Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade au Costa Rica - J3

                    

Ce n’est pas tous les jours dimanche et lendemain fête, même au Costa Rica, surtout quand le temps nous est compté.

                                

Donc après une nuit assez humide et c’est peu de le dire, terminée dans le hamac sous l’auvent, les premières bestioles que je contacte, sont des agoutis.

                      

Agouti

                                

Il y en a une palanquée qui déambulent librement dans les jardins de la station biologique pour le plaisir de personnes comme moi.

                                

Le fait d’avoir l’hébergement dans la station plutôt qu’en ville nous plonge directement dans le cœur du sujet, mais ce matin, la brume palpable semble clouer tout le monde sur sa branche.

                                

Peu d’animation si ce n’est une femelle de Manakin à col orange (Manacus aurantiacus) revue plus tard à la cantine, pendant le petit déjeuner.

                      

Manakin à col orange (Manacus aurantiacus)

                                

Il y a également un Sucrier à ventre jaune (Coereba flaveola) et des Guit-guit saï (Cyanerpes cyaneus), sur des fruits mis à disposition.

                                                                 

Dans une percée, le Tyran mélancolique (Tyrannus melancholicus) est aperçu, rangeant son plumage avant de partir en chasse.

                                

Deux Aras rouges (Ara macao) passe dans un vol dynamique et les Amazone à diadème (Amazona diadema) font de même au-dessus de l’entrée de la station biologique.

                                

Le Saltator des grands bois (Saltator maximus) et l’Organiste à bec épais (Euphonia laniirostris) fréquentent les restes de banane sur la petite mangeoire.

                                

Proche de l’accueil, l’Ermite à longue queue (Phaethornis longirostris) se projette de fleur en fleur d’hibiscus, à une vitesse… pffffff, trop rapide pour moi.

            

Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl)

 

Je tente malgré tout une photo, reste que  l’Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl) semble plus à ma portée, mais je lorgne tout de même en direction de l’ermite qui s’éclipse pour aller faire un tour ailleurs.

                                                

La Coquette adorable (Lophornis adorabilis) est revue à chaque repas, puis allons faire une balade sur la route, le Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus) et le Merle fauve (Turdus grayi) sont bien représentés.

                 

Coquette adorable (Lophornis adorabilis)

                                

Dans les arbres, le Tangara des palmiers (Thraupis palmarum) s’affiche un instant dans la lumière, est un tantinet bizarre, pour le moment.

                                

J’ai un peu de mal à stabiliser les réglages de mon APN tant au niveau de la vitesse que de l’ouverture.

                                

Sur notre gauche, les Touis à menton d’or (Brotogeris jugularis) créés du mouvement à la cime des grands arbres puis commencent à s’envoler.

                                

Encore plus haut dans le ciel, les Martinets du Costa Rica (Chaetura fumosa) , sont déjà en chasse.

                        

Martinets du Costa Rica (Chaetura fumosa)

                                

Un oiseau noir vient se poser sur une branche en curieux, et immédiatement je tente une prise de vue, le résultat est médiocre, les réglages, mais également cette espèce de brume qui agit comme un filtre.

                                

Sur la voie que nous empruntons, la Colombe de Verreaux (Leptotila verreauxi) est rencontrée marchant sur l’herbe ainsi qu’un râle le long de la voie et des Tangaras évêque (Thraupis episcopus) nettoient leur beau plumage.

                 

Colombe de Verreaux (Leptotila verreauxi)

                                

À quelques distances, une superbe Paruline à flancs marron (Setophaga pensylvanica) anime un buisson avant de laisser la place à un Tangara de Cherrie (Ramphocelus passerinii) femelle.

                                

Un peu plus haut, ce sont des Amazones à lores rouges (Amazona autumnalis) qui nous signalent leurs présences à force de cris et de mouvements.

                                

Un oiseau de type quiscale vient se poser non loin de nous. Cependant, pour le moment, nous scrutons un arbre monumental où, la vie semble grouiller par la présence de plusieurs espèces de passereaux.

                                

Alain, qui n’est jamais en reste, voit venir vers nous et à bonne hauteur un turdidé, et ce sera un Merle à gorge blanche (Turdus assimilis).

               

Merle à gorge blanche (Turdus assimilis).

                                

Pour notre dommage, il restera sur son perchoir et à la verticale de notre position, à regarder tous azimuts, pas très bon pour les cervicales tout ça.

                                

Le temps se passe et les espèce se succèdent de long en long, ici une Buse à gros bec (Rupornis magnirostris) qui a subi la pluie de la nuit dernière, en témoigne l’état de son plumage.

                      

Buse à gros bec (Rupornis magnirostris)

                                

Sur un autre végétal, c’est le Pigeon rousset (Patagioenas cayennensis) qui nous surveille, l’œil en coin, avant de s’envoler comme si on lui voulait du mal.

                                

L’Urubu à tête rouge (Cathartes aura) cercle, enfin une Buse à queue courte (Buteo brachyurus) et localisée.

                                

Un Tyran audacieux (Myiodynastes maculatus) est repéré par Sylvère et  on s’en amuse rapidement.

                       

Tyran audacieux (Myiodynastes maculatus)

                                

Le passereau insectivore a capturé ce qui semble être une cigale de la région et, éprouve de grandes difficultés à consommer le fruit de sa chasse.

                                

Quelques mètres plus loin, la Colombe rousse (Columbina talpacoti) se manifeste, puis, des Sporophiles variable (Sporophila corvina), un Tangara à galons blancs (Tachyphonus rufus) et enfin un Tyranneau flavéole(Capsiempis flaveola).

                       

Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus)

                                                                        

Un observateur vient dans notre direction et nous annonce la présence d’une sorte de marouette, car il l’a entendu chanter.

                                

Le système de la repasse sera utilisé, un mâle de l’espèce répondra au chant, mais rien de plus.

                                

Au-dessus de nous, une Pionne à tête bleue (Pionus menstruus) est en compagnie d’oiseaux d’une autre espèce de psittacidé, on aurait pu passer à côté sans la vigilance d’Alain.

                                

La brume commence à se lever, nous passons à côté d’un nid de Tyranneau à tête grise (Phyllomyias griseocapilla) qui semble agacé par notre présence à plusieurs titres, un Sporophile à bec fort (Sporophila funerea) est perçu.

                        

Sporophile à bec fort (Sporophila funerea)

                                                  

Ses caractéristiques sont parfaitement détaillées pendant ce temps-là, les Conures de Finsch (Psittacara finschi) sont hyperactives, au vol ou en train de se nourrir sur un genre de palmiers.

                                

D’abord, en ombre chinoise au bout d’une branche, puis plus nettement dans l’arbre grouillant de vie, le Colibri Jacobin (Florisuga mellivora) reste parfaitement reconnaissable par tous.

                                

Encore des tangaras, celui de Cherrie qui abondent dans le secteur, reste que le superbe mâle flamboyant que je visionne dans mes jumelles, est accompagné de plusieurs Sporophile ventre jaune (Sporophila nigricollis) évidemment, je fais une photo en tentant de la réussir.

                                               

 

 

Ce matin, le Tyran sociable (Myiozetetes similis) fait partie de nos contacts, c'est un tyrannidé assez commun par ici et comme, il n’est pas spécialement furtif, son observation en est aisée.

                                

Sylvère capte à l’oreille le chant particulier du Trogon de Baird (Trogon bairdii) dans l’arbre débordant de vie.

                                

L’instant d’après il le localise à la vue et me dis d’accélérer le pas pour que je puisse moi aussi en faire la miroise.

                 

Trogon de Baird (Trogon bairdii)

                                                       

Bien sûr, je ne manque pas cette première occasion pour tenter de lui tirer le portrait malgré la hauteur où l’oiseau est perché.

                                

À quelques distances, c’est le grand cousin du précédent, le Tyran pitanga (Megarynchus pitangua) qui est aperçu scrutant les environs, puis de prendre son envol.

                                

C’est le moment que notre guide choisi pour faire demi-tour, nous repassons à la hauteur d’un curieux panneau, qui amuse certains d’entre nous.

                   

 

L’endroit où nous avons passé un moment avec de la repasse pour le Tinamou soui (Crypturellus soui) ne donne absolument rien, je n’en avais pas vu l’ombre de la queue et encore moins maintenant.

                                

Au loin, deux Canards musqués (Cairina moschata) prennent leur envol pour disparaitre derrière la barrière des arbres.

                                

de retour devant l’accueil de la station biologique, les Ariane charmante (Polyerata decora) et à ventre gris seront bien observées, un étudiant du site, m’offrira même la possibilité d’observer un individu sur son nid, nourrissant l’un de ses poussins.

                   

Ariane à ventre gris (Amazilia tzacatl)

                       

Bien plus imposants et moins discrets, Les Toucans tocards (Ramphastos ambiguus) sont observés dans un échange de nourriture qui augure bien une prochaine union.

                                

Le Grand hocco (Crax rubra) est à nouveau rencontré, le mâle errant à la recherche d’une femelle qu'il finira par trouver,  passe devant nous sans plus de formalité.

                                

Grand hocco (Crax rubra)

                                

Plus avant dans le jardin, une femelle de Bécarde à gorge rose (Pachyramphus aglaiae) est aperçu, bientôt accompagnée d’une congénère.

                                

Je trouve que je ne suis pas assez attentif aux insectes en général, pourtant il y en a de magnifiques.

                                                                 

Le groupe se rassemble à nouveau et j’apprends qu’un Martin-pêcheur nain (Chloroceryle aenea) à percuter une vitre, à pu retrouver ses esprits pour regagner l’abri de la forêt.

                                

L’Ermite, celui à longue queue fait un nouveau passage dans les magnifiques fleurs rouges et comme ce matin je tente une photo, mais bon, deux à zéro pour le bolide ^^

                   

                                

Plus loin, les mêmes espèces d’organiste et un Calliste à nuque d’or (Chalcothraupis ruficervix) semble vouloir faire le spectacle à lui seul, cependant il reste insaisissable pour le moment.

                                

Personnellement, je suis épaté par la couleur sinople du plumage de la femelle Guit-guit émeraude (Chlorophanes spiza)  la nature est tellement belle.

                      

                      

Dans le même arbre, le mâle de l’espèce présente un sublime plumage et j’ai la chance de partager avec deux observateurs qui ne sont pas de notre groupe.

                                

L’instant d’après, un cri me fait lever les yeux au ciel, et j’y découvre plusieurs Milans bidentés (Harpagus bidentatus) à une hauteur assez importante, mais je tenterais d’en suivre un pour le pixeliser.

                        

                                

Sylvère nous rappelle pour une balade en forêt, avec Gérard, nous suivrons le mouvement pour lâcher, l’affaire au bout d’un moment et retourner vers la route et de se séparer pour des pérégrinations en solo.

                                

Donc pour ma part, de retour sur la route, je tourne à droite et Gérard retourne vers  l’accueil de la station, de mon côté, je tombe sur une mare où un Caïman à lunette se dore la pilule au soleil.

                                

Il doit être habitué à voir du monde, il ne bouge pas une écaille à mon approche et ce n’est qu’au moment où il ouvre la gueule, que je m’aperçois de sa présence.

                                  

                                

Continuant mon petit chemin, et de l’autre côté de la route, dans le sous-bois, je perçois un mouvement super rapide, j'aperçois le second Râle de Cayenne (Aramides cajaneus) de la matinée, il marche tranquillement devant moi puis à un moment s’éclipse

                                

Je m’avance aussi discrètement que mes 100 kilos et surtout mon APN le permettent sur ce que j'ai perçu avant le râle.

                        

Ermite à gorge rayée (Phaethornis striigularis)

                            

Je distingue alors un Ermite à gorge rayée (Phaethornis striigularis) collectant des toiles d’araignée sur une plante basse, espèce que je confirmerais avec mon ami Jean-François une fois revenu en France.

                                

Donc, je reste un instant à contempler l’action, ce n’est pas tous les jours que j’aperçois un « colibri » collecter des matériaux aussi fins pour construire son nid,

                                

Au point d’en oublier de faire des photos au bon moment, et ainsi de lever tous doutes sur l'espèce ^^

                  

Ermite à gorge rayée (Phaethornis striigularis)

                                                            

En avançant plus avant, je m'aperçois que la route aboutit dans un hébergement de lux, je décide donc de faire demi-tour et j’en profite pour rencontrer un jeune Pipromorphe olive (Mionectes olivaceus).

                                

Pour cette espèce également, l’avis de Jean-François, sera prépondérant quant à la détermination, reste que ce n'était pas facile quand même.

                             

Pipromorphe olive (Mionectes olivaceus)                 

                               

Retournant alors vers mon point de départ pour retrouver mon groupe qui revient avec l’observation d’un Ermite de Rucker (Threnetes ruckeri).

                                

Les Lézards ne sont pas en reste, un superbe Basilic à bandes se balade sur le terreplein et attire notre attention un moment, mais dans le ciel, une Buse blanche (Pseudastur albicollis) lui vole immédiatement la vedette.

                                

Quelques minutes plus tard, le Tyranneau roitelet (Tyrannulus elatus) nous apparait pour la première fois pour une belle rencontre. 

                           

Aigle tyran (Spizaetus tyrannus)

                                                               

Après  le Troglodyte familier (Troglodytes aedon), il n’y a pas de temps mort pour le moment et l’Aigle tyran (Spizaetus tyrannus) qui passe au-dessus de nous ne dément pas la situation.

                                

Un Sporophile, un variable, se désaltère au bord de l’eau de ruissèlement et une Paruline  obscure (Leiothlypis peregrina) viens compléter le tableau.

                                

Le Todirostre familier (Todirostrum cinereum) s’invite dans la liste journalière lorsque je passe à la cantine, ce sera une belle rencontre pour une observation détaillée de l’espèce.

                          

Todirostre familier (Todirostrum cinereum)

                               

Puis une grande forme se signale dans le ciel, tout simplement un Milan à queue fourchue (Elanoides forficatus ) un autre sera vu plus tard et ailleurs.

                                

Un oiseau et repérer, c’est un Pioui de l'Est (Contopus virens) et vers la cantine, plusieurs tangaras ont investi la mangeoire, la Coquette, l’adorable butine les fleurs de verveine quelle sublime beauté quand même.

                  

Pioui de l'Est (Contopus virens)

                                                  

Plus profondément dans le jardin, proche d’un lodge isolé situé au bord d’un étang, un chant de trogonidé m’attire, une Femelle de Trogon de Masséna (Trogon massena) et parfaitement observable de l’autre côté de la pièce d’eau.

                                

Trogon de Masséna (Trogon massena)

                                                    

L’instant d’après, elle est rejointe par un mâle, j'assiste donc à une chorégraphie établie sur le chant du couple, puis une superbe Paruline jaune (Setophaga petechia), très lumineuse apparait l’espace d’une seconde.

                              

Trogon de Masséna (Trogon massena)

                                                                    

De retour sur la route, des Touis à mentons d’or (Brotogeris jugularis) animent le haut des arbres et l’audacieux est retrouvé ainsi que de beau tyran, ceux à tête grise et enfin l’Organiste à gorge jaune (Euphonia hirundinacea).

                                

Le Chant de contact d’un Synallaxe albane (Synallaxis albescens) est capté par notre guide, c'est le branle-bas de combat et il nous demande de nous placer au plus près de la clôture.

                    

Synallaxe albane (Synallaxis albescens)

                                                                 

C’est une espèce qui répond plutôt bien à la repasse et l’instant d’après, un individu de l’espèce se présente, le plumage complètement ébouriffé et avec une absence de queue complète ce qui rend l’oiseau difforme.

                                                                 

Bien plus gros et plus facile des Aigrettes bleues (Egretta caerulea) adultes et immatures sont aperçus, bondissant d’un endroit pour se poser dans un autre, invisibles dans les hautes herbes.

                                

Il y a également des Grandes aigrettes (Ardea alba) qui elles dépassent en hauteur et que l’on peut donc contacter plus facilement, les Ibis blancs (Eudocimus albus) moins courant  sont tout de même bien présents.

                                

Un peu plus tard, après le déjeuner, nous prenons le minibus pour aller faire une balade et découvrir les plaines humides et là, éviter de prier le plus haut, vous pourriez être exaucé d’un souhait indésirable.

                                

En attendant la suite, nous n’allons pas très loin, car une Sturnelle militaire (Leistes militaris) est aperçus assez loin dans un champ, il y a par ailleurs plusieurs Vanneaux téro (Vanellus chilensis) dont un qui avance assez vite.

                                

Il commence à pleuvoir, mais bon, c’est la rencontre qui prime et l’arrivée d’un Macagua rieur (Herpetotheres cachinnans) puis de trois Anis à bec lisse (Crotophaga ani) sur le même arbuste nous permet de belles miroises.

                                

De plus, nous recontactons des Colombes bleutés (Claravis pretiosa) en fait, elle est ici commune, deux par là, quatre un peu plus loin et, à chaque fois, un décollage à partir des hautes herbes, mais  toujours pour des apparitions éphémères.

                                

Dans le même axe, un buisson dépassant la prairie nous attire pour son mouvement occasionné par la parade d’un Jacarini noir (Volatinia jacarina).

                                

Cette scène me ramène immédiatement à Mathias, un super « Guide » de Guyane ou je suis allé faire un tour quelques années auparavant.

                                

Pour continuer d'observer à l’abri des éléments, notre accompagnateur a eu la judicieuse idée de relever le haillon du véhicule.

                                

Quelques d’entre nous, tentons des miroises assez difficiles, comme celle de ce Tyran des savanes (Tyrannus savana) qui reste désespérément à une distance cosmique pour nos jumelles et nos APN.

                                

Dans cette plaine largement humide, la Talève violacée (Porphyrio martinica) et le Jacana du Mexique (Jacana spinosa) sont aperçus puis disparaisse assez rapidement.

                                

Nous remontons tous dans le bus pour poursuivre notre balade sous la pluie qui martèle la carrosserie, par la suite, c'est enfin l’accalmie.

                                

Dans les champs sur notre gauche, d’autres passereaux, d’autres sturnelles dont le rouge pétant signale leur présence à des centaines de mètres.

                                

Comme j’ai la chance d'être à l’avant et alors que notre chauffeur ralenti pour le passage d’un rehaussement, j’aperçois une Grive des bois (Hylocichla mustelina)  dans le fossé à ma droite.

                                

Cependant, elle s’envole tout de suite et je ne peux partager la rencontre avec personne, même pas la pixeliser pour le souvenir.

                                

Plus tard, à la sortie d’un village, en enjambant un petit pont, Sylvère contacte un superbe tyran en plumage nuptial, rien de moins qu’un des savanes, comme celui qui était à 200 mètres quelques heures plus tôt.

                                

Je me prépare pour faire une photo par la fenêtre de notre moyen de transport, néanmoins, le sublime tyrannidé en décide autrement et s’envole, mettant fin à mon espoir de coche pour l’espèce alors qu’il se trouvait à moins de dix mètres de moi.

                                

Qu’importe, je reviendrais un jour pour lui et pour d’autres en attendant, bien plus commun et surtout présent en France, le Héron garde-bœuf  (Bubulcus ibis) est facilement contacté ainsi que d’autres espèces déjà vues.

                       

Héron garde-bœuf  (Bubulcus ibis)

                                

Sur le chemin du retour, sur une route au milieu de nulle part, nous faisons une nouvelle halte afin d’observer des Ortalides à têtes grises (Ortalis cinereiceps) puis des Amazone, à lores rouges, se nourrissant de fruits.

                                

Un piéton vient dans notre direction à environ 400 mètres, manifestement il fait des photos et regarde dans le haut des arbres, peut être un ornithologue du coin.

                                

Pour notre dommage, il fera demi-tour une centaine de mètres avant d’arriver sur nous, et donc nous ne pourrons rien partager avec lui.

                            

Héron vert (Butorides virescens)

                                

Un mouvement sur ma droite me fait tourner la tête doucement, en fait je vois un Héron vert (Butorides virescens) voler au ras des hautes herbes pour venir se poser sur une branche de l’autre côté du fossé.

                                

Il reste quelques instants, le temps de déclarer sa présence et de me permettre de faire quelques photos réflexes.

                                

Cela m'autorise également à apercevoir une loge avec ce qui semble être un mouvement à l’intérieur, je dirige mon télézoom pour voir la tête d’une femelle de Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus) se présenter au trou d’envol.

                            

Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus)

                                

Une espèce dont nous sommes maintenant habitués, reste que nous, nous demandons, comment l’arbre va se remettre d’une telle rencontre sur le long terme.

                       

Pic à couronne rouge (Melanerpes rubricapillus)

                                

Sylvère trouve par ailleurs trois Anis, à bec lisse, au sommet d’un grand arbre, assez bruyant malgré la distance, plus proche de nous des Hirondelles Chalybée (Progne chalybea) sont présentes sur un fil.

                                

Les statues d’éléphants bleus dans le jardin d’une propriété privée ou interpelle un instant pour s’apercevoir que tout le mobilier extérieur est dans le même goût.

                                

Puis l’apparition d’un Pic ouentou (Dryocopus lineatus) nous focalise complètement sur le nouvel arrivant.

                                      

Pic ouentou (Dryocopus lineatus) en bonne santé, mais ayant reçu une bonne averse locale^^

                                                       

Le grand pic et rejoint par un congénère, puis l’un deux nous, offre une longue période de miroise quand l’individu au plumage dérangé par la dernière ondée s’attaque à un piquet de clôture penché.

                                

Deux Urubus noirs (Coragyps atratus) nous survolent, ensuite s’éloignent, avec leur cousin, ils sont vus tous les jours, tout comme les Quiscales à longue queue (Quiscalus mexicanus) perchés sur le toit de la maison proche.

                                

Nous aurons la chance malgré la distance d’assister à l’arrivée au gagnage d’un vol de plusieurs dizaines de Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna autumnalis) ils prendront leurs précautions pour bien trouver l’endroit où se poser pour notre plaisir.

                 

Dendrocygne à ventre noir (Dendrocygna autumnalis)

                                

Après un bon moment, et à l’instant où nous remontons dans notre moyen de transport, Sylvère contact au loin de nouveau canards, des musqués, en témoignent les plages blanches sur les ailes.

                                

Nous rentrons à la station biologique et à quelques distances, un nouvel arrêt pour un dernier regard sur la plaine nous permettra de revoir presque toutes les espèces déjà vues dans la matinée.

                                

L’attention du groupe d’observateurs se focalisera sur le décollage d’une paire d’Ibis vert (Mesembrinibis cayennensis) qui disparaitront rapidement à notre vue.

                                

Une Buse à queue rousse (Buteo brachyurus), un Campyloptère violet (Campylopterus hemileucurus), un Grimpar de Souleyet (Lepidocolaptes souleyetii) un Moucherolle cendré (Contopus cinereus), un Pipromorphe roussâtre (Mionectes oleagineus) des Tityres masqués (Tityra semifasciata), des Geais enfumés (Psilorhinus morio), des Hirondelles des mangroves (Tachycineta albilinea), des Hirondelles à gorge rousses (Stelgidopteryx ruficollis), un Calliste rouverdin (Tangara gyrola)  des Vachers bronzés (Molothrus aeneus), un Oriole des vergers (Icterus spurius), un Cassique a dos rouge (Cacicus uropygialis), seront également ajouté au rendez-vous du LOG en soirée après le repas.

                                

1) Manakin à col orange *

2) Sucrier à ventre jaune

3) Guit-guit saï

4) Tyran mélancolique

5)Aras rouges

6) Amazone à diadème

7) Saltator des grands bois

8) Organiste à bec épais

9) Ermite à longue queue

10) Ariane à ventre gris

11) Coquette adorable

12) Tyran quiquivi

13) Merle fauve

14) Tangara des palmiers

15) Touis à menton d’or

16) Martinets du Costa Rica *

17) Colombe de Verreaux

18) Tangara évêque

19) Paruline à flancs marron

20) Tangara de Cherrie

21) Amazones à lores rouges

22) Merle à gorge blanche

23) Buse à gros bec

24) Pigeon rousset

25) Urubu à tête rouge

26) Buse à queue courte

27) Tyran audacieux

28) Colombe rousse

29) Sporophiles variable

30) Tangara à galons blancs

31) Tyranneau flavéole*

32) Pionne à tête bleue

33) Tyranneau à tête grise *

34) Sporophile à bec fort *

35) Conures de Finsch

36) Colibri Jacobin

37) Sporophile  ventre  jaune

38) Tyran sociable

39) Trogon de Baird

40) Tyran pitanga

41) Tinamou soui

42) Ariane charmante

43) Grand hocco

44) Toucan tocard

45) Bécarde à gorge rose

46) Martin-pêcheur nain

47) Calliste à nuque d’or

48) Guit-guit émeraude

49) Milans bidentés *

50) Ermite à gorge rayée *

51) Pipromorphe olive *

52) Ermite de Rucker

53) Buse blanche

54) Tyranneau roitelet

56) troglodyte familier

57) Aigle tyran

58) Paruline  obscure

59) Todirostre familier

60) Milan à queue fourchue

61) Poui de l’est

62) Trogon de Masséna

63) Paruline jaune

64) Organiste à gorge jaune

65) Synallaxe albane

66) Aigrettes bleues

67) Ibis blancs

68) Grandes aigrettes

69) Sturnelle militaire

80) Vanneaux téro

81) Macagua rieur

82) Anis à bec lisse

83) Colombes bleutés

84) Jacarini noir

85) Talève violacée

86) Jacana du Mexique

87) Tyran des savanes

88) Grive des bois

89) Héron garde-bœuf 

90) Ortalides à têtes grises

91) Héron vert

92) Pic à couronne rouge

93) Hirondelle Chalybée

94) Pic ouentou

95) Urubu noirs

96) Quiscales à longue queue

97) Dendrocygne à ventre noir

98) Ibis vert

99) Buse à queue rousse

100) Campyloptère violet

101) Grimpar de Souleyet

102) Moucherolle cendré

103) Pipromorphe roussâtre

104 Tityre masqué

105) Geais enfumés

106) Hirondelle des mangroves

107) Calliste rouverdin

108) Vacher bronzés

109) Cassique a dos rouge

 



07/04/2022
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 161 autres membres