Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Héron garde bœuf Bubulcus ibis

Autres hérons du site  : Butor étoilé Botaurus stellaris ,  Blongios nain   Ixobrychus minutusBihoreau gris  Nycticorax nycticorax , Héron strié Butorides striata , Crabier chevelu Ardeola ralloides , Aigrette garzette  Egretta garzetta , Grande Aigrette Casmerodius albus , Héron cendré Ardea cinerea , Héron pourpré Ardea purpurea , Aigrette sacrée Egretta sacra , Crabier chinois Ardeola bacchus , Garde-boeufs d'Asie Bubulcus coromandus  , Héron vert Butorides virescens , Aigrette tricolore Egretta tricolor, Aigrette bleue Egretta caerulea , Aigrette neigeuse Egretta thula , Grand héron Ardea herodias , Onoré du Mexique Tigrisoma mexicanum ,  Héron cocoi Ardea cocoi Héron agami  Agamia agami , Onoré fascié Tigrisoma fasciatum , Bihoreau violacé Nyctanassa violacea .

  

Chez nos voisins : Cattle Egret, Kuhreiher, Garcilla Bueyera, Koereiger, Airone guardabuoi.

  

Héron garde bœuf  (Bubulcus  ibis) 

  

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata

  

Sous-embranchement : Vertebra 

  

Classe : Aves

  

Ordre : Pelecaniformes

  

Famille : Ardéidés

  

Genre : Bubulcus

  

Espèce : ibis

  

  

Linnaeus : 1758

  

  

   J F M A M J J A S O N D

Présent à l'année et reproducteur en France

  

  

De 45 à 52 centimètres de long pour une envergure de 82 à 95 cm et accusant un poids compris entre 300 et 400 grammes il possède en outre une espérance de vie d’environ 15 ans.

 

A bonne distance et au repos, il apparait entièrement  blanc et un peu bossus tant il est ramassé sur lui-même, il n’en est rien, si le plumage en grande partie, est réellement blanc, la calotte, le vertex  ainsi que   la poitrine et le dos sont de couleur beige à fauve.

 

Le bec en forme de dague et jaune orangé, les pattes grises foncées et enfin, l’œil jaune vif avec la pupille noire ressort du plumage clair.

 

Durant la période de reproduction, l’ocre du plumage devient plus soutenu, ses pattes deviennent rougeâtres. La base du bec également s’orne de rose vif à rouge.

 

 272Q5439.JPG

 

Ce petit ardéidé tient son nom du fait qu’il a pour habitude d’arpenter entre les pattes des mammifères domestiques ou sauvages herbivores de presque toutes tailles lors de leurs déplacements,  espérant le dérangement d’insectes pendant leurs mouvements ou quand ils broutent.

 

C’est un oiseau très grégaire en hiver et cet état perdure durant la période de reproduction, car ce petit héron niche en colonie le plus souvent mixte, avec des garzettes et même d’autres hérons, de plus grandes tailles comme les cendrés par exemple.

 

Sur ses terres originelles, ces colonies peuvent rassembler plusieurs milliers d’oiseaux.

 

Au printemps, en règle générale le couple formé se partage la construction du nid, le mâle apporte les matériaux et c’est la femelle qui se lance dans les travaux d’assemblage, une fois celui-ci terminé, elle pond de quatre à cinq œufs qui seront couvé en alternance par les deux membres du couple, on assiste à un genre de cérémonial de reconnaissance à l’aide des plumes du dos lors du retour au nid de l’un ou l’autre des conjoints.

 

L’incubation dure environ de 22 à 26 jours, les petits de cette espèce sont nidicoles, dès l’âge de deux semaines, ils se déplacent autour du nid de branches en branches et vers un mois, ils pourront  prendre leur essor.

 

Comme indiqué plus haut, cet oiseau est insectivore. Il grimpe sans difficulté sur le dos des animaux qui paissent pour s’en servir de mirador, en effet la position élevée leur assure une bonne visibilité sur le garde-manger en contrebas, l’autre raison qui le fait se percher sur le dos des ruminants, est qu’il y trouve nombre de parasites et autres vermines dont-il se nourrit volontiers.

 

Les vers, mollusques et micros mammifères, sont aussi au menu quand les sabots des herbivores les dérangent, mais on les voit également en groupe parfois, prendre des risques insensés quand ils entourent les herses de tracteurs qui retournent la terre à la recherche de proies potentielles.

 

C’est que cet oiseau est moins assujetti à l’eau à proprement parlé comme les autres ardéidés, il peut même s’installer loin d’elle c’est un oiseau assez commun dans son aire de répartition.

 

En fait, en partant l’Afrique tropicale, qui était sa base de départ, incluant l’île de Madagascar, il a investie la zone sud de l’Afrique, ensuite, ou dans le même temps, il a conquit  le nord du continent noir, puis le sud de l’Europe.

 

Certainement au départ du Sénégal, il gagne l’Amérique du sud en pénétrant par les Guyanes où il est repéré entre 1935 et 1940, il s’élargi dans son nouveau milieu vers le Venezuela ensuite la Colombie et, il est observé pour la première fois en 1969 au Chili. Quel trajet en moins de cent ans !!!

 

A ce parcours ambitieux, il faut noter la séparation récente du Garde bœuf d’Asie qui lui occupe bien sûr, l’Asie et une partie de l’Océanie.

  

  

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

  

   

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

  

 Recherches plus faciles



25/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres