Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Faisan de Colchide (Phasianus colchicus)

Autres phasianidés du site : Perdrix rouge Alectoris rufa , Perdrix grise  Perdix perdix , Perdrix choukar Alectoris chukar , Caille des blés  Coturnix coturnix  ,  Râles des genêts Crex crex  Faisan vénéré  Syrmaticus reevesii  Paon bleu  Pavo cristatus Coq bankiva Gallus gallus .

 

Chez nos voisins : Common Pheasant, Fasan,Faisán Vulgar, Fazant, Fagiano comune
 

Faisan de Colchide (Phasianus colchicus)

 

Règne : Animalia 

 

Embranchement : Chordata 

 

Sous-embranchement : Vertebra

 

Classe : Aves

 

Ordre : Galliformes 

 

Famille : Phasianidae

 

Genre : Phasianus

 

Espèce : Colchicus

 

 

Linnaeus : 1758

 

 

J F M A M J J A S O N D

 

 

De 53 à 89 centimètres pour une envergure  de 70 à 90 cm et accusant un poids compris entre 900 et 1050 grammes pour la femelle, un peu plus pour le mâle, puisque 1050 à 1400 g.

 

Cette espèce chassable, si elle ne fait pas de rencontre fâcheuse avec un prédateur ou un chasseur  peut espérer arriver jusqu’à huit ans d’âge.

 

Les mâles de l’ordre des galliformes sont appelés « coq » et les femelles « poules », en règle générale, l’utilisation seule du terme faisan pour parler d’un oiseau désigne cette espèce.

 

Il est parfois aussi appelé faisan à collier ou faisan de chasse, c’est le plus commun des faisans en Europe où il fut importé bien  avant le moyen-âge, il en existe 31 sous-espèces.

 

Le dimorphisme sexuel est très marqué comme chez presque tous les Phasianidés, le mâle à la tête noire avec des reflets iridescents bleus ou verts jusque sur le cou.

 

En arrière de la tête, il apparait deux petites aigrettes dirigées vers l’arrière de la même couleur.

 

Les côtés de la tête sont ornés de parties charnues démunies de plumes, rouges vif   l’œil est doré, la transition du cou et du corps ce fait par un collier nettement visible de couleur blanche.

 

L’ensemble du dos et la poitrine sont roux/châtaigne striés de brun avec des reflets dorés,  la couverture alaire va du gris cendre au roux, les flancs sont dorés avec des taches noires, la queue longue et barrée  va du roux au marron cendre.

 

 L1080786+.jpg

Pour en revenir à la tête, le bec est blanchâtre, recourbé et puissant, comme tous les gallinacés.

 

En ce qui concerne la femelle, le plumage est totalement différent, il est de couleur sable avec des taches brunes clairsemées, la queue moins longue est tout de même barrée de brun.

 

 272Q8574.JPG

Une partie charnue blanche et sous l’œil ainsi qu’un genre de sourcil rouge au-dessus, tel est son camouflage, car c’est elle qui a la charge du nid et l’élevage des poussins.

 

Le nid est une simple dépression dans le sol, camouflé dans les hautes herbes simplement tapissé avec de petites racines herbes ou feuilles.

La femelle y dépose de 8 à 14 œufs, l’incubation qu’elle assure seule dure environ 25 jours et donne naissance à des poussins nidifuges qui quittent le nid dès qu’ils sont  secs.

 

Durant les trois premières semaines de leur vie, les jeunes se nourrissent d’insectes et de larves, ensuite, le régime passe aux végétaux et graines de semences.

 

Ils ont une croissance assez rapide, et à partir de 13 jours, ils tentent leurs premiers vols sur de courtes distances et c’est vers la 10 ème semaine qu’ils sont totalement volants.

 

En ce qui concerne le vol justement, même si ce sont des oiseaux capables d’un essor aussi rapide que vertical, cette espèce ne tient pas la distance.

 

Le vol, est rapide et bruyant, cela est dut à leurs courtes ailes arrondies.

C’est une espèce qui est élevée tant pour la chasse que pour l’ornement, elle aurait  été invité au banquet  des nobles dès l’antiquité.

 

D’ailleurs, Gaius Plinius Secundus, dit Pline l’ancien 23-79 après J.C en relatait les caractéristiques dans la seule partie de son œuvre qui soit parvenu jusqu’à notre époque « Historia naturalis ».

 

Cet ouvrage ne comptait pas moins de trente-sept volumes et cette espèce de faisant,  serait donc originaire d’Asie, son expansion serait due aux conquêtes romaines.

 

Selon la mythologie grec, c’est Jason et ses Argonautes qui auraient découvert ce superbe oiseau en Colchide en partant à la  rechercher de  la fameuse toison d’or ce qui lui aurait valu son nom à ce superbe oiseaux.

 

 

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

 

 

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

 

 

Recherches plus faciles



02/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres