Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Harle couronné Lophodytes cucullatus

Harle couronné (Lophodytes cucullatus)

 

Règne : Animalia 

 

Embranchement : Chordata

 

Sous-embranchement : Vertebra 

 

Classe : Aves

 

Ordre : Ansériformes

 

Famille : Anatidés

 

Genre : Lophodytes

    

Espèce : Cucullatus

 

 

Linnaeus : 1758

  

    

Chez nos voisins : Hooded merganser, Kappensäger, Serreta capuchona, Kokardezaagbek / kuifzaagbek, Smergo dal cuiffo.

   

 

J F M A M J J A S O N D

 

 

D’une longueur de 43 à 58 centimètres pour une envergure de 56 à 70 cm et accusant un poids compris entre 540 grammes pour les femelles d’une part et un peu plus pour les mâles d’autre part puisque 680 gr environ , ses mesures biométriques en font le harle le plus petit de la zone nord-américaine.

 

Pour un observateur même novice, cette espèce ne comporte pas de risque sérieux d’erreur d’identification.

 

En effet deux barres noires bien qu’irrégulières sont présentes sur les côtés de la poitrine blanche, la gorge et le ventre sont également blancs, alors que la queue,  est brun gris  foncé, les flancs, quant à eux sont  soit couleur fauve, voir brun-roux vermiculés pour le mâle.

 

Le mâle et la femelle arborent tous deux un genre de huppe qui se déploie en éventail laissant apparaitre une plage blanche caractéristique alors qu’au repos seul un trait blanc fort est visible de l’œil vers l’arrière de cette huppe.

 

 

 

Bien que de taille nettement inferieure et plus terne, celle-ci est également présente chez la femelle.

 

Il présente un bec noir, ressemblant à celui des harles du genre Mergus, mais il  n'en fait  pas partie et  autrefois, il portait le nom de bec-scie couronné.

 

Au sol ses pattes placées loin en arrière du corps lui interdisent une marche aisée même si la femelle arrive à parcourir des distances assez conséquentes avec sa nichée pour rejoindre l'eau après leurs naissances.

 

Comme tous les harles, cette espèce possède un décollage rapide précédé d’une course sur L’eau, le battement de ses  ailes est très rapide, à contrario pour amerrir, il se pose sur l’eau en se servant de ses pattes palmées pour glisser sur la surface et ralentir.

 

Très bon plongeur, il utilise ses ailes et allonge ses pattes vers l'arrière et ses yeux parfaitement adaptés à la vision subaquatique sont un autre atout pour un régime piscivore, mais avec d’autres apports comme les grenouilles insectes aquatiques, ainsi que quelques graines et autre plante liées à son milieu.

 

C’est la femelle qui choisit le lieu de nidification souvent le même que l’année précédente, dans un arbre mort, entre 1,20 et 4,50 m de hauteur, mais chose curieuse, les nids semble souvent disputés par plusieurs espèces et donc il n’est pas rare de trouver dans un nid des œufs de différentes espèces comme les garrots et le grand harle Mergus serrator.

 

Entre mars et avril, la ponte est constituée de sept à huit œufs, dont l’incubation dure environ 32 à 33 jours les petits nidifuges quittent le nid quelques heures après leur éclosion, abandonnés par leur mère au bout de cinq semaines environ ils seront adulte au terme de deux ans.

 

C’est un visiteur  vraiment très rare en Europe, donc également en France et comme il est présent dans de nombreux parcs ornithologiques il est difficile de déterminer l’origine  d’une observation dans notre zone.

 

L’aire de répartition de ce harle dans la zone néarctique s’étend  du Canada au nord-ouest des États-Unis, à l’est du Mississipi sur les lacs et réservoir d’eau douce de préférence avec un fond sablonneux ou couvert de galet, du moment que ce soit calme et peu profond   à proximité de forêts tempérées.

 

Ce canard plongeur et vraiment abondant dans la région des grands lacs un peu moins ailleurs, dans ces deux pays, il fait partie des oiseaux dits « gibiers d’eau », il hiverne  en Californie sur la côte du Pacifique également sur les côtes du Delaware ainsi qu’au Texas.

 

Cette série de photos fut faite au parc des oiseaux dans les Dombes en 2008, un superbe parc ceci dit en passant, j’y retourne de long en long toujours avec plaisir.

 

 

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

 

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

       



12/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres