Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balbuzard pêcheur Pandion Haliaetus

Autres Accipitridae

  

Chez nos voisins : Osprey,  Fischadler,  Aguila Pescadora,   Visarend,    Falco pescatore.

  

Balbuzard pêcheur  (Pandion Haliaetus)

  

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata

  

Sous-embranchement : Vertebra

  

Classe : Aves

  

Ordre : Accipitriformes

  

Famille : Pandionidés

  

Genre : Pandion

  

Espèce : Haliaetus

  

  

Linnaeus : 1758

  

  

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Visiteur estival et reproducteur en France.                         

  

De 55 à 69 centimètres de longueur pour une envergure de 145 à 170 cm, accusant un poids de 1600 à 2000 grammes pour la femelle un peu moins pour le mâle, puisque celui-ci n’affichant que 1200 à 1600g, ce superbe rapace, possède en outre, une longévité de 32 ans en moyenne.

  

La tête, la gorge, le ventre les pattes, sont de couleur blanc, une barre large brune foncée, part de la naissance du bec enveloppe l’œil pour descendre en arrière du cou, les rectrices et les rémiges, vues de dessous sont, nettement barrées.

  

Le dessus du plumage, manteau et dessus des ailes, est dans les tons bruns-foncés. Les signes du dimorphisme sexuel hormis la différence de taille, ne sont pas évidents du tout, voir même inexistants.

  

big_photo_395730_7806100_2010081439383061.jpg  

Ce migrateur nous arrive vers la mi-mai pour nous quitter à la mi-septembre, parfois on peut observer des retardataires, venant des pays plus au nord traverser  la France, un peu plus tard alors que l’automne est bien avancé.

                         

Au printemps, la femelle dépose en règle générale trois œufs dont l’incubation durera  de 34 à 40 jours environ. Les petits, nidicoles prendront leur premier essor au terme de 56 à 64 jours.

                         

Ce rapace aux mœurs diurne  dont le régime pratiquement  piscivore à 100 %,  possède un  mode de pèche très particulier  qui consiste soit à faire du sur place, un peu à la manière du Faucon crécerelle ( Falco tinunculus) dans la position dite du  saint esprit, puis une fois sa proie repérée de plonger, souvent d'une hauteur de plus de trente mètres et au dernier moment de placer les serres en avant pour se saisir du poisson et repartir au vol.

                         

L’autre technique consiste par repérer son futur repas de cercler afin de venir se placer dans l’axe de la plus grande longueur du bassin autant que peut se faire et de harponner à la passée le poisson pour ensuite aller le déguster sur un lardoire.

                         

Le rapace transporte en général le poisson dans ses serres, avec une ou deux, mais le plus souvent la tête du poisson en avant.

                         

Quelques-unes de ces photos furent faites à l'observatoire des Grenelles sur le marais de Misery devant lequel passe le GR11c.

                         

Cet oiseau au mode de pêche qui est semblable à celui des aigles pécheurs à besoin d'une grande étendue d'eau pour s'installer.

                         

Dans la basse vallée de l'Essonne, chaque année les techniciens du conseil général de l'Essonne redouble d'effort pour la surveillance de ce superbe oiseau et enregistre le maximum d'informations.

                         

Cet oiseau possède une zone de répartition mondiale exceptionnelle, en effet on le trouve  en Afrique, Asie, Amérique du Nord, Australie et Europe où il est nicheur.

                         

La seule zone où le balbuzard n'est pas présent, c’est l'Antarctique.

                         

Il y a  quand même  un os, la reproduction de ce rapace n'est pas  aussi aisée que cela, il faut que les deux oiseaux du couple est atteint la maturité sexuelle, qui est de l'ordre de trois à quatre ans pour cette espèce.

                         

Sur l’une des photos ci-dessous, au sommet de cet arbre, l'oiseau pêcheur venait  souvent étriper ses proies, cet endroit ce nome  "lardoire", le rapace se prépare à y déguster le fruit de sa pêche il ne le fera plus ici, l'arbre n'existe plus !

                         

Il est fréquent de voir une fois qu'il a fini son repas  et  quitté sa table, des corvidés venir grappiller les restes.

                         

Le nom du genre fait référence à Pandion qui  fût selon la mythologie grecque transformé en aigle, il était le  fils de Cécrops, roi mythique d'Athènes et le grand-père de Thésée, celui qui tua le Minotaure et qui put ressortir du labyrinthe grâce au fil d’Ariane.

                         

En France,depuis  le 17 avril 1981 et par  un arrêté ministériel,  ce rapace, comme tous les autres, bénéficie d’une protection totale, bien sûr il est inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux de l’union européenne.

                         

                         

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

                         

 

                         

                         

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net  où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

                         

                         

Recherches plus faciles ←



08/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 127 autres membres