Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade au Ghana : jour 2 *

                            

Environ cinq heures -1/4 et nous sommes debout, en évidence, ce seront des levés de très bonne heure durant tout ce séjour au Ghana.
                                 
D’ailleurs, après un petit déjeuner type anglo-saxon, la montée dans notre minibus se fait alors que la nuit ne nous a pas encore quittés. 
                                 
Notre destination, est une piste proche d’une zone de culture de bananiers et de cacaoyers à quelques distances de l’hôtel. 
                                 
Arrivés sur place, il n’y a que peu d’activité, bien sûr, les Bulbuls des jardins (Pycnonotus barbatus) sont déjà actifs puis, un Barbican hérissé (Tricholaema hirsuta) est repéré, d’abord au chant puis à la vue dans les branches d’un arbre immense. 

                            
P3070041 Barbican hérissé Barbican hérissé (Tricholaema hirsuta)

                               
Bien plus haut, sans être au sommet du géant végétal, c'est des Hérons garde-bœufs (Bubulcus ibis) que nous apercevons à peine sur fond de ciel, d’un blanc laiteux. 
                                 
Il faut dire que dans cette partie du monde, des arbres de 40 mètres de hauteur et parfois plus, ce n’est pas une exception, c’est pratiquement la règle dans les forêts tout au moins. 
                                 
Pour l’heure, nous sommes devant une espèce de petite mare envahie de végétaux et à cet endroit, à force de rappel, notre guide ghanéen tente de faire apparaitre un oiseau rare. 
                                 
Il s’agit en l’espèce du Pririt de Blissett (Platysteira blissetti), le petit oiseau, répond d’abord timidement, puis vient au contact tout en restant très mobile. 
                                 
C'est une observation collégiale d’un volatile des plus véloces au demeurant, arriver à le pixeliser relève du fantasme et je renonce assez rapidement à cet exercice. 
                            
Assez rapidement, la lumière du jour s’installe, mais reste médiocre, d’où une quantité impressionnante de photos ratées principalement dues au bruit de fond.
                       
Une Hylia verte (Hylia prasina) est ainsi aperçue, puis immortalisée, mais cette prise de vue ne remportera aucun prix, si ce n’est celui de mon autosatisfaction de pouvoir la reconnaitre à coup sûr plus tard. 

                                   
P3070117 Hylia verte Hylia verte (Hylia prasina)

                              
Dans un premier temps, des Tisserins gendarmes (Ploceus cucullatus) puis des Guêpiers noirs (Merops gularis) sont contactés tour à tour, cependant ils restent tous à bonnes distance pour notre dommage. 
                                
Dans les buissons aussi sombres qu’un four, des mouvements furtifs sont captés de l’œil, c’est une autre paire de manches pour pixéliser correctement à l’instant T. 
                                         
En effet, dissimulé derrière le mimétisme de son plumage, l'Akalat brun (Illadopsis fulvescens) restera hors de portée de mes compétences photographiques. 
                                   
Plus loin, le pointeur localise un couple de Souimangas à gorge rousse (Chalcomitra adelberti) le mâle en premier et la femelle bien plus discrète en second. 
                                   
Un Colombar à front nu (Treron calvus) passe au vol et sur sa trajectoire, nous contactons un bulbul au niveau de la canopée ainsi que des Malimbe à tête rouge (Malimbus rubricollis). 

                        
P3070282 mARTINET DES PALMESMartinet des palmes (Cypsiurus parvus)

                                
Encore plus haut que ces deux-là, des Martinet des palmes (Cypsiurus parvus) décrivent de grands arcs aériens au-dessus de nous avant de disparaitre pour de bon. 
                                 
Encore des guêpiers, des noirs, plus proches que la précédente observation, mais en contrejour, puis une nouvelle Tourtelette tambourette (Turtur tympanistria). 

                               
P3070447 Guêpier noir Guêpiers noirs (Merops gularis)

                                
La matinée avance tranquillement au rythme de nos rencontres, plusieurs espèces dont le Souimanga à collier (Hedydipna collaris) puis, un Tisserin tricolore (Ploceus tricolor) à peine entrevu. 
                                        
Le Calao longibande (Lophoceros fasciatus) se présente à nouveau et cette fois-ci, il porte un fruit coincé à l’extrémité de son immense bec en forme de faux.
                                 
Complètement immobile et posé sur une branche à peu de distance, un Martin-chasseur du Sénégal (Halcyon senegalensis) d’un bleu azuré nous regarde tranquillement. 

                                  
P3070416 Martin-chasseur du Sénégal Martin-chasseur du Sénégal (Halcyon senegalensis)

                                                
Victor nous conduit nonchalamment vers une espèce de dépression envahie de végétation, il sait y trouver le Râle perlé (Sarothrura pulchra) et suite à la repasse, le petit rallidé est entendu. 
                            
Il est donc ordonné de contourner le bosquet devant nous avec notre guide en avant-garde et en fait pour le moment, c’est un Coucal à nuque bleue (Centropus monachus) qui est aperçu pour une miroise commune. 

                                 
P3070522 coucalCoucal à nuque bleue (Centropus monachus)

                                      
L’instant d’après, nous sommes tous en phase d’observation pour tenter d’apercevoir l’espèce phare qui se cache ici. 
                                     
Après une attente qui semble durer et dans une position pas toujours confortable pour ce qui me concerne, le minuscule râle émet un cri à quelques pas de notre position tout en restant invisible pour ceux qui sont sans jumelles. 
                            
Il passe de droite puis de gauche, une ombre furtive se dessine puis disparait, finalement, il est réellement proche et pourtant si éloigné de mon regard. 
                       
L’hôte du lieu reste insaisissable, je laisse ma place pour qu’un autre tente sa chance, et je me concentre sur les Hirondelles striées (Cecropis abyssinica) qui volent au-dessus du marais. 
                                   
Alors que tout le monde remonte sur la piste, un coucal, celui à nuque bleue, vient se percher sur un arbre proche de notre position, en réalité, ils sont deux le premier apporte une offrande au second. 

                                      
P3070497 Coucal  à nuque bleue Coucal à nuque bleue (Centropus monachus)

                                                  
Quelques instants écoulés, c’est un Barbican de Vieillot (Lybius vieilloti) qui passe à notre portée visuelle et mieux que cela, il se pose dans une zone sertes éloignée, mais parfaitement dégagée pour la miroise aux jumelles. 
                         
Au bout de la piste, nous faisons un nouvel arrêt pour observer plusieurs espèces comme le Tisserin noir (Ploceus nigerrimus) ainsi que la superbe observation collégiale d’un Camaroptère à dos vert (Camaroptera chloronota). 

                                                  
P3070638 Camaroptère à dos vert Camaroptère à dos vert (Camaroptera chloronota)

                                         
Encore un calao, une femelle de longibande, puis des Malimbe à tête rouge (Malimbus rubricollis), le Bulbul curvirostre (Eurillas curvirostris) et le Loriot à ailes noires (Oriolus nigripennis) suivront dans l’ordre de nos rencontres et observations. 
                                                   
Les rencontres s’enchainent, à l’instar de ce sublime Souimanga de Johanna (Cinnyris johannae) dans les jumelles, mais qui lui aussi reste hors de ma portée. 
                                   
L’instant d’après, pas réellement besoin de jumelles, même si l’image reste somptueuse de détail dans la longue-vue de Julien concernant le Cou-cou didric (Chrysococcyx caprius) qui semble prendre la pose à quelques distances de nous.

                                                   
P3070766 Coucou didric Cou-cou didric (Chrysococcyx caprius)

                            
Moins accessibles, un couple ou une paire de Zostérops jaunes (Zosterops senegalensis) évolue dans les hautes branches, mais a moins d’intérêt que le Pic à raies noires (Dendropicos lugubris) parfaitement reconnu malgré la distance. 

                            
P3070851 Pic à raies noires Pic à raies noires (Dendropicos lugubris)

                                   
Suite à une bonne observation collégiale, l’idée de penser au repas de mi-journée est émise par un affamé, mais disparait immédiatement avec la localisation de Guêpiers à gorge blanche (Merops albicollis) vraiment commun dans cette région.
                            
Le Barbican à narine emplumée (Gymnobucco peli) est contacté, puis dans de bien meilleures conditions le Barbion à croupion jaune (Pogoniulus bilineatus) qui se livre à un vrai festival devant nos yeux. 
                               
Cela ne s’arrête pas là, il ne nous faut que quelques secondes pour voir le Camaroptère à tête grise (Camaroptera brachyura) par la présence d’un mâle aussi vivace que chanteur. 


P3070988 Camaroptère à tête grise Camaroptère à tête grise (Camaroptera brachyura)

                                     
Ici, on peut rencontrer de très gros criquets de la longueur d’un petit doigt et parfois, leur exosquelette possède la couleur du support sur lequel ils sont posés ce qui les rend difficiles à localiser. 
                                      
En repassant devant le marais, nous tendons l’oreille pour tenter d’obtenir une nouvelle observation du râle, mais seules les hirondelles déjà observées à l’aller se font entendre. 
                                   
Côté papillons, nous avons plus de chance avec de belles apparitions ainsi que deux Guêpiers, encore des noirs, perchés à quelques centimètres du sol, cherchant des proies à peu de frais sur une partie d’écobuage. 

                                     
P3071046 papillonAmbiance papillon

                             
Le Milan à bec jaune (Milvus aegyptius) est contacté au vol au-dessus des grands arbres et à notre hauteur, comme à l’aller, un Martin-pêcheur pygmée (Ispidina picta) et aperçu plutôt qu’observer. 
                            
Plusieurs espèces déjà rencontrées avant de retrouver notre moyen de transport pour nous rendre à notre nouveau lodge afin d’y prendre un bon repas. 
                          
Pour les heures les plus chaudes, nous sommes invités à rester à l’abri des rayons du soleil, reste que certains d’entre nous et moi y compris allons arpenter les environs. 
                                         
Alors qu’un Barbion à croupion rouge (Pogoniulus atroflavus) assez mobile est observé, son cousin le Barbion grivelé (Pogoniulus scolopaceus) quant à lui complètement immobile, passe pour presque inaperçu. 
                       
Le Moineau gris (Passer griseus) est assez abondant ici, un nouveau souimanga superbe (Cinnyris superbus) et sa femelle est aperçue par-dessus le mur dans la propriété voisine. 

                        
P3071149 Moineau grisMoineau gris (Passer griseus)

                  
Un lézard local cavale au sommet d’un mur pour tenter de s’approcher d’une femelle, bien plus haut dans les airs, ce sont des Martinet d'Ussher (Telacanthura ussheri) qui volent à vive allure. 
                              
Une tour tubulaire dédiée à la télécommunication sert de support à un Rolle violet (Eurystomus glaucurus) qui a semble-t-il trouvé là un bon poste d’observation. 

                                   
P3071136 Rolle violetRolle violet (Eurystomus glaucurus)

                                   
Un nouveau Tisserin, un noir n’est pas de suite reconnue du fait de l’angle d’observation, c’est Christian qui m’en donnera le non bien plus tard de l’autre côté de la chaussée, les Corbeaux pies (Corvus albus) sont bien représentés. 
                               
La Bergeronnette pie (Motacilla aguimp) me tient compagnie un moment du haut du toit, avant de retourner arpenter le sol pendant que je regarde des bulbuls, ceux des jardins en attendant l’heure.

                                   
P3071194 bergeronnette pieBergeronnette pie (Motacilla aguimp)

                            
L’autre espèce qui se fait un peu remarquer, c’est le Tisserin, le  gendarme  il y en a plusieurs dans un bouquet d’arbres derrière le lodge et l'on dirait qu’ils en ont après quelqu’un. 
                                             
Le beau lézard à la tête orange toujours sur son mur, et donc je lâche l’affaire avec les tisserins, cela me donne l’occasion d’observer plusieurs Martinets des maisons (Apus affinis) là où il y avait leurs cousins d’Uscher. 

                                                              
P3071173  lézard Ambiance lézard

                                                                          
Le rolle a été remplacé par un Choucador splendide (Lamprotornis splendidus) sur la haute tour, puis plusieurs capucins passent au vol entre les arbres, sans pouvoir être identifiés avec certitude. 
                                             
C’est l’heure de remonter dans le bus, puis une halte au-dessus d’une espèce de retenue d’eau après quelques minutes, avec un passage sous la route. 
                                       
Sur le bord de la mare, une colonie de Tisserins, des noirs est installée et chaque passage de gros véhicule provoque l’envolée de la quasi-totalité des Hirondelles de Preuss (Petrochelidon preussi) qui se sont installées dans la grosse canalisation. 

                                                     
P3071306 Hirondelle de preust Hirondelles de Preuss (Petrochelidon preussi)

                                                     
Plus loin, des Euplectes monseigneur (Euplectes hordeaceus) sont perchés dans les herbacées et sont vraiment très mobiles en plus d’être mimétiques dans les hautes herbes. 
                                
En prenant garde à ne pas avancer sur la partie qui risque de s’effondrer en contrebas, nous continuons à observer les environs pour contacter des Astrild à joues orange (Estrilda melpoda) dans les hautes herbes. 
                                 
Au moment de remonter dans le bus, un Touraco gris (Crinifer piscator) est an-noncé par Julien, l’oiseau se perche non loin de l’endroit où nous sommes, nous pouvons longer la route pour tenter de l’immortaliser. 

                                         
P3071373 Touraco grisTouraco gris (Crinifer piscator)

                                     
De jeunes enfants jettent des cailloux dans sa direction provo-quant une volée de réprimandes de la part de Victor puis nous repartons pour le Spot de deux espèces d’exception à peu de distance. 
                                   
L’endroit est celui du grand espace de coupe en forêt pour tenter d’y observer des espèces nocturnes, pour l’heure, malgré la pénombre qui s’installe, une sorte de diplopoda est aperçue se baladant sur une tige. 
                               
Plus loin, un mouvement est perçu par notre guide ghanéen, il a découvert un Touraco à gros bec (Tauraco macrorhynchus) qui s’enfuit à notre approche, pourtant discrète. 
                               
Après un bon moment de marche, nous retraversons la plantation de cacao pour nous retrouver de l’autre côté, sur la partie des arbres abattus et de trouver un coin tranquille pour se poser en attendant que l’obscurité s’installe. 
                                 
Le dernier passereau observé avant la tombée de la nuit est un Gobemouche d'Ussher (Muscicapa ussheri) qui décolle pour aller s’installer pour sa nuit.

                                                       P3071454 inconnuGobemouche d'Ussher (Muscicapa ussheri)

                                      

Le temps passe, et à force de repasse, un engoulevent apparait de façon fantomatique dans le faisceau des puissantes torches électriques qui déchire la nuit et l’on passe à l’espèce sui-vante. 
                                     
Maintenant, il s’agit de faire sortir du bois un rapace nocturne, le Grand-duc à aigrettes (Bubo poensis) qui malgré les efforts considérables de Victor et Julien ne se montrera pas. 
                            
Ho bien sûr, le cri du seigneur nocturne sera bien entendu et de plusieurs mâles chanteurs attestant avec certitude de sa présence dans cet endroit, mais nous ne pourrons pas le voir cette nuit. 
                           
Nous re-partons donc en fille indienne sur la piste et au bout d’une vingtaine de minutes, un insecte me percute le visage, je porte la main sur la zone pour m’apercevoir que je ne porte plus mes lunettes. 
                                    
Julien ordonne une pause, et parts en courant pour tenter de les retrouver, mais revient au terme d’une dizaine de minutes de recherche vaine. 
                                         
Je comprends de suite le handicap que je vais devoir endurer durant le reste du séjour, et accepte en maigre compensation le cri d’un Râle à pieds rouges (Himantornis haematopus) entendu sur la zone du petit rallidé du matin.
                               
Rentrant quelque peu dépité à l’hôtel, le repas pris, le log de cette deuxième journée du séjour nous apportera le complément des espèces oubliées en commençant par le Martinet de Bates (Apus batesi), le Martinet de Sabine (Rhaphidura sabini), le Martinet noir (Apus apus), le Coucal du Sénégal  (Chrysococcyx caprius) E, le Coucou à gorge jaune (Chrysococcyx flavigularis) E, le Coucou de Klaas (Chrysococcyx klaas), le Colombar waalia (Treron waalia), la Tourtelette améthystine (Turtur afer), la Tourtelette demoiselle (Turtur brehmeri), l’Autour de Toussenel (Accipiter toussenelii)  E, le Gymnogène d'Afrique (Polyboroides typus), le Palmiste africain (Gypohierax angolensis), le Calao à casque noir (Ceratogymna atrata), le Calao à huppe blanche (Horizocerus albocristatus) E, le Calao à joues brunes (Bycanistes cylindricus), le Martin-chasseur à poitrine bleue (Halcyon malimbica), le Guêpier gris-rose (Merops malimbicus), le Barbican chauve (Gymnobucco calvus), le Barbion à gorge jaune (Pogoniulus subsulphureus), le Pic tacheté ( Pardipicus nivosus), le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), les Perroquets à calotte rouge (Poicephalus gulielmi), l’Échenilleur pourpré (Campephaga quiscalina), le Drongo des Fantis (Dicrurus atactus), le Drongo modeste (Dicrurus modestus), le Tchitrec à ventre roux (Terpsiphone rufiventer), le Tchitrec d'Afrique (Terpsiphone viridis), le Rémiz à front jaune (Anthoscopus flavifrons), le Bulbul nicator (Nicator chloris) E, le Bulbul à bec grêle (Stelgidillas gracilirostris) E, le Bulbul des raphias (Thescelocichla leucopleura), le Bulbul fourmilier  (Bleda canicapillus) E, le Bulbul gracile (Eurillas gracilis), le Bulbul modeste (Chlorocichla simplex), le Crombec vert (Sylvietta virens), le Bulbul verdâtre (Eurillas virens), l’Hirondelle rustique (Hirundo rustica), la Mésangette rayée (Pholidornis rushiae), la Prinia modeste (Prinia subflava) E, le Gobemouche ardoisé (Muscicapa comitata), le Souimanga à gorge bleue (Hedydipna collaris), le Souimanga cuivré (Cinnyris cupreus), le Souimanga minule (Cinnyris minullus), le Malimbe à queue rouge  (Malimbus scutatus), le Tisserin à cou noir (Ploceus nigricollis), le Tisserin masqué (Ploceus heuglini), le Capucin bicolore (Spermestes bicolor), le Capucin nonnette (Spermestes cucullata), la Nigrette à ventre blanc (Nigrita fusconotus) E, et enfin, la Nigrette à ventre roux (Nigrita bicolor).
                        
1) Bulbuls des jardins 
2) Barbican hérissé  *
3) Hérons garde-bœufs 
4) Pririt de Blissett  
5) Hylia verte  *
6) Tisserins gendarmes  
7) Guêpiers noirs  *
8) Akalat brun 
9) Souimangas à gorge rousse  
10) Colombar à front nu  
11) Malimbe à tête rouge  
12) Martinet des palmes  
13) Tourtelette tambourette   *
14) Souimanga à collier  
15) Tisserin tricolore  
16) Calao longibande  *
17) Martin-chasseur du Sénégal  
18) Râle perlé  
19) Coucal à nuque bleue   *
20) Hirondelles striées   *
21) Barbican de Vieillot  
22) Tisserin noir  *
23) Camaroptère à dos vert  *
24) Bulbul curvirostre   *
25) Loriot à ailes noires  *
26) Souimanga de Johanna  
27) Coucou didric  *
28) Zostérops jaunes  
29) Pic à raies noires *
30) Guêpiers à gorge blanche 
31) Barbican à narine emplumée  *
32) Barbion à croupion jaune  *
33) Camaroptère à tête grise  *
34) Milan à bec jaune  
35) Martin-pêcheur pygmée  
36) Barbion à croupion rouge   
37) Barbion grivelé  
38) Moineau gris  
39) Martinet d'Ussher  
40) Rolle violet  
41) Corbeau pie  
42) Bergeronnette pie  
43) Tisserin gendarme  
44) Martinets des maisons  
45) Choucador splendide  
46) Euplecte monseigneur  
47) Hirondelle de Preuss  
48) Astrild à joues orange  
49) Touraco gris  
50) Touraco à gros bec  
51) Gobemouche d'Ussher  
52) Grand-duc à aigrettes  
53) Martinet de Bates  
54) Martinet de Sabine  
55) Martinet noir  
56) Coucal du Sénégal   E
57) Coucou à gorge jaune   E
58) Coucou de Klaas  
59) Colombar waalia  
60) Tourtelette améthystine  
61) Tourtelette demoiselle  
62) Autour de Toussenel  E
63) Gymnogène d'Afrique 
64) Palmiste africain  
65) Calao à casque noir  
66) Calao à huppe blanche  E
67) Calao à joues brunes  
68 Martin-chasseur à poitrine bleue 
69) Guêpier gris-rose 
70) Barbican chauve  
71) Barbion à gorge jaune  
72) Pic tacheté  
73) Faucon crécerelle  
74) Perroquet à calotte rouge  
75) Échenilleur pourpré  
76) Drongo des Fantis 
77) Drongo modeste  
78) Tchitrec à ventre roux 
79) Tchitrec d'Afrique 
80) Rémiz à front jaune 
81) Bulbul nicator  E
82) Bulbul à bec grêle  E
83) Bulbul des raphias  
84) Bulbul fourmilier  E
85) Bulbul gracile 
86) Bulbul modeste   
87) Crombec vert 
88) Bulbul verdâtre  
89) Hirondelle rustique  
90) Mésangette rayée  
91) Prinia modeste  E
92) Gobemouche ardoisé 
93) Souimanga à gorge bleue 
94) Souimanga cuivré 
95) Souimanga minule 
96) Malimbe à queue rouge   
97) Tisserin à cou noir  
98) Tisserin masqué  
99) Capucin bicolore  
100) Capucin nonnette  
101) Nigrette à ventre blanc  E
102) Nigrette à ventre roux



11/05/2023
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres