Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade en Bretagne du 23-032010 deuxième jour.

 

Sortie en Bretagne du 23-03-2010

(deuxième jour)

 

Une fois ma douche prise,  je prends un copieux déjeuner et je m'enquière comme je peux de la météo  pour  la journée et une fois ma chambre vidée, je quitte saint Brieux pour Perros-Guirec, la côte de granit rose et surtout la réserve des sept îles.

Comme indiqué plus tôt dans la matinée, le temps est moyennement couvert sans plus, au sol c'est super, nous verrons en mer plus tard.

Alors que je regard des passereaux que je ne reconnais pas de suite, une paire d'ornithologues me rejoint et me questionne sur la nature de ma découverte.

Ce sont des traquets motteux (Oemanthe oemanthe) qui une fois leurs circonvolutions aérienne stopées sont parfaitement identifiable, ils sont au nombre de trois, et à peine posés, ils repartent dans une frénésie acrobatique dans les airs puis disparaissent à notre vue.

Mes deux nouveaux compagnons du moment avec qui je viens de faire connaissance me propose de voir un site ou il y a un Hiboux des marais (Asio flammeus), nous ne verrons pas le rapace, je suis un poil déçu, mais je suis encore jeune, je finirais bien par avoir la chance de la rencontre avec ce superbe oiseau, par contre ce début de printemps nous offrira à la miroise  une myriade de passereaux.

Ne voulant pas être en retard pour l'embarquement, nous nous quitterons avec des gestes de joies et des compliments réciproques sur les trois heures passées ensemble.

Arrivé sur la plage de Trestaou,  je stationne  la voiture juste au début de l'allée qui mène à la gare maritime, en longeant à pied l'école de voile, je constate que le vent se lève un peut, je prends mon billet pour la resserve, une chance, une classe  d'ado allemands à réservée une partie du bateau, il y aura donc une animation des gens de la LPO,  l'embarquement et pour 13h 30, j'ais le temps de manger un morceau.

Ce n'est pas encore la pleine saison, mais bon il y à plusieurs restaurants ouvert sur la promenade, un plat m'attire, je regarde l'aspect général de la présentation du restaurant et je me dis pourquoi pas.

Alors comme pour le reste, je ne vends rien, mais quand même, Le Ker Bleu est super à mon avis, il n'y a pas eu de temps morts sur la durée du repas, pas d'économies sur le pain, l'entrée de crevettes et langoustines copieuses à souhait (pour ceux qui aiment) le hachis Parmentier de canard, un vrais régal, et l'île flottante sur sont lit de crème, en réel délice, le tout pour une somme normale, alors oui je suis ravis de ce restaurant et je le conseille vivement.

 

Je regarde ma montre, il est temps, je fille à l'embarcadère, les visiteurs affluent, je me place devant, j'aimerais être sur le haut du bateau.

Après un bon moment d'attente, à observer les quelques goélands présent sur l'eau, mon regard est attirer par un gros truc en mouvement au loin et sur la mer, notre moyen de transport est en vue, il fend les haut en arrivant de la gauche, encore une grosse poignée de minute, et nous sommes à bord, bizarrement, que peu de monde accède au pont supérieur, qu'importe, on à plus de place !

Ce bateau et plus gros que "le Guillemot" qui effectue le même type de visite sur la réserve maritime, mais tout aussi confortable pour qui ne craint pas la mer.

L'oiseau des îles repart comme il est arrivé, mais avec sa cargaison de visiteur plein le ventre, le commandant de bord nous explique les consignes de sécurité et un membre de la LPO prend la relève pour la narration des observations sur site durant les dix km de la traversée entre le continent et l'archipel.

 

Plus on se rapproche, et plus il y à de fous sur l'eau et dans les airs, l'île Rousic semble recouverte de neige sur l'une de ses parties, c'est impressionnant, la quasi  totalité des fous nichants en France le font ici mais pourtant , il ne sont pas tous là , nous assistons à un véritable ballet aérien de la part de ces oiseaux dont l'envergure peut atteindre 1,80m.

Le bateau approche tout prêt du bord, c'est la que nous avons la chance de pouvoir observer dans les rochers des alcidés comme le Pingouin Torda (Alca torda), le Guillemot de Troïl (Uria aalge) et  le Macareux moine (Fratercula arctica) qui est l'emblème de la LPO, nous aurons d'ailleurs un historique à ce sujet et sur la naissance de l'association de protection des oiseaux.

Notre navire quitte le site pour une autre zone d'observation, là ce sera des cormorans huppés (Phalacrocorax  aristotelis), des fulmars, et différentes espèces de goélands.

Nous passons sur une autre île, encore quelques pingouins sur l'eau, des goélands, d'autres cormorans, une explication sur la présence humaine sur l'île aux moines, un petit détour pour une observation lointaine des phoques.

Puis sur le retour,  à l'approche de la côte des amoncèlement chaotique  de granit rose aux formes tarabiscotées.

L'animateur décèle la présence d'un gros animal marin, tout les yeux ce braquent dans la direction désignée et la le moment magique ou un aileron fend la surface de l'eau à peine agitée par la houle  et de suite c'est une embardée de cris d'enthousiasme pour le dauphin qui vient reprendre sa respiration.

Le commandant de bord devant l'intérêt général fera une recherche en cercle pour nous offrir le spectacle d'une paire de ces mammifères marins en action de chasse pas plus effrayés que cela mais restant à bonne distance tout de même.

Puis ce sera le retour au port de la plage de Trestaou et la fin d'une balade en mer super sympathique et très bien animée, ou le fou fût roi !



10/04/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres