Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade au Costa Rica - J10

                            

Ce matin, la brume est encore présente au raz du sol quand je sors de la chambre et le premier oiseau que je contacte à la vue et le Tangara vermillon (Piranga rubra), qui se trouve sur la même perche que la veille.

                           

Il n’y a que peu d’activité visuelle à cette heure, mais les sons tonitruants contredisent l’absence de mouvement tout autour de nous, hormis le passage des Amazones poudrées (Amazona farinosa) au vol.

                            

Tangara vermillon (Piranga rubra)

                                                        

En attendant que tout le monde arrive, je prospecte et manque de peu un Engoulevent pauraqué (Nyctidromus albicollis) qui s’éloigne vers le sous-bois et plus haut, des Aras de Buffon (Ara ambiguus) passent sans que je puisse vraiment les voir.

                           

Plusieurs Orioles monacal (Icterus prosthemelas)  passent et l’un d’eux se pose proximité sur un arbuste, assez longtemps pour une belle observation, il n’en va pas de même pour un Tyran pitangua (Megarynchus pitangua) qui passe rapidement son chemin.

                           

Après quelques instants, c’est au tour d’un groupe d’Aras rouges (Ara macao) de me survoler trop rapidement malgré l’avertissement de leurs cris.

                   

Orioles monacal (Icterus prosthemelas)

                                                

Les Tangaras à croupion rouge (Ramphocelus passerinii), quant à eux, sont omniprésents, mais pas si faciles à saisir pour le moment, même si une femelle fait une pose non loin.

                           

La vie diurne commence à s’animer et curieusement je songe que je n’ai pas été dérangé par les bruits de la nuit durant mon sommeil.

                             

Pour l’heure, je reviens vers le bus, car tout le monde semble présent et nous allons vers le restaurant pour prendre le premier repas de la journée.

                       

En arrivant sur place, nous constatons la présence dans les grands arbres dénudés d’une palanquée de Tangara des palmiers (Thraupis palmarum) ainsi que des Colombes rousses (Columbina talpacoti).

                                   

Proche du restaurant, des Tourterelles à ailes blanches (Zenaida asiatica) et des Colombes de Verreaux (Leptotila verreauxi) au sol ou dans les arbres, et un sympathique Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus) plutôt placide.

                              

Plus haut des Tyrans sociables (Myiozetetes similis), se chamaillent ou commencent l’entretien de leur plumage et encore plus loin, les Ibis verts (Mesembrinibis cayennensis) finissent de revenir au dortoir.

                        

Pour ce matin, pas de perte de temps, une balade sur les sentiers de la forêt est organisée, nous laissons sans remords les quelques Tyrans mélancoliques (Tyrannus melancholicus) derrière nous.

                             

Au-dessus du restaurant, les Urubus noirs (Coragyps atratus) sont déjà en vol, profitants des premiers rayons lumineux pour monter dans les pompes.

                                 

Du grand pont suspendu, un Chevalier grivelé (Actitis macularius) est contacté, ainsi qu’un Grimpar de Souleyet (Lepidocolaptes souleyetii), cette dernière espèce sera vue à plusieurs reprises.

                      

Devant la fenêtre d’une maison, un premier Todirostre familier (Todirostrum cinereum), sera aperçu capturant un insecte assez gros pour la taille de l’oiseau, qui ira sur une branche pour consommer sa proie.

                         

Dans ce biotope, les classiques Tangaras évêques (Thraupis episcopus), Callistes safran (Tangara icterocephala) et autres dacnis sont légion.

               

Après avoir passé le pont, nous sommes immédiatement dans le bain, car des Toucans tocards (Ramphastos ambiguus) sont aperçus ainsi que leurs cousins les Araçaris à collier (Pteroglossus torquatus).

                    

Dans un grand arbre proche des lieux d’habitation, les Pénélope panachées (Penelope purpurascens) animent la frondaison avec une ribambelle de petits oiseaux.

                    

                   

L’arbre mitoyen abrite ce qui ressemble à des organistes et des individus plus gros, dont un Tyran à tête grise (Myiozetetes granadensis) solitaire ainsi qu’une jolie femelle de Manakin à col blanc (Manacus candei).

                 

Une Paruline à flancs marron (Setophaga pensylvanica) nous accompagne un moment, mais reste le plus souvent hors de portée de mon APN, ce qui n’est pas le cas du Tangara Gorge rouge (Habia fuscicauda) qui se laisse observer un bon moment.

                                              

Tangara Gorge rouge (Habia fuscicauda)

                           

Nous arrivons au bout du chemin, la voie bitumée par laquelle on accède à la station biologique en venant de l’extérieur est face à nous.

                           

Dans les arbres au-dessus de la route, localisons au cri un rapace que nous n’arrivons pas à identifier.

                           

Au terme d’une écoute infructueuse, notre guide décide de prendre un accès sur notre gauche pour s’enfoncer dans le sous-bois, mais stop immédiatement quand une Sittine brune (Xenops minutus) est localisée à notre verticale.

                                 

Sittine brune (Xenops minutus)

                           

L’observation dure puis l’oiseau se déplace et finit par disparaitre, happer par la densité de la frondaison au-dessus de nos têtes.

              

Progressant facilement sur le chemin de dalles de béton, la vue n’en est pas moins difficile par la végétation quasi impénétrable de part et d’autre.

                    

Pourtant, à un moment une espèce de turdidé se posera quelques secondes pour ne pas dire moins et seules les deux personnes devant le groupe la verront, mais l’oiseau disparaitra et ne sera pas retrouvé.

                             

De retour sur l’allée principale, dans les fourrés assez denses, une percée nous autorisera la rencontre plutôt courte du Troglodyte à poitrine blanche (Henicorhina leucosticta).

                       

Troglodyte à poitrine blanche (Henicorhina leucosticta)

                             

Seule une photo réflexe me permettra de garder un souvenir de cette rencontre éphémère et unique sur notre voyage ici.

                              

Les Cassiques de Montezuma (Psarocolius montezuma) sont superbes et pour quelques instants, ils nous offrent un superbe spectacle puis eux aussi disparaissent comme ils sont venus.

                                

Cassique de Montezuma (Psarocolius montezuma)

                          

Plusieurs oiseaux sont aperçus et plus ou moins identifiés, plus tard dans une trouée de la végétation, un Moucherolle à longs brins (Colonia colonus) est repéré comme sur un malentendu.

                    

Après une période de miroise où tout un chacun passe derrière la longue-vue pour une meilleure observation, nous continuons notre balade forestière.

                                   

Moucherolle à longs brins (Colonia colonus)

                                                     

Nous ajouterons pêle-mêle un Grimpar bec-en-coin (Glyphorynchus spirurus) et d’autres parulines, celles à flancs roux, un écureuil local et un Vireon menu (Pachysylvia decurtata).

                    

Puis à nouveau un passage en milieu fermé pour entendre le martèlement d’un Pic de Pucheran (Pic de Pucheran) et de le localiser devant sa loge.

                        

Pic de Pucheran (Pic de Pucheran)

                    

À quelques distances, c’est le bec démesuré du Grimpar, celui de Souleyet, qui nous interpelle, mais celui de son cousin le Grimpar cacao (Xiphorhynchus susurrans) l’est encore plus.

                    

Au passage d’une petite passerelle enjambant une gorge, plusieurs parulines et un troglodyte sont aperçus en contrebas.

                        

L’intérêt grandi avec la localisation d’un premier Tangara obscur (Mitrospingus cassinii) et enfin de quelques autres, après avoir accepté notre présence, ils se montreront plus calmes, et donc plus faciles à observer.

                   

Tangara obscur (Mitrospingus cassinii)

                         

Puis, c’est le retour vers notre moyen de transport, c’est le moment de quitter la station biologique pour une autre destination débordant de promesses, avec un dernier regard sur les Martinets à croupion gris (Chaetura cinereiventris).

                  

Nous laissons de ce fait maintenant, les Hirondelles à gorge rousse (Stelgidopteryx ruficollis), les Toucans à carène (Stelgidopteryx ruficollis) et autres Touis à menton d’or (Brotogeris jugularis) et même les superbes Orioles du Nord (Icterus galbula).

                       

En chemin, l’Urubu à tête rouge (Cathartes aura) est aperçu pour deux individus, l’un perché dans un arbre dénudé en bord de route, l’autre planant comme il se doit.

                   

Dans un champ, des Hérons garde-bœufs (Bubulcus ibis) circulent dans les pattes de bovidés, plus loin, une Grande aigrette (Ardea alba) décolle puis des Quiscales à longue queue (Quiscalus mexicanus) s’agitent.

                              

Malgré quelques côtes assez ardues, notre moyen de transport tient la ligne et nous passons vraiment partout où Sylvère nous emporte sans difficultés réelles.

                    

À un moment, notre chauffeur ralenti, des Anis à bec cannelés (Crotophaga sulcirostris) sont repérés au sol quasiment dans les sabots des vaches.

                                 

Anis à bec cannelés (Crotophaga sulcirostris)

                     

Un lac réservoir est à quelques distances de notre but, une bonne raison de faire un petit arrêt.

                   

On y trouve un regroupement de Grèbes minimes (Tachybaptus dominicus) en plumage intermédiaire et un Fuligule à tête noire (Aythya affinis) lui aussi apparait en transition.

                   

Par ailleurs, il y a également quelques Hirondelles hérissées (Psalidoprocne pristoptera) rasant l’onde et des Martinet à collier blanc (Streptoprocne zonaris) haut dans le ciel.

                             

Fuligule à tête noire (Aythya affinis)

                            

Notre guide nous amène à bon port, et le propriétaire de l’hébergement, nous accueil avec un vrai sourire convivial, ce qui fait réellement plaisir.

                            

Le premier animal que nous rencontrons à notre descente de bus et un chat entièrement blanc et au trois quarts aveugle.

                        

Pour ce qui est des oiseaux, l’incontournable paruline, avec les flancs roux, est également présente ici, tout comme le Troglodyte familier (Troglodytes aedon) déjà vu plus tôt dans la matinée.

                        

                      

Devant la porte de notre cabane, un Merle fauve (Turdus grayi) s’envole du sol, file se cacher dans un buisson, revient un peu vers nous puis finalement disparait pour de bon.

               

Un oiseau-mouche file rapidement d’une fleur à l’autre, rien de moins qu’une Coquette à queue fine (Discosura conversii), trop rapidement pour une prise de vue correcte, même pour moi.

                       

Un peu plus grosse, une Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl) parcours également les bouquets d’ornements et semble tourner autour d’un Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola).

                       

Sur le chemin d’accès, le Sporophile variable (Sporophila corvina) est contacté à plusieurs reprises, le propriétaire me montre des fourmis en procession avec des morceaux de feuilles découpées sur un arbre.

                   

Je filmerais ce magnifique spectacle, pour montrer à mes petits enfants de retour en France.

                              

                  

Le Jacarini noir (Volatini jacarina) ainsi que le Sporophile grand chanteur (Tiaris olivaceus) et le Saltator des grands-bois (Saltator maximus), allonge la liste des rencontres.

                    

Plus loin, des Cassiques à tête brune (Psarocolius wagleri) animent la végétation et une autre balade avec notre hôte, nous apportera la Petite buse (Buteo platypterus), posée sur un gros pylône de support de HT.

                                        

Cassiques à tête brune (Psarocolius wagleri)

                           

À quelques pas, sur le même plateau, malgré la pénombre qui s’installe, un sublime Calliste rouverdin (Tangara gyrola) sera la dernière espèce avant le LOG de la journée.

                       

Le Pigeon vineux (Patagioenas subvinacea), une Colombe bleutée (Claravis pretiosa), la Colombe à calotte grise (Leptotila plumbeiceps) la Colombe de Cassin (Leptotila cassinii), la Pione à couronne blanche (Pionus senilis), le Pic à ailes rousses (Piculus simplex), le Grimpar moucheté (Lepidocolaptes affinis), le Batara fascié (Cymbilaimus lineatus), l’Élénie à ventre jaune (Elaenia flavogaster), le Pipromorphe roussâtre (Mionectes oleagineus), le Troglodyte flammé (Cantorchilus thoracicus), le Tangara des buissons (Chlorospingus flavopectus ophthalmicus), le Calliste gris (Tangara inornata), le Tohi à bec orange (Arremon aurantiirostris) et l’Organiste olive (Euphonia gouldi), viendront agrémenter notre liste journalière.

                       

Demain sera un autre jour avec son nouveau lot de rencontres.

                                              

1) Tangara vermillon

2) Amazones poudrées

3) Engoulevent pauraqué

4) Aras de Buffon

5) Orioles monacal

6) Tyran pitangua

7 Aras rouges

8) Tangaras à croupion rouge

9) Tangara des palmiers

10) Colombes rousses

11) Tourterelle à ailes blanches

12) Colombes de Verreaux

13) Tyran quiquivi

14) Tyrans sociables

15) Ibis verts

16) Tyrans mélancoliques

17) Urubus noirs

18) Chevalier grivelé

19) Grimpar de Souleyet

20) Todirostre familier

21) Tangaras évêques

22) Callistes safran

23) Toucans tocard

24) Araçaris à collier

25) Pénélope panachées

26) Tyran à tête grise

27) Manakin à col blanc

28) Paruline à flancs roux

29) Tangara Gorge rouge

30) Sittine brune

31) Troglodyte à poitrine blanche

32) Cassique de Montezuma

33) Moucherolle à long brins

34) Grimpar bec-en-coin

35) Vireon menu

36) Pic de Pucheran

37) Grimpar cacao

38) Tangara obscur

39) Martinets à croupion gris

40) Hirondelles à gorge rousse

41) Toucan à carène

42) Toui à menton d’or

43) Urubu à tête rouge

44) Hérons garde-bœuf s

45) Grande aigrette

46) Quiscales à longues queue

47) Anis à bec cannelés

48) Grèbes minimes

49) Fuligule à tête noire

50) Hirondelles hérissées

51) Martinet à collier blanc

52) Coquette à queue fine

53) Troglodyte familier

54) Merle fauve

55) Ariane à ventre gris

56) Sucrier à ventre jaune

57) Sporophile variable

58) Jacarini noir

59) Sporophile grand chanteur

60) Saltator des grands-bois

61) Cassiques à tête brune

62) Petite buse

63) Calliste rouverdin

64) Pigeon vineux

65) Colombe bleutée

66) Colombe à calotte grise

67) Colombe de Cassin

68) Pione à couronne blanche

69) Pic à ailes rousses

70) Grimpar moucheté

71) Batara fascié

72) Élénie à ventre jaune

73) Troglodyte flammé

74) Tangara des buissons

75) Calliste gris

76) Tohi à bec orange

77) Organiste olive

 



06/07/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 169 autres membres