Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 04-06-2022 sur la nécropole de Thiais.*

                   

Après une nuit passée au travail, je suis un peu fatigué quand je me présente devant les portes de la nécropole de Thiais.

                   

Pour tout dire, ce n’est absolument pas ce que j’avais prévu six mois auparavant quand j’avais proposé les dates de balades mensuelles pour ce site.

                   

Mihaela et Alain, Éveline, sont déjà présents et dialogue avec Franck en espérant que ce dernier ait quelques nouvelles croustillantes.

                   

La pluie annoncée par le bulletin météo de la veille s’invite à ce moment-là, ni une ni deux, les habits de pluie sont enfilés.

                   

Puis s'ensuivent quelques minutes de discussions, l’arrivée de Michel, c’est le départ pour la balade matinale vers la parcelle N° 1.

                   

Au sommet du préau, des Pigeons biset (Columba livia) sont posés et remplacent les Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) qui se sont éparpillés depuis le mois dernier alors qu’un Épervier d’Europe (Accipiter nisus) traverse au vol la grande place.

                   

Une Pie bavarde (Pica pica) sans queue passe devant la conservation, plus tard, Michel en parlant du GIZZ, reviendra sur cet oiseau sans sa queue imposante qui change sa morphologie.

                   

Plus terre à terre, le premier constat est que la tondeuse à gazon a été passée dans beaucoup d’endroit du cimetière en commençant par les grandes pelouses, même le jardinet extérieur a été tondu.

                   

Si les chants sont bien entendu, peu d’oiseaux sont aperçus à présent, et donc les échanges sont dirigés plutôt vers des souvenirs de sorties récentes.

                   

Des Mésanges bleues  (Cyanistes caeruleus) se manifestent au-dessus de nous, et une première Grive musicienne (Turdus philomelos) se fait également entendre sans se dévoiler vraiment.

                   

Sous les grands arbres, la température ambiante est plus fraiche, mais sous mon poncho avec une polaire, je suis comme dans un sauna.

                   

Un Pinson des arbres (Fringilla coelebs) est facilement entendu, mais de jeunes écureuils passent avant lui et le Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) reste totalement invisible dans les marronniers humides.

                   

Faites contre mauvaise fortune bon cœur, dit le dicton, alors justement haut les cœurs, on y est, on y reste.

                   

De leurs côtés, les Perruches à collier (Psittacula krameri) sont omniprésentes, il y en a partout assez loquace pour ne pas dire tonitruantes, mais avec la couverture foliaire, pixéliser ces oiseaux couleur sinople n’est pas chose aisée.

                   

Les Mésanges charbonnières (Parus major) sont pareillement de la partie, sans être réellement abondantes, nous en voyons de long en long, pour le Pic épeiche (Dendrocopos major), ce sera bien plus rare.

                   

Les deux premiers Martinets noirs (Apus apus) de l’année sont observés sur le site, plus tard, nous en verrons une plus grosse quantité.

                   

Jean-Christophe indisponible sur la balade précédente nous rejoint quelques instants, juste pour nous déclarer qu'il prend son déjeuner et nous retrouve par la suite.

                   

Pour nous, la balade continue avec l’apparition de temps à autre d’un Écureuil roux (Sciurus vulgaris), ce qui amuse tout le monde à chaque fois.

                   

De retour vers les passereaux, le Merle noir (turdus merula) et vraiment bien représenté ce matin, sept individus aperçus sur la matinée semble un chiffre raisonnable, en tout cas, bien plus que celui des Geais des chênes (Garrulus glandarius) rencontrés au compte-gouttes.

                   

Là-dessus, c’est la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) qui se manifeste à son tour, à peu près en même temps que le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) dont on entendra les notes supplémentaires du chant nuptial.

                   

Un Pigeon colombin (Columba oenas) est repéré par Alain, ce sera le premier d’un bon nombre de rencontres ce matin également.

                   

Avec notre avancée à découvert, nous, nous sommes rapidement aperçus qu’il ne pleut plus du tout. Il fait même assez chaud, c’est le moment de quitter l’encombrant poncho de pluie devenu totalement inutile.

                   

En continuant notre promenade, des Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) sont de nouveau entendus, bien que le soleil soit de retour, l’humidité de l’air transporte plus loin encore les chants.

                   

Celui du Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) porte vraiment loin, alors que l’attention se porte sur un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) aperçu d’abord en vol, puis plongeant vers le sol de son perchoir.

                   

Plus loin, un Accenteur mouchet (Prunella modularis) et de nouveau des charbonnières, des bleues, des sansonnets, de même que des écureuils, des pies avec des queues, un autre pouillot, toujours de la même espèce.

                   

Des Pics verts (Picus viridis) au vol chaloupé, traversent des parcelles, les bolides aériens, décrivent des arabesques et dans une allée, des orchidées en désordre, Michel entreprendra de les compter, réellement.

                   

Une tache blanche est repérée dans le groupe des martinets, rien de moins qu’une Hirondelle rustique (Hirundo rustica)  assez reconnaissable à ses longs filets, puis finit par disparaitre définitivement.

                   

Une forme qui se décline en gris clair se pose, ensuite redécolle et s’enfuit, mais reste identifiable au moment de faire un virage et dévoile la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) déjà vu à plusieurs reprises l’année passée.

                   

Deux Grives draine (Turdus viscivorus) nous fuit au vol, nous ne les retrouverons pas et leur chant caractéristique ne sera même pas perçu.

                   

Du côté de la friche, l’aspect de la végétation serait certainement propice à la pigrièche, cependant, l'espèce ne doit pas être au courant qu’un tel endroit les attends de pied ferme.

                   

Un autre faucon est observé une fraction de seconde et restera SP pour le reste de la balade.

                   

En levant les yeux au ciel, ce sont des Goélands argentés (Larus argentatus) qui cerclent sans effort, à notre verticale, nous risquons le torticolis assuré.

                   

Des buissons touffus et bas, deux musiciennes décollent l’une après l’autre, juste le temps de voir la poitrine pommelée de la seconde.

                   

Bien plus réaliste, mais moins vivace que le mois dernier, la Fauvette grisette (Curruca communis) et l’Hypolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta)  sont entendus puis aperçu furtivement.

                   

Jean-Christophe nous rejoint alors que nous quittons la friche, il est resté discuter, puis n’a pas vu le temps passer, si j’ai bien compris, c’est ça les couples modernes.

                   

Pour l’heure, nous profitons de sa présence et de sa dose d’humour qui fait du bien au moral, rien de plus.

                   

De le voir se servir de son téléphone comme un dictaphone pour conserver quelques infos, qu’il vérifiera plus tard, nous permet de découvrir un autre concept de la balade animée.

                   

En attendant, un sympathique Rougegorge familier prends la pose sur une haie et se laisse observer un petit moment par tous.

                   

Un Pigeon ramier (Columba palumbus) et pris pour un colombin quand il se pose, mais est démasqué lors de son envol par Michel ainsi que moi, qui sommes vraiment surpris de notre méprise.

                   

Un ramier, quand même, ce n’est pas le moment de la ramener ^^.

                   

Les Corneilles noires  (Corvus corone) omniprésentes, sont une nouvelle fois rencontrées, puis Alain ou Michel, il me semble, arrive à percevoir le chant assez spécial du Verdier d’Europe (Chloris chloris).

                   

Au moment du LOG, comme d’habitude, il faudra la patience de Michel, mais également des autres participants pour combler mes lacunes de ma liste, en revanche je rajouterais la Bergeronnette grise (Motacilla alba) pour la finaliser.

                   

Nous terminerons chez l’américain d’en face, avec l’agréable compagnie de J-C ce qui marquera un avant et un après avec son envie de revenir participer aux balades sur la nécropole de Thiais.

                   

1) Pigeons biset

2) Étourneaux sansonnets

3) Épervier d’Europe

4) Pie bavarde

5) Mésanges bleues

6) Pinson des arbres

7) Grimpereau des jardins

8) Grive musicienne

9) Perruches à collier

10) Mésanges charbonnières

11) Pic épeiche

12) Martinets noirs

13) Merle noir

14) Geai des chênes

15) Fauvette à tête noire

16) Pouillot véloce

17) Pigeon colombin

18) Chardonnerets élégants

19) Troglodyte mignon

20) Faucon crécerelle

21) Accenteur mouchet

22) Pic vert

23) Tourterelle turque

24) Hirondelle rustique

25) Grives draine

26) Goélands argentés

27) Fauvette grisette

28) Hypolaïs polyglotte

29) Pigeon ramier

30) Corneille noires 

31) Verdier d’Europe

32) Bergeronnette grise

                      

A) Écureuil roux

 



09/06/2022
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 169 autres membres