Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 02-03-2013 sur la nécropole de Thiais

Balade du 02/03/2013

sur la nécropole de Thiais

 

 

Depuis un certain temps, le temps est maussade, mais sans être menaçant, je viens juste de rentrer de Bretagne où je suis allé passer quelques jours ma nouvelle voiture ne me donne plus les appréhensions de l'ancienne donc tout baigne !

Quand j'arrive sur la nécropole, la charmante personne de faction à l'entrée m'offre un large sourire en me reconnaissant et me signale que je suis déjà attendu.

Je me gare à la place qui m'est devenu habituelle et je présente mes civilités aux gens qui sont déjà là pour la balade,  je m'intègre à la discussion en cours alors qu'un Moineau domestique Passer domesticus se fait entendre sous le préau.

Le fait est assez marquant pour le signaler, en effet, le piaf a déserté le cimetière et n'est aperçu  ou entendu maintenant qu'à de rares occasions sur la période hivernale.

Les participants arrivent maintenant tour à tour, des têtes connues, d'autres moins, un petit vent assez piquant nous rappelle que nous sommes toujours en hiver.

Les Etourneaux sansonnets Sturnus vulgaris ont commencé à investir le haut du fronton et les mâles s'en donnent à c�ur joie en lançant des cris facilement reconnaissables.

Une Corneille noire Corvus corone survole les pelouses rases alors que trois Perruches à Collier Psittacula krameri fendent l'air de leur vol puissant et rapide.

Franck avance vers nous sur son vélo pour nous saluer, il travaille ce matin, mais promet de nous rejoindre pendant un moment sur sa pause-déjeuner.

Neuf heures-dix, nous y allons en direction de la parcelle N°1, histoire de noter si les pics bigarrés observés lors des précédentes balades, poursuivent leur hivernage dans ce secteur, peine perdue, aucun picidae ne se signalent tant au cri qu'à la vue sur cette parcelle ou aux alentours.

Nous poursuivons en direction du nord, un premier grimpereau se fait entendre, mais il ne se laisse pas observer, une Mésange bleue Cyanistes caeruleus, joue dans les branches au-dessus de nous, encore des perruches à la cime des grands marronniers  lancent des cris stridents.

Au loin un Ecureuil roux Sciurus vulgaris, traverse l'allée, un autre écureuil sera observé près de son nid, sorte de grosse sphère de feuilles et de petites branches,

Le petit mammifère arboricole, nous aide à rompre la monotonie de la balade pratiquement stérile de toute présence avienne, l'occasion de discuter de certains détails techniques  sur la séparation entre les  Turdidaes et les Muscicapidaes, plus facile à écrire qu'à dire sur le terrain.

Nous bifurquons sur la droite, un Premier Pic vert Picus viridis, laisse entendre son rire moqueur au loin, nous ne le rencontrerons que bien plus tard, quelques Mésanges charbonnières Parus major nous accompagnent un instant, comme la plupart des oiseaux, après la remise en place du plumage, la quête principale de la journée commence et c'est bien sûr la recherche de nourriture.

Un Merle noir Turdus merula bondissant d'une haie à l'autre, d'abord un mâle, suivi d'une femelle, haut dans le ciel, c'est une première Mouette rieuse Chroicocephalus ridibundus qui est repérée, nous en verrons plusieurs autres passer d'Est en Ouest, celle-ci, a le capuchon marron presque formé.

Nous nous dirigeons tranquillement vers la friche, un faucon décolle devant nous nous le retrouverons un peu plus tard, sur ce site, cette espèce sédentaire n'est pas très furtive, donc facile à miroiser et à peu de distance, reste qu'il faut l'observer avec le champ  adéquate, de façon à ne pas la stresser  de plus, comme tous les rapaces, celui-ci est protégé et à ce titre mérite un respect certain.

Alors que tout notre petit monde ou presque  a  calé l'oiseau de proies dans ses jumelles, Hervé  me montre une nouvelle fois, les qualités de l'APN d'Anna et c'est avec un peu de malice que je le bouscule pour lui faire tirer un flou magnifique.

Un cri significatif m'attire à l'opposé et je descelle un premier Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes, il alerte sans arrêt, jusqu'au moment où il prend trente mètres d'un coup, je rejoins mon groupe pour nous rapprocher   du Faucon crécerelle Falco tinnunculus qui après un petit déplacement c'est fixé sur une branche bien dégagée, c'est une femelle, assurément.

 

D'autres passages de laridés dans le ciel, des rieuses, encore puis une flèche verte et jaune dans un vol chaloupé et puissant pour voir un pic, bien sûr un vert se fixer sur un tronc vertical, bien à notre vue.

Dans les hautes branches d'un bouquet d'arbres, des formes sombres, ce sont des Grives mauvis Turdus iliacus, il y en a un peu plus d'une vingtaine, malgré le fort contre-jour, la zone rousse des flancs est parfaitement visible dans presque toutes les jumelles, une longue-vue fut nettement appréciée à ce moment-là, par certains d'entre nous.

Nous nous approchons d'une rangée de troène, pour constater que plusieurs grives sont maintenant au sol des mauvis et quelques Grives litornes Turdus pilaris, encore, elles sont parfaitement identifiables même sous cette lumière laiteuse.

Quelques Pigeons bisets Columba livia, décollent devant nous, puis encore des grimpereaux ainsi que des mésanges des deux espèces déjà observées.

Quelques corneilles passent au-dessus de nous, je fais plusieurs photos à la volée, en les regardant plus tard, je m'apercevrais qu'un des oiseaux, transportait un gland dans son bec.

 

À nouveau des mauvis, mais aussi des litornes, l'un de nous reconnait sans coup férir le cri de l'espèce, l'observation visuelle nous le confirme.

Deux Verdiers d'Europe Chloris chloris , passent au-dessus de nous, le Pinson des arbres Fringilla coelebs, laisse entendre son cri de contact alors que l'oiseau reste immobile fixé à sa branche pratiquement invisible, un oiseau plus gros nous survole,  c'est une Grive musicienne Turdus philomelos, que nous avions pris pour une petite draine et un Geai des chênes Garrulus glandarius,seul alarme avant de nous fuir.

Nous arrivons sur la parcelle N°47, malgré le nombre d'années que je viens ici, j'ai toujours autant des mal à la situer, l'âge surement !

En tout cas, c'est l'occasion d'apercevoir le Rougegorge familier Erithacus rubecula, l'oiseau ne tient pas en place, alors que nous sommes quelques-uns à attendre qu'il ressorte du buisson où il est entré, le reste de notre assemblé qui a contourné l'amas végétal nous interpelle pour nous signaler que le petit oiseau  est de leur côté où il est bien en vue.

En effet l'oiseau trône au sommet d'une haie de buis tentant de repérer un insecte au sol ou lançant un petit cri çà et là.

Des Chardonnerets élégants Carduelis carduelis, laissent leur chant caractéristique venir jusqu'à nous, c'est la troisième espèce de fringile de la matinée l'un de ces oiseaux se fixe au sommet d'un tout petit arbre juste à proximité de la femelle de crécerelle qui c'est branché juste avant.

Le passereau sera délogé de sa place et remplacé par un verdier, ces petits oiseaux ne reconnaissent pas ce faucon comme une menace directe à cet instant  et ne le fuit donc pas vraiment.

Un Pic épeiche Dendrocopos major, est entendu puis aperçu furtivement, ce sera la seule mention visuelle  de la mâtinée pour cet oiseau même si nous en entendons un autre.

Plusieurs couples de perruches à l'image de celui-ci, sont en phase de prospection de cavités, d'anciennes loges de pics qui pourraient abriter leurs propres couvées pour la saison de reproduction qui s'annonce.

A ce moment-là, plusieurs personnes du groupe nous quittent et la balade continu, pour remonter vers les grandes pelouses et tourner vers la N°1, les grandes pelouses où quelques litornes, encore,  se nourrissent au sol, je tenterais bien une photo, mais les oiseaux ne m'en laisseront pas le temps.

 

 

Nous comptabilisons le Pigeon ramier Columba palumbus, tout de même et  de retour  dans l'avenue A, le Grimpereau des jardins Certhia brachydactyla, vu à de multiple reprises, nous offre un vrai festival et au moment où je photographie celui qui se nourrit au sol, Franck nous offre la Bergeronnette des ruisseaux Motacilla cinerea, qui séjourne depuis quelque temps (deux mois environ) dans ce secteur du cimetière, surement celle aperçue avec les personnes de la balade de début janvier ici.

Cette fois-ci, pas de repas chez l'américain, le reste des personnes de la promenade,  se séparent sans même relire la liste des espèces observées ce matin, qui monte à vingt-cinq malgré un froid de canard et un petit vent qui nous a accompagné une bonne partie de la matinée.

En ce qui me concerne, je referais un petit tour et quitterais le site vers quinze heures sans ajouter d'espèce à la liste observées avec le  groupe.

La prochaine balade sur la nécropole de Thiais est prévue, le 13/04/2013, donc à dans quelques temps sur le terrain si vous le désirez.

 



05/03/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres