Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 18-12-2010 sur la nécropole de Thiais

Balade du 18/12/2010

sur

la nécropole de Thiais

 

 

Étant en bonne voie de guérison, malgré un jour de départ en vacances, la neige possible et  une restriction toute personnelle, je prends sur moi de me pointer à Thiais pour voir s'il y a des volontaires pour la sortie prévue ce samedi 18 décembre.

J'arrive aux alentour de 8 h15 un record, en fait il n'y avait pas grand monde sur la route, les portes de la nécropole sont closes, un bref regard à l'intérieur m'indique une pellicule de neige de faible épaisseur.

Je me gare sur le parking de gauche en attendant une ouverture possible, dans le jour naissant  j'observe quantité de turdidés qui sortants de la torpeur de la nuit assez froide viennent tenter de se nourrir avec quelques maigres baies rouges encore accrochées aux branches d'un arbrisseau dénudé.

Il y a là des merles, grives et sansonnet je reverrais tout ce petit monde plus tard dans la matinée.

Un passant tirant un caddie me regarde l'air éberlué alors que j'observe un premier Verdier d'Europe (Carduelis chloris), je lui montre le piafounet du doigt, mais il enfonce sa tête dans sa parka et continu son chemin.

A ce moment-là, les techniciens du site ouvrent les portes, j'avance à la rencontre de l'un d'eux et celui-ci m'informe que pour le moment hormis une grande prudence dans les déplacements tant pédestre qu'en voiture, il n'y a pas de restriction.

Je le remercie pour ses conseils de sécurités qui sont toujours les biens venus et m'installe à ma place habituelle bien en vue de l'entrée et commence à miroiser immédiatement, il est encore tôt,  tout est calme, des Merles noirs (Turdus merula), en quête de nourriture  tranchent sur la  blancheur immaculée des pelouses enneigées, des Corneilles noires (Corvus corone) commencent à sillonner le ciel du cimetière en émettant des cris qui résonnent sur ce lieu de repos eternel.

En patientant tranquillement que l'heure de la balade commence, j'entame une conversation avec un membre du personnel, un peu de tout et de rien.

Franck met le nez dehors et son collègue lui signale ma présence, de suite il me salut et me demande des nouvelles de ma santé avant toutes autres choses.

Nous parlons des photos qu'il m'a envoyées et il me remercie pour mon aide  de l'identification de quelques volatiles immortalisé par ses soins, son collègue qui part en tournée me propose de me déposer près de la friche, mais espérant quelques visiteurs je décline son offre généreuse.

9h ¼, une heure que je suis sur place, je prends la première à droite après le conservatoire direction la dite friche, la pellicule de neige s'avère plus épaisse par ici , des Grives draines (Turdus viscivorus), cinq ou six s'enfuient devant moi, mais restent sur les arbres de l'allée L, ici le nom des axes de circulation sont moins poétiques qu'à Bagneux ou Pantin .

Je poursuis ma balade en scrutant les parcelles vides de toute vie les unes après les autres, l'ambiance semble irréelle, devant moi, pas une trace d'humain que ce soit à pied ou en voiture un calme surnaturel règne partout seul le passage au loin d'un avion trouble l'environnement quand soudain les cris caractéristiques de Perruches à collier (Psittacula krameri) déchire la sérénité du milieu.

Malgré le froid, elles sont alertes et bruyantes comme d'habitude, je peux les observer à loisir, mais je ne sais ce qu'elles trouvent à manger au bout des branches libres de toutes charges foliaires, un Geai des chênes (Garrulus glandarius) traverse à quelques distances devant moi.

Un Grand cormoran (Phalacrocorax carbo), traverse le ciel au plafond assez bas, un autre sera observé un peu plus tard alors que des laridés passent d'Ouest en Est en plusieurs groupes, des Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) apparemment.

Le nombre de Rougegorge familier (Erithacus rubecula) est surprenant,  j'en compterais 17 sur la matinée, mais un seul accenteur mouchet (Prunella modularis) et un seul pic épeiche (Dendrocopos major) également.

Un Pic vert (Picus viridis) bondit d'une parcelle et d'un vol puissant parcourt près de 300 m pour disparaitre à ma vue derrière une haie, je perçois le son du chant de Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis), je les découvrirais en train de se nourrir sur des pissenlits effleurant à peine de sous l'épaisseur de la neige.

Les rondes de charbonnières mêlées de bleues  succèdent à celles de longues queues, mais je n'aurais pas la force de bien les observer  pour voir si l'invasion de la sous-espèce à tête blanche est venue jusqu'à Thiais tellement le froid poussé par un petit vent perfide me glace le bout de partout.

Quelques  pies éparses, un Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) vole à quelques dizaines de centimètres du sol et me frôle pour aller se réfugier au pied d'un petit thuya, peut être à la recherche d'insectes, l'envol à partir du sol d'un groupe d'une vingtaine de mauvis .

Je suis transis de froid, la voiture des agents du cimetière arrive  à ma hauteur et quand  ceux-ci me demandent s'ils peuvent me raccompagner à l'entrée, j'accepte de bon coeur !

 

Je m'apprête à quitter  le site quand mon portable sonne, c'est Franck qui a une heure de libre, il me rejoint et nous décidons de refaire un tour dans les allées et me voilà reparti, à  passion quand tu nous tiens.

Laissant les draines qui se perchent sur les ifs en  face du conservatoire, après avoir tenté quelques photos nous osons la même chose sur un Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla), faute de bonne lumière, le résultat est mitigé!

Arrivé sur la friche, nous observons des Pinsons des arbres (Fringilla coelebs) il y en a un peu plus de cent, une femelle deBruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) est avec eux un Pipit farlouse ( Anthus pratensis ) est là également, je passe mes jumelles à franck qui peut ainsi faire la même observation avec plus de facilité.

Le couple de faucons crécerelle (Falco tinnunculus) observé plus tôt dans  la matinée se fait harceler par quelques corneilles les deux rapaces finiront par laisser leurs places  aux corvidés acariâtre, il est presque midi, la disponibilité de Franck touche à sa fin et nous finirons nos observations par une Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) cachée dans la troupe de pinsons d'autant que la neige à commencée à tomber depuis un petit moment.

Il faut ajouter aux observations, cinq ramiers, une quinzaine de bisets et une seule tourterelle (Streptopelia decaocto) , turque de son état !  

Et bien qui l'eu crut, 27 espèces contactées pour une balades intimiste.

 

 



19/12/2010
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres