Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 01-05-2021 sur la nécropole de Thiais.

                  

Le ciel semble maussade ce matin quand j’ouvre les volets et le thermomètre extérieur affiche tout juste 9°c, mais la terrasse ne montre pas la moindre trace d’humidité même si cette dernière est quasiment palpable dans l’air.

                  

Après le déjeuner, il est temps d’y aller, car ce matin, j’ai une balade mensuelle à honorer sur la nécropole de Thiais.

                  

Il n’y a pratiquement personne sur le trajet et j’arrive même vraiment très tôt devant la grille close de la nécropole, il n’est même pas 8h20 mm et la grande porte m’en interdit l’accès.

                  

Une fine pluie s’est invité à la partie et de nombreuses gouttes d’eau commencent à consteller le pare-brise du C4 et je constate à mes dépends que je n’ai qu’une simple veste en toile pour me couvrir.

                  

Là-dessus, je scrute à travers la grille pour tenter de capter du regard les oiseaux qui évoluent déjà sur les pelouses ou le parterre de fleurs visibles de ma position.

                  

Une Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) vient se percher au bout de la barrière positionnée verticalement et immédiatement, je tente de la pixéliser dans un angle impossible, des fois que je n’en verrais pas d’autre de la matinée.

                  

Tourterelle turque (Streptopelia decaocto)

                 

Je suis tout à la joie d’avoir observé cette espèce quand j’aperçois le jeune Tilio et l’invite à venir se mettre à l’abri dans la voiture pour commencer des présentations.

                  

Le jeune homme à l’esprit vif et semble assez motivé pour se déplacer même avec un temps assez couvert.

                  

La discussion permet de faire passer le temps et de l’autre côté de la grille toujours fermée, c’est la valse des Étourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris), certains font sans cesse des aller-retour entre la pelouse et le préau.

                  

Un technicien passe puis retourne sur ces pas, la porte reste pourtant immobile, le passage au vol d’un premier puis d’un second Pic vert (Picus viridis) permet de changer de sujet.

                  

Enfin la porte s’ouvre et plusieurs véhicules entrent derrière le mien pour aller se stationner sur la grande place.

                  

Le premier constat évident est que tous les arbres arborent une couverture foliaire avancée, n’en doutons plus, nous sommes sortis définitivement de l’hiver.

                  

Le temps que tout le monde se prépare, le chant d’un Accenteur mouchet (Prunella modularis) nous parvient, pour le bonheur de tous, il est localisé au sommet d’un if d’ornement tout proche de nous et la miroise en est forcement collégiale.

                  

Accenteur mouchet (Prunella modularis)

                            

Le petit passereau lance ses vocalises sans se soucier le moins du monde de la bruine qui tombe sur nous et tout le monde se déplace sous le préau pour se mettre provisoirement à l’abri.

                  

Alors que l'on se présente les civilités, le cri d’une Bergeronnette grise (Motacilla alba) est perçue et par chance le passereau vient se poser à peu de distance de nous.

                              

Bergeronnette grise (Motacilla alba)

                  

Là aussi pour une splendide observation en groupe, puis le hochequeue prend son essor dans un vol fortement chaloupé pour disparaitre à notre vue.

                  

Il est 9h15mm, c’est le moment de débuter notre promenade matinale alors qu’au loin, une Grive musicienne (Turdus philomelos) est entendue et son chant porte vraiment fort, mais l’oiseau conserve une partie de mystère en restant caché.

                  

Les corvidés comme la Pie bavarde (Pica pica) ou les Corneilles noires (Corvus corone) sont omniprésentes, il y en a quasiment partout.

                  

Les Perruches à collier (Psittacula krameri) ne sont pas en reste, nous en apercevons plusieurs et l’une d’entre elles, est entièrement jaune et par chance extraordinaire vient se poser à peu de distance de nous pour nous observer en détail un petit moment.

                             

Perruche à collier (Psittacula krameri)

                  

La parcelle N°1 ainsi que le jardinet extérieur ou le centre technique ne donnerons rien en matière d’observation   et le rire sarcastique du pivert de nouveau entendu sera un bon moyen mnémonique pour mémoriser cette espèce en particulier.

                  

Ici ou là, l’air s’emplit des chants de nombreuses Mésanges bleue (Cyanistes caeruleus) plus loin, les perruches couleur sinople sont décidément à l’affiche ce matin.

                  

En effet à quelques pas de nous un superbe mâle s’accroche à un gros tronc devant une cavité laissant toutes ses rectrices en évidence en s’en servant d’appui à la mode des pics.

                  

Perruche à collier (Psittacula krameri)

                  

Les étourneaux sont en pleine phase de reproduction et ils sont légion à porter moult quantités d’insectes dans leur bec pour nourrir des couvées invisibles, mais bruyantes à souhait.

                  

Un adulte sera aperçu quittant une cavité avec un sac fécal coincé dans le bec ce qui soulèvera autant de questions d’une partie de l’assistance.

                  

Le cri de plusieurs Orites à longue queue (Aegithalos caudatus) est facilement perçue alors que Tilio aperçois un Écureuil roux (Sciurus vulgaris) glanant au sol quelque pitance ce qui fait le bonheur de tous.

                             

Orites à longue queue (Aegithalos caudatus)

                  

Un premier Geai des chênes (Garrulus glandarius) est aperçu, puis un second, le splendide corvidé reste à distance et la localisation d’un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) par Elyne dirige tout le monde vers cette nouvelle rencontre.

                  

Apparemment Céline est la seule à avoir eu la présence d’esprit de prendre un guide ornithologique ce qui permet à toute l’assemblée de comparer les critères du dimorphisme sexuel de l’espèce.

                  

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus)

                  

Plus loin, sur une parcelle où les buissons sont assez hauts et variés, plusieurs espèces sont contactées tour à tour.

                  

A plusieurs reprises, nous croisons agréablement la route de techniciens qui assurent tant la sécurité que le contact avec les visiteurs du site pour des échanges certes rapides, mais conviviaux.

                  

Le Pouillot véloce (Phylloscopus collybita), le Merle noir (Turdus merula) le Roitelet huppé (Regulus regulus) et bien plus loin, la Grive draine (Turdus viscivorus).

                           

Pouillot véloce (Phylloscopus collybita)

                            

Encore un accenteur qui se donne en spectacle, puis le traîne-buisson envolé, c’est au tour du Rougegorge familier (Erithacus rubecula) de prendre le pas pour nous divertir.

                  

A quelques distances, le cri de contact de la Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) est entendu une nouvelle fois et par chance pour ce contact, vraiment à l’intérieur du cimetière et l’oiseau ne sera que partiellement observé pour cette fois-ci.

                 

Rougegorge familier (Erithacus rubecula)

                  

Je tente des photos à la va comme je te pousse et Céline montre son guide à qui veut des comparaisons afin d’améliorer les connaissances de tout un chacun.

                  

La Mésange charbonnière (Parus major) est tellement présente qu’on oublierait presque de l’inscrire sur la liste, mais nom, ce sympathique passereau sera bien noté, avec les autres.

                  

De long en long, le cri du Grimpereau des jardins (Certhia familiaris) est nettement perçu, il est enfin observé telle une souris courant sur les troncs et les branches le plumage chiné le rendant mimétique à souhait.

                 

Écureuil roux (Sciurus vulgaris)

                  

Des chants de fringiles sont captés à l’oreille, reste que l’on est peu nombreux à les entendre et l’attention est détournée par le contact avec un couple de Pigeon colombin (Columba oenas), ils seront nombreux à être rencontré ce matin.

                  

Un Goéland argenté (Larus argentatus) passe d’un vol lourd au-dessus des parcelles et quitte tout de même rapidement notre champ de vision.

                  

Écureuil roux (Sciurus vulgaris)           

       

Enfin, la totalité du groupe ou presque, entend et distingue nettement le chant du Pinson des arbres (Fringilla coelebs) un Pic épeiche (Dendrocopos major), encore, est entendu, il sera localisé pour le voir s’envoler rapidement afin de tenter un contact plus loin.

                  

C’est l’occasion de demander si l’on connait toutes les espèces de pics et associés qui résident en France à un moment ou à un autre de l’année et de lire l’étonnement dans les yeux à l’énoncé des noms.

                  

A un moment, un couple de perruches approche de notre position et se perche à quelques distances dans un parfait contre-jour.

                     

Perruches à collier (Psittacula krameri).

                  

On peut entendre sur un air taquin, « encore de perruches ! comme c’est étonnant ! » reste qu’un dernier coup d’œil vers elles, au moment de repartir dans l’autre direction et un reflet suspect apparait un quart de seconde, puis d’entendre : regardez, celle-ci est bleue^^

                  

Alors là, la merveille apparait dans une splendeur incroyable et surtout partagée avec Elyne, Danielle, Céline, Marc, Claude et Tilio pour un plaisir certes éphémère, mais complet au demeurant.

                 

Perruche à collier (Psittacula krameri).

                  

Pour ma part, je n’en avais jamais vu de cette couleur, de plus, des vertes, une jaune et une bleue dans la même balade, je suis comblé et ce plaisir du partage en prime.

                   

Perruche à collier (Psittacula krameri).

                   

Le couple semble en prospection et s’envole, puis nous constatons la proximité d’un Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) avec une toile d’araignée prise dans le bec, l’oiseau disparait et va se poser sur une branche pour chanter et affirmer sa présence.

                 

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes).

                         

La densité d’écureuil me semble plus importante que d’habitude, l’un d’eux trouve refuge dans une ancienne loge de pic et se présente en curieux au trou d’envol ce qui amuse tout le monde.

                  

Écureuil roux (Sciurus vulgaris)

                  

Sur la friche, hormis quelque Pigeons ramiers (Columba palumbus), il n’y a que peu d’activité, j’y espérais l’arrivée de quelques fauvettes, mais seule la « tête noire » se signale encore et dans le vacarme de la circulation de la A86, un cri strident nous parvient.

                  

Des Martinets noirs (Apus apus) tout simplement et là pas de mystère, il faut lever les yeux au ciel pour constater leur présence, ils sont arrivés et dire que l’on parlait de leur absence quelques jours plus tôt sur LPO discusss^^¨

                         

Martinets noirs (Apus apus).

                  

Le plaisir de les revoir décrire de grandes arabesques aériennes dans les cieux provoque l’émois chez presque tout le monde

                  

Proche du portail vert, les mêmes espèces déjà vu et entendues, proche de l’ALGECO, à nouveau le crécerelle en chasse et la remontée nous apporte de nouveau le son de petit passereaux facilement identifiables.

                    

Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis).

                  

Le Verdier d’Europe (Chloris chloris) par son chant nuptial ou celui d’une myriade de Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis), puis Elyne de repérer un Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) femelle encore une fois pour le plaisir de tous.

                  

Le trou d’envol agrandi d’un nichoir nous laissera perplexe quant à l’identité et aux intentions de l’ouvrier de ces travaux de redimensionnement d’ouverture.

                       

                  

Les Pigeons biset (Columba livia) en groupe important ou à quelques-uns seront la dernière espèce recensée au cours de notre balade.

                  

Traînant une faim accrochée à l’estomac depuis le milieu de la matinée je finirais par prendre non sans difficulté un encas chez l’américain d’en face, à en regretter qu’il n’y est pas d’autre point de restauration à proximité.

                  

Une bien belle matinée avec des merveilles partagées et une météo qui nous aura tout de même épargné pour 31 espèce rencontrées, avec un gros bonus pour les perruches.

                  

                  

1) Tourterelle turque

2) Étourneaux sansonnets

3) Pic vert

4) Accenteur mouchet

5) Bergeronnette grise

6) Grive musicienne

7) Pie bavarde

8) Corneilles noires

9) Perruches à collier

10) Mésanges bleue

11) Orite à longue queue

12) Geai des chênes

13) Faucon crécerelle

14) Pouillot véloce

15) Merle noir

16) Roitelet huppé

17) Grive draine

18) Rougegorge familier

19) Fauvette à tête noire

20) Mésange charbonnière

21) Grimpereau des jardins

22) Goéland argenté

23) Pigeon colombin

24) Pinson des arbres

25) Pic épeiche

26 Troglodyte mignon

27) Pigeons ramiers

28) Martinets noirs

29) Verdier d’Europe

30) Chardonnerets élégants

31) Rougequeue noir

                  

A) Écureuil roux

 



03/05/2021
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 147 autres membres