Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Balade du 14-02-2015 sur la nécropole de Thiais

8 h 25 quand j’arrive sur la nécropole de Thiais, la porte n’est pas encore ouverte, je descends donc de ma voiture pour tenter les premières observations les Etourneaux sansonnet (Sturnus vulgaris), sont assez bruyants dans les grands peupliers.


Une Bergeronnette de ruisseau (Motacilla cinerea) se positionne un instant sur le sommet  de l’entrée s’envole pour se poser sur la  grande place devant la conservation, décolle à nouveau pour disparaitre définitivement.


Comme prévu par la météo, le ciel est plombé dans sa totalité, il y a même pas mal de gros nuages menaçants et Zéphir et en forme ce matin, des Corneilles noires (Corvus corone) utilisent le vent pour filer à toute allure.


Je longe le cimetière jusqu’à la porte de sortie puis-je reviens sur mes pas, le technicien en faction présent vient d’ouvrir l’axés aux visiteurs, je le reconnais de suite c’est Franck, puis après quelques politesses d’usages il m’informe que dans la semaine passée, il a aperçu à plusieurs reprises une hulotte.


A l’instant  T, je trouve ce début de matinée un peu plus chouette, ce que j’aimerais pouvoir aussi l’observer sur site, il y a de l’espoir, Franck m’indique sur un plan l’endroit où il a aperçu le rapace nocturne.


Aucune feuille sur les arbres, la taille  conséquente de l’oiseau, s’il est là, j’espère bien que nous aurons la chance de la rencontrer, car même si la reproduction est avérée ici, cela reste un oiseau rare dans le périmètre de ce lieu de repos.


Sous le grand préau, alors que nous discutons, j’aperçois plusieurs sansonnets qui visitent des cavités, assurément il y aura reproduction de l’espèce ici encore une fois.


l’atmosphère est saturée d’humidité, les amateurs pour la balade arrivent les uns après les autres, cette fois-ci, j’ai pensé au thé et au croissants que j’avais oublié la sortie précédente sur la table de la cuisine.


Nous commençons notre périple, mais n’allons pas loin, un passereau émet des cris qui semblent venir des grands arbres verticaux, nous scrutons à sa recherche la multitude de fines branches, des formes bougent et la présence de quelques Mésanges bleue (Cyanistes caeruleus) n’arrange rien.


Plusieurs petits oiseaux s’envolent sans que nous ayons les uns ou les autres pus identifier celui que nous avions capté de l’oreille, comme Olivier arrive, nous passons à autre chose et cette fois-ci il est accompagné de son épouse.


La balade reprend donc en direction du site supposé accueillir la chouette, alors que nous sommes survolé par des Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus), à l’unité ou en groupe, jusqu’à sept individus en même temps.


Depuis un petit moment, il pleut, ho ce n’est pas bien fort, mais cela rabaisse encore la température et quand tout va mal, ça va mal, car le rapace nocturne à dut prendre ses ailes à son cou pour trouver un refuge aux intempéries et nous faisons choux blanc.

             
Un premier Pic épeiche (Dendrocopos major) vient juste au dessus de nous, nous en verrons d’autres, mais de façon parcimonieuse. 


Nous continuons malgré tout notre prospection et comme pour nous encourager, une ronde de Mésanges à longue queue (Aegithalos caudatus) forte de sept à huit membres vient se positionner juste au-dessus de nous et quelques pas plus loin trois Grives draines (Turdus viscivorus), sautent de branche en branches, haut dans un arbre.

 

272Q9880 longue queue.jpg

Un Ecureuil roux (Sciurus vulgaris), nous divertit un moment puis un second le spectacle est pour nous, des courses poursuites en veux-tu en voilà où le poursuivant n’a pas vraiment l’intention de rattraper son congénère, qui à sa décharge, n’a pas l’air de vouloir vraiment le fuir.

 

272Q9914 duo.jpg               
Mise à part les mammifères arboricoles, il n’y a que peu d’activité, il pleut et il fait froid nous apercevons tout de même un premier Pigeon colombin (Columba oenas) il y a également des Pie bavardes (Pica pica) un peu partout, mais en petites quantités, de plus elles sont assez mobiles ce qui fait que l’on revoit les mêmes oiseaux de long en long.


Nous entendons un Accenteur mouché (Prunella modularis), c’est le deuxième traine-buissons avec celui contacté proche de l’entrée, pour le moment,  la densité de l’espèce est bien faible, espérons que cela monte rapidement pour une bonne période de reproduction ici.

 

272Q9956 accenhteur .jpg

A l’opposé de notre position, un turdidé est aperçu au sommet d’un arbre, c’est une Grive musicienne (Turdus philomelos) et au loin la colonie de corvidés et dans tous ses état, c’est que les Corbeau freux (Corvus frugilegus) se complaisent dans ce vacarme qui leur est propre.


D’ailleurs un moment plus tard, nous passons entre les arbres qui abritent les nids de cette espèce fortement grégaire, certains des gros corvidés s’envolent alors que d’autres, plus curieux nos regardent du haut de leur perchoir aussi curieux que nous.

 

272Q9947 freux.jpg

Les oiseaux couleur sinople fendent l’air, rien ne les arrête si ce n’est quelques chamailleries avec des corneilles, quand les Perruches à colliers (Psittacula krameri) donnent de la voix, ces oiseaux loquaces savent se faire entendre.


Il pleut pour de bon et pour la première fois depuis que je fais des balades à Thiais, nous sommes obligés de nous mettre un instant à l’abri ce qui ne nous empêche pas d’observer une Mésange charbonnière (Parus major) ici, une autre ailleurs.


Une accalmie nous permet de poursuivre la promenade et nous permet de voir un premier Geai des chênes (Garrulus glandarius) puis un second et comme à l’accoutumé nous voyons des Merles noirs (Turdus merula) fusaient de leurs maigres couverts pour nous fuir.


La  friche rase, nous apporte quelques Pigeons bisets (Colomba livia) le plus souvent au vol, mais avant que le ciel ne nous tombe vraiment sur la tête, nous prenons la décision de remonter vers notre point de départ.


Nous l’avions entendu à plusieurs reprises et enfin nous pouvons observer le Pic vert (Picus viridis) de son vol puissant et chaloupé traversant les parcelles sans difficulté pour se planter dans quelques troncs.


Nous accrochons à notre liste de miroise le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) ainsi que Verdier d’Europe (Chloris chloris), deux espèces de fringilles courantes ici et au moment où nous allons prendre la dernière ligne droite, Olivier distingue un rapace à bonne distance et en contre-jour du ciel laiteux.


Le premier de la matinée, je le fixe avec mes jumelles et stupeur, s’il a bien le bec crochu,  il est quand même bien vert, mon ami vient de découvrir une nouvelle espèce pour le site totalement endémique, le sourire en coin et pour moi, d’ailleurs j’en ris encore intérieurement au moment où je couche ces mots.


Enfin avec un soulagement reconnu par tous nous arrivons à notre point de départ non sans avoir contacté le Pigeon ramier (Columba palumbus), parfaitement identifier celui-ci.


C'est la fin de la promenade mensuelle et la première idée qui me vient à l’esprit à ce moment-là c’est de remercier les sept personnes qui m’ont accompagné pour cette balade, pour leur courage d’être resté et d’avoir fini malgré un temps plutôt maussade.


C’est chez l’américain d’en face que nous finirons à quelques uns cette matinée et enfin grosse déception, car même en ce lieu, le piaf ne sera pas contacté, mais bon vingt espèces rencontrées tout de même(+1)et surtout le spectacle des écureuils.


1 Etourneaux sansonnet 25+
2 Bergeronnette des ruisseaux 1
3 Corneilles noires 7
4 Mésanges bleue 6
5 Mouettes rieuses 15+
6 Pic épeiche 2
7 Grives draines 3
8 Pigeon colombin 4
9 Pie bavardes 10 +
10 Accenteur mouché 2
11 Grive musicienne 1
12 Corbeau freux 15+
13 Perruches à colliers 10+
14 Mésange charbonnière
15 Geai des chênes 4
16 Merles noirs 5
17 Pigeons bisets 10+
18 Pic vert 3
19 Pinson des arbres 4
20 Verdier d’Europe


( Rapace verdoyant 1) Hi Hi Hi

A  Ecureuil roux 5



04/03/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres