Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade au Costa Rica - J1

                                

On y est, depuis quelques jours à peine, nous avons reçu les adresses mail de certains collatéraux pour cette balade en Amérique centrale.

                              

Cela fait plusieurs fois que je vais dans cette région du monde et pour différentes raisons, reste que cette fois-ci, le plus bel oiseau du monde et en ligne de mire.

                  

Pour l’heure, Notre guide étant déjà sur place avec un autre membre de l’équipée et malgré le peu de contact établi, nous arrivons à nous retrouver pour l’enregistrement des bagages et enfin faire connaissance.

                    

Le manque d’accompagnement se fait plus sentir lors de l’escale à Madrid qui passe bien malgré les trois heures d’attente.

                   

Tout fini par s'arranger et nous finissons par arriver à San José au Costa Rica après un vol assez long et peu confortable en ce qui concerne les prestations à bord.

                       

Sylvère est au rendez-vous avec Gérard, je reconnais de suite le premier pour avoir déjà voyagé avec lui et le second pour en avoir entendu parler par un ami et vu quelques photos sur lesquelles il apparaissait.

                    

L’arrivée à notre hôtel se fait assez rapidement et après une courte nuit, je me lève en laissant dormir mon voisin de chambrée pour aller faire un tour à l’extérieur.

                        

Avec Alain, nous sommes les premiers à avoir mis le nez dehors et la Tourterelle à ailes blanches (Zenaida asiatica) est la première espèce contactée tant à l’oreille qu’à la vue et des Conure de Finsch (Psittacara finschi) dans les airs.

                   

Il fait encore assez sombre, mais la vie animale s’éveille rapidement et des Quiscales à longue queue (Quiscalus mexicanus) passent bruyamment pour en témoigner s’il en était besoin.

          

Avec Alain, nous sommes attentifs à un cri strident qui ne peut appartenir qu’à un oiseau-mouche, il ne nous faudra que quelques secondes pour le trouver et ce sera celui d’une Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl).

                        

Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl). 

                   

L’oiseau miniature semble avoir trouvé un perchoir de prédilection sur un végétal reconnu comme un figuier de barbarie, où il revient après chaque envol.

                   

Alors là si vous êtes curieux par nature, évitez absolument de tripoter cet arbre à la protection naturelle quasi invisible.

                     

Je parle d’expérience, en effet, voulant tester le rendu d’une de ses espèces « feuille », je me suis retrouvé avec une multitude d’épines plantées dans l’intérieur de la main.

                        

Le côté collant de l’étiquette d’enregistrement de ma valise m’a servi pour enlever la presque totalité des aiguilles acérées accrochées à mon épiderme, pour celles qui sont restées, elles ont causé des infections dont je me serais bien passé.

                         

Ce sera le seul vrai désagrément physique de ce voyage mis à part les douleurs chroniques dans les genoux dues à des activités toniques dans le passé.

                       

Côté piafs, la lumière faisant son apparition, les oiseaux chers à notre cœur s’animent de plus en plus, nous assistons pour le moment à des courses-poursuites entre Merle fauve (Turdus grayi).

                           

Merle fauve (Turdus grayi)

                          

Plus haut dans le ciel, passent des Aigrettes neigeuses (Egretta thula), ainsi que des Amazones à diadème (Amazona diadema) pendant que les autres membres du groupe se lèvent les uns après les autres.

                        

En attendant le premier réel repas depuis notre départ de Paris, les apparitions de l’Ariane se multiplient pour le bonheur de tous, puis un nouvel occupant du figuier fait son apparition.

             

Rien de moins que ma première coche pour ce séjour, un Troglodyte à nuque rousse (Campylorhynchus rufinucha) et une photo reflex pour l'immortaliser.

                             

Troglodyte à nuque rousse (Campylorhynchus rufinucha)

                           

Ensuite tour à tour une Paruline Jaune (Setophaga petechia) également un Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola) ainsi qu'assez haut, les premiers martinets de la région.

                     

Des petits groupes de Hérons garde-bœuf (Bubulcus ibis) se déplacent rapidement à l'instar des Pigeons bisets (Columba livia) assez communs dans la grande agglomération.

                         

Urubu noir (Coragyps atratus)

                      

Nous quittons l’hôtel après un vraiment sympathique petit déjeuner pour voir l’Urubu noir (Coragyps atratus) planer au-dessus de la ville.

                    

C'est l’une des espèces que nous verrons quotidiennement et quel que soit le milieu dans lequel, nous, nous trouverons.

                                      

Moineau domestique (Passer domesticus)

               

Un petit retour à l’aéroport pour quelques formalités, permet d’observer le Moineau domestique (Passer domesticus) en parade, ainsi que des hirondelles non déterminées et des psittacidés au vol.

                    

Un peu plus tard, nous prenons la route dans le minibus pour nous diriger du côté « pacifique » du pays, une halte sur un pont au-dessus du Rio grande de Tarcoles permet d’observer, des Crocodiles américains (Crocodylus acutus).

                      

Crocodiles américains (Crocodylus acutus).

                   

Le fleuve et ses berges qui se trouvent à environ une vingtaine de mètres en dessous de nous, nous autorisent néanmoins l’observation d’une Aigrette bleue (Egretta caerulea) qui est installée sur un amas anarchique de branches charriées par le fleuve.

                    

L’une de ses cousines, une autre neigeuse, partage l’endroit ainsi qu'un Martin-pêcheur vert (Chloroceryle americana) plonge pour capturer un petit poisson, puis une écrevisse qui sera engloutie comme la première victime.

                       

Martin-pêcheur vert (Chloroceryle americana) 

                                 

Dans le ciel, un Caracara à tête jaune (Milvago chimachima) est aperçu cerclant tranquillement et une paire d’Aras rouges (Ara macao) arrivant droit sur nous ce qui ne dérange nullement les quiscales, toujours à longue queue, présents en masse.

                            

Loin de l’autre côté du pont, un groupe de Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna autumnalis) prend le frais les palmes dans l’eau alors que sur une souche, un Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) dépouille sa capture récente.

                 

Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna autumnalis) et Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus)

                           

Quelques Hirondelles des mangroves (Tachycineta albilinea) font des allers-retours d’un îlot jusque sous le pont sur lequel nous, nous trouvons et un Chevalier grivelé (Actitis macularius)  en plumage hivernal est localisé.

                          

Pour les reptiles, il a bien sûr les grands sauriens étendus, prenant le soleil, également des Iguanes verts (Iguana iguana) se déplaçant sur les galets et enfin un basilic.

 

Iguanes verts (Iguana iguana)

              

Et, Sylvère de préciser pour ceux qui l’ignoraient, que ce genre de lézard est capable de courir sur l’eau quand il juge sa survie en danger imminent et de nous montrer preuve à l'appui, la bestiole rejoindre la berge en cavalant rapidement au-dessus de l’onde.

          

Nous reprenons la route pour un site au bord de l’océan et d’un genre de belvédère qui sert de point de vue, nous avons la possibilité d’observer sur les rochers, des Pélicans bruns (Pelecanus occidentalis) accompagnés d’un Chevalier Criard (Tringa melanoleuca).

                      

Pélicans bruns (Pelecanus occidentalis)

                              

L’instant d’après, c’est l’apparition d’une Frégate superbe (Fregata magnificens) qui passionne tout le monde, même si cette dernière reste assez éloignée de nous et beaucoup plus proche, un Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus) cherche sa pitance dans les branches.

                         

Sur un câble de servitude, une Colombe inca (Columbina inca) regarde tout ce qui bouge en contrebas avant d’aller se poser au sol par crainte de tomber nez à nez avec un prédateur.

                   

Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus)

                                         

Nous reprenons la route pour nous arrêter dans un restaurant le contact avec les Hirondelles chalybées (Progne chalybea) est ici des plus faciles, elles se sont installée dans le creux de IPM qui servent de charpente à la toiture.

                      

De plus, il y a également une nouvelle colombe, toujours une inca, de petits passereaux ici ou là égaient les buissons.

 

Hirondelles chalybées (Progne chalybea)

                      

Un grand rapace passe au vol glissant, cette fois-ci, c'est un Urubu à tête rouge (Cathartes aura) et comme son cousin, nous le verrons lui aussi au quotidien.

                     

Après le repas, Sylvère nous conduit vers un lieu qu’il a repéré avant notre arrivée, une espèce de lagune assez vaste alimentée en eau douce par un petit fleuve ce qui permet d’avoir un certain débit en direction de l’océan.

                                        

Un Tyran mélancolique (Tyrannus melancholicus) attire notre attention en papillonnant dans les airs avant de revenir sur son perchoir un insecte, pris dans le bec.

                    

Tyran mélancolique (Tyrannus melancholicus)

               

L’agitation de cet oiseau nous autorise par ailleurs de bien voir un nouveau pic, encore un à couronne rouge et plus haut, un nouveau Caracara du Nord (Caracara plancus cheriway).

                      

Au bord de l’eau, un chevalier, un autre grivelé, nous amuse un temps, je montrerais quelques photos à des personnes se trouvant là.

                

Sylvère de son côté, scan l’autre rive, à environ 150 mètres pour y repérer, des Sternes royales  (Thalasseus maximus) sur un gros rassemblement.

                     

Alain qui est également très affuté au niveau de l’ornithologie, décèle la présence assez proche de nous d’un Bihoreau violacé (Nyctanassa violacea)  et d’une autre aigrette, une nouvelle bleue.

                               

De retour Sur les laridés, notre guide découvre une Mouette atricille (Leucophaeus atricilla) puis des Sternes caugek (Thalasseus sandvicensis) et tout ce beau monde prendra son essor au-dessus du plan d’eau à l’approche d’un humain.

                       

De petits limicoles sont repérés avant le retour des sternes, tout simplement des Tournepierres à collier (Arenaria interpres) qui, eux, sont restés en place.

                                                      

Les oiseaux se reposeront en masse sur leur point d’envol et sur la même berge opposée un Courlis corlieu (Numenius phaeopus) des Ibis blancs (Eudocimus albus) de même qu'un Chevalier solitaire (Tringa solitaria) seront vus, arpentant le bord de la lagune.

                    

Quelques belles Hirondelle à gorge rousse (Stelgidopteryx ruficollis) seront contactées, évoluant au-dessus de l’eau à vive allure, parfois rasant cette dernière, deux Tyrans quiquivi (Pitangus sulphuratus) s’agitent dans les bambous au bord de l’eau.

                                

L’heure passant, au moment de rejoindre notre véhicule afin de poursuivre notre voyage, un Paresseux d'Hoffmann (Choloepus hoffmanni)  nous sera montré par des passants et nous le partagerons avec des touristes… français, rencontré sur site !

                   

Plusieurs photos seront tentées de la masse informe perchée à plus de 30 mètres de hauteur, il n’y aura pas plus de succès avec un second animal accroché un peu plus bas et encore moins visible.

                       

Paresseux !

                                      

Des Pigeons roussets (Patagioenas cayennensis) sont à nouveau contactés, mais passent pour presque invisibles face aux paresseux.

                           

Plus tard, en fin d’après-midi, nous arriverons sur notre lieu d’hébergement et une fois les chambres récupérées et les bagages déposés, nous irons faire une balade à pied dans les alentours.

               

Ce sera l’occasion de rencontrer le Troglodyte familier (Troglodytes aedon) vraiment peu furtif, puis des Tangaras des palmiers (Thraupis palmarum) et les incontournables quiscales, ceux à longue queue, un nouvel Oriole du Nord (Icterus galbula).

 

Martin-pêcheur à ventre roux (Megaceryle torquata)

                                    

Dans un petit parc urbain, Le Pic ouentou (Dryocopus lineatus) sera quand même bien vu, ensuite à nouveau son petit cousin à couronne rouge très courant par ici, encore des Tangaras évêques (Thraupis episcopus).

                      

Un Martin-pêcheur à ventre roux (Megaceryle torquata) passera au-dessus de nous pour disparaitre rapidement et un Sporophile variable (Sporophila corvina) sur un fil électrique nous captivera un moment.

                              

Hirondelle des mangroves (Tachycineta albilinea)

                               

Le moment du repas du soir approchant, nous retournons vers l’espace réservé à la restauration et contactons à la vue de nouvelles hirondelles déjà aperçues plus tôt, des aras, des macaos, et les premiers Tyrans à tête grise (Myiozetetes granadensis).

                     

D’autres chalybées sont observées à la hauteur des poteaux de soutien de câbles, plus haut, des amazones rentrant au dortoir, puis des Tyrans sociables (Myiozetetes similis) assez bruyants et une Paruline obscure (Leiothlypis peregrina) dans un arbuste.

                             

Tyrans sociables (Myiozetetes similis)

                                    

Un peu de retard dans le service  de table nous permet de voir le Moqueur des savanes (Mimus gilvus)  et notre accompagnateur qui n’est pas en reste, désigne une Grande aigrette (Ardea alba) en vol.

              

Levant un peu plus les yeux, il cible des formes assez haut et venant vers nous, des Engoulevents minimes (Chordeiles acutipennis) par groupe de trois à quatre.

                            

Engoulevent minime (Chordeiles acutipennis)

                        

Les insectivores nocturnes quittent zone de repos diurnes pour se rendre sur les lieux de chasse et ce sera la dernière espèce contactée pour environ 25 à 30 individus observés.

                  

À la lecture du log de la journée, Une Buse à gros bec (Rupornis magnirostris), un Élanion à queue blanche (Elanus leucurus) aperçus en chemin seront ajoutés à notre liste, ainsi que la Colombe rousse (Columbina talpacoti) observée plusieurs fois dans la journée.

                           

Après le repas, nous passerons notre seconde nuit au Costa Rica avec beaucoup de rêves pour bercer notre sommeil et une liste de 58 espèces répertoriées malgré quelques-unes oubliées.

                      

1) Tourterelle à ailes blanches

2) Conure de Finsch

3) Quiscales à longue queue

4) Ariane à ventre gris

5) Merle fauve

6) Aigrettes neigeuses

7) Amazones à diadème

8) Troglodyte à nuque rousse*

9) Paruline Jaune

10) Sucrier à ventre jaune

11)  Hérons garde-bœuf

12) Pigeons bisets

13) Urubu noir

14) Moineau domestique

15) Aigrette bleue

16) Martin-pêcheur vert

17) Caracara à tête jaune

18) Aras rouges

19) Dendrocygne à ventre noir

20) Balbuzard pêcheur

21) Hirondelles des mangroves

22) Chevalier grivelé

23) Pélicans bruns

24) Chevalier Criard

25) Frégate superbe

26) Pic à couronne rouge

27) Colombe inca

28) Hirondelles chalybée

29) Urubu à tête rouge

30) Tyran mélancolique

31) Caracara du Nord

32) Sternes royales 

33) Bihoreau violacé

34) Mouette atricille

35) Sternes caugek

36) Tournepierre à collier

37) Courlis corlieu

38) Ibis blancs

39) Chevalier solitaire

40) Hirondelle à gorge rousse

41) Tyran quiquivi

42) Pigeon rousset

43) Troglodyte familier

44 Tangaras des palmiers

45) Oriole du Nord

46) Pic ouentou

47) Tangara évêque

48) Martin-pêcheur à ventre roux

49) Sporophile variable

50) Tyrans à tête grise*

51) Tyrans sociables

52) Paruline obscure

53) Moqueur des savanes

54) Grande aigrette

55) Engoulevents minimes*

56) Buse à gros bec

57) Élanion à queue blanche

58) Colombe rousse

                    

Paresseux d'Hoffmann

               

Crocodiles américains

Iguane vert

Basilic

 



24/03/2022
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres