Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Faucon crécerellette (Falco naumanni)

Autres faucons : Faucon crécerelle Falco tinnunculus , Faucon kobez Falco vespertinus , Faucon hobereau Falco subbuteo , Faucon d'éléonore Falco eleonorae , Faucon pèlerin  Falco peregrinus , Faucon émerillon Falco  columbariusFaucon sacre Falco cherrugFaucon des chauves-souris Falco rufigularis .

    

Caracaras du site

    

Chez nos voisins : Lesser Kestrel, Rötelfalke,    Cernícalo Primilla, Kleine torenvalk,  Grillaio.

   

Faucon crécerellette (Falco naumanni)

   

Règne : Animalia 

   

Embranchement : Chordata 

   

Sous-embranchement : Vertebra 

   

Classe : Aves

   

Ordre : Falconiformes 

   

Famille : Falconidae

   

Genre : Falco 

   

Espèce : Naumanni

   

   

Fleischer : 1818

   

   

De 29 à 32 centimètres de longueur pour une envergure comprise entre 58 et 72 cm, accusant un poids de 140 à 210 grammes pour la femelle un peu moins pour le mâle puisque de 90 à 170 g.

   

On le voit bien, ses mensurations sont plus modestes que celles de la crécerelle, son espérance de vie est selon Oiseaux.net, également très inférieur, six ans pour ce petit faucon contre 16 pour son cousin.

   

Le superbe  plumage du mâle roux uni sur le manteau et le dos,  les scapulaires, les petites, moyennes et grandes couvertures sont également de cette couleur.

   

Son front, son vertex ainsi que sa nuque et les côtés du cou, sont gris bleutés, une  moustache moins contrastée que chez son cousin est néanmoins visible.

   

Le dimorphisme de cette espèce étant très marqué, le plumage de la femelle diffère énormément du mâle, il est assez semblable à celui de sa cousine crécerelle.

   

UE8A5213 Faucon crécerellette.jpg

   

L’ensemble du dessus, est roussâtre, finement marqué de brun-foncé, le ventre couleur sable, est moucheté, une tache blanche crème peut être observée en dessous de l’œil et un peu en arrière.

   

Les rémiges, sont noires, le croupion, est gris bleuté, les rectrices de la même couleur que le dos possèdent plusieurs fines barres brunes et une plus large, noire à l’extrémité.

   

Que ce soit en période de reproduction ou en hivernage cette espèce  est fortement grégaire, au Sénégal, il y a déjà quelques années, un dortoir gigantesque fût découvert par une pointure de la LPO après de longues recherches sur la migration de ce rapace.

   

Un film fait même l’objet de cette trouvaille et porte le nom de « l’île aux faucons », il existe également des colonies hivernantes dans le Sud de la Tanzanie et le Nord du Kenya.

   

Le trajet effectué par les oiseaux de cette espèce, se ferait de façon isolée ou par groupes plus ou moins dense pouvant  contenir jusqu’à 50 faucons à une altitude culminant vers les deux mille mètres, ce qui conte tenu de leurs tailles rendrait l’observation du flux migratoire assez ardu.

   

À la mi mars dans deux régions du Sud de la France, ils sont de retour pour entamer la période de reproduction qui s’étalera jusqu’en juin.

   

Le nid est sommaire, le plus souvent une cavité dans un amas de gros cailloux, à l’intérieur d’un nichoir, ou encore simplement en grattant à l’intersection d’une fourche dans un arbre.

   

Bien que grégaire, il défend ardemment son petit territoire et le mâle protège bec et ongles sa compagne de toutes intrusions, celle-ci dépose d’un à sept œufs, dont  l’incubation qui semble démarrer à partir du troisième œuf coure sur 30 jours en moyenne.

   

Il faudra encore de 30 à 35 jours pour le premier essor des fauconneaux, le taux de mortalité et directement lié aux ressources alimentaires dans la période d’élevage des jeunes.

   

En Crau, la nourriture préférée de ce rapace  et une espèce de criquet endémique de cette région ensoleillée, il peut également s’adapter en consommant à l’occasion des micro-mammifères quelques espèces d’oiseaux ainsi que des reptiles comme les lézards. 

   

En France et en Espagne notamment, cette espèce fait l’objet d’une protection assidue et d’un programme de réintroduction où nos amis espagnols nous apportent une aide importante en nous confiant pour des programmes de repeuplements  des jeunes faucons naît en terre ibérique.

   

Le Faucon crécerellette, comme toutes les espèces de rapaces, est protégé en France selon la loi du 10 juillet 1976 (arrêté d'application du 17 avril 1981).

   

En France, depuis  le 17 avril 1981 et par  un arrêté ministériel, ce rapace, comme tous les autres, bénéficie d’une protection totale, bien sûr il est inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux de l’union européenne.

   

Il fait aussi partie de la liste des espèces de vertébrés protégées menacées d'extinction en France et dont l'aire de répartition excède le territoire d'un département (arrêté d'application du 9 juillet 1999).

   

   

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Vulnérable

   

   
Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net  où, une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

   

   

 Recherches plus faciles



05/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres