Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Canard colvert Anas platyrhyrnchos

Autres canards de surface :  Canard chipeau Anas strepera , Canard pilet  Anas acuta , Canard souchet  Anas clypeata , Canard siffleur Anas penelope  , Sarcelle marbrée  Marmaronetta angustirostris , Sarcelle d’hiver Anas crecca , Sarcelle d’été  Anas querquedula .

                

                

Chez nos voisins : Mallard, Stockente, Azulón, Wilde eend, Germano reale

                    

                        

Canards plongeurs

                    

                  

Canard colvert  (Anas platyrhynchos)

 

Règne : Animalia

 

Embranchement : Chordata 

 

Sous-embranchement : Vertebra

 

Classe : Aves

 

Ordre : Ansériformes

 

Famille : Anatidés

 

Genre : Anas

 

Espèce : platyrhyrnchos

 

 

Linnaeus : 1758

 

 

J F M A M J J A S O N D

Présence annuelle et reproducteur en France          

                      

                             

D’une longueur de 51 à 62 centimètres pour une envergure de 81 à 98 cm et accusant un poids de 850 à 1400 grammes, en outre, ce canard à une espérance de vie d’environ 30 ans, mais en moyenne, ne dépasse pas les cinq ans, c’est une espèce chassée sur pratiquement toutes son aire de répartition à quelques exceptions prêts !

 

Le mâle de cette espèce ne peut être confondu, si ce n’est avec le Canard mignon qui lui ressemble trais pour trais, mais en miniature, mêmes formes générales, mêmes couleurs, une observation simple permet de dissocier les deux espèces rapidement tant il y a de différences pourtant.

 

Sa tête et son coup vert foncé, le collier blanc, ainsi que la poitrine brun lilas ne laisse que peu de doute sur l’espèce, les flancs sont gris-perle, les rémiges et les couvertures sont gris-brun, avec en miroir bleu métallique iridescent souligné en haut et en bas par deux barres  blanches et noires.

 

 

Les plumes du croupion sont retroussées vers le haut et l’avant, elles sont avec les sous-caudales noires, les rectrices sont plutôt grise avec un liseré noir.

 

Les pattes sont oranges vif, le bec et jaunâtre avec une petite pointe noire.

 

Le lieu de nidification à l’état sauvage, est varié, dans un premier temps, c'est quasiment toujours la femelle qui choisit le site de ponte, le plus souvent, l’endroit où elle a vue le jour, ainsi va le monde !

 

La période de reproduction et assez étalé et commence tôt dans l’année pour se poursuivre jusqu’en juillet, la ponte est de huit à dix œufs Le nid peut être placé dans un trou d'arbre jusqu'à six mètres de haut, ou dans un mur, voir même dans un nichoir,  mais le plus souvent au sol dans une cuvette aménagée, où la femelle dépose une dizaine d'œufs et les  couve seule durant un mois environ.

 

A noté que ci le nid contient plus d'une quinzaine d'œufs, ils sont pratiquement à coup sûr la ponte de deux femelles.

 

Le nid en forme de cuvette est tapissé des plumes du ventre de la femelle, à  cela, deux raisons importantes, l’une, les plumes ainsi arrachées laissent apparaître Les plaques incubatrices, l'autre, la cane recouvre ses œufs quand elle va se nourrir.

 

L'incubation quand à elle, commençant seulement à la fin de la ponte, les petit naissent tous le même jour.

 

Les canetons, sont nidifuges, dés que le duvet de naissance est sec, ils sont à même de quitter le nid. Ils peuvent également sous protectorat de leur mère se nourrir seuls, en cas de pépins, celle-ci se met en avant pour protéger ses rejetons.

 

Habituellement, migrateur partiel ou population sédentaire, il est présent pratiquement  partout en France.

 

Ce canard de surface bien qu'étant chassé sur pratiquement toute sa surface de répartition et comme toutes les autres espèces d'oiseaux aquatiques souffrant de la réduction des zones humides ne semble pas en danger de diminution d'effectif.

 

En effet, le décollage quasi vertical ainsi qu'une vitesse en vol pouvant atteindre les 80 Km, ce qui lui permet de temps à autre d'échapper aux chasseurs, de plus le colvert à une grande facilité à s'adapter aux parcs publics, réserves où il trouve de la tranquillité assurée. 

 

Le dimorphisme est important puisque la femelle ci-dessous à plutôt une nette tendance à la couleur chinée et cela toute l'année, ce qui lui assure une bonne protection durant la période d'incubation.

 

Ce canard  aime les fonds peu profonds, en effet bien que végétarien, il agrémente son Régine de petit mollusque et insectes aquatique.

 

Quand il est sur le sol sec, il "broute" de l'herbe verte, mais aussi des graines, quand il a l'occasion, du blé ou du maïs.

 

Sur l’une des photos ci-dessous, les habitués de l'observatoire  reconnaîtront la souche de l'étang des Gravelles sur le marais de Misery et pour la petite histoire, c'est la Poule d'eau qui restera sur la branche.

 

Tant à l'état sauvage que dans les parcs publics tant que la nourriture est présente ce canard partage tant bien que mal tout les types d'habitats, pourvu qu'il y est de l'eau à proximité.

 

En période hivernale, Le plumage des canards possède le maximum de coloration.

               

Du fait de son aire  de répartition assez  large au niveau mondial, ce superbe canard se décline  en deux sous espèces comme suit.

                    

C’est Linnaeus qui en 1758 décrit Anas platyrhynchos platyrhynchos, puis en 1831 c’est au tour de C.L. Brehm de trouver quelques différences avec Anas platyrhynchos conboschas.
               

                           

Son statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure

 

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

               

                

Recherches autres anatidés ←
Recherches plus faciles ←

         

         



10/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres