Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Le temps de l'oeuf.

 

Le temps de l'œuf.

 

Les oiseaux ont  quelques caractéristiques communes, la première, est que si les oiseaux ne sont pas les seuls animaux à pondre des œufs,  tous les oiseaux sont  issus d'un œuf, quelle que soit la stratégie élaborée au cours des millénaires d'évolution des espèces, mais même face à la référence de l'œuf, l'agent ailé nous montre ses différences et ses contradictions.

Donc cette caractéristique propre à tous les piafounets chers à notre cœur est appelée  L'oviparité, c'est une stratégie de reproduction commune à toutes les espèces d'oiseaux où les femelles pondent des œufs fécondés dont la croissance embryonnaire progresse durant la phase d'incubation hors du corps de la mère et se finalise par l'éclosion d'un poussin.

Dessin de coupe d'oeuf trouvésur le net

Tout le monde connait la blague qui parle de la querelle entre deux paysans dont les propriétés sont séparées par un mur et où le canard de l'un des deux propriétaires pond au sommet du dit mur et  la question à qui appartiennent  les petits ?

Bien sûr les canards ne pondent pas d'œufs, les canes oui !

Alors, évidement, pour qu'une femelle ponde, il faut nécessairement qu'elle soit en période de reproduction, (les poules domestiques entre  autre semblent échapper à cette loi) en général accouplées avec un mâle de son espèce même si des cas d'hybridations existent.  

La plupart de nos amis ailés  utilisent un nid, alors que ce soit dans une simple cuvette aménage au sol avec quelques herbes comme pour les limicoles, une aire cyclopéenne de certains grands rapaces diurnes ou échassiers constitués de branches de tailles différentes, juste une saillie sur une falaise abrupte pour un couple d'alcidés à peine agrémenté de quelques algues, un nid collectif de tisserands de taille colossale fait pourtant de brindilles, ainsi que les constructions en dur qui ont la forme de petits cratères surélevé tels ceux des superbes flamants ou encore les coupes faites de boulettes de boue de certaines hirondelles.

Il y a aussi la catégorie des oiseaux cavernicoles creusant eux-mêmes leurs loges comme la plupart des pics, récupérant une ancienne, comme les étourneaux ou certain rapaces nocturnes et quelques espèces de canards plongeurs ou de surface voir même un nichoir comme les mésanges.

On le voit bien il y a presque autant de formes de nid que de familles d'oiseaux, certains sont mêmes comestibles pour le genre humain tels ceux de quelques  espèces de martinets en Asie, il y a aussi des nids sous  formes de tunnels, mais il y a aussi les oiseaux qui ne nidifient pas tout en assurant tout de même une ponte pour la pérennité de leur espèce.

Une fois le nid prêt pour la ponte, la femelle y dépose une quantité d'œufs variable selon son espèce, c'est un œuf tous les deux ans pour certaines espèces comme le condor des Andes Vultur gryphus et  parfois jusqu'à 18 et plus en deux pontes  annuelles  pour les Mésanges charbonnières Parus major.

nid de Foulque macroule, dans un parc public prés de cez mon petit frère Nicolas

En général pour les pontes contenant plusieurs œufs et selon les espèces, l'intervalle entre chaque œuf va de 24 heures chez un tas d'espèces, mais augmente à 48 heures pour les grands échassiers et jusqu'à cinq jours pour les grands rapace tel que le gypaète, en général  la ponte a lieu le matin et elle semble constante pour une espèce donnée, un pour les albatros, quatre pour les limicoles.

Quel que soit le nombre d'œuf pondu, l'étape suivante est forcement la même pour tous les oiseaux, il s'agit de l'incubation.

Les œufs, seuls ou à plusieurs, une fois pondus  ont besoin d'être incubés pour le développement de l'embryon qui se trouve à l'intérieur jusqu'à l'éclosion d'un poussin par œuf.

Quand c'est un oiseau qui transmet la chaleur de son corps pour amener cette opération biologique à son terme, il s'agit de la couvaison elle peut être effectuée par la femelle, le mâle, les deux membres du couple, plusieurs femelles peuvent pondre dans un même nid est la couvaison assurée par un mâle, la ponte peut être confiée à une autre espèce ou à un stratagème non animal, mais là se n'est plus une couvaison!

L'incubation est opérée par un réchauffement absolument indispensable avec les plaques incubatrices dans le cas classique, les dites plaques sont en fait une ou plusieurs zones du ventre de l'oiseau qui parcourues par un rhizome de capillaires sanguins et dégagées d'une partie des plumes qui les recouvrent sont amenées au contact de la coquille extérieure de l'œuf pour en assurer la température adéquat et constante.

En effet les oiseaux sont classés dans le groupe des homéothermes, ils transmettent la chaleur de leur corps aux œufs durant une phase de temps adaptée à  chaque espèce, dix jours pour la durée la moins longue, 80 pour la plus longue. 

Mais tous les oiseaux ne sont pas pourvus de tels éléments morphologiques, les fous bruns par exemple ne possèdent pas de plaque incubatrices ventrales en revanche les petits vaisseaux sanguins de la membrane palmée de leurs pattes sont suffisants pour mener à bien cette tâche au combien salutaire  pour la survie de l'espèce.

Un autre cas où les oiseaux ne pratiquent pas la couvaison et ne se donnent pas la peine de construire un nid, c'est la catégorie des piafs qui élaborent le Parasitisme de couvée, ils sont légions, les plus connus sont quelques espèces de  coucous, de  veuves ou de vachers.

Et enfin le cas du  groupe le plus étonnant à mon avis, c'est celui  qui contient les Megapodiidae, ce groupe d'oiseaux vivants tous dans la zone Australasienne connus pour édifier des monticules assez impressionnants de végétaux en décomposition laissés sous la surveillance du mâle qui régule la température en enlevant ou ajoutant de la masse végétal après avoir sondé la température avec le bout de son bec.

Une fois la phase d'incubation terminée et quel que soit son  mode, il apparaît une excroissance au bout du bec et en général sur la mandibule supérieure de l'oisillon, cette couche cornée très dure, appelée le diamant, qui lui sert à percer la membrane à l'endroit de la chambre à air.

L'oisillon pourra alors s'extraire parfois avec l'aide de l'un des parents, il arrive que les débris de la coquille soient consommés par la femelle, mais la plupart du temps ils sont évacués à bonne distance du nid pour éviter de signaler la présence des nouveaux nés à d'éventuels prédateurs, à partir de ce moment là, la vie prend son sens pour le poussin et c'est une autre histoire qui commence.

Il y à encore beaucoup à dire sur l'œuf, de la plus petite taille à la plus grosse, la consistance de sa coquille, le pourquoi du comment les grives en font des bleus et les autruches de blancs mais là je n'ai pas toutes les réponses alors, je m'arrête ici et pour le reste, il y a le net.

En ce qui me concerne, je ne cherche jamais de nids d'oiseaux durant la saison de reproduction, il peut m'arriver parfois durant mes pérégrinations ornithologiques que j'en trouve un par hasard, auquel cas je pourrais peut-être faire une photo, mais à coups sûr, je prendrais sans tarder une bonne distance pour ne pas déranger les oiseaux au nid et ainsi risquer de faire avorter une nichée, les photos de cet article sont prises sur l'instant mais en restant à bonnes distances.

 



26/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres