Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Harelde boréale Clangula hyemalis

Autres canards plongeurs du site :  Fuligule milouin Aythya ferina , Nette rousse  Netta rufinaFuligule nyroca Athaya nyroca ,   Fuligule milouinan  Aythya marila , Fuligule morillon  Aythya fuligula , Fuligule à bec cerclé Aythya collarisEider à duvet Somateria mollissima , Macreuse noire Melanitta nigra ,  Macreuse brune Melanitta fusca , Garrot à œil d'or  Bucephala clangula , Garrot d'Islande Bucephala islandica , Garrot albéole Bucephala albeola , Macreuse à front blanc Melanitta perspicillata , .

  

Chez nos voisins : Long-tailed Duck, Eisente, Pato Havelda, Ijseend, Moretta codona.

  

Canards de surface :

  

Harelde boréale (Clangula hyemalis)

  

Règne : Animalia

  

Embranchement : Chordata

  

Sous-embranchement : Vertebra

  

Classe : Aves

  

Ordre : Ansériformes

  

Famille : Anatidés

   

Genre : Clangula

  

Espèce : Hyemalis

  

  

Linnaeus : 1758

  

  

De 41 à 59 centimètres de longueur, pour une envergure comprise entre 73 et 79 cm et accusant un poids de 500 à  1050 grammes pour le mâle un peu moins pour la femelle puisque situé entre 450 et 880 g.

    

Le front, le vertex, la nuque, la poitrine, les sous-caudales sont blancs les scapulaires et les flancs sont gris perle, le ventre, la totalité du dessus des ailes ainsi que le dos et la longue queue effilée, sont noirs.

    

La zone des parotiques, y compris au-dessus de l’œil,  forme une tache grise cendrée et une trace noire est marquée en arrière de la joue.

Un cercle orbital est également présent. Le bec au culmen assez évident, est noir et rose.

    


 

Chez ce plongeur dont les immatures et les femelles possèdent un plumage quasi identique et le fait d’avoir un système assez compliqué de mue avec quatre plumages différents sur une année calendaire  n’arrange pas les choses.

    

Comme beaucoup d’espèces de canards, celle-ci possède sur son aire de répartition un site de reproduction totalement différent de celui hivernage en effet pour la période froide, ce canard plongeur trouve asile  dès les premiers frimas sur les littoraux, lagunes salées ou saumâtres et cela jusqu’en Afrique du nord.

    

En revanche, aussitôt  les premiers signes de redoux, à partir du  mois de mars, les mâles retrouvent les aires de nidifications en Ecosse et en Scandinavie  la plupart du temps avant même que la glace soit complètement fondue où elle recherchera les zones de toundra de préférence.

    

La femelle  dépose dans son nid entre six et sept œufs qu’elle couve seule dans un nid au sol en forme de cuvette et simplement tapissé de feuilles et aussi du duvet que la femelle arrache au niveau de ses plaques incubatrices, l’incubation s’étale sur 23 à 25 jours bien sûr les poussins nidifuges quittent le nid après quelques heures de séchage de leur duvet.

    

Pour ma part, j’ai pu rencontrer ce magnifique canard dans le golf du Morbihan en mars 2008  une véritable chance.

    

Il semble que cet oiseau soit aussi appelé Harelde Kakawi, Harelde du Nord ou Harelde de Miquelon et pour finir Garrot de Miquelon.

  

Cette espèce semble peu farouche mais, continuellement en mouvement, le décollage de la surface est facile, sans course sur l’eau, le vol vraiment rapide lui aussi se fait au ras de la surface pouvant atteindre les 100km/h en migration, la législation française autorise cette espèce dans les gibiers d’eau.

  

Cet oiseau se nourrit principalement de petits poissons mollusques et de coquillage par de fréquente plongée normalement de 10 à 15 mètres de profondeur, mais sur les grands lacs canadiens, les profondeurs peuvent atteindre 60 mètres pour des durées exceptionnelles de deux minutes, ce qui fait de ce petit canard un plongeur hors pair, il  ajoute à son régime estival des insectes.

  

Si en été le plumage tire dans son ensemble sur le brun-noirâtre ne laissant que les joues l’arrière de la tête le ventre, les flancs et les sous caudales blanches en revanche, en hiver, la tendance s’inverse pour voir un plumage à majorité couleur de neige à l’exception de la poitrine noire ainsi que le dos, le croupion et quelques rectrices centrales  qui pointent vers le haut quand l’oiseau est posé sur l’eau à la manière de celle des Canards pilet  Anas acuta  en été.

  

Ce superbe canard qui possède  un joli nom féminin, en effet on dit bien La Harelde boréale est un oiseau qui reste difficile à déterminer lors de l’observation en dehors des mâles adultes.

  

  

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

  

Recherches autres anatidés
Recherches plus faciles



11/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres