Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Puffin majeur Puffinus gravis

Autres pélagiques : Fulmar boréal  Fulmarus glacialis , Puffin cendré Calonectris diomedea borealis Puffin des Baléares  Puffinus mauretanicus , Puffin fuligineux Puffinus griseus , Océanite tempête  Hydrobate pelagicus , Fou de bassan Morus bassanus.

  

  

Chez nos voisins : Cory's Shearwater, Gelbschnabel-Sturmtaucher, Pardela Cenicienta, Kuhlspijlstormvogel/Cory's pijlstormvogel, Berta maggiore.

  

  

Puffin majeur  (Puffinus gravis)

  

Règne : Animalia

  

Embranchement : Chordata 

  

Sous-embranchement : Vertebra

  

Classe : Aves

  

Ordre : Procellariiforme

  

Famille : Procellaridae

  

Genre : Puffinus 

 

Espèce : Gravis

  

  

O'Reilly : 1818

  

  

De 43 à 51 centimètres de longueur, pour une envergure située de 100 à 118 cm, accusant un poids compris entre  715 et 950 grammes à peine, mais c’est quand même un grand puffin de bonne taille, en outre, il possède une espérance de vie d’environ dix ans.

  

Le front, le vertex jusqu’en dessous des yeux et la nuque sont bruns à l’exception d’un collier sur l’arrière du cou. La gorge, les côtés du cou, la poitrine, le ventre et les flancs, sont blancs.

  

L’ensemble du dessus des ailes, le dos, sont bruns avec le bout des plumes beiges-foncés, ce qui donne l’impression d’un plumage écaillé.

  

Au niveau de la base avant de l’aile, une marque brune descend un peu vers la poitrine formant un genre d’épaulette  caractéristique de l’espèce.

  

Les rémiges, semblent noirâtres, une barre blanche est remarquable à la base de la queue, les rectrices, sont plutôt noires.

  

Le dessous des ailes, quant à lui à les bouts des rémiges bruns, le bord d’attaque et également de cette couleur, laissant une large plage blanche au milieu, plus ou moins taché de brun.

  

272Q7333.JPG  

Le bec noir, est fin long et crochu à son extrémité, qui est équipé de tubes de rejet du sel d’eau de mer comme certains ses cousins pélagiques, l’œil est également noir, les pattes quant à elles, sont plutôt rosâtres.

  

C’est un migrateur au long cours, puisqu’il passe la ligne de l’équateur deux fois, chaque année en effectuant le large tour de l’Atlantique, dans l’axe sud-nord puis nord sud pour le retour dans une partie très localisée de l’archipel  Tristan da Cunha, puisqu’il ne niche que sur trois de ses îles ainsi que sur une appartenant à l’archipel des Malouines.

  

Le début de la période de reproduction a lieu en octobre, pour finir en décembre, cette espèce très grégaire niche en colonies denses,  la parade nuptiale, est effectuée  la nuit et de ce fait, elle est  mal connue, la maturité sexuelle de ce puffin semble être de deux à trois ans.

  

Les couples s’installent sur des pentes rocailleuses ou herbues selon le cas, simplement dans une cuvette à l’abri d’un rocher, un terrier, la femelle dépose un seul œuf dont l’incubation, assurée par les deux futurs parents dure entre 53 et 57 jours.

  

Le poussin et totalement nidicole, il ressemble dans ses premiers jours à une grosse boule de duvet gis-bleuté, il lui faudra au total, plus des 100 jours pour devenir indépendant.

  

Son régime alimentaire est à base de poissons, mais également de calamars, pour ce dernier type de proies, l’oiseau chasse la nuit, en effet ce genre de  céphalopodes ne se rapproche de la surface que le soir venu.

  

Sa morphologie lui autorise un vol rapide de 80 Km/h environ, dont le battement d’aile est plus rapide que celui de son cousin cendré, cette espèce possède un vol rasant près des vagues,  composé de vol battus et plané, il maintient ses ailes dans une position droite et rigides à l’encontre du cendré, qui lui, les maintiens en position de cloche.

  

Chaque année, les habitants humains de l’archipel de Tristan da Cunha prélèvent une quantité considérable de cette espèce, aussi bien des adultes que des poussins, sans compter les milliers d’adultes capturés,  le chiffre hallucinant de 50 000 poussins et avancé !

  

Cependant, avec un effectif moyen de 15 millions d’individus estimés, cette espèce ne semble pas offrir d’inquiétude aux spécialistes mondiaux.  

  

  

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

  

Recherches plus faciles ←



09/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres