Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade en Afrique du Sud - J5*

                        

Au cinquième jour dans ce pays, nous sommes bien rentrés dans notre voyage en Afrique du Sud et ce matin, ce n’est pas le temps maussade qui nous arrête.

                        

À peine avoir mis le nez dehors, que des Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) en bons nombres sont observés principalement sur les bâtiments et sur un arbre étêté, un mâle de Tourterelle du Cap (Streptopelia capicola) lance des appels.

                        

Tourterelle du Cap (Streptopelia capicola)

                                        

Les valises récupérées, nous filons faire le plein, et prendre quelques provisions au supermarché local, ce qui nous permet d’observer plusieurs Moineaux mélanure (Passer melanurus) en toute simplicité ainsi que des Pigeons bisets (Columba livia).

                        

Les tâches matinales effectuées, nous faisons un saut pour une observation au bord de l’océan sur la commune de Struissbai, tout à proximité du Phare du cap des Aiguilles.

 

Mon Ami Michel  au Phare du cap des Aiguilles

                      

J’en profite pour immortaliser mon ami Michel et avec la photo, je pourrais dire, cet homme-là a été au bout du monde connu, plus loin, il lui aurait fallu un bateau.

                        

Plus loin, sur une antenne de réception, un Gobemouche fiscal (Melaenornis silens) fait de même, que nous laissons pour aller jeter un œil sur le rivage et je manque de peu la photo d’un Gonolek boubou (Laniarius ferrugineus).

                              

Gobemouche fiscal (Melaenornis silens)

                                                       

Techniquement, on se trouve au bord de l’Indien au niveau de cette ville, puisque nous avons dépassé la ligne de partage des eaux entre les deux océans.

                        

La miroise à la mer nous procure des Fous du Cap (Morus capensis) des Cormorans à poitrine blanche (Phalacrocorax lucidus) et plusieurs Goélands dominicains (Larus dominicanus).

                                             

Fous du Cap (Morus capensis) 

                                                  

Il est temps de reprendre la route alors, nous quittons l’endroit pour aller vers un autre site, les informations sur les panneaux sont un peu trompeuses pour nous.

                        

Après quelques écarts d’interprétation, nous empruntons une piste de sable pour atteindre notre premier but.

                                   

Nous trouvons une place sur le bord de l’accès et nous continuons à pied, ici, le Bulbul du Cap (Pycnonotus capensis) nous est facilement accessible encore une fois ce matin.

                        

Un fringile vient à notre contact, d’abord dans un buisson, puis sur le sommet d’une dune, nous le reconnaitrons pour un Serin soufré (Crithagra sulphurata) de toute beauté.

                                        

Serin soufré (Crithagra sulphurata)

                                                  

Au terme du chemin, nous débouchons sur une plage immense de plusieurs kilomètres de part et d’autre de notre point d’arrivée.

                        

Nous allons jusqu’aux premières vagues, sur le sable, hormis deux pêcheurs aux lancers, le lieu est désert, à environ cent mètres du rivage, deux Baleines franches australes (Eubalaena australis) crèvent la surface pour venir respirer.

                                            

Deux Baleines franches australes (Eubalaena australis)

                       

Une forme bouge sur le sable, puis deux et trois enfin plusieurs, des Gravelot à front blanc (Charadrius marginatus) courent au rythme du flux et du reflux.

                        

Avec un peu de marche et de patience, il est plutôt simple de les photographier, de plus, je trouve qu’ils ont une gracieuse élégance dans leur course à la nourriture.

                                             

Gravelot à front blanc (Charadrius marginatus)

                                                 

Il est temps de reprendre la route, pour la réserve de De Hoop, sur la route, il n’est pas rare de voir des Ibis hagedash (Bostrychia hagedash), et même un Busard maure (Circus maurus) lors d’un arrêt.

                        

L’un des points d’observations offerts par Julien avant notre départ, est une colonie de Tisserins à tête rousse (Ploceus velatus), Gérard y fait donc naturellement une halte qui permet également une petite pause pour tous.

 

Tisserins à tête rousse (Ploceus velatus)

                        

Nous scrutons de part et d’autre de la route en prenant garde aux véhicules qui passent ici de façon assez rapide, voire trop rapidement pour nous.

                        

La roselière en contrebas et de part et d’autre du pont nous permet par ailleurs d’observer une Hirondelle à gorge blanche (Hirundo albigularis), des Euplecte ignicolore (Euplectes orix) en plumage de transition.

                            

Euplecte ignicolore (Euplectes orix)

                                                 

Je m’attarde un instant sur l’un des nids de la colonie de Tisserin, car je trouve que c’est vraiment une sphère végétale quasi parfaite et donc une merveille de la nature.

                                     

ils sont doués ces oiseaux ^^

                                                   

Alexandre de son côté observe des oiseaux dans la frondaison des grands eucalyptus, nous aurons l’information le soir au log.

                        

Pendant ce temps, des Pintades de Numidie (Numida meleagris) sont aperçues dans un champ en grande compagnie et traversant la route en volant.

                            

Pintades de Numidie (Numida meleagris)

                                                 

Au bout d’un moment qui nous permet de contacter le Moineau domestique (Passer domesticus) et des Tisserins du Cap (Ploceus capensis), nous poursuivons notre voyage.

                        

Durant le transfert, dans les plaines, Gérard nous signale la présence de Grues de Paradis (Grus paradisea) ce sont nos premières observations de cette espèce et tout le monde approuve la beauté de ces superbes échassiers.

                                       

Grues de Paradis (Grus paradisea)

                                                  

Notre accompagnateur trouve une intersection non loin pour stationner correctement, nous descendons avec prudence pour éviter d’effaroucher le couple de grues.

                        

L’endroit possède une dépression de taille qui sert de retenue d’eau en bas d’un champ en pente, ayant vu une forme fauve bouger, je quitte le groupe qui désire continuer d'observer les deux grues.

                        

Avec prudence, je longe le bas côté de la route, pour contacter l’Agrobate coryphée (Cercotrichas coryphaeus), je fais un signe à mes collatéraux pour qu’ils puissent, eux aussi, profiter le la rencontre. 

                                 

Agrobate coryphée (Cercotrichas coryphaeus)

 

Contre toute attente, Gérard, Michel et Christiane me montrent quelque chose dans le champ au-dessus, mais je ne comprends pas, alors, je les rejoins.

                        

En repassant devant le petit point d’eau stagnant, J’aperçois un Gravelot à triple collier (Charadrius tricollaris) que je signale immédiatement en arrivant à leur contact ainsi que l’agrobate.

                            

Gravelot à triple collier (Charadrius tricollaris)

                                                               

L’instant d’après, on me signale une Mangouste jaune (Cynictis penicillata), il me faudra attendre que le petit carnassier se remette en route pour le localiser tant son pelage est mimétique avec son environnement.

                      

Mangouste jaune (Cynictis penicillata)

                                                         

Certainement dû à notre présence, le couple d’échassiers s’est éloigné pour finir par arriver au sommet de la colline puis disparait à notre vue.

                        

Plus proche de nous, un couple de Gladiateur bacbakiri (Telophorus zeylonus) passe d’une partie dégagée à une zone de buissons, et le Tarier africain (Saxicola torquatus) danse sur un fil.

                       

Gladiateur bacbakiri (Telophorus zeylonus)

                                            

Sur le même support un Bruant du Cap (Emberiza capensis) est présent, par la suite, il va se poser sur le sol.

                                 

À cet endroit, au moins deux agrobates se querellent, puis se réconcilient.

                                          

Agrobate coryphée (Cercotrichas coryphaeus)

                        

Des Euplectes à croupion jaune (Euplectes capensis), Une Prinia du Karroo (Prinia maculosa) et une Sentinelle du Cap (Macronyx capensis) beaucoup plus loin.

                        

Des formes arrivent en vol sur notre gauche, leurs tailles, formes et couleurs ne trompent personne, ce sont des Corbeaux à nuque blanche (Corvus albicollis), puis la dernière espèce vue ici, sera le Gobemouche, le fiscal.

                        

Nous reprenons la route pour faire un nouvel arrêt quelques kilomètres plus loin, sur une pâture ou broutent des moutons, nous pouvons contacter des Alouettes cendrille (Calandrella cinerea), plusieurs dizaines se nourrissant au sol.

                   

Alouettes cendrille (Calandrella cinerea)

                                                      

Il y a aussi, une Huppe d’Afrique (Upupa africana) qui cependant ira se percher assez loin de l’endroit où nous sommes cantonnés.

                        

Dans les pattes des ovidés, des Spréos bicolores  (Lamprotornis bicolor) sont bien identifiés malgré la distance.

                        

Sur la droite, des corvidés font du raffut dans les branches d’un groupe d’eucalyptus, à bien y regarder, nous constatons que ce sont des Corneilles du Cap (Corvus capensis), il y a également encore plus loin des Ibis sacrés (Threskiornis aethiopicus) aussi en vol.

                             

Corneilles du Cap (Corvus capensis)

                                                

Il y a tant à observer que nous faisons d’autres arrêts, les suivants nous rapportent de sublimes grues, une Oie-armée de Gambie (Plectropterus gambensis) Une Pie-grièche fiscale (Lanius collaris) et un Pipit africain (Anthus cinnamomeus).

                        

Le superbe Traquet du Cap (Oenanthe pileata) n’est pas en reste, il s’affiche en majesté en haut d’un buisson ou parfois sur un petit caillou, tendu comme une corde.

                                 

Traquet du Cap (Oenanthe pileata)

                                                 

Autre part, Un Cisticole des joncs (Cisticola juncidis) sera entendu, mais pas retrouvé a contrario d’un Cochevis à gros bec (Galerida magnirostris) avant que celui-ci ne disparaisse aussi.

                        

Nous progressons au rythme des haltes qui nous permettent d’observer encore des grues ou des Oies-armées.

                      

L’une d’elles, décolle d'une flaque et la photographie montre bien les griffes présentes aux coudes des ailes et qui donnent son nom à cet anatidé.

                       

Oie-armée de Gambie (Plectropterus gambensis)

                        

Plus tard, un Élanion blanc (Elanus caeruleus) est repéré en haut d’un arbuste, dans le ciel, c’est une Buse rounoir (Buteo rufofuscus) qui surveille son territoire de chasse sous l’œil inquiet des Vanneaux couronnés (Vanellus coronatus).

                        

Sur un nouvel arrêt, des Outardes de Denham (Neotis denhami) sont aperçues, la distance impose l’observation à travers les jumelles, une photo sera tentée pour le souvenir et l’ambiance.

                                             

Quatre Outardes de Denham (Neotis denhami) Ambiance

                        

Par chance, elles prendront leur essor pour venir diminuer cette distance entre elles et nous, qui sera encore imposante, et cette fois, la miroise sera superbe avec les jumelles.

                        

Quelques centaines de mètres plus loin, à la hauteur d’une roselière, quatre Canards à bec jaunes (Anas undulata) passe au vol, comme des Ouette d’Égypte (Alopochen aegyptiaca) ainsi qu’une nouvelle hirondelle, celle à gorge blanche.

                        

Canards à bec jaunes (Anas undulata)

                        

Sur l’eau, une Gallinule poule d'eau (Gallinula chloropus) se dépêche pour rejoindre le couvert rassurant de la végétation aquatique.

                        

La pause suivante et celle consacrée au déjeuner sous forme de pique-nique, parfaitement gérer si ce n’est la poussière générée par de rares voitures qui passent là à grande vitesse.

                        

Tout en consommant notre repas nous surveillons ce qui se passe autour de nous, et des Spatules d’Afrique (Platalea alba), puis des Hérons Garde-bœufs (Bubulcus ibis)  nous enchantent quand nous les voyons passer au vol.

                       

Spatules d’Afrique (Platalea alba)

                                                      

Alexandre capte à l’oreille le chant du Cisticole pinc-pinc (Cisticola textrix) et sur un genre de mare, c’est une Veuve dominicaine (Vidua macroura) mâle qui est observée venant boire, toutefois apeurée par l’apparition d’un nouveau pluvier déjà rencontré plus tôt.

                        

Sur un tas de paille mis à disposition pour le bétail, Euplectes et moineau, encore des croupions jaunes et des mélanure cherchent quelques graines oubliées, les Ouette repassent en vol.

                                

Ambiance.

                        

Dans le champ d’en face, c’est le paradis, et pour cause, environ une dizaine de grues sont au gagnage, quelques Tourterelles à collier (Streptopelia semitorquata) mais bien plus de leurs cousines du Cap, venant se poser dans les pattes des échassiers.

                      

Tarier africain (Saxicola torquatus)

                                               

Ailleurs, un nouveau tarier, d’Afrique, en plumage nuptial, chasse à partir d’un fil de clôture, la rencontre est facile et de qualité, puis nous arrivons aux portes de la réserve naturelle de De Hoop.

                                      

                        

Gérard va s’acquitter des droits de séjour, pendant ce temps-là, nous observons un couple de Serin à gorge blanche (Crithagra albogularis) en Parade sur l’un des poteaux de l’entrée.

                                     

Serin à gorge blanche (Crithagra albogularis)

                                               

À peine remonté dans le bus, les premiers grands mammifères sont contactés, le Damalisque à front blanc (Damaliscus pygargus dorcas)  et lus loin, le Zèbre de montagne du Cap (Equus zebra zebra).

                        

Il faudra faire quelques kilomètres pour rencontrer l’Éland du Cap (Tragelaphus oryx) à l’unité ou en petit groupe et à quelques distances, une troupe de Babouin chacma (Papio cyanocephala ursinus).

                                            

Éland du Cap (Tragelaphus oryx)

                                                  

À l’approche des bâtiments principaux, des oiseaux déjà vus, et l’immanquable Cossyphe du Cap (Cossypha caffra) vient s’ajouter à la liste des espèces rencontrée comme l’Hirondelle isabeline (Ptyonoprogne fuligula) qui tourne au-dessus des constructions avec sa cousine l’Hirondelle hérissée (Psalidoprocne pristoptera).

                        

La huppe s'observe facilement sur la prairie rase, dans l’un des trois grands arbres, le Zostérops du Cap (Cossypha caffra) est aperçu.

 

Plus loin et au sol, c’est la Bergeronnette du Cap (Motacilla capensis) qui déambule également des Vanneaux armés (Vanellus armatus).

                             

Huppe d’Afrique (Upupa africana), diférente de celle observée en Europe.

                                                   

Au-dessus de la boutique de la réserve, des Pigeons roussard (Columba guinea) ainsi que des Rufipenne morio (Onychognathus morio) simplement posés sur le toit.

                        

En longeant sur quelques dizaines de mètres le lac, un Courlis corlieu (Numenius phaeopus) et une Sterne caspienne (Hydroprogne caspia) sont aperçus.

                        

Après les formalités d’usage et les chambres récupérées, une balade pédestre avant le repas permet d’apercevoir des espèces déjà rencontrées.

                        

Notre liste s’allonge avec la rencontre d’un Souimanga chalybée (Cinnyris chalybeus), d’un Apalis à collier (Apalis thoracica)  d’un Tchagra du Cap (Tchagra tchagra), et surtout, du Grand-duc africain (Bubo africanus). 

                       

Grand-duc africain (Bubo africanus)

                                               

Le log du soir arrive est devant les maisonnettes dans lesquelles sont installées nos chambres, nous entendons au loin, l’Engoulevent musicien (Caprimulgus pectoralis).

                        

Par conséquent, notre liste s’allonge avec le nom des espèces oubliées ou pas signalées de suite, comme le Busard pâle (Circus macrourus), l’Autruche d’Afrique (Struthio camelus), le Francolin à ailes grises (Scleroptila afra), la Caille des blés (Coturnix coturnix) entendue, mais pas vue.

                        

Avec les Perruches à collier (Psittacula krameri), un Martin pêcheur géant (Megaceryle maxima), des Alouettes de l’Agulhas (Certhilauda brevirostris), le Souimanga malachite (Nectarinia famosa), l’Astrild ondulée (Estrilda astrild) et enfin le Serin de sainte Hélène (Crithagra flaviventris), notre log semblera complet pour ce jour.

                        

Il est l’heure de prendre un peu de repos, demain sera un autre jour et pour cette nuit mes rêves seront bercés par un beau coin de paradis.

                        

1) Étourneaux sansonnets

2) Tourterelle du Cap

3) Moineaux mélanure

4) Pigeons bisets

5) Gobemouche fiscal

6) Gonolek boubou

7) Fou du Cap

8) Cormorans à poitrine blanche

9) Goélands dominicains

10) Bulbul du Cap

11) Serin soufré

12) Pluviers à front blanc *

13) Ibis hagedash

14) Busard maure

15) Tisserins à tête rousse

16) Hirondelle à gorge blanche

17) Euplecte ignicolore*

18) Pintades de Numidie

19) Moineau domestique

20) Tisserin du Cap

21) Grues de Paradis *

22) Agrobate coryphée

23) Pluvier à triple collier

24) Gladiateur bacbakiri

25) Tarier africain

26) Bruant du Cap

27) Euplectes à croupion jaune

28) Prinia du Karroo

29) Sentinelle du Cap

30) Corbeau à nuque blanche

31) Alouettes cendrille

32) Huppe d’Afrique *

33) Spréos bicolores 

34) Corneilles du Cap *

35) ibis sacré

36) Oie-armée de Gambie *

37) Pie-grièche fiscale *

38) Pipit africain

39) Traquet du Cap

40) Cisticole des joncs

41) Cochevis à gros bec

42) Élanion blanc

43) Buse rounoir

Vanneau couronné

44) Outarde de Denham

45) Canards à bec jaunes

46) Ouette d’Égypte

47) Gallinule poule d'eau

48) Spatule d’Afrique

49) Hérons garde-boeufs

50) Cisticole pinc-pinc

51) Veuve dominicaine

52) Tourterelles à collier

53) Serin à gorge blanche

54) Cossyphe du Cap

55) Hirondelle isabeline

56) Hirondelle hérissée

87) Zostérops du Cap

58) Bergeronnette du Cap

59) Vanneaux armés

60) Pigeon roussard

61) Courlis corlieu

62 Sterne caspienne

63) Rufipenne morio

64) souimanga chalybée

65) Apalis à collier

66) Tchagra du Cap

67) Grand-duc africain

68) Engoulevent musicien

69) busard pâle

70) Autruche d'Afrique

71) Francolin à ailes grises

72) Caille des blés

73) Perruche à collier

74) Martin pêcheur géant

75) Alouette de l'Agulhas

76) Souimanga malachite

77) Astrild ondulée

78) Serin de sainte Hélène

                        

A) Baleines franches australes

B) Mangouste jaune

C) Damalisque à front blanc

D) Zèbre de montagne du Cap

E) Éland du Cap

F) Babouin chacma

 



19/10/2022
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 179 autres membres