Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Faucon Kobez (Falco vespertinus)

Faucon Kobez  (Falco vespertinus)

    

Règne : Animalia 

    

Embranchement : Chordata 

    

Sous-embranchement : Vertebra 

    

Classe : Aves

    

Ordre : Falconiformes 

    

Famille : Falconidae

    

Genre : Falco 

    

Espèce : Vespertinus

    

    

Linnaeus : 1766

   

  

Chez nos voisins : Red-footed Falcon, Rotfußfalke, Cernícalo Patirrojo, Roodpootvalk, Falco cuculo.

    

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Migrateur régulier dans l'Est de la France.    

    

    

De 28 à 34 centimètres de longueur, pour une envergure située entre 65 et 76 cm et accusant un poids compris de 130 à 164 grammes pour le mâle, un peu plus pour la femelle puisque de 130 à 197 g,  ce petit rapace possède en outre une durée de vie estimée à 13 ans environ.

    

Chez cette espèce, les signes extérieurs du dimorphisme sexuel sont évidents, la différence de taille bien sûr entre les deux sexes, mais aussi le plumage.

    

Gris ardoise uni sur la totalité du dessus du  plumage du mâle hormis la tête, grise plus foncée la poitrine quant à elle est gris souris la culotte et les sous-caudales sont rouges orangées, vues de dessous, les rémiges sont blanches barrées de gris foncé avec l’extrémité unie formant ainsi sur le bord de fuite un liseré gris foncé.

    

Le cercle orbital, la cire du bec ainsi que les tarses non emplumés et les doigts sont orange vif.

    

big_photo_395730_7583317_2010061409183886.jpg    

Il existe deux formes de plumage pour la femelle, l’une dite claire l’autre à contrario, dite sombre.

    

Elle est superbe dans sa livrée quelle que soit la forme, ses joues et sa gorge blanches contrastent fortement avec un tour de l’œil et une moustache noire, le front est blanc.

    

Le vertex beige ou roux avec des variantes de couleurs entre ces deux teintes, le dos et la couverture alaire sont gris brun avec le bout des plumes bruns-clairs donnant à l’ensemble une impression d’écailles.

    

Le dessous des ailes et barré de gris les couvertures sous-alaires sont rousses, le ventre et strié de roux formant de fines barres.

    

Le cercle orbital et la cire du bec de la femelle sont plutôt jaunes, mais les pattes sont de la même couleur que celle du mâle.

    

big_photo_395730_7582794_201006143128189.jpg    

C’est un oiseau de proie à l’image de ses cousins crécerelle et hobereau, auxquels il empreinte quelques comportements, à l’instar du premier en action de  chasse, il « patrouille » sur son territoire en cerclant, n’hésitant pas à revenir sur une zone déjà inspectée et quand il repère une proie, il opère un vol stationnaire puis par paliers successifs, fond sur sa proie pour s’en saisir, du second, il possède la vélocité aérienne qui lui permettant la capture au vol d’insectes, telles que les libellules.

    

Le kobez est une espèce de l’écozone du Paléarctique oriental, même si sa présence et parfois sa reproduction est avérée en Europe de l’Ouest, c’est un oiseau qui niche principalement  à l’est d’une ligne qui va de la mer Caspienne aux chaînes de l’Oural et qui migre en Afrique austral pour ses quartier d’hiver.

    

Par exemple il est très fréquent et nicheur en Roumanie sur le delta du Danube où il niche en colonie dense et en parasitant en masse les corbeautières dans certaines zones du delta.

    

Ailleurs si ce genre d’opportunité, ne lui est pas offerte, il peut établir son nid dans un trou d’arbre assez grand ou encore au milieu des éboulis de rochers avec une large ouverture.

    

Il aime les parties ouvertes avec une végétation d’herbacés peu élevée, avec à sa disposition des postes de perchoirs pour le repos et l’affut dans les steppes, les parties agricoles y compris celles qui sont extensives  pourvu que celles-ci comportent des zones humides, en cela le delta du Danube avec ses immenses roselières, est un endroit propice pour cette espèce.

    

Elle revient donc vers la fin avril et après les parades et l’union du couple qui ne dure que le temps d’une saison de reproduction, celui-ci cherche et trouve un nid, parfois au détriment d’une autre espèce.

    

La femelle pond de trois à quatre œufs dont l’incubation dure de 22 à 23 jours les petits nidicoles prendront leur essor entre 27 et 30 jours puis de  sept à quatorze jours plus tard, ils quitteront le cercle familial, mais resteront dans le périmètre de la colonie jusqu’à la fin aout  pour le départ en migration .

    

Son régime alimentaire selon le lieu est composé d’insectes de différentes tailles, de gastéropodes, petits reptiles comme les orvets et les lézards, les petits au nid quant à eux, sont nourri surtout de micro mammifères, ils seront matures, en une année.

    

Comme toutes les espèces inféodées  aux zones humides, le kobez souffre de la dégradation de ces dernières ainsi que de l’utilisation des pesticides dans l’agriculture intensive et semble être à l’origine de quelque inquiétude de la part des spécialistes de l’UICN.

    

En France, depuis  le 17 avril 1981 et par  un arrêté ministériel, ce rapace, comme tous les autres, bénéficie d’une protection totale, bien sûr il est inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux de l’union européenne.

    

    

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Quasi menacé

    

    

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net  où, une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

    

    

   

Autres  Caracaras et faucons du site    

   

Recherches plus faciles     



05/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres