Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Une Balade en Hollande dans l'entre-deux fêtes (3)

Une Balade en Hollande

dans l'entre-deux fêtes (3)

 

 

Il y a un peu de mieux par rapport à hier, le brouillard est moins dense et on y voit un peu plus loin, le Rougegorge familier (Erithacus rubecula) semble même plus loquace.

 

UE8A4105 rougegorge.jpg

Ce matin, tout le monde est sur le pied de guerre, cette maudite brume va nous orienter pour nos pérégrinations de la journée et comme nous avons les tarifs ainsi que les horaires de la balade en mer, de ce côté-là tout est prêt.

 

Mihaela et Alain ont rendu la clé de leur chambre, Michel et moi avons décidé de rester une nuit de plus et donc de conserver les nôtres.

 

Reste que nous optons tous ensemble pour aller voir à Hoek van Holland, si nous ne pouvons observer le petit corvidé féral qui y est installé depuis une bonne trentaine d’années.

 

La Gallinule poule d’eau (Gallinula chloropus),est toujours présente sur la petite pièce d’eau située au bout de la terrasse également des Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus) lançant des cris, mais restant totalement invisible pour nous, on se demande comment les oiseaux peuvent voler sans problème majeur dans une purée de pois aussi épaisse.

 

Une fois dans nos  voitures, nous, nous élançons pour une nouvelle journée de miroise, le point GPS nous amène au cœur de la localité désirée et une fois nos véhicules garés correctement dans une contre allée, nous partons à la recherche de nos amis ailés.

 

Sur la route nous avons fait pas mal de détours, car les systèmes de guidage ont pataugés furieusement et nous ont conduis parfois dans des cul-de-sac, mais nous finissons par trouver le bon chemin,  ce qui nous autorise l’observation rapide de quelques Grandes aigrettes (Ardea alba) ici ou d’un Faisant de Colchide (Phasianus colchicus), des Canards colvert (Anas platyrhynchos) ailleurs, mais de façon toujours rapide, vu que nous étions en voiture.

 

A bonne distance, nous localisons des corvidés qui semblent de petites tailles, nous faisons le tour du pâté de maison, mais bon l’œil bleu clair  et le plumage bicolore ne laisse  aucun doute sur l’identité des oiseaux que nous observons.

 

Plus loin encore, des Pigeons ramier (Columba palumbus) sont encore transis par la fraicheur de a nuit et ne sembles pas décidés à ce mouvoir pour le moment.

 

A côté d’une aire de jeu plantée au milieu d’une pelouse encore humide de rosée, deux Ouettes d’Egypte (Alopochen aegyptiaca) broutent paisiblement et ne lèvent la tête que de façons occasionnelles et s’éloignent de quelques pas quand je décide de leur tirer le portrait à 30 mètres de distance.

 

UE8A3335 ouette.jpg

Sur les cours de tennis mitoyens, les Corneilles noires (Corvus corone) sont nettement visibles et dans les haies totalement dénudées, le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) commence à s’activer.

 

Ici également la Perruche à collier (Psittacula krameri) est présente avec plusieurs corvidés posé sur les toits de maisons, des Choucas des tours (Coloeus monedula), il y en a partout et justement c’est parmi eux que nous devons scruter pour trouver notre bonheur.

 

Encore des Mésange bleues (Cyanistes caeruleus) seules ou en petits groupes, ainsi que  des Goélands argentés (Larus argentatus) en quantité et bien visibles vu la proximité avec la mer.

 

Plus loin, sur un parking nous localisons un groupe de onze Verdiers d’Europe (Chloris chloris), parmi lesquels un Bruant des roseaux (Emberiza schoeniclus) femelle s’est glissée.

 

Sur la même aire de stationnement , nous apercevons de gros turdidés, une Grive draine (Turdus viscivorus) qui nous fuit à chaque fois que nous tentons une approche ainsi qu’un Merle noir (Turdus merula) qui décolle en alarmant, puis dans de petits arbustes de moins de cinquante centimètres de hauts qui abritent quelques passereaux,  nous voyons des Moineaux domestiques, mais nous ne saurons les compter.

 

Encore des Pies bavardes (Pica pica) ainsi qu’un couple de Geais des chênes (Garrulus glandarius) et encore des ramiers, à un moment, nous croisons une dame qui promène son chien.

 

Je pense de suite qu’elle est du quartier et je sors la photo du corbeau de ma poche comme un magicien sort un lapin de son chapeau pour lui demander si elle en a vu par ici.

 

Une belle image valant mieux qu’un long discourt et la chance étant avec nous pour une courte durée, nous apprenons qu’elle connait bien l’espèce et que celle-ci, vit ici depuis plus de trente ans, mais et c’est là où tous nos espoirs disparaissent presque d’un coup de baguette magique.... maléfique !

 

Dans le secteur, il y avait une sorte de petite perruche bleue, certainement un inséparable qui se reproduisait facilement en liberté, mais semblait causer du tort à d’autres espèces locales et les autorités ont décidé de les éradiquer.

 

Ce faisant, le corvidé a vu ses effectifs déjà peu nombreux, chuter de façon dramatique et il semble qu’il n’en reste que fort peu dans une zone localisée sur le littoral dans les dunes couvertes d’épais épineux, ce qui reste une surface considérable tout de même à prospecter.

 

D’autant qu’il ne reste que peu d’oiseaux et qui plus est de la taille d’un choucas, les trouver puis les observer sera une  tâche ardue, cela ne va pas être facile pour ne pas dire impossible.

 

Plus tard, nous croisons un couple de personnes et le monsieur a une paire de Swarovski autour du cou, je recommence ma demande en montrant ma photo de l’oiseau que nous cherchons, il nous confirme la présence de l’espèce et nous donne la direction.

 

C’est donc à pied que nous poursuivons nos recherches,  nous traversons un bois aménagé où les nichoirs pour chauves-souris sont légions, il y en a une multitude puis nous abordons des sentiers à la limite du possible en essayant de ne pas finir la balade éborgné au milieu des dunes.

 

UE8A3365 nichoir chauve souris.jpg

Un Busard des roseaux (Circus aeruginosus) sera aperçu un bref instant  le passage sur une espèce de belvédère nous permettra de nous réorienter et après une longue marche nous finirons sur la plage à marée basse.

 

Au loin, près de l’eau des groupes plus ou moins importants de laridés, des Goélands marins (Larus marinus) et quelques argentés, il y a  même des Bécasseaux sanderling (Calidris alba) qui courent parmi eux et au sol.

 

UE8A3358 couteaux.jpg

Sur le sable ce que nous avions pris pour des  rangées de galets, sont en fait des centaines de milliers de Solen, ce genre de mollusque que nous appelons couramment des couteaux, bien sûr, ils sont vides.

 

Le retour vers les voitures et laborieux, on finira même par s’égarer ce qui nous pénalisera pour l’horaire du bateau sur lequel il nous sera impossible d’arriver à temps, ce sera pour une autre virée, donc nous changeons de plan.

 

A un moment, nous entendons assez distinctement des cris parfaitement  reconnaissables, à droite, à gauche, non au-dessus de nous, ce sont des Oies cendrées (Anser anser) qui passent par vagues, certainement pour aller au gagnage.


UE8A3359 oies en vol.jpg

Nous finirons par quitter ce bois, mais non sans voir un Héron cendré (Ardea cinerea) au bord d’un bassin ou la Sittelle torchepot (Sitta europaea) qui viendra tout proche de nous pour une superbe observation, ainsi que celle du Pic épeiche (Dendrocopos major) et le Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla) dans une mauvaise lumière, mais néanmoins agréable quant à l’approche.

 

La balade en mer étant définitivement abandonnée, nous décidons de retourner vers l’endroit où nous, nous trouvions hier et avant de retrouver nos voitures, nous aurons la chance d’observer un Accenteur mouchet (Prunella modularis) des Tourterelles turques (Streptopelia decaocto) ainsi que des Mésanges à longue queue (Aegithalos caudatus) accompagnées d’un Roitelet huppé (Regulus regulus).

 

Les alentours de Rotterdam sont vraiment en réfection tout azimut, une nouvelle fois, les GPS patinent dans la choucroute, nous sommes carrément perdu puis nous retrouvons enfin notre route.

 

Pour le midi, nous nous installons dans une baraque à frite puis notre repas avalé, nous reprenons nos observations là où nous les avons laissé hier à la tombée de la nuit encore des choucas, partout et un Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) ,une femelle agrippée à sa branche et complètement en boule.

 

UE8A3423 choucas des tours.jpg

Le bassin qui se dessine devant nous est nettement plus dégagé qu’hier au niveau de la brume, dans le passage d’entrée, des Garrots à œil d’or (Bucephala clangula) nagent ou plongent au gré de leurs envies.

 

il y a également sur la petite digue qui protège le bassin des Huitriers pie (Haematopus ostralegus) et nous entendons distinctement un Râle d’eau (Rallus aquaticus) plus loin, des Canards siffleurs (Anas penelope) Alain repère des Harles bièvre (Mergus merganser) ou des Fuligules morillons (Aythya fuligula) qui s’éloignent du bord quand nous, nous avançons dans leur direction.

 

UE8A3458  bernache cravant.jpg

Michel quant à lui repère une Bernache cravant (Branta bernicla) au bord de l’eau, elle nous laisse l’approcher à moins de vingt-cinq mètres avant de s’éloigner un petit peu, malgré les apparences, elle ne doit pas être dans son état normal, nous décidons donc de nous éloigner pour lui offrir un peu de quiétude.

 

Des Canards chipeau (Anas strepera) en veux-tu en voilà, posé sur l’eau ou en vol de plusieurs individus jusqu’à des groupes de vingt en une seule fois.

 

UE8A3442 Canard chipeau.jpg

Au moment où nous décidons de partir voir les phoques, une Grive musicienne (Turdus philomelos) nous apparait sur une pelouse décrépite par le froid de l’hiver, comme il y a une petite structure solide, Alain et moi décidons de la contourner pour tenter une meilleure observation, mais peine perdue, le turdidé a pris ses ailes à son cou et a disparu définitivement à notre vue.

 

A l’approche de l’endroit où nous allons voir les mammifères marins, des ribambelles de voitures ainsi que des camping-cars, sont alignés en contrebas sur un parking, le coin semble connu et il y a des gens avec des longues-vues.

 

Bien sûr ma timidité légendaire coincée sous le bras, je vais avec mes compagnons,  tranquillement leur demander ce qu’ils miroisent avec tant d’enthousiasme.

 

La chance est avec nous, nous apprenons que  un Eider à duvet (Somateria mollissima) Mâle est présent, mais nous avons du mal à le repérer avec la houle qui nous le dissimule par intermittence, par contre les dizaines pour ne pas dire plus de Macreuses noires (Melanitta nigra) sont bien plus faciles à trouver et que dire de ces Bécasseaux violets (Calidris maritima) qui se baladent près de l’eau dans les enrochements artificiels.

 

il y a également une palanquée de Grèbes huppés (Podiceps cristatus) nageant en pleine eau à bonne distance du bord ainsi que quelques mouettes, des rieuses, encore.

 

UE8A3498 argenté couteau.jpg

Des Goélands partout dont un qui passe au vol un Solène dans le bec, des espèces déjà observées quelques Grèbes castagneux (Tachybaptus ruficollis) trop loin pour une photo correcte, mais dans la longue-vue, l’observation reste parfaite.

 

Les premiers Phoques font leur apparition et c’est un réel plaisir de les voir évoluer avec autant d’agilité, reste que la présence d’un Pingouin torda (Alca torda)  puis d’un Plongeon catmarin (Gavia stellata) de deux Grèbes esclavon (Podiceps auritus)  et enfin d’un Grand cormoran (Phalacrocorax carbo) nous font perdre de vue les Phocidés pour un petit moment.

 

UE8A3515 Phoques.jpg

Un groupe de Fuligules milouin (Aythya ferina) des Tournepierre à collier (Arenaria interpres)  viendront clôturer notre lise du jour, mais avant de quitter Mihaela et Alain qui eux rentrent sur Paris ce soir, nous irons  tous ensemble un peu plus loin admirer la danse des phoques pour un souvenir qui restera gravé un bon moment dans nos mémoires.

 

 

1) Rougegorge familier

2) Gallinule poule d’eau

3) Mouettes rieuses

4) Pigeons ramier

5) Ouettes d’Egypte

6) Corneilles noires

7) Troglodyte mignon

8) Grandes aigrettes

9) Faisant de Colchide

10) Canards colvert

11) Perruche à collier

12) Choucas des tours

13) Mésange bleues

14) Goélands argentés

15) Verdiers d’Europe

16) Bruant des roseaux

17) Grive draine

18) Merle noir

19) Moineaux domestiques

20) Pies bavardes

21) Geais des chênes

22) Busard des roseaux

23) Goélands marins

24) Bécasseaux sanderling

25) Oies cendrées

26) Héron cendré

27) Sittelle torchepot

28) Pic épeiche

29) Grimpereau des jardins

30) Accenteur mouchet

31) Tourterelles turques

32) Mésanges à longue queue

33) Roitelet huppé

34) Faucon crécerelle

35) Garrots à œil d’or

36) Huitriers pie

37) Râle d’eau

38) Canards siffleurs

39) Harles bièvre

40) Fuligules morillons

41) Bernache cravant

42) Canards chipeau

43) Grive musicienne

44) Eider à duvet

45) Macreuses noires

46) Bécasseaux violets

47) Grèbes huppés

48) Grèbes castagneux

49) Pingouin torda

50) Plongeon catmarin

51) Grèbes esclavon

52) Fuligules milouin

53) Tournepierre à collier

 



21/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres