Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 15/05/2011 sur la Boucle de Moisson

 

Balade du 15/05/2011 de la section ornithologique

sur la boucle de Moisson.

 

Ce dimanche matin pour la balade organisée par la section, notre  destination est  un site sympathique puisque nous le connaissons tous plus ou moins pour y avoir déjà été, en groupe ou en solo et vu la situation et la distance, le covoiturage est de mise, c'est donc Jean-Pierre et Ghyslaine qui me transportent, nous rejoindrons les autres membres de la section sur place dans la boucle de Moisson.

Le temps est maussade mais pas menaçant, sur le chemin, quelques Corbeaux freux  (Corvus frugilegus) sont aperçus dans les champs, une Buse variable (Buteo buteo), invariablement dans le même secteur sur son tronçon d'autoroute, des fringiles de-ci de-là, le paysage totalement anthropisé  sur presque tout le parcours défile tranquillement, nous sommes même surpris d'arriver si vite, nous dépassons le point de rendez-vous pour aller chercher  du pain et quelques croissants, bien sûr de retour sur place  je fait essayer ma nouvelle paire de jumelles à Jean-Pierre et Ghyslaine, cette dernière les avait déjà vu lors de notre dernière sortie ensemble.

Un premier Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) est rapidement entendu et tout aussi rapidement observé, une Mésange huppée (Lophophanes cristatus), mais reste introuvable si ce n'est la localisation approximative dû à son cri.

Christian M arrive, suivi de l'autre Christian P et de son épouse, notre groupe est au complet pour cette balade et après le café préparé par Ghyslaine et la distribution de croissants, les discussions vont bon train sur les dernières sorties ornitho que chacun a fait durant les dernières semaines en plus du fait que c'est un vrai plaisir de se revoir.

Après la petite collation de mise en forme, notre choix se porte sur la prospection de la partie côté château  d'eau, nous traversons donc la route pour débuter cette balade, nous tenterons les oedicnèmes cet après-midi, à peine engagés sur le chemin, une Fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla) nous surprend par son chant puissant, avec force de patience, nous pourrons l'observer à loisir bien quelle fusse assez mobile.

Les Merles noirs (Turdus merula)  donnent de la voix de-ci de-là, un Pouillot fitis (Phylloscopus trochilus) laisse échapper son cri si caractéristique, j'utilise mon Archos 605 pour faire réentendre le chant, mais je m'arrête assez rapidement, le piafounet pensant avoir affaire à un rival, traverse par trois fois le chemin pour finir par venir à quelques mètres de nous, dans les branches d'un arbre tout proche, n'entendant plus le gêneur virtuel, l'oiseau se place sur une haute branche pour nous offrir un véritable récital, dans une position bien exposée. Une Grive draine (Turdus viscivorus)  passe tranquillement puis disparait à notre vue.

C'est le moment qu'un Pic épeiche  (Dendrocopos major) choisit pour venir se fixer sur un tronc de bouleau à quelques distances de notre position,  le reste du groupe toujours fixé sur le petit pouillot ne pourra le voir suite au départ précipité du volatile grimpeur sur un geste brusque de ma part pour le montrer à mes camarades.

Il est environ neuf heures trente, je me retourne pour jeter un œil sur les voitures qui se trouvent maintenant à une centaine de mètres de là, je vois un couple de personnes entre 25 et 35 ans équipés pour l'observation des oiseaux, je me fais la réflexion tout haut que s'ils sont toujours là à notre retour, nous leurs demanderons si les oedicnèmes sont arrivés. 

Nous reprenons notre cheminement, un Coucou gris  (Cuculus canorus) sera d'abord entendu  puis aperçu, un autre lui répondra, une tentative d'imitation plus qu'aléatoire de ma part pour le faire venir échouera simplement pour ne pas dire qu'elle déclenchera l'hilarité au sein de notre petit groupe.

L'une de nous aperçoit au sol plusieurs fleurs d'un joli violacé et une photo avec un téléphone portable sera tentée sans grand succès mais bon il y a d'autres moyens de faire des prises de vues de cette espèce orchidée.

Un premier Rossignol Philomèle  (Luscinia megarhynchos) nous offrira un superbe concerto, de notre position, nous avons maintenant une vue plongeante sur la plaine en contre bas, des joggeurs en petits groupes aux couleurs éclatantes  apparaissent sur le chemin du fond près de la route.  

Les Fauvettes grisettes  (Sylvia communis) sont bien représentées, encore un fitis bien découvert  une Huppe fasciée  (Upupa epops) traverse une partie de la lande, suivie d'une autre, quelques Mésanges bleues  (Cyanistes caeruleus)  avec des matériaux dans le bec attestant un signe fort de nidification dans le secteur, à ce moment-là, nous sommes obligés de sortir du chemin pour laisser passer une file de vététistes très bruyants, nous attendons que le calme revienne afin de poursuivre nos observations.

Nous en profitons pour faire une première photo de groupe, un Merle ici, une pie bavarde  (Pica pica)  là, les phases d'animations sont sans temps mort pour le moment, le rire sarcastique  du Pic vert (Picus viridis) nous surprend et partout autour de nous invisible, mais bien présent, une grosse densité de rossignols jalonnent notre parcours, l'un de nous remarque un mouvement au sol, première appréhension, un serpent !!

Mais non, ce n'est que l'extrémité de la queue d'un lézard vert, la bestiole c'est réfugié dans un creux, sans sortie  d'aucune sorte et se contracte le plus possible afin d'échapper à un éventuel prédateur.

Des Linottes mélodieuses (Carduelis cannabina) perchées ou au vol, un Tarier pâtre  (Saxicola rubicola) mâle inspecte par des aller et venues incessants  son territoire, l'un des deux christian dont la vue et affutée le localise dans tous ses déplacements bondissant, un superbe Pic vert  (Picus viridis) décolle devant nous du sol où il se nourrissait probablement, nous montre la zone jaune vif de son croupion avant de disparaitre dans la frondaison.

Une Grive musicienne  (Turdus philomelos) nous lance aux oreilles une partie de son répertoire que nous apprécions à sa juste valeur, un  Pic épeiche passe devant nous pour aller se camoufler dans un saule au troncs multiples, les  Pouillots, véloces et fitis s'en donnent à cœur joie dans ce secteur de la plaine où il se dissimulent dans les grands arbres limitrophes, un couple de Mésanges à longues queues  (Aegithalos caudatus)  s'affaire à la construction d'un nid invisible, dans le ciel, un Circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus)  apparait  puis alors que nous regardons un Roitelet huppé (Regulus regulus), ce sont deux Bondrées apivores  (Pernis apivorus) qui évoluent dans le ciel, pas de vol nuptial, simplement de concert à quelque distance l'une de l'autre, Christian encore lui, repère un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), l'observation est lointaine, mais sûr.

Haut dans le ciel, des Martinets noirs (Apus apus) pratique la course poursuite entre plusieurs individus avec quelques rares cris, un pallier en dessous, ce sont des Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum) qui se livre au même genre d'exercices aériens, un couple d'Hirondelles rustiques  (Hirundo rustica) est là aussi.

Un couple de Verdiers d'Europe  (Carduelis chloris) passe, nous en avions déjà vu avec Ghislaine au moment ou nous avions pris le pain et les croissants à ce moment-là, l'estomac, le mien, cri famine, j'ai beau gémir, rien n'y fait les oiseaux passent avant moi !

C'est d'ailleurs le moment que choisit un Hypolaïs polyglotte  (Hippolais polyglotta) pour se manifester, d'abord au chant puis bien en vue sur une espèce de sol l'un des christian trouve l'oiseau irrésistible par sa façon de procéder, malgré le vent qui donne tant de mal pour la digiscopie, au milieu de son babil on reconnaît des notes, empruntées à d'autres espèces  qu'il  lance par trilles loin à travers la lande du haut de son perchoir.

Une Bouscarle de Cetti  (Cettia cetti) fait un bon pour venir voir de quoi il s'agit, puis disparait pour ne laisser entendre que le son de son chant inimitable lui.

La promenade se poursuit et soudain, un son percute mon oreille, je l'ai déjà entendu parfaitement en Roumanie sur le delta de Danube, une Locustelle luscinioïde (Locustella luscinioides), c'est encore le regard d'aigle de Christian qui la localise.

Elle est splendide, son chant roulé et parfaitement perceptible, elle disparait, quelques instants  d'attente, elle revient, puis se remet à chanter, maintenant sur une tige plus haute, disparait, pour réapparaitre vingt mètres plus loin, puis nouveau bond et ainsi de suite pour finalement nous laisser là sur cette superbe apparition.

Nous arrivons enfin aux voitures, promesse d'une petite période de repos et d'un repas après ces quatre heures de marche, il me semble voir le couple de personnes que j'ai vu le matin, je me dirige vers eux.

Si le jeune homme est bien celui que j'ai vu, la femme en revanche est différente, après les salutations d'usages, je leurs demande si les oedicnèmes sont arrivés, la femme qui m'a reconnu pour m'avoir rencontré sur un autre site, me répond que oui et me donne quelques indications dont bien sûr celle du respect de la zone totalement protégée où les limicoles sont sensés être en zone de tranquillité absolue puisque d'accès interdite et bien entendu le risque d'une amende si un garde fédéral attrape quelqu'un dans la zone.

Mais là il se passe un truc inimaginable, du couple que j'ai vus arriver le matin vers 9 heures trente, si le gars est bien à côté de moi, à un moment  je vois « sa » compagne revenir du fond de la zone sensible, tranquillement en marchant, armée d'un énorme appareil photo, tenu de camouflage avec filet, je m'exclame en disant que la zone est interdite et le gars de me répondre en me montrant le panneau mais « ce n'est pas écrit explicitement que l'on a pas le droit de circuler  en dehors du chemin ».

Devant tant de mauvaise foie, je préfère quitter le couple avant le retour de la jeune femme qui n'a pas hésité à aller repousser les oedicnèmes avec leurs poussins dans le fond de la plaine, manifestement juste pour quelques photos à sensations et je rejoins mon groupe un peu plus loin pour déjeuner en râlant assez fort, déjeuner il faut le dire très réconfortant, tant par la nourriture partagée de façon conviviale que par les discutions.

La photographe et son compagnon passent comme si de rien n'était à quelques distances de nous, l'autre femme qui se réclamait d'une section ornithologique locale me dit un peu plus tard, en leur trouvant presque toutes les excuses du monde  que ce n'était pas la peine de s'emporter car ils faisaient tous deux parties de la LPO  !!!

Elle me demande de lui transmettre nos observations de la journée, je lui donne donc mes coordonnées et pour nous, commence l'observation de la zone pour tenter de voir les oedicnèmes, mais bien sûr par l'extérieur sur le chemin à gauche qui donne une position surélevée par rapport à la plaine en contre bas.

Une Fauvette babillarde bondissante, un autre roitelet de la même espèce que vu plus tôt dans la matinée, aucune pie grièche, elles ne sont pas encore arrivées. Un couple de personnes arrive en face de nous et à une centaine de mètres de notre position, ils tournent sur leur gauche pour pénétrer dans la zone protégée, à ce moment-là, nous remarquons la présence d'un jeune chien qui vient nous faire la fête.

Ses maitres sont un peu plus loin sur le chemin avec deux autres chiens, tous trois en totale liberté, vadrouillent autour des vélos de leurs propriétaires, quelques instants plus tard, ces gens et leurs animaux seront tranquillement dans la zone de tranquillité  en ce moquant éperdument du statut de sensibilité de l'endroit et bien sûr de la faune et de la flore qui y vit !!!

Quant à nous, pris par des obligations diverses, nous regagnons nos voitures en maugréant quelque peu, la dame de l'association locale à aussi vue les personnes à vélo avec leurs bêtes et m'explique que les gens venaient ici avant l'interdiction de pénétrer et qu'ils continuent comme si de rien parce que les piafs ce n'est pas leur truc et manifestement, il n'y à pas de garde fédéral à l'horizon !!! 

Un peu dépité nous reprenons le chemin du retour avec tout de même un panier plein d'observations dont une, pas courante.

 




0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres