Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade post-confinement sur la Nécropole de Thiais.

                              

Le ciel est assez couvert, mais pas menaçant sur Thiais ce matin, reste qu’après plusieurs mois de confinements sanitaires la météo du jour fera l’affaire pour la balade ornithologique.

                    

Je me gare à la place qui m’est devenu habituelle et je commence à observer les Étourneaux Sansonnet (Sturnus vulgaris) qui sont pratiquement partout.

                    

Il y en a même plusieurs qui arpentent les pelouses en collectant des insectes et autres invertébrés.

                    

Ce qui me surprend le plus, c’est l’absence de grondement des moteurs d’avions de la place aéroportuaire toute proche.

                    

Plusieurs Pigeons bisets (Columba livia) arrivent au vol et se posent sur le bitume de la grande place puis décollent et disparaissent derrière le rideau des arbres.

                             

Étourneaux Sansonnet (Sturnus vulgaris)

                                         

Une chose qui me réjouit, c’est qu’en ce premier jour de balade post confinement et pour  ici, nous allons battre un record de fréquentation, non pas en nombre, nous sommes assez sérieux pour ça.

                    

En fait, nous allons partager la promenade matinale avec un bambin de cinq ans, en effet, l’un des parents du très jeune garçon a pris contact pour savoir si l’inscription était possible pour lui et comme la nature appartient à presque tout le monde, nous y voilà.

                    

Personnellement, je ne suis pas déçu, car après quelques minutes de timidité, l’enfant plutôt espiègle et avec un caractère déjà affirmé fait preuve d’un intérêt réel, vraiment.

                    

Il lui est même proposé une paire de jumelles, avec force d’explications, mais trop grande pour lui, il récupère celles de sa mère.

                    

Côté adultes, Laurence, Ginette et Marc, complètent le petit groupe qui n’a pas de mal à respecter le quota maxi de dix personnes.

                    

Nous sommes rejoint un peu plus tard par notre ami aldo qui a rencontré quelques ralentissements sur le chemin pour venir ici.

       

Franck, le responsable nous saluera plus tard quand nous, nous approcherons des services techniques du site, mais sans nouvelles affriolantes à nous servir.

                    

Notre petite assemblée se met en route au moment où des Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) sont captés à l’oreille puis identifiés à la vue quand ils passent au-dessus de nous.

                    

Les Pies bavardes (Pica pica) sont omniprésentes tout comme les Corneilles noires (Corvus corone) et une Grive Draine (Turdus viscivorus) à l’instar des sansonnets vu plutôt,  elle a aussi le bec chargé de micros bestioles, assurément, le turdidé à une nichée à nourrir.

                  

Grive Draine (Turdus viscivorus)

                    

C’est l’occasion de parler des quatre espèces de grives qui occupent sur l’année le cimetière et de détailler les critères diagnostiques pour bien les différencier.

                    

Malgré le couvert de la végétation, un Pic épeiche (Dendrocopos major) est perçu, encore une fois à l’aide de son chant, il faut dire que la couverture foliaire est tellement dense que repérer un oiseau collé au tronc relève de la gageure.

                    

D’ailleurs il ne sera qu’à peine aperçu et plus loin, c’est à peu près la même chose pour le Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) alors que dans les petits arbres, des Mésanges charbonnières (Parus major) sautent de branche en branche et sont bien plus faciles à observer.

                

Mésanges charbonnières (Parus major)  juvénile

                                           

Encore une fois, nous faisons un crochet par le petit jardin extérieur, nous faisons bien puisqu’une série de cris sur aigus sont entendus et nous reconnaissons immédiatement l’espèce assimilée.

                    

C’est la frénésie, tout le monde recherche le Roitelet huppé (Regulus regulus) et après quelques instants, un premier individu se présente pour s’engouffrer dans l’épaisseur de l’if, puis se met à émettre son chant caractéristique et de suite, un autre lui répond et le rejoint.

                    

Tout le monde scrute le conifère et les petits passereaux sont enfin observés pour le plaisir de tous.

La balade reprend avec force de commentaires alors que Marc repère une Orite à longue queue (Aegithalos caudatus) sans cesse en mouvement qui reste superbe à qui arrive à la saisir dans les jumelles.

                    

Plusieurs Pics verts (Picus viridis) sont aperçus, accrochés sur un tronc ou traversant les parcelles de leur vol puissant et chaloupé pour s’évanouir dans la profondeur du feuillage impénétrable.

                    

De nouveau des Perruches à collier (Psittacula krameri) et là aussi nous trouvons un terreau fertile pour discuter sur cette espèce de psittacidé indo-africain, qui est devenu férale dans notre pays.

                    

Le petit Aubin reste émerveillé autant par les oiseaux que par la présence des Écureuils roux (Sciurus vulgaris) qui bien que conservant une distance de fuite raisonnable ne sont pas trop furtifs pour notre plaisir.

                      

Écureuils roux (Sciurus vulgaris)

                                                

Le Carré N°2 ne donne rien de plus que le N°1 et nous enchaînons tranquillement avec une première alerte pour un petit rapace.

                    

Ce n’est que quelques parcelles plus loin que ce dernier sera repéré par la présence d’un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) assez complaisant pour que tout le monde y compris le gamin puisse parfaitement l’observer.

                        

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

                                                                          

Le Verdier d’Europe (Chloris chloris) est à nouveau entendu tout comme le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), mais c’est l’Accenteur mouchet (Prunella modularis) qui vole la vedette à tous ses voisins pour une apparition assez singulière faite de bons et de hochement à la manière d’une bergeronnette.

                    

La participation active de Laurence, Ginette, Gaéla et Marc permet une bonne transition d’un sujet à l’autre surtout quand ils signalent un chant en nommant la bonne espèce.

                    

A un autre  endroit, un  Merle noir (Turdus merula) puis un second à sa suite, fuse d’un buisson d’ornement pour aller trouver refuge quelques dizaines de mètres plus loin.

                    

Dans ce même coin, un Pigeon colombin (Columba oenas) puis un autre décolle devant nous, en fin de compte, ce sera plus de dix individus sur la matinée.

                       

Pigeon colombin (Columba oenas)  

                                        

Nous l’avons remarqué depuis quelques temps déjà, l’espèce semble en progression sur la nécropole, le fait est peut-être lié à l’installation des nichoirs pour hulotte.

                    

Ici ou là, nous rencontrons des Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) parfois à l’unité, le plus souvent en petites familles.

                    

Le chant d’une Sittelle torchepot (Sitta europaea) nous alarme, mais l’oiseau arboricole ne se montrera pas plus que cela, l’étonnement venant du fait qu’elle était plutôt observée vers la parcelle N° 1.

                    

En arrivant sur la friche, nous assistons au vol pendulaire du Pigeon ramier (Columba palumbus) Alors qu’un Rougegorge familier (Erithacus rubecula) sautille à l’abri d’une haie.

                    

Le cri de contact d’un couple de faucon de la même espèce nous signale la situation de l’aire, que nous pensons apercevoir, mais nous ne nous éternisons pas afin de ne pas créer de dérangement.

                    

Le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) se montre encore assez bien pour nous et un pouillot encore un véloce se fait entendre à bonne distance.

                    

Les Renouées du Japon offrent un asile salutaire pour nombre de petits insectivores dont l’Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta) qui par la présence d’au moins trois mâles chanteurs dans le secteur perce le bourdonnement de l’A86 toutes proche.

                         

Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta)

                                              

Plus nous approchons du portail vert et moins nous entendons le bruissement des voitures sur l’autoroute, ce qui nous permet de localiser une nouvelle fois le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) ainsi que la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla).

                    

Sur le retour, un seul véloce est entendu alors que plusieurs l’avaient été à l’aller, puis à quelques distances, c’est un nouveau Geai des chênes (Garrulus glandarius) d’être localisé, le corvidé semble se chercher sa pitance en regardant du haut de sa branche, ce qui se trouve dans la pelouse en contre bas de sa position.

                           

Geai des chênes (Garrulus glandarius)

                    

L’attention se porte soudain par la traversée d’une allée de ce qui ne peut être qu’un renard,

malheureusement tout le monde ne pourra se gratifier de cette merveilleuse, mais trop rapide apparition.

                    

Les Martinets noirs (Apus apus) seront les oiseaux de la dernière espèce recensée ce matin avec le plaisir certain d’avoir partagé cette matinée avec une génération assez éloignée de la mienne.

                    

Puis ce sera la séparation en attendant une nouvelle balade.

 

1) Etourneaux Sansonnet

                    

2) Pigeons bisets

                    

3) Chardonnerets élégant

                    

4) Pies bavardes

                    

5) Corneilles noire

                    

6) Grive Draine

                    

7) Pic épeiche

                    

8) Grimpereau des jardins

                    

9) Mésanges charbonnières

                    

10) Pics verts

                    

11) Perruches à collier

                    

12) Faucon crécerelle

                    

13) Verdier d’Europe

            

14) Accenteur mouchet

                                 

15) Merle noir

                            

16) Pouillot véloce

                    

17) Pigeon colombin

                    

18) Mésanges bleues

                    

19) Sitelle torchepot

                    

20) Pigeon ramier

                    

21) Rougegorge familier

                    

22) Pinson des arbres

                    

23) Hypolais polyglotte

                    

24) Troglodyte mignon

                    

25) Geai des chênes

                    

26) Martinets noirs

             

            

A) Renard roux

 



30/06/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres