Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 04-01-2014 sur la nécropole de Thiais

Balade du 04/01/2014

 


Pour la première de l'année, mais aussi des six derniers mois, le temps est maussade sans être menaçant sur la nécropole de Thiais  ce matin pas une once de vent et dix degrés environ, les Etourneaux sansonnets (Sturnus vulgaris) sont légions, il y en a de juchés au sommet des grands peupliers de l'entrée.


On peut facilement les entendre lancer des imitations tout-azimut, omniprésents nous en verrons pratiquement sur tout le site et tout le long de la promenade.

 

272Q6594sansonnet.jpg

je me gare tranquillement à la même place que j'avais adopté depuis des années et je remarque de suite la voiture d'olivier, mais pas l'ombre de la queue d'un observateur dans le coin.


En allant présenter mes civilités ainsi que mes vœux au technicien qui se trouve de faction à l'entrée, je peux constater avec plaisir la présence de plusieurs Moineaux domestiques (Passer domesticus) sous le grand préau.


Mâles et femelles confondus, mais nulle part ailleurs sur le cimetière, il semble que les piafs, soit déjà en phase de prospection pour des cavités afin d'y établir leur futur nid, il n'y a plus de saison.


Cela reste curieux en cette  période, la température assez douce du moment explique peut être cela avec pas mal de petites bestioles volantes sans compter celles qui restent invisible à notre vue.


Alors que je reviens vers ma voiture avec le plan du site pour établir le tracé de la balade un autre véhicule est venu se ranger à côté de la voiture d'Olivier, d'ailleurs celui-ci apparait comme sorti de nulle part.

 

Tiais 04-01-14 001.jpg

Petit pincement au cœur, la micro future pointure qu'est son fils, n'est pas là, dommage le petit bonhomme calé dans notre cœur de cible a préféré rester au chaud.


Olivier avait commencé la prospection avant l'heure et avait collecté quelques espèces déjà, puis nous discutons un peu du matériel de digiscopie pour compléter son équipement déjà haut de gamme maintenant.


Nous faisons connaissance avec cette nouvelle personne, toute récente dans le domaine de l'ornithologie, dynamique et fort sympathique, qui est venue à la balade sur les conseils d'une de ses amies, Catherine qui n'est pas encore arrivée.


Justement elle arrive avec un grand sourire, on partage des croissants, au moment où plusieurs Perruches à collier (Psittacula krameri) passent dans un vol rapide et puissant.


Françoise se voit proposer une paire de jumelles adéquates et nous voilà parti en direction de la parcelle N°1, traditionnellement, dans ce secteur du site, il y avait souvent des pics de plusieurs espèces, mais là rien, tout fou le camp, je vous le dis tout net.


Les mésanges sont bien représentées, leurs chants caractéristiques est parfaitement reconnaissable, il y a aussi des Grimpereaux des jardins (Certhia brachydactyla) en petit nombre, mais bien présent.

 

grimpereau.jpg

 

En remontant l'Avenue A, nous pouvons observer plusieurs Pinsons des arbres (Fringilla coelebs), d'abord au cri, mais invisible nous finirons par les localiser quand ils se percheront à la cime d'un arbre.


Les feuilles d'un arbre, surement un futur marcescent nous interpelle, le port du peuplier cache simplement un chêne, une curiosité loin de l'idée que l'on se fait de cet arbre majestueux, à moins que ce ne soit une espèce définie.

 

272Q6595chêne.jpg

 

Nous prospectons le secteur des platanes en expliquant la nécessité de ces grands arbres qui possèdent nombres de cavités naturelles intéressantes pour plusieurs espèces cavicoles, mais qui n'ont pas la capacité  physique de se creuser une loge ou un nid.


Plus en avant encore,  le cri de contact d'un pic  nous fait tendre l'oreille, c'est l'épeiche, mais il est assez loin, un genre de fougère dont je ne me rappelle pas le  nom barbare pousse sur le tronc d'un arbre à plus de deux mètres du sol.

 

272Q6605 fougère.jpg
Dans le ciel, plusieurs Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) passent, nous en avons déjà vu sur la grande place devant la conservation, presque toutes, volant dans la direction du nord-est, en groupe ou isolées.

 

mouette.jpg

La pluie commence à tomber d'abord en petites gouttes, puis plus conséquente, mais sans entamer le moral des personnes qui se trouvent là d'autant que cela ne dure pas.


Il n'y a que peu d'animation de l'agente ailée ce matin et à cette heure, mais nous percevons le chant de plusieurs Mésanges bleues (Cyanistes caeruleus), que des mâles chanteurs là aussi.

 

bleue.jpg
Un Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) est repéré au cri, puis aperçu furtivement passant d'une haie à l'autre, c'est que le petit passereau ne tient pas en place, un peu plus  une technicienne vient nous présenter ses vœux durant son tour de ronde, ce qui est fort agréable.


Une paire de Rougegorge familier (Erithacus rubecula) se poursuivant, un peu à la manière des pariades, mais apparemment sans la violence de celle-ci, les deux oiseaux dérangent deux ou trois Verdiers d'Europe (Chloris chloris) qui cherchent de quoi subsister dans la zone de la friche.


Enfin nous apercevons le premier Pic vert (Picus viridis) de la balade, il se déplace de son vol puissant et chaloupé, le transportant facilement au-dessus de plusieurs parcelles pour finir sa course le long d'un tronc, la nature est bien faite.

 

rouge-gorge.jpg

L'occasion d'expliquer à Françoise la différence qu'il y a entre le mâle et la femelle de cette espèce, au niveau de la couleur des larmes notamment.


Des Merles noirs (Turdus merula) ici ou là agrémentent de leurs apparitions fugitives notre promenade, l'oiseau est tellement banal que j'en oublie de le consigner sur ma liste de la journée.


Le corvidé le plus commun qui soit dans ce secteur commence à s'éveiller, en ponctuant le temps de ses croassements sonores alors qu'après une nouvelle chute de pluie, le soleil commence à percer généreusement la voute céleste.


Les perruches couleur sinople très loquasses sont partout et nous accompagnent souvent, nous verrons l'une d'elle entrer même dans l'ancienne loge d'un pic .

 

272Q6606 perruche.jpg

Un seul Geai des chênes (Garrulus glandarius) sera observé durant tout le parcours alors que sur le même arbre, un écureuil roux descend la tête la première, alors qu'une ronde me Mésanges à longue queue (Aegithalos caudatus) de sept à huit individus, bondira de branche en branche au-dessus de nous.


Bien que peu nombreux, les Pigeons ramiers (Columba palumbus) sont présent également, là aussi, curieusement, plusieurs sont par paires pour ne pas dire par couples, l'un d'entre nous évoque des œufs en gelée pour la période!


Un éclair roux fuse en traversant sur la route d'une parcelle à l'autre assez loin devant nous, c'est un renard roux d'Europe (Vulpes vulpes crucigera) l'espèce est  toujours présente sur le site, mais elle reste discrète, pourtant  assez visible surtout pour les personnes qui travaillent à demeure.

 

renard.jpg


Un puis deux Pics épeiches (Dendrocopos major) sont bien visibles au vol, mais nous n'arrivons pas à localiser le rouge de la partie sous-caudale caractéristique de cette espèce quand il disparaisse dans les branches pourtant dépourvues de toute couverture foliaire.


Encore de grimpereaux, trois Grives musicienne (Turdus philomelos) sont bien observées au moment où elles décollent des branches d'un arbre pour nous fuir, alors que nous l'avons entendu plus tôt, mais  à bonne distance.


Les regroupements d'espèces sont assez visibles au sommet des arbres, ici des Pigeons biset (Columba livia) qui prennent le soleil tous orientés face au petit vent, ailleurs des corneilles en quantité, jusqu'à plus de 20 ensembles.

 

bisets.jpg
Soudain des cris d'exclamation, un Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus) déboule sur notre droite et fuit à vive allure sous nos yeux et ceux d'un autre visiteur des lieux.


En arrivant sur la parcelle du grand cèdre mystique, Olivier nous offre le seul rapace de la matinée, un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) mâle harcelé par une Corneille noire (Corvus corone), le corvidé irascible  le poursuivra vers l'est au-delà des limites, du cimetière.

 

accenteur.jpg

Un autre Accenteur mouchet (Prunella modularis), le traine-buisson nous amuse un instant tantôt au pied d'une haie de troènes pour y chercher sa pitance, tantôt au sommet du même végétal  pour finir par disparaitre.


La balade se termine avec l'observation d'un peu plus d'une vingtaine d'espèces d'oiseaux contactées, ainsi que trois mammifères.


Françoise qui a tenu jusqu'au bout me rend ma paire de jumelle et nous quitte en même temps que Catherine sous une superbe lumière.

 

L1080336Thiais.jpg

Comme à notre habitude nous la finirons chez l'américain d'en face avec Olivier pour vérifier notre liste de recensement de la matinée et ce sera la fin de la première balade l'année 2014.
 




07/01/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres