Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Oie à tête barrée Anser indicus

Oie à tête barrée Anser indicus

           

Règne : Animalia 

           

Embranchement : Chordata

             

Sous-embranchement : Vertebra

             

Classe : Aves

           

Ordre : Ansériformes

           

Famille : Anatidés

           

Genre : Anser

           

Espèce : Indicus

           

           

Latham : 1790

           

                         

Chez nos voisins : Bar-headed Goose,  Streifengans, Ansar Indio, Indische gans, Oca indiana.

     

     

J F M A M J J A S O N D

Echappé de captivité, en France            

           

           

De 71 à 76 centimètres de longueur, pour une envergure située entre 140 et  160 cm, accusant un poids  compris entre  2000 à 3000 grammes, c’est une  oie de petit gabarit, mais fort jolie, en outre elle semble avoir une durée de vie supérieure à dix ans.

          

L'oiseau par lui-même est parfaitement reconnaissable car comme son nom l'indique, sur une tête entièrement blanche deux barres noire sont dessinées horizontalement.

          

 

          

Le blanc de la tête descend le long du cou gris foncé, presque noirâtre  pour finir en virgule vers l'arrière.

          

Le ventre, la gorge, le dos ainsi que le dessus des ailes sont gris-perle, avec un liseré presque blanc sur le bout des plumes.

          

Quand elle est au sol, la couleur orange jaune vif de ses pattes  et de son bec associées à la couleur du plumage  permet également de lever le doute si l'on ne voit pas la tête, le dimorphisme sexuel n’est pas du tout évident chez cette espèce d’anatidés, les deux membres du couple sont identiques.

          

L’espèce se rencontre  en Mongolie et en Chine sur la chaîne himalayenne où elle s'installe sur les lacs d'altitude vers 4000 à 5000 mètres.

          

Elle migre pour ses quartiers d'hiver dans le nord de l'Inde, le Pakistan et pour ce faire, passe au-dessus du toit du monde, les fameux  sommets de l'Himalaya,  « la demeure des neiges », culmine tout de même à plus de 8500 mètres d’altitude.

          

On les aurait  aperçus encore plus haut, aux environs de 10 000 mètres, incroyable  et l’homme qui se traine lamentablement avec un maximum de 20 % de ses possibilités quand il est au sommet de cette majestueuse montagne et encore,  avec un équipement adapté, sans il n’y survivrait même pas.

          

Cette aptitude extraordinaire est dut à la consistance de son hémoglobine qui fixe fortement l'oxygène et qui fait d'elle la détentrice avérée du record de vol en haute altitude pour les oiseaux.

          

Le couple semble uni pour la vie, c’est en mai juin que la femelle  installe son nid dans une cuvette au sol en règle générale au milieu de la végétation, parfois dans une cavité d’arbre, il est tapissé de feuilles sèches de brindilles et bien sûr d’un peu de duvet de la future mère.

          

Donc au moment  la ponte, la femelle de cette espèce dépose dans le nid quatre  à six œufs dont  l'incubation dure 28 à 30 jours environ.

          

Les oisons ont un duvet jaune avec des parties ocre foncée, bien sûr ils sont nidifuges ils prendront leur essor vers 60 jours, assistés par les deux parents, ils resteront dans le cercle familial jusqu’à la prochaine saison de reproduction.

          

Extrêmement grégaire voir même sociable à l'extrême, cette oie se rencontre à l'état sauvage en compagnie d'autres oiseaux du genre Anser tant durant la période de migration que celle de la nidification.

          

En Europe, cette espèce d’ornement fait le plaisir des collectionneurs, les échappés sont légions et l’oiseau est devenu férale de la Finlande à l’Espagne, bien loin de sa région d’origine, ainsi va le sort de certaines espèces, heureusement, celle-ci n’a que peu d’impact sur l’environnement qu’elle colonise.

          

Son régime alimentaire est essentiellement végétarien, elle glane de-ci de-là des graines et des fruits, durant la période de reproduction, des insectes aquatiques et des micros crustacés sont à l’affiche des repas quand c’est possible.

          

          

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure

          

          

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net  où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

    

   

Autres ansériformes du site  ←

   

Recherches plus faciles

   



08/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres