Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Bernache à cou roux Branta ruficollis

Autres bernaches :  Bernache du Canada Branta canadensis , Bernache nonnette  Branta leucopsis , Bernache cravant Branta bernicla .

 

 

Chez nos voisins : Red-breasted Goose, Rothalsgans,  Barnacla Cuellirroja, Roodhalsgans,  Oca collorosso
                                                       

 

Bernache à cou roux (Branta ruficollis)

 

Règne : Animalia

 

Embranchement : Chordata

 

Sous-embranchement : Vertebra

 

Classe : Aves

 

Ordre : Ansériformes

 

Famille : Anatidés

 

Genre : Branta

 

Espèce : Ruficollis

                  

                  

Pallas : 1769

                    

                    

J F M A M J J A S O N D

Erratique  en hiver ou échappée de captivité en France.

                

                                 

De 53 à 56 centimètres de longueur  pour une envergure de 110 à 125 cm et accusant un poids  d’environ 1200 grammes pour la femelle  et  un peu plus pour le mâle, puisque de 1300 à 1600 g .

 

En outre, cette espèce de bernache possède une longévité d’environ 15 ans, mais elle est chassée dans plusieurs pays.

 

Il est quasi impossible de la confondre avec une autre espèce pour un observateur même débutant, son plumage bigarré de noir, de blanc et bien sûr de roux la rend aisément identifiable.

 

Tout l’avant du  cou est roux  bien sûr, de la poitrine au menton, une grosse tache rousse est séparée par un liseré blanc.

 

Une grosse marque blanche entre le bec et l’œil, les flancs, le ventre en arrière des pattes jusqu’aux sous-caudales, le croupion et ce liseré qui sépare le noir du roux sont également blanc pur.

 

La tête, le menton, l’arrière du cou, le manteau, les scapulaires, les petites, moyennes et grandes couvertures, le dos, les rémiges les rectrices et enfin le ventre, des pattes jusqu’à la naissance du cou  sont noirs, un superbe oiseau s’il en est.

 

 

 

Il n’existe pas vraiment de dimorphisme sexuel chez cette espèce même si le mâle possède une taille un peu plus importante que sa femelle et que parfois celle-ci arbore un plumage un peu plus terne.

 

La présence de cette bernache  à l’état sauvage et en France n’est dut le plus souvent qu’à un échappé ou parfois,  cas exceptionnel, un erratique  est toujours possible, la nature est curieuse.

 

En effet l’espèce se reproduit dans la tondra au nord de la Sibérie en particulier sur la région de la presqu’île de Taimir et elle passe la saison hivernale dans le sud-est de l’Europe notamment en Roumanie.

 

À partir de juin, cette espèce se met en quête d’un site pour installer son nid, il sera installé sur un monticule ou même à flanc de falaise.

 

Une simple cuvette peu profonde,  tapissée de petites feuilles et ou d’herbes sèches et de duvet, mais il fut que le site et un couple d’habitants particuliers, cette bernache à un comportement tout à fait étonnant au moment de la nidification.

 

En effet cette espèce recherche et trouve protection de son nid et de sa portée contre les hermines et les renards en le construisant à proximité de l'aire  d'un Faucon pèlerin (Falco peregrinus),  d'une Buse pattue Buteo lagopus ou encore d'un  Harfang des neiges Nyctea scandiaca !

 

Et c'est ainsi jusqu'à cinq couples  de bernaches qui peuvent  trouver  protectorat sous l'aile d'un oiseau qui serait le  prédateur pour  d'autres prédateurs !

 

La ponte est de quatre  à cinq œufs, dont  l’incubation dure environ 24 jours, assurée par la femelle seule, le mâle montant la garde à quelques distances les petits sont nidifuges, ils naissent tous le même jour. Ils possèderont  leur plumage complet vers 40 jours environ.

 

Cette espèce grégaire conserve sa progéniture dans un cercle familial élargi jusqu’à la maturité sexuelle qui apparait chez elle  entre trois et quatre ans.

 

Depuis les dix dernières années, cette espèce a vu ses effectifs diminuer de façon alarmante, en effet sur la période, plus de 56 % d'oiseaux ont disparut.

 

Les changements climatiques ne sont pas à eux seuls responsable de cette catastrophe.

 

Le drainage des zones humides pour en faire des parcelles cultivées et  l'exploration de gisement pétrolifère fragilise les sites de reproductions, mais  surtout la chasse à outrance et illégale sur les  zones d'hivernages sont les véritable cause de cette disparition.

 

La migration se fait en grands groupes fréquemment mixtes avec les Oies rieuses Anser albifrons avec lesquelles, elles passent beaucoup de temps et partagent les aires de gagnage, ces bernaches ne volent pas en ligne ou en V comme les oies grises dont elles ont pourtant l'allure en vol, mais plutôt en groupe compactes.

                      

Malgré son aire de répartition, cette superbe bernache est de catégorie monotypique.               

                  

                   

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : En danger

 

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

 

Recherches autres anatidés ←
Recherches plus faciles ←

 



09/06/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres