Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Journée des cimetières à Thiais

                                         
Ce matin, les portes monumentales de la nécropole de Thiais sont encore closes à mon arrivée sur site.
                                         
Pourtant, sur les pelouses face au grand préau, il y a de l’activité et pour cause, les techniciens sont à pied d’œuvre afin d’assembler des stands d’animation destinés à la journée des cimetières.
                                         
Au bout d’un petit moment, une file de voiture se constitue derrière le C4, dans laquelle il y a la voiture de Sabine et Daniel.
                                         
D’autres personnes m’ont contacté pour participer, en attendant, je continue à noter les espèces d’oiseaux que je vois ou que j’entends, comme le Rougequeue noir par exemple.
                                         
Les Étourneaux sansonnets sont également de la partie, tout autant que les Pigeons bisets.
                                         
En attendant d’autres éventuels participants, un Pic vert est entendu par l’émission de son cri caractéristique, puis un Faucon crécerelle est aperçu, glissant sur un courant d’air invisible.
                                         
Une Tourterelle turque décolle d’un arbre situé derrière chez Franc pour sortir des limites du cimetière et ne plus y revenir.
                                                                       
Restant à distance raisonnable pour cause d’état grippal avancé, je n’en suis pas moins vraiment content de voir ces deux habitués qui viennent régulièrement aux balades mensuelles proposées par la LPO.
                                         
D’autant plus que Daniel, me propose à chaque fois de belles prises de vues, pour agrémenter les comptes rendus afin de palier à mon manque de talent photographique.
                                                                                  
Après quelques instants, un trio composé des trois membres d’une même famille, arrive aussi tranquillement que possible.
                                         
Nathalie, répondant au gentil sobriquet de Toutoune, Thierry et leur fils Aurélien alors que Franck vient nous saluer ainsi que madame la conservatrice tout comme plusieurs membres du personnel.
                                         
Le Grimpereau des Jardins qui nichait dans l’If d’ornement a terminé l’élevage de ses petits, mais son chant reste bien présent autour du bâtiment de la conservation.
                                         
Comme apparemment, notre équipée est au complet au moment du départ, nous voilà donc partis comme il se doit vers la parcelle N1.
                                         
Sur la grande place, nous finissons de faire connaissance, et la bonne humeur sera de mise avec le très sérieux Thierry qui, comme moi, ne semble pas rater une occasion de plaisanter.
                                         
Côté ornithologie, un Rougegorge familier est vraiment bien entendu, mais par une couverture foliaire assez dense, nous renoncerons à le chercher.
                                         
L’instant d’après, c’est un premier Geai des chênes qui attire notre attention, mais là aussi, il se réfugie dans la frondaison, ce qui nous interdit toute observation, même minime.
                                         
Daniel contacte à la vue un turdidé qui ne peut être qu’une Grive draine, perchée sur une croix, plongeant au sol alors que les jumelles se posent sur elle. 
                                                                
En la recherchant, Sabine repère assez facilement un pic, encore un vert au sol entre les croix, puis l’oiseau par bonds successifs arrive dans le parterre de fleurs au pied du mat.
                                         
Mimétique parmi les couleurs variées, le picidé reste quasiment invisible, d’autant qu’il descend sur la pelouse à l’opposé de notre position.
                                         
En voulant le contourner, mais tout en restant sur le pourtour de la parcelle, un second individu est aperçu et longuement observé.
                                         
La draine n’a pas demandé son reste et a disparu depuis un moment quand les deux pics décollent l’un après l’autre pour s’éclipser dans le feuillage compact des grands marronniers.
                                         
Corneilles noires et Pie bavardes sont vues dans le cèdre du jardinet extérieur, ainsi qu’un groupe de Mésanges bleues. 
                                         
Un premier Accenteur mouchet est vu furtivement l’espace d’un instant à proximité du centre technique, c’est toujours mieux que la Grive musicienne, bien entendue, mais non localisée de visu.
                                         
De retour sous les marronniers, Aurélien, en regardant vers le haut et au centre de la voie, nous explique le Phénomène de la timidité des cimes à force d’argument intéressant que nous ne connaissions pas.
                                         
En quittant la voute végétale, des Martinets noirs sont entendus, puis localisés, décrivant de grands orbes aériens dans l’axe du grand préau.
                                         
Un Goéland argenté glisse placidement lui aussi sur le souffle de Zéphir ensuite s’éloigne sans plus d’efforts que nécessaire. 
                                         
Le second carré militaire ne donne rien en termes d’espèce d’oiseau, mais nous recherchons également des traces notables d’orchidées sauvages qui poussent de façon aléatoire ici ou là.
                                         
Sabine met en avant la partie de route végétalisée, ainsi que sur la biodiversité renaissante à cet endroit, alors qu’il y a encore peu, des véhicules circulaient sur cette ancienne portion de route.
                                         
Nous continuons notre périple pour localiser de long en long des mâles chanteurs de Fauvette à tête noire, visibles parfois, mais cachés le plus souvent.
                                         
Le traine-buisson, quant à lui, est de nouveau aperçu, et la Mésange charbonnière assez active est par ailleurs au rendez-vous de notre balade. 
                                         
Plus loin, Le chant du Pouillot véloce nous arrive aux oreilles, localiser le passereau est l’affaire de quelques instants, même s’il est situé assez loin.
                                         
Régulièrement, nous apercevons des Merles noirs, ils ne sont pas légion, mais assez nombreux pour le noter. 
                                         
Dans la zone de la friche, proche du portail vert, c’est le Troglodyte mignon qui laisse entendre son chant puissant et, dans une moindre mesure, plusieurs passereaux déjà entendus dans la matinée.
                                         
Sabine, qui suit des yeux une Perruche à collier au vol, nous déclare que c'est l'une des bleues pastel présentes de temps à autre ici, ce qui donne un regain d'intérêt pour cette espèce.
                                         
En sortant de l’ombre sous laquelle nous avancions un instant plus tôt, pour ma part, je suis ébloui par la lumière du soleil.
                                         
Je distingue vraiment très mal un oiseau posé au sol à plus de cinquante mètres de distance, que me montre Daniel, au point de le prendre pour un pic.
                                         
Il n’en est rien, preuve à l'appui, nous avons là un Faucon hobereau, ce qui ravi tout le monde, en effet, l’espèce annuelle ici n’en est pas si fréquente quand même.
                                         
L’oiseau de proies proche d’une flaque d’eau finit par s’envoler et de nous laisser tout à notre émotion, ponctuée de remarques sur ce splendide rapace.
                                         
Puis, nous prenons la décision de nous diriger vers l’ALGECO afin de tenter de retrouver la Fauvette grisette vue ici sur la balade précédente.
                                         
Son chant est facilement perçu, et parfois une fine silhouette s’arrache du contre-jour des buissons où elle à élu domicile pour la période de reproduction.
                                         
Ce qui est agaçant, c’est qu’elle reste obstinément accrochée à sa branche, faisant à peine de rares écarts de plus ou moins un mètre.
                                         
Puis, à un moment, un petit passereau est contacté à la vue et tous les regards se focalisent dans sa direction.
                                         
Le chant est bien celui d’une grisette et la différence de direction entre l’oiseau et le son émis, est imputable à celle d’un petit vent qui pousse de la droite à ce moment-là.
                                         
Avec plus ou moins de succès, tout le monde finit par voir la fauvette avec approximativement de la netteté. 
                                         
Bien que plus visible que précédemment, elle n’en reste pas moins en contrejour, et à force d’explication, c’est une miroise collective au bout du compte.
                                         
On y va même de quelques tentatives de prises de vues, et là, un truc ne va pas, mais comme elle se remet à chanter vers ma droite, mes soupçons s’envolent sur l’air entrainant de la grisette.
                                         
J'eus dû être plus rigoureux en regardant l’écran de mon APN, une fois arrivé à la maison, en visionnant les photos, le doute n’est pas permis, nous avions un Hypolaïs polyglotte face à nous.
                                         
Un peu fatigué dû à un état fébrile général, j’ai manqué d’attention sur le moment, mais après quelques heures de repos à la maison, cela va un peu mieux.
                                         
Sur la remontée vers la sortie, et donc la fin de la balade matinale, un Pic épeiche est observé dans un vol chaloupé alors qu’il traverse une parcelle pour finir par se soustraire à notre vue.
                                         
Le Pinson des arbres, tellement banal, est à deux doigts d’être oublié, autant que les rares Écureuils roux observés de temps à autre et rappelés par des participants assidus.
                                         
Le Log permet donc de se remémorer la liste des espèces rencontrées dans la matinée, ainsi que de remercier tout le monde d’avoir tenu jusqu’au bout et également pour les échanges de connaissances.
                                         
Déclinant l'offre d'un déjeuner offert par l'organisation de la journée des cimetières, je rentrerais directement à la maison pour un bon repos.
                  
1) Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros)
2) Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris)
3) Pigeons bisets (Columba livia)
4) Pic vert (Picus viridis)
5) Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)
6) Tourterelle turque (Streptopelia decaocto)
7) Grimpereau des Jardins (Certhia brachydactyla)
8) Rougegorge familier (Erithacus rubecula)
9) Geai des chênes (Garrulus glandarius)
10 Grive draine (Turdus viscivorus)
11 Corneilles noires (Corvus corone)
12) Pie bavardes (Pica pica)
13) Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus)
14) Accenteur mouchet (Prunella modularis)
15) Grive musicienne (Turdus philomelos)
16) Martinets noirs (Apus apus)
17) Goéland argenté (Larus argentatus)
18) Mésange charbonnière (Parus major)
19) Merles noirs (turdus merula)
20) Troglodyte mignon (Troglodites troglodytes)
21) Faucon hobereau (Falco subbuteo)
22) Fauvette grisette (Curruca communis)
23) Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta)
24) Pic épeiche (Dendrocopos major)
25) Pinson des arbres (Fringilla coelebs)
                                                                   
A) Écureuils roux (Sciurus vulgaris)



16/06/2024
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 103 autres membres