Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Canard à crinière Chenonetta jubata

Chez nos voisins : Australian Wood Duck, Mähnenente, Pato de Crin, Manengans, Anatra arboricola australiana.

     

Canards plongeurs :    

    

Harles :  

    

Canard à crinière (Chenonetta jubata)

                                          

Règne : Animalia 

                                          

Embranchement : Chordata

                                          

Sous-embranchement : Vertebra 

                                            

Classe : Aves

                                            

Ordre : Ansériformes

                                            

Famille : Anatidés

                                            

Genre : Chenonetta

                                            

Espèce : Jubata

                  

                        

Latham : 1802

                    

                   

J F M A M J J A S O N D

Echappé de captivité, en France

        

       

De 44 à 51 centimètres de longueur, pour une envergure d’environ 80cm et  accusant  un poids de 800 à 815 grammes, cette espèce, de  par  ses formes extérieures et son régime alimentaire  dirige l’observateur plus vers une petite oie qu’une espèce de canard à proprement parlé.

 

Mais en fait il ne peut être confondu, en effet la livrée de son plumage le distingue parmi tous ses cousins.

 

La tête bien caractéristique avec sa couleur chocolat foncé  et surtout les petites plumes érectiles, qui  s’hérissent en arrière du cou à la hauteur de la nuque quand l’animal s’excite pour une raison ou une autre., lui donnant son nom, car formant comme une crinière brune foncée ou noire et à elles seules pouvant permettre son identification.

 

Le cou et la poitrine, sont gris-cendrés mouchetés ou pommelé selon les individus, de taches noires, les flancs gris perles finement vermiculés.

 

Au vol, les couvertures primaires, les rémiges primaires ainsi que le manteau et le dos se dévoilent noirs.

 

Toujours au vol, des secondaires déployées laissent apparaître leurs bases un joli vert jade formant une barre plus qu’un miroir, le reste des secondaires étant blanc pur, comme les petites, moyennes et grandes couvertures, ainsi que les tertiaires.

 

Une importante tache ventrale noire est présente, alors que les sous-caudales, sont blanches.

 

 

 

Comme pour beaucoup d’espèces d’oiseaux, la femelle est plus terne, brun cendré clair, elle arbore une barre sourcilière  gris-clair et une autre juste en dessous,  la poitrine et le ventre, sont pommelés de blanc. Mâle et femelle ont les rectrices noires.

 

Cet anatidé porte aussi le nom de  bernache à crinière, il y a encore quelque temps, cet oiseau faisait partie des canards percheurs, surement d’eut à sa capacité à se poser sur les arbres avec facilité.

 

Certains auteurs le rangent dans « la tribut  des Cairinini», avec les mandarins et les carolins, d’ailleurs, le nom australien de cette espèce est : Canard des bois australien.

 

Un corps apparemment  massif, des pattes assez longues, un cou mince terminé par une grosse tête, mais un tout petit bec gris-foncé ou noir, complète le tableau de ce superbe canard originaire de l’ecozone australasienne, entendez par la qu’il vient de l’île continent Australie et des archipels environnant.

 

Son aire de répartition est vraiment vaste, mais il n’existe pas de différence notable, donc pas de sous-espèce, en outre du fait de l’expansion de l’homme, ce canard, bénéficie lui aussi d’un accroissement de ses effectifs du fait de la création de point d’eau artificiels pour irriguer les nouvelles surfaces cultivées.

 

À ce titre, l’oiseau est considéré comme nuisible par les agriculteurs, car à l’instar de ses cousines oies, son régime alimentaire est à base d’herbe verte et de nouvelles pousses de semis qu’il broute, surtout la nuit, parfois en grande troupe.

 

La saison de reproduction n’est pas à la même période, suivant l’endroit où il se trouve, la ponte comporte  généralement entre huit et douze œufs, dont l’incubation dure de 28 à 30 jours et, est  assurée par les deux membres du couple.

 

Elle est liée apparemment à la chute de pluie qui permet aux végétaux de pousser et par voie de conséquence fournir la nourriture nécessaire à l’élevage des jeunes qui seront aptes au vol au terme d’une cinquantaine de jours.

 

Cette espèce d’anatidé est considérée comme un canard d’ornement en France, en observer un dans notre pays ne peut relever que d’un échappé, celui sur la photo ci-dessous est présent sur les étangs de Vert le petit en Essonne, très sociable, il vit en parfaite entente avec ses cousins de toutes espèces.

 

Cet oiseau là est un échappé à coups sûr, mais il n'est pas éjointé puisque volant et en outre il ne porte pas de bague d'élevage.

                            

 

Uniquement présent en Australie à l’état sauvage, ce canard est dans la catégorie monotypique

 

                          

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

 

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

                       

       

Recherches autres anatidés ←
Recherches plus faciles ←

          

           



01/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres