Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 07-07-2012 sur la nécropole de Thiais

      

Balade du 07-07-2012

 sur la nécropole de Thiais

 

Comme depuis déjà plusieurs jours, nous avons un temps d'automne sur notre pays, la région parisienne et Thiais n'y échappe pas, car ce matin le ciel est complètement plombé, presque tous les participants sont déjà là.

Je passe dire bonjour à Franck, ensuite je vais saluer deux nouvelles têtes, Christine et Murielle, alors que sur le haut du préau, une femelle de Moineau domestique Passer domesticus lance des cris de contact, je décide de la pixéliser, car dans mes jumelles, je peux voir quelle à le bec plein de graminées vertes et rouges.

 

 

Franck qui discute avec Christiane et Anna sur le séjour de cette dernière en Espagne, me voit arriver avec mon appareil photo et fait le zouave, au point de faire fuir le passereau innocent.

Qu'importe, j'ai réussi néanmoins à prendre un cliché, je verrais plus tard s'il est exploitable,  une fine bruine commence à tomber, avec mon chapeau ridicule vissé sur la tête, je suis moins mouillé que les autres, une chance pour moi.

Quelque rares Pies bavardes Pica pica, ainsi que des Corneilles noires Corvus corone, observées avec parcimonie sont présentent sur les pelouses de-ci de-là, ou à l'envol, quand elles ne sont pas posées sur une tombe.

Aujourd'hui, c'est « Versailles », nous sommes six malgré un temps humide, aux moeurs plutôt acariâtre, cela donne du bôme au coeur.

En retournant vers le groupe, je m'aperçois  le chat de la conserverie se fait caresser tranquillement, un Verdier d'Europe Chloris chloris, passe au-dessus de moi et j'entends des chardonnerets sans pouvoir vraiment les localiser.

Malgré la pluie qui commence, nous, nous dirigeons vers l'endroit où Franck m'a montré les deux espèces d'orchidées quelques semaines plus tôt, dans l'espoir de les montrer à tout le monde, mais arrivé sur place, les magnifiques plantes ont complètement perdue de leurs superbes, elles sont entièrement fanées, il ne reste pour ainsi-dire que les tiges.

Le vent qui pousse la pluie du Nord-Ouest, nous ramène à une autre réalité, m'oblige à prendre en direction du Sud-Est, c'est un peu moins désagréable que si nous avions l'averse en pleine face.

Nous laissons une assemblée de plusieurs Pigeon biset Columba livia  à l'abri sous les arbres, quelques rares sansonnets, l'un de nous remarque une nuée d'abeilles sauvages à l'entrée d'une ancienne loge de pic, les hyménoptères semblent y avoir installé leur ruche.

 

C'est à ce moment-là que mon téléphone sonne, c'est Franck, il veut m'avertir qu'un nouvel arrivant est venu pour faire la balade, Anna lui donne notre position et l'un des techniciens du site le conduit gentiment  auprès de nous  afin qu'il puisse profiter de suite de la promenade, sans trop perdre de temps  à nous chercher.

Cet observateur VIP vient de Taverny dans le Val d'Oise par les transports en commun, encore plus loin que mon domicile, il fallait vraiment avoir envie de venir, surtout avec la météo, respect total ! De plus, il (Samy) à déjà de super connaissances, ce qui ne gâte rien.

A cet instant, un Accenteur mouché Prunella modularis, en poursuivant un autre, plonge au pied d'une haie de séparation de parcelle, nous le verrons sautiller au sol, puis disparaitre définitivement.

Une famille entière Mésanges bleues Cyanistes caeruleus, bondit d'un arbre à un autre, pour venir au-dessus de nous, un passereau se glisse dans le lot des nouveaux arrivants, c'est un Grimpereau des jardins Certhia brachydactyla, seul les jumelles et un �il aguerri permettent de le situer puis de l'identifier du fait du contre-jour.

J'aperçois un petit piaf bondissant au sol entre les minéraux ouvragé, un coup de jumelles, permet de s'affranchir de l'espèce, une femelle de  Rougequeue noir Phoenicurus ochruros, l'observation sera assez réussie.

 

 

 

Nous hâtons le pas afin de nous mettre sous les arbres, il n'y a que peu d'animations aviaires ce matin, pourtant, nous entendons un Troglodyte mignon Troglodytes troglodytes, nous le cherchons et nous finissons par le localiser grâce à son chant vraiment très puissant au sommet d'une rangée de troènes.

Des Pigeons ramiers Columba palumbus au sol, ou en vol, des alarmes lointaines de Merles noirs Turdus merula, nous finirons par en observer deux ou trois, une Perruche à collier Psittacula krameri vient se poser juste au-dessus de nous mais toujours le même contre jour, les photos ne sont pas fameuses !

 

 

Une première Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla se laisse entendre, nous en verrons entendrons une autre, un Pic-vert Picus viridis, vient se planter sur le tronc d'un arbre à bonne distance de notre position, nous aurons la chance ultérieurement d'en voir plusieurs autres.

Un cri émanant de la frondaison, nous interpelle, certains d'entres nous, pensent  à celui d'une perruche, mais le mimétisme aidant, la lumière blafarde à cet endroit, ne nous laisse que peu d'espoir de pouvoir situer l'oiseau à la voix loquasse.

Une Mésange charbonnière Parus major, isolée nous fait un cinéma dans les branches tout en cherchant ici ou là sa pitance, son chant  caractéristique permet de pouvoir affirmer l'espèce sans conteste, une occasion de pouvoir parler d'une différence assez prononcée du dimorphisme sexuel chez cet oiseau.

Murielle, aperçoit un Geai des chênes Garrulus glandarius, nous tentons de voir le second, mais peine perdue, soit il est déjà passé soit le corvidé aux miroirs alaires azuré est seul en cette matinée.

Pour la seconde fois, un goupe assez important de Martinets noirs Apus apus, et présent un peu plus haut que la cime des arbres, aucune hirondelle n'ait visible.

Encore un grimpereau, et encore en contre-jour, la photo sera en ombre chinoise encore une fois!

 

 

Un Lapin de garenne, détale devant nous un autre, sera aperçu devant la friche, dans le secteur une bestiole brun roux, sensiblement de la même taille qu'un petit lapin sera vu l'espace d'un instant, vraiment fugace et ne pourra être assurément identifié.

Devant le portail vert, le gros tas de branches ayant été éliminé, bien sûr, la vie y est nettement moins riche reste que de l'autre côté du mur d'enceinte du cimetière, l'animation y est bien présente.

Le passage sur la zone des tas de gravas, ne donne rien, les crécerelles ont déserté le secteur, de plus Hypolaïs et grisette elles aussi ont disparu, en effet les végétaux qui étaient sur le carré qui jouxte cette parcelle, ont été rasés.

La seul maigre compensation, aucun  herbicide n'ont été utilisés, la convention sur leur utilisation, est respectée pour cette fois  et tous est désherbé manuellement, en témoigne le petit panonceau apposé pour le signaler.

 

 

Sur le sol, une limace d'une espèce inconnue provoquera un regain d'émotion parmi les membres féminins de notre groupe, beaucoup moins chez les garçons !!

Samy aperçois un superbe papillon blanc et noir, il lui donne immédiatement un nom, c'est un Demi-deuil, superbe malgré qu'il ne soit que bicolore, il vient butiner sur les fleurs de poids de senteur, ainsi que sur d'autre espèce que je ne connais pas.

 

 

Le chant d'une fauvette, à tête noire puis d'une Grive musicienne Turdus philomelos, un Epervier d'Europe Accipiter nisus en vol sera localisé, mais aucun autre rapace, le temps ne semble pas se prêter à la sortie des prédateurs ailés.

Un Pinson des arbres Fringilla coelebs, est entendu, j'entends le cri de contact d'un  Pic épeiche Dendrocopos major, nous avons du mal à le localiser, puis nous pourrons le voir au vol, traverser une grande  parcelle.

Le Pouillot véloce Phylloscopus collybita sera également entendu, tandis que trois Chardonnerets élégants Carduelis carduelis seront vus, devant nous, un Pigeon colombin Columba oenas décolle pour un grand arc aérien, il reviendra à sa position initiale après notre passage.

Au retour vers les voitures, nous entendrons et verrons les mêmes espèces comme les Etourneaux sansonnets Sturnus vulgaris par exemple, mais le grand contournement par l'avenue O ne changera pas grand-chose à la liste des observations, déjà établie, une femelle de Rougequeue nous amusera un instant en montant sur nos voitures et en particulier sur le rétroviseur de l'espace, puis Christine et Murielle nous laisserons devant la conserverie,  alors  que Samy courageux reprendra le chemin de son domicile.

Quant à nous, Christiane, Anna Daniel et moi, nous finirons chez l'américain d'en face pour un petit repas, nous y verrons une femelle de moineau, prisonnière de la salle de jeux vitré, sans pouvoir la libérer, faute d'accès.

Mes bagages dans la voiture, je filerais vers le grand Sud-ouest où m'attendent je l'espère à ce moment-là de belles observations.

Christiane bien plus assidue que moi sur cette sortie, m'enverra plus tard la liste des  espèces observées durant cette matinée, soit 27 espèces d'oiseaux tout de même sous un crachin quasi permanent, mais tout de même assez convivial.



23/03/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres