Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 09-06-2012 sur la nécropole de Thiais

Balade du  09-06-2012,

sur

la nécropole de Thiais

 

 

Le ciel  ce matin, est nuageux, mais pas trop menaçant, la cime des grands arbres, ploie sous les efforts de Zéphir, qui pousse un vent d'environ 30 à 35 Km / h et qui fait courir les nuages dans le ciel d'Ouest en Est.

 

Il est un peu moins de neuf heures, un Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) lance son appel caractéristique du haut de la porte de sortie de la nécropole, un ballet incessant d'Etourneaux sansonnet (Sturnus vulgaris) , qui font des allées et venues sous le grand préau.

 

Quelques Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis), passent au-dessus de la conservation, en allant me présenter à l'entrée après avoir garé mon véhicule, je regarde en direction de l'habitation de Franc, tous les volets, sont clos.

 

C'est que notre ami se trouve aux Acores pour une semaine, nous ne le reverrons donc qu'à la prochaine sortie.

 

Une première Corneille noire (Corvus corone) est aperçu, elle vient sur la grande pelouse capturer une proie quelconque puis repart comme elle est venue un geai passe au vol au-dessus de cette même pelouse.

 

Catherine, qui transporte Christiane, arrive pour se garer sous les petits arbres,  alors qu'elles s'équipent, un Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) inspecte le tronc d'un arbre à moins de deux mètres de la voiture.

 

Mes deux camarades de balades me rejoignent tranquillement, une perruche se fait entendre au loin, hors de limite du cimetière.

 

Quelques instants après, c'est Marck-Frédéric qui arrive de son pas nonchalant, avec Christiane, il y a un moment que je ne les avais pas vu ces deux là, les retrouvailles de ce petit groupe me font vraiment plaisir.

 

Nous ne sommes que quatre, mais la promenade peut commencer, nous partons vers le nord ouest, des Pies bavardes (Pica pica), sont présentes un peu partout, mais pas en très grand nombre.

 

Nous passons devant la loge de pic, découverte deux mois plus tôt à la balade du 14-04, grâce notamment à l'abondance de copeaux frais aperçu au sol, bien sûr, elle est totalement déserte.

 

Un nouveau grimpereau se fait entendre, quelques Martinets noirs (Apus apus), haut dans le ciel, de nouveau des Perruches à collier (Psittacula krameri), extrêmement bruyantes, avec des attitudes curieuses, comme si on les dérangeait.

 

 

Elles explorent des cavités ou d'anciennes loges, un autre oiseau vert vient se rendre compte par lui-même de  ce que vaut tout ce tapage, c'est un jeune Pic vert (Picus viridis), son plumage moucheté ne laisse aucun doute sur sa tranche d'âge.

 

Sur le même arbre, c'est bientôt un Pic épeichette (Dendrocopos minor), qui se fixe sur une autre branche à la couleur sinople et la même hauteur  que son grand cousin , instants magiques où l'on peut contempler deux espèces au même instant, à ce moment-là, mon téléphone m'interpelle pour m'annoncer l'arrivée d'une nouvelle participante, c'est la jeune Lucile.

 

 

Elle rejoint notre groupe, mais ne peux observer le spectacle des  deux pics, par contre, nous continuons à regarder les perruches en nous éloignant quelques peu.

 

Alors que je repars avec elle pour lui prêter une paire de jumelle, deux  Grives draines (Turdus viscivorus),  alarme  derrière  nous à notre retour, une famille entière de Mésange à longue queue (Aegithalos caudatus), égaie  la frondaison au-dessus de nos têtes, notre nouvelle camarade de balade à la vue sûre, repère dans le lot, de jeunes Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus).

 

Un Geai des chênes (Garrulus glandarius), vient tout à côté, il semble qu'il soit intéressé par toute cette viande fraiche, il en oubli presque notre présence tellement il est accaparé par les petits oiseaux.

 

 

Nous reprenons notre promenade et un premier crécerelle apparait furtivement dans le ciel,  puis c'est au tour d'une  charbonnière, de se signaler par le chant avant de se montrer, nous en entendrons plusieurs sur la matinée.

 

J'entends les roucoulades d'un Pigeon colombin (Columba oenas), deux oiseaux de cette espèce, décollent devant nous pour s'éloigner dans un grand cercle aérien, ils reviendront à leur point de départ dès que nous, nous serons éloigné.

 

La fine oreille de Marc-Frédéric, nous permet d'écouter un troglodyte, nous en verrons d'autres plus tard.

 

Le carré militaire ne donne malheureusement rien en matière d'oiseau posé au sol, si ce n'est une myriade de sansonnet, il y en a partout sur le site, à tous les stades de la reproduction.

 

Des adultes à la recherche de proie, ou le bec déjà chargé, des juvénile volant, d'autres piaillant dans leur nid ou dépassant la tête de celui-ci, il y en a pour tous les goûts.

 

 

Un charmant technicien stoppe sa ronde à scooter quelques instants, pour nous saluer, juste derrière lui un Ecureuil roux (Sciurus vulgaris),  pas plus effrayé que cela, est plaqué sur  un tronc d'arbre à moins d'un mètre de hauteur, Puis celui-ci redescendra au sol pour traverser l'allée un peu plus loin à l'approche de notre groupe.

 

Lucile entame une conversation à propos de l'Accenteur mouchet  (Prunella modularis), en affirmant qu'elle aimerait bien en voir un, pas de soucis, juste le temps de tendre l'oreille et j'en localise un, puis il sera visible sur une haie, malheureusement Lucile ne pourra le mirer, c'est que le traine-buisson, est pourchassé par un autre.

 

Ils traversent en volant l'allée pour se dissimuler dans la rangée de troène, notre jeune amie est un peu déçue, mais cela passe vite quand je localise à nouveau  le premier oiseau au sol, puis celui-ci va se percher au sommet  de ce qui semble être un cyprès, en tout cas, un petit conifère isolé pour prendre le soleil.

 

Rapidement je colle le piaf dans la longue vue et cela fait le bonheur de tout le monde, nous repartons sur l'écoute du chant d'un Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), nous ne le verrons pas de suite.

 

Nous arrivons dans une allée où les arbres ont été coupés, une souche nous servira de table pour grignoter les divers gâteaux et fruits secs apportés, par les uns et les autres.

 

Enfin, un premier Merle noir (Turdus merula), est observé, d'autres suivront, mâle et femelle.

 

En arrivant sur le Nid de Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)  N°1, celui-ci et totalement désert, une miroise avec la longue-vue ne laisse apparaitre qu'une rectrice de femelle décrochée, qui bouge au vent, je ne sais pas si les petits sont arrivés à l'envol, si, ils sont quelque part dans des branches voisines, caché à l'abri de la protection foliaire ou même si simplement, ils ont survécu.

 

Quelque peu déçu, nous recherchons le chant de la babillarde, en parcelle 102, cette petite fauvette a été vue et entendu à plusieurs reprises, au cours des deux derniers mois, un mâle chanteur, mais cette fois-ci, il est absent, par contre un Troglodyte Mignon (Troglodytes troglodytes),  bondit furtivement pour se dissimuler de suite.

 

Sur le bord d'une allée, nous découvrons un énorme champignon, la question de savoir s'il est comestible se pose, en fait, il s'agit d'un bolet de Satan, indigeste à souhait !

 

 

Sur la parcelle 102,  celle où repose, les plaques commémoratives des dont à la science, une chose nous interpelle avec joie, l'herbe n'a pas été coupée, au moment où nous pénétrons de quelques pas dans l'herbe haute, Lucile découvre une Orchidée, une Ophrys abeille (Ophrys apifera), puis une autre et encore une, il y en a plusieurs.

 

 

La présence de telle beauté justifie à elle seule, le non-fauchage de la parcelle, nous somme admiratifs devant l'explication de la cadette de notre groupe, elle me prête gentiment le bout de son doigt pour tenter de faire une photo correcte, mais je n'ai pas d'objectif macro avec moi, je ferais donc  avec le 100/400.

 

Après un bon moment à regarder ses superbe fleurs, nous reculons sur nos pas, puis nous allons prospecter une autre partie de la parcelle, j'aperçois une plante bizarre, à par moi, tout le monde avait l'air de savoir que c'était une autre variété d'orchidée, Orchis bouc (Himantoglossum hircinum), je décide de m'offrir un livre sur les Orchidées en France si un tel livre existe.

 

        

 

Il est aussi décidé d'informer madame la conservatrice de la nécropole de la présence de ces espèces de fleurs.

 

Quatre  chardonnerets sont aperçus alors que nous quittons la parcelle en continuant à parler de ces magnifiques fleurs, une Mésange charbonnière (Parus major), apparait laisse entendre son chant et continu ses activités tranquillement.

 

Notre deuxième mammifère de la matinée se présente sous la forme d'un Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), pas très vieux à ce qu'il parait, une autre bestiole brun roux est aperçu, mais impossible à revoir donc à identifier.

 

      

 

Nous continuons en direction du  portail vert, le bruit de l'A 86 devient de plus en plus présent, malheureusement, le tas de branchage a disparu, il offrait un sanctuaire pour différentes espèces de fauvette, notamment celle des jardins, aperçu en phase de nourrissage à la sortie précédente.

 

Devant le portail vert, un Rougegorge  (Erithacus rubecula), est entendu, des draines, pouillots, qu'un véloce  et des groupes de Pigeons biset (Columba livia), sont entendus ou observés.

 

Tout le monde regarde les plantes et les fleurs dans cette balade, je m'y mets aussi  et je m'arrête devant une, magnifique, verticale et bleue, un Verdier d'Europe (Chloris chloris), passe au-dessus de moi, pour disparaitre aussitôt.

 

      

 

Un chant atteint mon oreille, je crois à une espèce, mais je me fourvoie, en fait j'en entends une, au moment où j'en observe une autre, un Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta),  nous offre un festival sonore, nous restons là un bon moment, une draine prend un bain dans une flaque d'eau, située dans une petite dépression.

 

 

Décidément, Lucile, avec son air malicieux découvre la Fauvette grisette (Sylvia communis), à quelques distances, la longue vue quitte l'Hypolaïs pour se fixer sur elle et nous la regardons sautiller d'un sommet de buisson à l'autre.

 

Christiane ou catherine puis encore Lucile nous, interpelleront à tour de rôle, nous sommes sur le territoire de chasse d'un couple de crécerelles et de leurs jeunes de cette année, des phases de vol, du stationnaire, du piqué de plus de vingt mètres ou au contraire, des descentes en paliers plus ou moins rapides, nous avons droit à toute la panoplie des possibilités de ce merveilleux petit faucon, en procédure de chasse.

 

 

A un moment, bien qu'en contre-jour, l'oiseau est tellement proche, que l'on peut aisément voir les alula déployées ce qui permet à l'oiseau de ne pas décrocher dans ses acrobaties à basse vitesse.

 

Un peu plus tard, l'un d'eux se fixe dans la position dite du saint esprit, je réussis à le mettre dans l'objectif, ma longue vue fait merveille, les détails de l'oiseau sont stupéfiant dans l'oculaire, puis le rapace va se positionner sur une branche pour inspecter son territoire d'un point élevé tout en s'économisant.

 

 

Le seul Moineau domestique (Passer domesticus),  de la balade sera une femelle aperçue un peu rapidement alors quelle quitte un groupe de graminées pour aller se cacher dans un arbre proche.

 

Puis c'est le retour, avec les mêmes espèces déjà observées, avec quand même un Pigeon ramier  (Columba palumbus), tenant dans son bec, une branche de presque un mètre de long, indice de nidification fort s'il en est besoin.

 

Enfin, une Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla),  est entendue, puis une autre aperçue,  alors que nous nous dirigeons vers la fin de la balade, un Pic épeiche (Dendrocopos major), et observé, malgré la distance, le matériel a encore remplie sa fonction pour le bonheur de tous, le Pinson des arbres (Fringilla coelebs), clos la liste des oiseaux contactées.

 

 

La balade prend fin, nous allons chez l'américain d'en face, pour déjeuner, Lucile et Marc-Frédéric ont d'autre obligation, ainsi prend fin cette balade où les jolies fleurs dans tous les sens du terme et les pics eurent la vedette avec une trentaine d'espèces d'oiseaux observés tout de même.



13/06/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres