Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 16-04-2023 sur la nécropole de Thiais.*

                                     

Hier, nous étions deux avec Aldo sous la pluie, ce matin, un superbe ciel printanier, avec aucune précipitation menaçant l’horizon pour la matinée et  dix fois plus de personnes pour la balade.

                                     
À 8 h 25, on peut dire que je suis assez nettement en avance, je commence donc à répertorier les espèces que je vois et que j’entends au travers des portes ajourées de l’entrée monumentale de la nécropole.

                                     
Alors bien sûr, les indéboulonnables Étourneaux sansonnet (Sturnus vulgaris) et comme hier matin un bon groupe de Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) pour certains dans la pelouse devant le préau.

                          

P4160014 SansonnetÉtourneau sansonnet (Sturnus vulgaris)

                                     
Ailleurs, dans les grands platanes, ce sont des Verdiers d’Europe (Chloris chloris) qui animent le fond sonore pendant que deux individus de l’espèce passent rapidement au-dessus de nous.

                                     
Dans un cèdre, plusieurs Tourterelles turques (Streptopelia decaocto) sautent de branche en branche les unes derrière les autres et une Mésange charbonnière (Parus major) en quête de matériaux pour son nid.

                                     
Gisèle et Didier arrivent le sourire accroché au visage, ce sont les premiers participants qui, eux aussi, sont un peu en avance. 

                                     
À un moment, un Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) laisse entendre son cri qui ressemble plus ou moins à un papier chiffonné d’après l’expérience de certains observateurs.

                               

P4160021 Tourterelle turqueTourterelles turques (Streptopelia decaocto)

                                     
Il est facilement repéré sur le capuchon d’une cheminée avant de le voir s’envoler pour l’intérieur du cimetière où il se remet à chanter. 

                                                                           
Puis, au terme d’un moment à discuter, d’autres adeptes de la gent ailée arrivent et le groupe commence à devenir important pour notre petite balade.

                                     
Un Pic vert (Picus viridis) lance son rire sarcastique à plusieurs reprises du haut des arbres derrière le bâtiment de la conservation.

                                     
La porte est ouverte par une sympathique personne et nous libère ainsi l’accès au site et tout le monde se regroupe sur la grande place afin de finaliser les présentations.

                                     
Ainsi, Gisèle, Didier, Michelle, Laurence, Claire, Jaques, Chantal, Daniel et Sabine, une autre claire, Mathilde, Pauline, Merwann* et Iliesse*, Manon, Julie, Cécile et enfin Miriam.

                                     
19 personnes pour notre petite balade, c’est Versailles, avec un beau temps, mais seulement 8 petits degrés au baromètre.

 

20230416_092330 Groupe 19 personnes pour notre petite balade, Daniel est derrière l'appareil, Franck nous rejoindra plus tard

                                     
Une mention Spéciale pour Merwann* et Iliesse*, affichant pour le premier au calendrier six ans et 12 pour son grand frère, car ils tiendront avec intérêt la distance jusqu’à midi.

                                     
Franck quant à lui, m’informe encore une fois de la présence de deux rapaces d’espèces différentes sur site, à notre charge de tenter la chance pour les avoir dans les jumelles.

                                     
Une Bergeronnette grise (Motacilla alba) déambule sur la grande place, la couleur de son plumage n’aide pas à la localiser si elle ne bouge pas, puis elle s’envole rapidement et en silence pour une fois.

                                     
À la vue de la taille du groupe, il est temps de commencer la balade matinale en nous dirigeant vers la parcelle N°1 comme il se doit.

                                     
Cela permet d’accrocher de suite le chant de la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) dans le buisson face à la porte de sortie tout comme hier.

                                    

P4150640 FTN  16-04-2023 thiais  Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla)

                                     
C’est une observation collégiale, mais avec plus ou moins de succès suivant la position dans le groupe, d’autant que cela ne dure que quelques instants.

                                     
Des Geais des Chênes (Garrulus glandarius) sont entendus, sur notre gauche, puis le chant d’un Rougegorge familier (Erithacus rubecula) perce le feuillage du côté du mur d’enceinte.

                                     
Didier pointe un Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) avec exactitude, ce qui permet à certains qui n’en avaient jamais vu de pouvoir admirer ce petit passereau au plumage mimétique.

                                     
Son attitude qui consiste à arpenter le tronc et les branche permet à tous une bonne observation à une distance raisonnable.

                           

P4150622 Grimpereau du 16-04-2023 thiaisGrimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)

                                     
Un premier Merle noir (Turdus merula) fuse d’une haie pour se réfugier dans un arbre plus imposant.

                                                            
Notre progression nous conduit vers le jardinet extérieur pour y entendre une nouvelle fois la fauvette déjà vu plus tôt.

                                     
Didier pourrait facilement animer une telle promenade, son aide est appréciable en tous points pour ce qui est de repérer les oiseaux et de les nommer correctement entre autres.

                                     
Un geai, puis deux, trois et enfin cinq, sont repérés sur le même arbre, apparemment, nous sommes devant un regroupement faisant une halte migratoire.

                               

P4160052 Geais des chêne5 Geais des Chênes (Garrulus glandarius)

                                     
Dans l’allée des platanes, un oiseau émet un curieux cri et, le répète à plusieurs reprises, une personne sous-entend le nom d’Alexandre, mais à bien y regarder, il s’agit assurément d’une Perruche à collier (Psittacula krameri).

                                     
Nous traversons la grande partie dégagée avec quelques questionnements sur la présence des clôtures grillagées pendant que des Pies bavardes (Pica pica), passe également de l’autre côté.

                                     
Franck en apportera la réponse complète un peu plus tard, pour l’heure, nous sommes intéressés par les Pigeons colombins (Columba oenas) qui paraissent bien être déjà appairés.

                                     
Quelques instants plus tard, un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) est repéré cerclant au-dessus des parcelles, un mouvement de foule fait progresser notre petit monde d’un côté de la rangée des peupliers puis de l’autre.

                                 

P4160093 crecerelleFaucon crécerelle (Falco tinnunculus)

                                     
L’oiseau de proies ne parait pas être de notre avis et vient se percher pratiquement au sommet d’un des grands arbres sur une branche, dans une position parfaitement dégagée pour notre plaisir.

                                     
De long en long, le pic couleur sinople est aperçu, que ce soit au vol puissant et chaloupé ou fixé sur un tronc, le tout étant d’arriver à en déterminer le sexe à l’aide des critères diagnostiques.

                    
Les participants posent des questions et Iliesse fait de même pour obtenir des réponses à l’intention de son petit frère.

                                     
La balade se poursuit et une Grive Musicienne (Turdus philomelos) est entendue, elle est perchée au sommet des grands arbres de l’autre côté de la parcelle à au moins 70 mètres et n’est que partiellement visible.

                                     
Puis à nouveau un Geai, ce dernier tient un morceau de branchette coincé dans le bec, il s’envole pour aller se percher sur un conifère d’ornement.

                             

P4160168 geaiGeai des Chênes (Garrulus glandarius) nicheur

                                     
Le doute n’est pas permis, le corvidé est en phase de construction de son nid bien à l’abri des regards pour assurer la pérennité de son espèce encore une fois.

                                     
Comme il est jugé que nous sommes assez près pour causer un dérangement, l’ordre de mouvement est avancé et nous quittons en bon ordre le secteur.

                                     
L’instant d’après, un lapereau détalle à notre approche, la tentative de le retrouver y compris par Merwann qui fait preuve d’assiduité dans la prospection.

                                     
Encore des charbonnières et dans des arbres bas, de nouveau des chardonnerets, dont la densité semble égale à celle de la veille.

                                     
Que ce soit perché ou volant dans les airs, la Corneille noire (Corvus corone) est omniprésente puis, bien plus bas, une femelle de Pinsons des arbres (Fringilla coelebs) attire l’attention de tous.

                           

P4160301 pinsonfemelle de Pinsons des arbres (Fringilla coelebs)

                                     
De son perchoir, elle finit par plonger vers le sol et ne sera pas retrouvée, malgré nos recherches.

                                     
Puis, pour sa part, Didier annonce un nouveau pic couleur sinople, mais ce dernier se confondant vraiment avec l’arrière-plan sera assez ardu à localiser pour certains.

                                     
Nous faisons une petite halte dans le but d’observer des Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) en fait, il y en a réellement partout, mais elles sont tellement communes, que l’on pourrait presque passer à proximité sans y prêter attention.

                                     
Le petit cabanon en dur à quelques distances possède un trou dans l’un de ses murs et un Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) y est installé en majesté chantant pour affirmer sa présence.

                                     
Le petit oiseau se pose au sommet de l’édifice et semble être animé d’une sorte d’agacement, l’observation ravi tout le monde par son attitude, mais quand il nous survole apparemment toujours énervé, nous comprenons que nous devons nous éloigner.

                           

P4160384 TrogloTroglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

                                     
Les commentaires vont bon train sur cette tranche de vie volée sans conséquences pour le passereau, qui retourne tranquillement à la défense de son territoire.

                                     
À l’approche de la zone de friche, ce sont des Pouillots véloces (Phylloscopus collybita) déjà entendu plus tôt, mais qui-là ne sont qu’à quelques mètres de nous.

                                     
Nous pourrions même en être offusqués tant les oiseaux nous accordent si peu d’importance, en revanche, cela qui permet même au plus petit d’entre nous de bien les voir pendant un bon moment. 

                            

P4160473 vélocePouillot véloce (Phylloscopus collybita)

                                     
Un sansonnet sur une autre haie, en pleine lumière, nous offre le spectacle de son plumage iridescent, ce qui fait l’affaire de tous en termes d’observation de proximité, et c’est peu de le dire.

                                     
Le chant d’un petit passereau nous attire, il est posé d’ans l’ombre d’un arbre voisin sur le sommet d’une tombe.

                                       
Il s’envole pour aller chanter plus loin, tous ont reconnu l’Accenteur mouchet (Prunella modularis) et force d’information sont données pour bien l’observer.

                                      P4160543 Sansonnet nuptialÉtourneaux sansonnet (Sturnus vulgaris)

                                 

Un nouveau rouge-gorge est aperçu bien dépassant du sommet d’une haie de séparation, dans une position bien dégagée, mais à bonne distance.

                                     
Une personne de la balade doit nous quitter pour raisons personnelles, mais elle ne fait pas dix mètres, pour nous interpeler et nous informer de la présence d’Orites à longue queue (Aegithalos caudatus).

                                     
Là aussi, tout le monde se déplace et malgré la hauteur à laquelle elles évoluent, les observations collégiales sont superbes.

                                     
D'autre part, la queue courbée de l’une d’entre elles est « cassée », ce qui signifie qu'elle couvait il y a encore peu, ce qui augmente le plaisir de l'observation.

                                               

P4160578 longue queueOrites à longue queue (Aegithalos caudatus)

                                     
Puis, c’est le moment pour les bambins leur maman et quelques autres personnes de nous quitter, cependant pas sans être remerciés d’avoir tenu la ligne jusqu’à cette heure-là.

                                     
Un nouveau Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus) est aperçu, encore un Écureuil roux (Sciurus vulgaris) bien plus rare qu’y hier, et la friche avec ces plantations bien alignées, permettent à Franck de nous apporter quelques explications.

                                     
Encore un pic, toujours un vert, de son vol puissant, passe et va se fixer sur un petit arbre à moins d’un mètre du sol, il nous faut attendre de voir sa tête pour en déterminer le sexe.

                              

P4160596 Pic vert Pic vert (Picus viridis) mâle

                                     
Des Pigeons ramiers (Columba palumbus) décollent du sol, du côté du portail vert, le tas de branches coupées cet hiver par les jardiniers et les bucherons a été enlevé.

                                     
Personnellement, je trouve dommage, car cela garantirait un abri pour la diversité faunistique assurément, et donc améliorerait la chaine alimentaire animale.

                              

P4160611 paonPaon du jour

                                     
En remontant vers la sortie, un oiseau sombre est aperçu au vol rapide et ondulant, cette fois-ci, c’est un Pic épeiche (Dendrocopos major) et pour notre chance, il ne se perche pas si loin que cela.

                                     
Après quelques recherches, il sera retrouvé et nous avancerons sur lui par palier d’une quinze mètres pour nous apercevoir qu’après avoir capturé une prise et l’avoir consommé, il s’envolera pour un autre arbre plus éloigné.

                                     
Une Grive draine (Turdus viscivorus) puis des Pigeons biset (Columba livia) seront les dernières espèces de ma liste journalière en espérant ne pas en avoir trop oublié.

 

P4151161 draine 16-04-2023 ThiaisGrive draine (Turdus viscivorus)

                                     
Le log plus ou moins avéré sera tenté avant notre séparation puis en fin de compte, je renoncerais à l’américain d’en face, craignant les bouchons sur la A86 et le Périphérique parisien.

                                     
1) Étourneaux sansonnet 
2) Chardonnerets élégants 
3) Verdier d'Europe
4) Tourterelles turques 
5) Mésange charbonnière 
6) Rougequeue noir 
7) Pic vert 
8) Bergeronnette grise 
9) Fauvette à tête noire 
10) Geais des Chênes 
11) Rougegorge familier 
12 Grimpereau des jardins 
13) Merle noir 
14) Perruche à collier
15) Pie bavardes
16) Pigeons colombins 
17) Faucon crécerelle 
18) Grive Musicienne 
19) Corneille noire 
20) Pinsons des arbres 
21) Mésanges bleues 
22) Troglodyte mignon
23) Pouillots véloces 
24) Accenteur mouchet 
25) Orites à longues queue

26) Pigeons ramiers
27) Grive draine 
28) Pigeons bisets

                        
A) Ecureuil roux 
B) Lapin  de garenne



18/04/2023
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres