Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Huitrier pie (Haematopus ostralegus)*

                        

Règne : Animalia 

                            

Embranchement : Chordata 

                    

Sous-embranchement : Vertebra 

                     

Classe : Aves

                        

Ordre : Charadriiformes

                         

Famille : Haematopodidae

               

Genre : Haematopus

                          

Espèce : Ostralegus

                   

                      

Linnaeus : 1758

                                    

                              

Chez nos voisins : Eurasian Oystercatcher, Austernfischer, Ostrero Euroasiático, Scholekster, Beccaccia di mare.

                                       

                                       

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

                             

De 40 à 45 centimètres de longueur, pour une envergure située de 80 à 86 cm, accusant un poids compris entre 400 et 700 grammes.

 

Cette espèce possède en outre une espérance de vie d’environ 36 ans, avec un bémol toutefois, car cette espèce est chassée en France.

                                

Pour le plumage, vu du dessous, rien de bien compliqué, de la naissance de la queue en passant par le ventre, les flancs et enfin la poitrine, le blanc immaculé est de rigueur.

 

Le dessous des ailes, est également blanc, mais un liseré gris foncé à noir au bout de rémiges en délimite le bord de fuite.

                                 

La totalité du cou, la tête, et le dos sont noirs, sur le dessus des ailes, les primaires et secondaires, possèdent du blanc visible sous la forme d’une barre blanche longitudinale assez large uniquement quand l’aile est déployée, une barre noire termine les rectrices.

                          

Le bec caractéristique, est long et rectiligne, rouge orangé de l’espèce et l’instrument de son menu.

                        

L'œil rouge sang et les pâtes rose bonbon finissent la panoplie de couleur de ce robuste limicole dont les deux sexes sont parfaitement identiques par manque de signe du dimorphisme sexuel.

                        

huitrier272Q2122.jpgLes Saintes Maries de la mer :  mai 2008

    

De par son plumage bicolore, l’espèce ne peut être confondue avec aucune autre.

                    

Il existe des populations sédentaires et nicheuses en France, les lieux de reproduction les plus importants sont en Bretagne et en Normandie, quelques autres sont à signaler en Picardie, sur le bassin d’Arcachon ainsi qu’en Camargue.

                    

Les effectifs explosent en hiver où les oiseaux du nord migrent vers nos contrées pour trouver des sites plus hospitaliers à partir de septembre.

                  

Cette espèce d’huitrier, la seule présente en France sur les 11 existantes en ce moment, est assez fortement inféodée au littoral et pénètre jusqu’à l’arrière-pays, pour y trouver des lombrics dans les sols meubles qui sont consommés en grandes quantités.

                        

Si cette espèce à l’esprit très grégaire se montre sociable pour la période hivernale, elle niche en isolée et comme la plupart des limicoles et devient rapidement acariâtre si un opportun s’approche du territoire où le nid est installé.

                       

D’une fabrication plutôt rudimentaire, le nid ressemble plus à une dépression qu’à autre chose, à peine tapissé de quelques végétaux ou d’algues et agrémenté parfois de coquillages.

                    

Dès la mi-mars et jusqu’en mai, la femelle pond trois œufs en moyenne dont l’incubation dure de 24 à 27 jours et comme les nouveau-nés, sont nidifuges, tout juste quelques heures après leur naissance, ils suivront leurs parents pour la quête de nourriture.

                    

Le nom de cette espèce nous indique presque son régime alimentaire, en bord de mer, son bec spécifique est une arme redoutable pour l’ouverture de coquillages bivalves, mais également de crabes de vers de vase, dans l’intérieur des terres, les insectes et autres gastéropodes complètent le menu.

                        

Cet oiseau polytypique, que l’on appelle aussi pie de mer, se décline en quatre sous-espèces, découvertes comme sui, Linnaeus en 1758, recense Haematopus ostralegus ostralegus.

                       

113 ans plus tard, C'est au tour de Swinhoe de découvrir Haematopus ostralegus osculans, en 1910, Buturlin met en lumière Haematopus ostralegus longipes, puis en 1941, Dementiev, finalise la liste avec Haematopus ostralegus buturlini.

                            

Haematopus ostralegus malacophaga et Haematopus ostralegus occidentalis,  ont bien fait partie du lot, mais ont tous deux intégré une espèce existante depuis.

                     

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure

                                          

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net   où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

 

     

Autre  huitrier

 

Recherches plus faciles



14/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 171 autres membres