Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 02-07-2011 sur la nécropole de Thiais

 Balade du 02/07/2011

sur

la nécropole de Thiais

 

 

Quand j'arrive sur Thiais ce matin, Michel est déjà là, de suite après les civilités d'usages, il me demande comment s'est passé mon examen et comment je vais physiquement et je le rassure sur ces deux points et en attendant les autres membres de la balade du jour, nous commençons à écouter et regarder autour de nous.

Des Pigeons biset (Columba livia) volent  au-dessus des arbres, une Corneille noire (Corvus corone) sur une pelouse, le rire d'un Pic vert (Picus viridis) au loin, cette espèce sera la star de la matinée, en effet nous en verrons tout au long de la promenade, une Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) dans les grands peupliers devant la conservation, un merle noir (Turdus merula) bondissant d'une branche au sol.

Les participants arrivent les uns derrières les autres, une personne semble chercher quelque chose, le gardien de l'entrée que je ne connais pas et qui ne semble pas être au courant des sorties ornithologiques organisées  sur la nécropole l'envoi vers la porte de sortie chercher son bonheur, ne trouvant rien et fort dépitée, elle  revient vers l'entrée et enfin remarque notre groupe et vient nous rejoindre avec soulagement !

En attendant neuf heures,  je refais connaissance avec Christian Gloria, l'accident de septembre et le travail de la nuit ont entamés ma mémoire, Franck qui ne travaille pas ce matin, nous rejoint dans une tenue qui ne soulève aucune ambigüité,  c'est la tendance décontractée et il nous annonce comme si nous ne nous en doutions pas, qu'il ne se joindra pas à nous, dommage, mais néanmoins, nous offre quelques informations précieuses comme à son habitude.

Je vais chercher un plan du cimetière, pour localiser avec exactitude les lieux où passer, Michel qui revient de derrière la conservation, nous annonce la présence de Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) dans la parcelle contigüe, à faible hauteur au-dessus de nous des  Etourneaux sansonnet (Sturnus vulgaris) passent en émettant des cris singuliers.

Il est neuf heures cinq, notre petit groupe commence à se déplacer, dès que nous avons quitté la place au soleil  et que nous passons à l'ombre, la température chute de plusieurs degrés, de plus un léger vent  accentue cette sensation de se croire en automne, mais bon nous sommes là et la miroise prime seule, quelles que soit les conditions climatiques.

Dans les airs, plusieurs  Perruches à collier (Psittacula krameri) évoluent avec aisance et surtout à grande vitesse, certaines, dont une jaunâtre viendront nous narguer dans la frondaison au-dessus de nous, nous interdisant le droit à de bonne observation dans cette couverture foliaire abondante et de surcroit de la même couleur que les oiseaux malicieux.

Les Pics, surtout les verts sont abondant, mâles et femelles au sol, accrochés à un tronc ou dans les branches, seul, en couple ou accompagné de juvéniles, il y en a partout, en fait certainement les mêmes qui occupent le terrain tout autour de nous, cinq à six couples, plus les jeunes, environ une vingtaine d'oiseaux de cette espèce, la densité est assez forte.

Nous arrivons dans le coin où Francs  m'avait annoncé avoir trouvé des pelotes, notre groupe se sépare en deux et malgré une recherche minutieuse au sol, nous n'en trouverons pas, ce n'est pas toujours dimanche et lendemain fête, les yeux d'Hervé  nous font cruellement défaut, le Geai des chênes (Garrulus glandarius) est entendu, mais pas observé.

Une première Grive draine (Turdus viscivorus) est aperçue, suivie d'une deuxième, elles nous offrent un véritable festival, des Pies bavardes (Pica pica) de-ci de-là, au prorata, il semble y en avoir moins que d'habitude, dans les branches hautes, nous établirons avec certaines difficultés le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) par la suite nous en observerons d'autres individus.

En même temps que Christian je décèlerais au chant un  Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla), en regardant dans les hautes branches nous en apercevrons jusqu'à trois en même temps, puis à plusieurs reprises sur des troncs, nous entendrons avec christian le Pic épeiche (Dendrocopos major), mais il ne se montrera pas vraiment, tout juste une fuite aperçue furtivement.

Pour ma part, je fais une fixette sur l'Accenteur mouchet (Prunella modularis), il me semblera en voir partout, heureusement qu'un participant viendra à mon secours en me confirmant au moins une de ses apparitions.

Pour le Troglodyte mignon (Troglodytes Troglodytes)  même mon état de fatigue avancée réussira à me tromper, c'est dire si je suis crevé ! ! Mais bon je ne suis pas seul, les autres membres de groupe ont l'oeil et Christian l'oreille affutée, les Pigeons ramier (Columba palumbus)  sont omniprésent, on en voit plusieurs et on les entend décoller bruyamment de l'intérieur du feuillage pour fuir je ne sais quel danger.

A un moment, de jeunes Mésanges charbonnières (Parus major) attire notre attention, une partie de notre groupe observe d'autres jeunes sur une branche horizontale d'un petit If, mais celles-ci sont des bleues, un juvénile de la première espèce décolle à moins d'un mètre de moi d'une position où je ne l'avais pas vu.

D'autres perruches,  d'autres draines, celles-ci avec un plumage en désordre, nous faisant penser  à des immatures, puis une apparition fugitive d'un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) qui disparait derrière le sommet des arbres, l'un d'entre nous y verra un crécerellette  ou quelque chose d'approchant du fait de la présence de plages grises sur le dessus des ailes.

En arrivant sur la zone de friche, c'est la superbe apparition d'un renardeau qui nous tient en halène, le petit canidé sauvage semble perplexe devant les manoeuvres d'une corneille en train de se nourrir au sol, il reste un instant caché dans les hautes herbes, observant l'oiseau puis disparait définitivement à notre vue, malheureusement je n'aurais pas le temps de faire une photo.

Une Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), une femelle du fait de sa calotte rousse, se laissera observer sur un petit buisson avant d'aller se cacher, un autre passereau similaire partira dans la direction opposée, le faucon  sera aperçu à nouveau jouant avec les courants d'air pour faire des bonds aériens de plusieurs centaines de mètres en quelques secondes.

Une première Fauvette grisette (Sylvia communis) sortant de micro buisson dans la friche et là, l'apothéose, le petit rapace qui revient nous offrir le spectacle du vol en saint esprit, à peine à quelques dizaines de mètre de nous, les jumelles rivées au visage, la miroise est magnifique, il sera photographié et filmé puis plongera une nouvelle fois pour enfin partir plus loin, une paire de Chardonneret élégant (Carduelis carduelis) nous survole en laissant courir leurs petits cris reconnaissables.

Notre groupe se sépare en deux une nouvelle fois pour tenter l'observation par différent points des grisettes qui ne se montre qu'avec parcimonie, c'est le moment pour une Bergeronnette grise (Motacilla alba) de se faire entendre juste avant d'apparaitre avec son vol chaloupé caractéristique, mais là aussi, l'observation est de courte durée, en se retournant, Christian aperçois un Pigeon Colombin (Colomba oenas) posé sur l'énorme tas de sable, l'observation est parfaite, nous n'en avions pas encore vu, une Mouette rieuse (Chroicocephalus ridibundus) traverse tranquillement le ciel en passant au-dessus de la A86.

Nous sortons de la friche, pour retourner vers les allées du cimetière, un superbe Pinson des arbres (Fringilla coelebs) s'offre à notre regard  quelques instants, son chant est sympathique à entendre, des bisets sur les monuments funéraires et encore quelques ramiers au sol ou démarrant toujours aussi bruyamment de l'épaisseur du feuillage à notre approche.

Dans le haut des arbres, le cri caractéristique du Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) nous fait lever la tête, un adulte, un peu plus loin, plusieurs jeunes très mobile,

Dans une percée, plusieurs Verdiers d'Europe (Carduelis chloris), traverse une parcelle pour disparaitre eux aussi dans les branches nous tentons la zone de prédilection des épeiches mais sans succès, d'autres draines, d'autres piafs déjà vu, le Moineau domestique (Passer domesticus) sera enfin aperçu sur le grand préau juste au moment de la séparation.

J'irai voir derrière la conserverie avec catherine pour observer les Rouge-queues puis nous nous dirigerons à quelques-uns vers l'américain d'en face pour une collation bien mérité, la balade se soldera par une trentaine d'espèces observées et une bonne ambiance ce qui donnera envie de recommencer dès le mois de septembre.



19/07/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres