Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 06-03-2021 sur la nécropole de Thiais.

                      

Ce matin, le ciel est splendide, la vue dégagée sur le quartier de La Défense et dont les vitres des bâtiments me renvoient le reflet rougeoyant du soleil levant.

                

Je pars tout de même de bonne heure et le trafique étant assez fluide, j’arrive vraiment tôt aux portes de la nécropole, les deux techniciens présents font preuve de courtoisie dans un échange de civilités cordiales.

                       

A mon habitude, j’entre au ralenti pour aller prendre cette place qui est devenu la mienne au fil du temps pour garer mon véhicule et perçois un mouvement sur ma droite en direction d’un parterre de fleurs et d’un petit conifère devant la conservation.

                                   

J’ai un haut le cœur en reconnaissant un trio de Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula) qui se nourrissait au sol puis d’un bon se retrouve sur l’arbuste d’ornement, reste que mon sac avec mon APN est placé sur la banquette arrière et je n’y ai pas accès, car manquant furieusement de souplesse en plus de l’excitation du moment ^^

                                          

Le C4 arrêté, j’ouvre délicatement la portière arrière pour en extraire mon appareil photo, mes jumelles et j’entreprends de faire les 20 mètres en marchant doucement tout en scrutant le moindre mouvement.

                               

Peine perdu, je ne retrouve pas le groupe de rarissimes fringiles en ce lieu, je passe un petit moment avec l’espoir allant en diminuant d’autant que l’attention du reste de la faune reprenant le pas, le chant des Étourneaux sansonnets (sturnus vulgaris) se fait entendre de partout et c’est peu de le dire.

                       

Étourneaux sansonnets (sturnus vulgaris)

                               

Tout autour de moi, malgré la température frisquette, cette mélodie naturelle du vivant émane de toute les directions.

                                   

En retournant vers mon véhicule, les cris de pics sont perçus en direction de la parcelle N°1, je passe devant ma voiture et en ferme la porte, restée plus tôt ouverte.

               

Des Pies bavardes (Pica pica) de-ci-de-de-là, l’Accenteur mouchet (Prunella modularis) parfaitement reconnu puis aperçu au pied d’une haie comme il se doit.

                      

L’orientation des cris de pic a un peu changé, j’avance encore un peu pour déceler assez loin des formes qui se meuvent rapidement et à l’occasion d’une pause sur les branches d’un arbre éloigné, n’autorise l’identification certaine d’une paire de Pics mar (Dendrocoptes medius) males.

                

Je tente une photo, même éloignée, mais j’appuis désespérément sur le bouton et rien ne se passe, en effet, c’est mieux quand le matériel est en fonction.

                    

Des regrets plein les yeux, je m’apprête à retourner vers la voiture quand un chant à peine perceptible me fait pivoter vers le jardinet extérieur, un Roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla) par chance, celui-là est présent et moins furtif que les pics.

                   

Roitelet à triple bandeau (Regulus ignicapilla)

                     

J’inclurais l’observation dans la liste à la fin de la balade, on m’en demandera la photo, puis si la photo possède une information GPS.

                       

J’en accuserais le coup en me disant qu’un observateur aguerri qui conteste deux fois la présence d’une observation dans la même phrase, n’a plus grand chose à apprendre d’un animateur bénévole comme moi s’il en avait vraiment eu besoin un jour.

                         

Pour l’heure, je retourne sur la grande place et tout en gardant les distances de sécurité, j’entame une discussion sur l’entretien des cimetières parisiens de banlieue.

                            

De temps à autre, un sansonnet vient prospecter une cavité en passant au-dessus de nos têtes ce qui nous fait sourire.

                             

Mon interlocuteur repart vers ses activités professionnelles et moi, je me rapproche de la bâtisse imposante de l’administration du lieu.

                                      

Des ombres mouvantes me font espérer le retour des bouvreuils et je me félicite de mon opiniâtreté, reste que ce ne sont que deux autres accenteurs qui bougent au sol.

                         

L’espoir renait une seconde plus tard avec un nouveau mouvement plus haut dans les branches des peupliers.

                 

Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis)

                           

Là encore, un peu de déception, mais ce sont tout de même des Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) une dizaine environ et j’en avais carrément occulté le chant si reconnaissable ^^

                    

Alors que je continue ma prospection, Mihaela et Alain arrivent et comme moi, ils sont un peu déçus de ne pas trouver les rares passereaux.

                    

Les participants prévus arrivent, les uns après les autres, puis suite à une bonne phase d’observation du plumage nuptial des étourneaux c’est le départ de la balade.

                    

Étourneaux sansonnets (sturnus vulgaris)

                        

Deux Geais des chênes (Garrulus glandarius) sont captés du regard, mais cela reste éphémère, par contre, le chant d’une Grive draine (Turdus viscivorus) nous parvient puissant à souhait et nous n’avons aucun mal à localiser un splendide mâle chanteur.

                             

Les roitelets aperçus quasiment une heure plus tôt, ne sont pas retrouvés et cela me peine un peu pour l’ensemble du groupe.

                      

Un nouveau traîne-buisson est capté du regard et malgré la présence de belles Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus), nous nous focalisons sur la draine qui chante vraiment comme ci elle était seule au monde ^^

               

Grive draine (Turdus viscivorus)

                      

À plusieurs, nous captons le cri bien connu du Moineau domestique (Passer domesticus), la fermeture temporaire de l’américain d’en face permettrait-elle le retour du passereau dans le cimetière ?

                             

Des Pigeons ramier (Columba palumbus) s’envolent à notre approche et tout à notre observation du turdidé chanteur, l’un d’entre nous aperçoit une Perruche à collier (Psittacula krameri) au plumage entièrement jaune à l’autre bout de la parcelle.

                           

Perruche à collier (Psittacula krameri)

                      

Cela tranche vraiment avec le plumage couleur sinople de l’espèce que nous voyons en permanence ici et nous avançons sur elle pour une meilleure miroise, ce qui nous offre l’opportunité de contacter un passereau remuant.

                                        

En fait, il s’agit d’un Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) papillonnant qui en contre-jour, refuse de se fixer un instant pour se faire prendre le portrait, mais avec de la chance nous arriverons à nos fins ^^

                             

 

Le premier Pigeon colombin (Columba oenas) est localisé au plus haut des platanes du secteur, la plus jeune observatrice (Elyne) du groupe se voit informée des critères diagnostiques tant des grives que des pigeons par les plus aguerris de nos compagnons et chose assez intéressante, elle prend des notes sur un calepin pour plus tard.

                 

Un Goéland argenté (Larus argentatus) immature passe au vol, alors que plusieurs Pigeons bisets (Columba livia) sont aperçus survolant en groupe les parcelles.

                            

Goéland argenté (Larus argentatus)

                          

Le cri suraigu du Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) nous parvient sans souci, mais la draine chanteuse occupe pas mal les esprits et les oreilles !

                       

Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla)

                       

À un moment, nous verrons même une paire, passer au-dessus de nous à moins que ce ne soit un couple en train de se former.

                        

Nous voyons de plus en plus de colombins, depuis l’installation des nichoirs à hulotte, il semble que l’espèce soit en expansion sur la nécropole de Thiais.

                                       

Pigeon colombin (Columba oenas)

                    

Il faut dire qu’avec ses 103 hectares de surface, le cimetière offre la place et le biotope nécessaire pour sa propagation.

                                 

Un sympathique Écureuil roux (Sciurus vulgaris) est aperçu allongé de tout son long sur une branche, prenant le soleil, c’est toujours un plaisir de voir ce beau mammifère arboricole.

                                             

Le Moscou/Paris nous a apporté pas mal de vols de Pinsons des arbres (Fringilla coelebs), mais la prospection des groupes ne concrétise pas la présence de cousins du Nord à notre regret.

                        

Écureuil roux (Sciurus vulgaris)

                      

Encore un Merle noir (Turdus merula), là aussi l’espèce est en diminution sur site, en voir et revoir un reste un vrai plaisir pour moi.

                        

Un peu plus tard nous pensons dur comme fer percevoir le chuintement de la buse, c’est l’effervescence, puis nous localisons un étourneau imitateur et cela en est presque risible^^

                                       

De nouveau le rire sarcastique du Pic vert (Picus viridis) avec également plusieurs belles observations de son vol puissant et chaloupé au moment où il traverse les parcelles.

                          

Malheureusement, la corbeautière est vide de tout occupant et semble vouée à l’abandon par l’espèce, elle semble simplement visitée par des Corneilles noires (Corvus corone) et quelques pies.

La friche ne donne rien en matière de nouvelles espèces contactées et nous espérons vraiment voir quelques migrateurs sur la prochaine balade.

                            

Proche du portail vert, le Pic épeiche (Dendrocopos major) est une nouvelle fois contacté au cri et celui du Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) retenti aussi bien dans les buissons impénétrables que de l’autre côté du mur d’enceinte.

                   

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

                             

Catherine nous rattrapera pour nous signaler la présence d’un crécerelle et aussi d’un Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), mammifère lagomorphe que l’on ne voit plus trop ces dernières balades ici.

                               

Un moment plus tard, nous sommes proche de l’ALGECO et en arrière plan, Michel repère le Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) dans le vol dit du saint esprit, l’instant d’après, il plongera sur une proie invisible pour nous et finira par disparaitre.

                         

Verdier d’Europe (Chloris chloris)

                        

C’est le moment de la remontée vers la sortie avec encore des Verdier d’Europe (Chloris chloris) comme ce mâle chanteur qui apparait comme s’il avait une calotte noire alors que ce n’est qu’un jeu d’ombre avec la branche supérieure.

                   

Plus loin, encore des chardonnerets, avec de merveilleuses observations, je ne sais s’ils sont en hivernage ou s’ils resteront, mais la forte densité de présence pourrait nous laisser espérer à une reproduction sur le site.

                   

Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis)

                          

Cela nous permet également de contacter des Grives mauvis (Turdus iliacus), dont l’une d’elles, restent immobile un bon moment pour notre plaisir.

                          

Nous continuons à scanner les groupes de pinsons sans plus de succès ce qui n’est pas le cas des innombrables Mésange charbonnière (Parus major) contactées sur la longueur.

                      

Grives mauvis (Turdus iliacus)

                         

Dans une haie, du mouvement et c’est autre chose, nous progressons en même temps que l’oiseau pour le voir apparaitre dans un rayon de soleil qui lui apporte une certaine beauté même s’il ne s’agit que d’un Rougegorge familier (Erithacus rubecula).

                    

Nous sommes presque sur la fin de la promenade et de la parcelle arrière à la conservation, je vois débouler un Renard roux (Vulpes Vulpes) alors qu’à moins de quelques dizaines de mètres de là, une foule de personnes, attend visiblement pour une ou plusieurs cérémonies mortuaires.

                                

Rougegorge familier (Erithacus rubecula)

                      

L’américain étant fermé, nous rentrerons chacun chez soit après la lecture de la liste des 28 espèces d’oiseaux observées durant la matinée avec la promesse de se revoir pour certains.

                    

Pour finir correctement, je passerais voir le technicien pour l’informer du nombre d’espèces observées puis je regagnerais comme les autres mon domicile avec l’envie de nouvelles balades en groupe ou en solo.

                  

À noter suite à un oubli de ma part, la découverte  de violettes blanches sur la parcelle 68, milles excuses Aldo pour mon amnésie passagère ^^ ;)))

 

Violette blanche division 68 par Aldo

 

 

1) Bouvreuil pivoine

2) Etourneaux sansonnets

3) Pies bavardes

4) Accenteurs mouchets

5) Pics mar

6) Roitelet à triple bandeau

7) Chardonnerets élégants

8) Geais des chênes

9) Grive draine

10) Mésanges bleues

11) Moineau domestique

12) Pigeons ramier

13) Perruche à collier

14) Pouillot véloce

15) Pigeon colombin

16) Goéland argenté

17) Pigeons bisets

18) Grimpereau des jardins

19) Pinsons des arbres

20) Merle noir

21) Pic vert

22) Corneilles noires

23) Pic épeiche

24) Troglodyte mignon

25) Faucon crécerelle

26) Verdier d’Europe

27) Grive mauvis

28) Rougegorge familier

 

 

A) Écureuil roux

B) Lapin de garenne

C) Renard roux

 



09/03/2021
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 147 autres membres