Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Bécasseau cocorli (Calidris ferruginea)

Autres bécasseaux : Bécasseau maubèche Calidris canutus , Bécasseau sanderling Calidris alba , Bécasseau violet Calidris maritima , Bécasseau variable Calidris alpina , Bécasseau minute Calidris minuta , Bécasseau tacheté Calidris melamotos , Bécasseau à échasses Calidris himantopus .

  

  

Autres  limicoles :

  

  

Chez nos voisins : Curlew Sandpiper, Sichelstrandläufer, Correlimos Zarapitín, Krombekstrandloper, Piovanello.

  

  

Bécasseau cocorli (Calidris ferruginea)

  

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata 

  

Sous-embranchement : Vertebra 

  

Classe : Aves

  

Ordre : Charadriiformes

  

Famille : Scolopacidae

  

Genre : Calidris

  

Espèce : Ferruginea

  

  

Pontoppidan : 1763

  

  

 

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Passage migratoire et hivernant commun en France.  

  

  

De 18 à 23 centimètres de longueur, pour une envergure située entre 38 et 41 cm, cette espèce, affiche en outre une espérance de vie de l'ordre de six ans environ.

  

En plumage nuptial, la tête, la gorge la poitrine le cou ainsi que l'arrière de celui-ci et enfin le ventre, sont, marron-roux, un seul autre bécasseau, possède de telles couleurs, mais il est plus imposant en taille et plus massif, c'est son cousin le maubèche.

  

272Q4116 cocorli.jpg

   

Le dos est moucheté de brun, de marron et de roux chaud, avec des nuances d'un individu à l'autre et selon l'état d'avancement de la mue de l'animal.

  

Le reste du plumage, est beige, les plumes du dessus, ont un liseré sable-clair, l'extrémité des rémiges, sont brunes foncées à noires, une bande alaire, blanche diffuse apparait au vol sur le dessus de l'aile, ce qui fait que cette espèce ne peut être confondue, avec aucune autre.

  

En plumage hivernal, la situation est tout autre, car l'oiseau devient beige dans presque sa totalité avec des zones noires sur le dessus du plumage, le ventre jusqu'aux sous caudales devient blanc, le croupion également.

  

 272Q4191.JPG

  

Les primaires, les secondaires restent noires, les grandes couvertures, sont aussi de cette couleur, leurs terminaisons blanches, bien visibles, avec la marque blanche diffuse courant sur la naissance des primaires, sur le dessus de l'aile, comme en plumage nuptial.

  

L'oiseau possède un bec long et arqué vers le bas, comme les pattes, il est noir en toutes saisons, l'œil apparait également noir.

  

Cette espèce, est un voyageur au long cours, en effet il est capable de parcourir des distances de huit cents kilomètres en une nuit, puisque cet oiseau, effectue la plupart de ses voyages durant la phase nocturne.

  

Certains individus parcourent des distances considérables allant jusqu'à 30 000 km en partant du nord de la Sibérie pour se diriger vers l'Afrique du sud, en changeant au passage d'hémisphère et donc bien sûr, d’ecozone.

  

Son aire de répartition hivernale, inonde également l'Inde jusqu'à Ceylan, rien ne l'arrête, pas même les sommets de l'Himalaya qu'il franchit sans soucis majeur.

  

Puis le voyage se poursuit en direction de l’Indonésie et encore plus loin,  l'Australie, puis la Tasmanie ou encore la Nouvelle-Zélande, quand il ne traverse pas les terres, il longe le profil côtier, remontant parfois les fleuves.

  

Le retour sur les zones de reproduction, prend environ un mois, les jeunes de l'année précédente, restent sur les quartiers d'hiver, ils entameront leur retour qu'à leurs troisième année.

  

Au printemps, dans un nid en forme de cuvette directement au sol, tapissé d'herbes et à l'abri de la végétation, la femelle dépose quatre œufs, les petits sont bien sûr, nidifuges.

  

Le régime alimentaire de cette espèce est composé d'insecte capturé à la surface de l'eau ainsi que de crustacés et d'invertébrés attrapé en sondant la vase sur la hauteur du bec.

  

Ce bécasseau, encore assez grégaire prends ses repas en petits groupes de la même espèce, parfois mêlé à d'autres limicoles, la longueur de ses pattes, lui autorise des eaux plus profondes que pour son petit cousin, le variable.

  

Du fait de sa répartition mondiale, cette espèce de bécasseau ne suscite pas d'inquiétude de la part des spécialistes de l'UICN, toutefois, comme d'autres petits limicole, celui-ci bénéficie depuis le 17/04/1981, par un arrêté ministériel d'une protection totale sur le territoire national français.

  

  

Son statut de conservation à l'UICN est jugé : Préoccupation mineure.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net   où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

 

  

Recherches plus faciles



03/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres