Ariane à ventre gris

22) Tangara à galons blancs

23) Tangara à dos citron 

24) Tangara des palmiers

25) Colibri de Delphine

26) Dryade couronnée

27) Colibri de Mitchell

28) Colibri jacobin

29) Organiste à bec épais

30) Saltator des grands bois

31) Ariane de francia

32) Colibri grivelé

33) Sucrier à ventre jaune

34) Ermite yaruqui

35) Colibri flavescent

36) Colibri Anaïs

37) Pigeons biset

38) Tourterelles oreillardes

39) Merle luisant

40) Sicales bouton-d'or 

41) Troglodyte familier

42) Percefleur noir

43) Merle géant

44) Cataménie terne

45) Colibri étincelant

46) Porte-traîne lesbie

 



05/12/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres