Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus)

Règne : Animalia 

        

Embranchement : Chordata 

          

Sous-embranchement : Vertebra 

            

Classe : Aves

     

Ordre : Pélécaniformes 

       

Famille : Pélécanidés

     

Genre : Pelecanus

     

Espèce : Onocrotalus

      

            

Linnaeus : 1758

         

              

Chez nos voisins : Great White Pelican, Rosapelikan, Pelícano Común, Gewone pelikaan/Roze pelikaan, Pellicano.

               

 

De 140 à 175 centimètres de longueur, pour une envergure comprise  entre 270 et 280 cm, accusant tout de même un poids à vide de 10 000 à 11 000 grammes, l'ensemble de ses  dimensions, nous  donnent, l'un des plus grands oiseaux de la zone du  Paléarctique occidental.

 

A  vide, car comme tous les Pélécanidés, il possède une membrane sous le bec que l’on nomme « poche », celle de cette espèce peut contenir jusqu’à 10 litres d’eau, elle sert également au transport du poisson capturé.

 

Hormis les primaires, les secondaires et les alules qui sont noires, parfaitement visible aussi bien sûr le dessus de l’aile que le dessous quand il est en vol, l’ensemble du plumage et blanc et quand il est au sol ou posé sur l’eau, le noir est pratiquement invisible.

 

Il y a aussi une partie autour et en dessous de l’œil, qui est dépourvue de plumes laissant une peau rosée bien visible, les oiseaux de premières années, ont un plumage où le grisâtre prédomine sur les ailes et une partie du manteau.

 

 272Q1256.JPG

 

Sur le Delta du Danube, le seul endroit où j’ai pu l’observer personnellement en liberté, on peut le voir en groupe  de plusieurs dizaines volant assez haut dans le ciel, posé sur les lacs du delta, en compagnie de Grands cormorans (Phalacrocorax carbo) , installés en pêcherie pour capturer des poissons près de la surface alors que les oiseaux noirs, les repoussent vers la berge.

 

A l’instar de certain Ardéidés, il replie le cou en vol afin certainement d’équilibrer la masse de son énorme bec, la nature tout de même est bien faite !

 

Nous l’avons vu un peu plus haut, c’est un oiseau fortement grégaire, sur le Delta et ailleurs en Europe, Vers le mois d’avril, il construit un nid à même le sol, sur un rocher ou de préférence sur un entassement de  roseaux dans lequel la femelle dépose normalement deux œufs, qu’elle couve environ 35 jours, les petits totalement nidicoles reste collés au nid pour ne prendre leurs premiers essors que vers l’âge de 65 à 70 jours environ.

 

Leur régime et totalement piscivore, donc bien sûr, ils ne consomment que du poisson, jusqu’à 1500 g par jour tant leur appétit est grand.

 

On ne sait pas encore si l’accident  de 2010 qui a causé une pollution majeure en Hongrie, va avoir des conséquences fâcheuses sur cette espèce par rebondissement dans la zone du delta, mais ce pélican étant déjà au niveau de ses effectifs fragilisé en Grèce.

 

La  population locale de ce pays n’excédant pas les cinquante couples, accuse depuis quelques temps déjà une courbe négative aussi légère soit telle, dont bien sûr l’humain est encore et toujours le grand responsable !

 

La dégradation de l’habitat, soit par assèchement ou mise en culture, le dérangement volontaire lors de la période de ponte par les pêcheurs sont les principales causes de ce déclin amorcé, les spécialistes vont sûrement être très vigilants dans les années qui vont suivre pour le suivi de ce magnifique oiseau.

 

 

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

 

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir.

 

 

       

Autres pélicans du site ← 

    

Recherches plus faciles ←



21/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres