Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus)

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata 

  

Sous-embranchement : Vertebra 

  

Classe : Aves

  

Ordre : Procellariiforme

  

Famille : Procellariidae

  

Genre : Puffinus

  

Espèce : Mauretanicus

    

    

Lowe : 1921

    

    

Chez nos voisins : Balearic, Shearwater, Balearen-Sturmtaucher, Pardela Mediterránea,  Balearische (vale) pijlstormvogel, Berta minore delle Baleari.

    

    

De 35 à 40 centimètres de long pour une envergure située entre 85 et 90 centimètres d’envergure, un poids compris entre  470 et 505 grammes ce Procellariidés, possède une espérance de vie d’environ 20 ans.

  

Le dessus de la tête, le dos, la couverture alaire, le dessus de la queue sont gris-brun foncé, les rémiges primaires et secondaires sont noirâtres.

    

Le brun de la tête, diffuse vers les côtés du cou, le dessous de l’oiseau, est blanc sale, le dessous de la queue ainsi que le ventre en arrière des pattes, puis les flancs sont de la même teinte que le dessus du plumage.

  

Le dessous des ailes, présente un liseré brun foncé sur le bord de fuite et une zone diffuse de brun.

  

Le bec gris foncé, fin  et crochu, dépasse très nettement de la tête, les pattes, ainsi que les doigts palmés, sont roses.

  

big_photo_395730_10371870_201209225912522.jpg

  

Il n’existe pas de signe distinctif du dimorphisme sexuel, les deux membres du couple sont identiques. Il existe une forme claire de cette espèce.

  

Longtemps considéré comme une sous-espèce du Puffin de Méditerranée Puffinus yelkouan, il n’en demeure pas moins une espèce à par entière, il a été élevé au rang d’espèce en 2004, il est d’ailleurs un peu plus grand que son cousin, mais certains auteurs réfutent cette idée. 

  

Tout évolue, rien n’est figé, cette espèce qui autrefois était assez rare dans le secteur ne fréquentait auparavant de juin à octobre que l'Atlantique oriental, du sud de la mer du Nord aux frontières Maroc.

  

Le réchauffement climatique modifie les aires de répartition des espèces marine comme les oiseaux ainsi que  leurs nourritures.

  

Le Centre national océanographique de Southampton a établi vers 2007, des preuves d'une fréquentation croissante du Puffin des Baléares Puffinus mauretanicus  en Atlantique Nord. 

  

Nichant en exclusivité dans l’archipel espagnol des  Baléares, les rassemblements prénuptiaux de l'espèce aux abords des colonies démontrent un esprit grégaire dès les mois de septembre-octobre.

  

C’est à partir de février que la femelle dépose son unique œuf pour la saison de reproduction annuelle dans un nid situé le plus souvent au fond d’un terrier, parfois une cuvette ou une dépression sous des éboulis, dont l’incubation dure environ 50 jours.

  

La hauteur d’installation du nid par rapport au niveau de la mer est variable, de quelques mètres à plus de cent pour les plus hauts.

  

Les parents nourrissent le poussin pendant les quinze premiers jours et à partir de ce moment-là, le laissent seul dans la journée pour ne revenir qu’à la tombée de la nuit. 

  

Ils repartent avant le lever du jour, afin d’éviter les prédateurs tels que le Goéland marin (Larus marinus).

  

C’est à partir de juin, pour les plus précoces, que le premier essor se fera, soit plus de 70 jours après leur naissance.

  

Comme pour la plupart des pélagiques, la nourriture  vient du milieu halieutique et, est donc à base de poisson.

  

La position de ses pattes et leurs sections elliptiques ainsi que la force de ses ailes lui permettent de s’enfoncer dans l’eau à environ trois mètres de profondeur  et ainsi rester assez en arrière du cortège d’oiseaux, qui accompagne le retour des bateaux de pêche ou d’observations.

  

Cette espèce avec une seule  ponte annuelle d’un seul œuf associé à  une maturité sexuelle en moyenne de neuf ans pourrait courir de gros risques en cas de pépin majeur, comme  du genre d’une  pollution aux hydrocarbures suite à un naufrage ou un délestage sauvage en mer.

  

  

 Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : En danger critique d’extinction.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

  

    

Autres Procellariidés

      

Recherches plus faciles



09/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres