Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Cygne chanteur (Cygnus Cygnus)

Cygne chanteur  (Cygnus cygnus)


Règne : Animalia


Embranchement : Chordata

 

Sous-embranchement : Vertebra


Classe : Aves


Ordre : Ansériforme


Famille : Anatidés


Genre : Cygnus


Espèce : Cygnus

 


Linnaeus : 1758

  

   

Chez nos voisins : Whooper Swan , Singschwan , Cisne Cantor , Wilde zwaan , Cigno selvatico   

     

    

J F M A M J J A S O N D

Hivernant rare, mais régulier en France

         

                       

De 125 à 127 centimètres de longueur pour une envergure comprise entre 218 et 243 cm, accusant un poids de 8000 à 11000 grammes, ce superbe cygne blanc, possède une espérance de vie d'environ huit ans.

 

Possédant une masse embarquée au décollage dans les dix kilogrammes, il est aisé de comprendre que les cygnes en général et celui-ci en particulier ait besoin de courir sur l'eau pour prendre leurs essors.

 

Pour le plumage, inutile de sortir de la cuisse de Jupiter pour en faire le tour, c'est un cygne blanc, entièrement blanc, pour le distinguer rapidement du tuberculé dont il a la même taille.

 

Tout d'abord la position du cou tenu bien plus raide que celui de son cousin qu'il soit   actif ou au repos.

 

Son bec est un des signes  essentiels pour le reconnaitre, jaune vif avec du noir de la pointe jusqu'au début des narines et se prolonge en un liseré,  le long des  mandibules supérieures et inférieures à la commissure du bec, ses pâtes palmées, sont également noires.

 

Cet oiseau est un migrateur du nord, il vient sur quelques sites en France, mais uniquement durant la période hivernale, afin de fuir les rigueurs des hivers les plus froids.

 

Sur son lieu de nidification, après les parades, le couple qui est uni pour la vie,  construit un nid volumineux où le mâle prend une grande part à sa charge.

 

Celui-ci est constitué de débris végétaux avec une cuvette à son sommet, tapissée de brindilles feuilles sèches et bien sûr de duvet.

 

Entre les mois d'avril et mai, la femelle y dépose  de quatre à sept œufs dont l'incubation dure de  35 à 40 jours environ. Les petits sont nidifuges. On peut les observer dans le début de leur vie sur le dos de leur mère est sous la protection de leur père, qui n'hésite pas à se montrer très agressif envers tout opportun qui s'approche de trop près.

 

Leur premier essor  se fera environ 87 à 90 jours après leur naissance, les petits resteront dans le cercle familial jusqu'à la saison de reproduction suivante.

 

Cette espèce niche généralement dans les zones boréales de l'Eurasie, trois groupes bien distincts sont localisés. En Islande pour le plus occidental, en Scandinavie et en Russie pour le groupe central et le troisième  qui est le plus  oriental possède ses territoires de reproduction en Sibérie.

 

Bien sûr le nombre d'oiseaux dans chacun de ces trois  groupes de populations de Cygnes chanteurs est différent. Alors que la population d'Islande semble stable, celle  de Scandinavie et de Russie en progression, le groupe le plus oriental qui est situé  Sibérie voit ses effectifs en déclin constant.

 

Bien qu'habitués au  grand froid, les cygnes de par leur masse courent un danger supplémentaire. En effet  les points d'eau gelés avec une épaisseur de glace conséquente   restent un péril potentiel pour ces oiseaux aquatiques.

 

Quand ils arrivent pour se poser, ils glissent sur celle-ci  et peuvent heurter là un bout de bois, ici un glaçon acéré. De plus, se nourrissant surtout d'herbes aquatiques, ils risquent de manquer de nourriture prisonnière sous la surface figée par le froid.

 

Sur certaines des photos ci-dessous, on peut voir deux espèces de cygnes ensemble. En effet, ce sont des cygnes blancs, ils ont les pattes noires, ils ont sensiblement la même taille! Celui avec le bec en partie jaune est bien un chanteur,  l'autre avec le bec  orange quand à lui est un tuberculé.

 

La plupart des anatidés ont un tempérament grégaire qui se renforce durant la période hivernale. Les deux espèces ne semblent pas souffrir de la promiscuité du lieu et se tolèrent sans trop de soucis en période de grand froid où la plupart des anatidés deviennent encore plus sociables.

 

On peut voir ici que  cet oiseau porte une bague métal d'une seule couleur difficilement identifiable à distance, mais qui indique son appartenance à une collection ou à un élevage.

 

Une glace, capable de supporter deux oiseaux de ce gabarit, témoigne d'une bonne épaisseur et qui par conséquent prive les oiseaux d'autant de nourriture potentielle  hors de leur portée et pourtant si proche et cela pour un certains temps.

 

 


EOS 400D  100/400  1:  4.5-5.6 L IS USM F10 1/200            Parc du Marquenterre

 

 

Ici, hormis le fait que ces deux cygnes de deux espèces différentes marchent au pas de l'oie en prenant garde de ne glisser, c'est justement l'épaisseur de la glace  qui semble être un vrai danger pour les oiseaux aquatiques.

                   

Malgré une large répartition  mondiale naturelle et, ou férale cette espèce semble être de catégorie monotypique.                 

        

             

Son  statut de conservation à l'UICN est jugé : Préoccupation mineure

   

   

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

  

Autres ansériformes du site  ←

 

Recherches plus faciles

  

 

 



04/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres