Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Mon matériel d'observation et de photographie

 

La présentation de mon matériel

 au moment de la création de mon blog.

 

Comme tout un chacun, j'ai commencé l'ornithologie dès mon enfance, bien  avant l'âge de dix ans soit il y  en a maintenant plus de quarante, je ne sais les raisons de ce choix, mais il est bien encré au plus profond de mon esprit, bien sûr je ne suis pas resté enfermé dans cette seule passion, mais ce fût la prédominante dans ma vie.

Au début mes yeux un crayon et un calepin m'étaient suffisant, puis la littérature m'aida pour pas mal de lacunes et en plus des conseils que l'on peut me prodiguer et dont je suis toujours avide, c'est toujours vers elle que je reviens en cas de doute.

Le doute, justement, c'est lui qui m'a orienté dès que je l'ai pus vers la photo, là aussi, il y a encore du travail, mais quand sur le terrain, seul  ou à plusieurs observateurs, le doute s'installe sur l'identité d'un oiseau, d'une plante, d'un autre animal voir même d'un minéral, quoi de plus simple qu'une photo pour revoir une tranche de vie, un individu isolé ou en groupe, comment pouvoir être sûr alors que le sujet d'interrogation  n'est plus devant les yeux même si la photographie n'est pas un chef-d'œuvre de pixellisation dont de toutes façons ce n'est pas la destination .

Pour le moment et  ce depuis un certain temps, j'utilise pour mes observations une paire de jumelles de marque Argonne 10X42, cette marque est commercialisée par la société Europe Nature Optik  en Champagne Ardenne, c'est également là que je me suis procuré une longue vue de moyen de gamme de la marque Kowa  c'est une TSN 823 avec un oculaire de 32mm.

 

 

Un jour je pourrais sûrement en acheter une d'encore meilleure qualité, mais pour le moment, je suis attaché à celle-ci et de toutes façons, j'ai d'autres priorités financières  qui ne souffrent d'aucunes ambiguïtés.

Les oiseaux, comme la plupart des animaux, possède une distance de sécurité ou encore "distance de fuite'' qui est proportionnelle à l'état farouche de l'animal.

Plus le sujet est craintif et plus cette fameuse distance est grande. 

Cela peut être  lié à une espèce, un individu ou un lieu, rien n'est figé.

La distance de fuite d'un plongeon ne sera pas la même en France qu'en Islande!

 

                           Mon matériel photographique

 

Pour en venir au matériel, en plus d'un bon guide ornithologique dans un format facilement transportable, un calepin et un crayon, une bonne paire de jumelle et un appareil photo forment mon matériel de base pour l'observation de l'agent ailé de mes balades.

 

 

Ici, un boîtier EOS 20 D numérique de marque Canon et un objectif 170-500 mm F 5-6.3 de Sigma, ainsi qu'une bonne paire de jumelles 10X42 de marque Argonne commercialisée par la société ENO (Europe Nature Optik) au moment de l'achat.

Je conseille sans concession  cette enseigne qui se trouve en France  dans la région de Troyes pour un tas de bonnes raisons. Le pictogramme vert,  quelques lignes plus hauts, est celui de cette société.

 

 

La longue vue apporte encore quelques éléments supplémentaires à l'observation, comme bien sûr une diminution  importante de la distance d'observation.

Il y a en général deux types d'oculaires : environ 30 X pour l'observation et environ 60 X pour la lecture des bagues de pattes ou les selles nasales et autres marquages alaires individuels.

Elle ne s'utilise en général que sur un trépied, celui-ci est de marque Manfrotto en aluminium. Les nouvelles techniques à base de fibres de Carbone améliorent sensiblement le degré d'élimination des vibrations,  d'où une utilisation plus rapide pour une observation ou une prise de vue.

L'autre élément incontournable, c'est le poids ! 

Un gain important en passant de l'Aluminium au Carbone, quand vous trimbalez votre attirail sur le dos une bonne partie de la journée, toute diminution de ce poids est appréciable.

Pour ma part, je possède une longue vue de marque Kowa, celle de la photo ! C'est une TSN 823 avec un oculaire de 32mm, elle est très "lumineuse" et m'apporte beaucoup de plaisir.

Elle est ici présentée avec son étui permanent, le pare-soleil est sorti, (c'est la pièce grise à l'avant de la longue vue).

Sur la bonnette, il y a une partie en aluminium qui est en fait une pièce de l'adaptateur pour la digiscopie avec un "24 x 36"ou un compact, en effet, une longue vue ne sert pas qu'à observer ! !

 

 

L'autre utilisation de la longue vue, C'est la photographie !

La photo a plusieurs buts : le premier, obtenir une image fixe du   sujet, que ce soit pour agrémenter une galerie de photographie, lever un doute sur un volatile observé   sur le terrain ou encore transmettre une info à un tiers. Mais souvent sur des animaux statiques en ce qui concerne la prise de vue par digiscopie.

Ci-dessus, ma longue vue avec un Coolpix 4500. La longue vue doit obligatoirement posséder des verres avec un traitement spécial pour des résultats optimums.

Mon EOS 20d de marque Canon  ci-dessous avec un objectif à focale fixe de 50mm F 2.8.

Cet objectif ne me sert que pour la digiscopie.

 

 

Ci-dessous, mon boîtier EOS 20D est équipé avec un objectif à miroir de 500mm, entièrement manuel, assez lourd, à préférer pour les photos sous affût et bien sûr sur trépied, car la moindre vibration et la photo est mauvaise.

Il est efficace par faible lumière, en sous bois ou sur une berge de rivière ombragée par exemple.

Si l'animal est lui aussi immobile, c'est encore mieux !

 

Mon matériel c'est un peu étoffé, suis encore en train de le tester, il s'agit d'un boitier Canon EOS 1D MARK III, je vous le présente sur  " Mon matériel d'observation , "suite" .avec un 300F 2.8 à focale fixe.



09/03/2010
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres