Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 07-05-2011 sur la nécropole de Thiais

Balade du 07/05/11

sur

la nécropole de Thiais

 

 

Ce matin tout est calme sur l'A86 quand je circule dessus, le ciel est bleu avec quelques nuages éparses, ils disparaîtront presque en totalité à mon arrivée sur la nécropole.

L'agent qui m'ouvre la barrière m'accueille avec un grand sourire, m'adresse un petit bonjour et me laisse me garer à ma place habituelle en face de la conservation.

Plusieurs individus de Moineaux domestiques (Passer domesticus), femelles et mâles sont présent sur est au-dessus du préau à gauche de l'entrée, certains semble même être à la recherche de cavité.

Le ciel semble avoir perdu ses derniers nuages, mais un petit vent souffle dans la transversale Nord Sud, ce qui nous fera plus tard un passage au frais, quand nous serons dans l'ombre des allées.

Il y a une grosse densité d'Etourneaux sansonnet (Sturnus vulgaris) quelques pies bavardes (Pica pica) de-ci de-là, des Pigeons ramier (Columba palumbus) traversant le ciel, des Verdiers d'Europe (Carduelis chloris) chanteurs dans les grands peupliers, 8 h 45, Franck qui ne travaille pas ce matin apparait pour  nous accompagner durant  la balade.

En attendant les autres membres de la promenade, nous échangeons quelques mots sur sa visite dans les Dombes, il me remercie encore pour le prêt de la paire de jumelles, qui en fait se transforme en cadeau puisque je viens d'aguerrir auprès de monsieur Guichon et de sa fille de ENO à Bar sur seine,  ma nouvelle paire, ce sont des Swarovski 10X50 elles sont fabuleuses de luminosité.

Je les ferais essayer à tous les participants de la journée, d'ailleurs ils arrivent les uns après les autres tranquillement.

On fait les présentations, comme à son habitude, Catherine relève les prénoms et au moment où nous décidons de l'orientation à prendre, un sympathique Pic épeichette (Dendrocopos minor) nous survole tranquillement, c'est le début de la miroise, à droite et derrière la conservation nous scrutons la parcelle à la recherche du Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros). 

Il est trop tôt il n'est pas là, à moins que celui que nous verrons plus tard qui a changé de domicile, mais une magnifique femelle de Pic vert (Picus viridis) visiblement en recherche de fourmis se laissera observer de longues minutes .

Un peu plus loin, Catherine nous offre un couple d'Accenteur mouchet (Prunella modularis) occupé à la recherche de nourriture au sol, l'observation dure un petit moment, pour ma part, j'aurais un mal de chien à tenter de faire une photo potable, qu'importe, c'est la rencontre qui prime.

Des pigeons bisets (Columba livia), une bonne dizaine, s'offrent un bain de soleil, ils se sont fait de petites cuvettes au sol dans l'épaisseur du sable et se réchauffe nonchalamment.

Dans une parcelle en cours d'aménagement, une bergeronnette grise arpentera le sol avant de décoller dans nos jumelles.

A plusieurs reprises, "l'oreille" d'Hervé, l'un des participants, nous saura d'une grande aide, il parviendra facilement à déceler le bruit dans le bruit pour  notre bon plaisir, des Linottes mélodieuses (Carduelis cannabina) au passage, des Geais de chênes (Garrulus glandarius), dans les branches ou au vol, bien sûr des Corneilles noires (Corvus corone).

Quelques Pinsons des arbres (Fringilla coelebs)ici ou là, en arrivant sur la friche, un mâle chanteur de Fauvette grisette (Sylvia communis) se fera entendre, je le localiserais assez facilement sur une branche dénudée en haut d'un petit arbre, mais il jouera au yoyo avec le reste de l'équipe presque à faire tourner en bourrique certains d'entres nous.

Catherine et moi aurons une pensée agréable pour Mark-Frédéric que nous n'avons pas vu depuis un certain temps et qui nous manque, car lui aussi possède en plus de sa gentillesse une oreille certaine.

Près du mur d'enceinte côté A86, le bourdonnement des voitures qui passent créé un fond sonore presque palpable, néanmoins, le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) est clairement entendu, mais aperçus que brièvement dans un tas de branchages, en revanche, le Rougegorge familier (Erithacus rubecula) nous offre une observation de choix d'abord sur le mur puis au sol lui aussi en quête de sa pitance.

Hervé contactera le superbe chant de la Grive musicienne (Turdus philomelos), là aussi l'observation sera fugace, idem pour le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) dont le chant sera parfaitement audible, mais posera problème et ce à chaque contacts !

Au moment où nous constatons l'absence de rapace, un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) vient planer très haut au-dessus de notre position, plus tard, nous verrons un couple ensemble effectuer des volutes gracieuses dans les airs ce qui autorisera certains d'entre nous à des exclamations ravies,l'observation de l'un de ces rapaces permettra de voir "derrière et plus haut notre premier Martinet noir ( Apus apus) puis plusieurs autres. .

Une première Grive draine (Turdus viscivorus), nous en verrons plusieurs avant la fin de la matinée, l'autre Catherine semble un peu s'ennuyer à mon avis, mais bon elle tient le cou malgré tout.

Les pics verts (Picus viridis) sont omni présents par leurs chants sarcastiques, de leur vol puisant et chaloupé ils traversent sans effort les parcelles pour aller se ficher sur la verticale d'un tronc, nous verrons au moins six individus différents.

Pierre n'est pas en reste, il nous montre ici une Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) là un autre accenteur, ou encore d'autres mésanges, charbonnière ou bleues.

Les questions fusent, les réponses suivent, signe de l'intérêt général de la sortie, que ce soit sur le sujet des populations d'oiseaux sur le site, leurs moeurs ou encore reconnaître la victime d'une plumée au sol et tenter ainsi d'identifier le prédateur.

Nos conversations animées ne nous empêche pas de voir les superbes Perruches à collier (Psittacula krameri) en vol, telles de magnifiques fusée, vertes, parce qu'une fois qu'elles ont rejoints l'intérieur de la frondaison, où bien sûr le mimétisme du plumage des oiseaux de cette espèce est parfait c'est une autre paire de manches pour seulement arriver à les localiser.

Quelques Pics épeiches (Dendrocopos major) viendront finaliser la liste des oiseaux aperçus et entendus, une personne nous quittera, puis une autre, nous finirons la virée en observant des espèces déjà vues  précédemment, puis avec Catherine, Hervé et Anna, Franck et sa famille qu'un esprit déterminé aura su convaincre d'aller prendre un petit truc  chez l'américain d'en face, Où après avoir trouvé une table assez grande, nous finirons la matinée sur un petit repas avec quelques conversations plaisantes et des souvenir relatés en regardant les moineaux se gaver de morceaux d'hamburger et de frites .

 

 



11/05/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres