Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

Autres troglodytes du siteTroglodyte de Caroline Thryothorus ludovicianus , Troglodyte de Bewick Thryomanes bewickii , Troglodyte familier Troglodytes aedonTroglodyte arada Cyphorhinus arada , Troglodyte à miroir Donacobius atricapilla .

   

Roitelets ←

  

Chez nos voisins : Wren, Zaunkönig, Chochín, Winterkoning, Scricciolo.

     

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes)

   

Règne : Animalia    
   

Embranchement : Chordata 

    

Sous-embranchement : Vertebra 

     

Classe : Aves

      

Ordre : Passeriformes

      

Famille : Troglodydae

      

Genre : Troglodytes

      

Espèce : Troglodytes

   

    

Linnaeus : 1758

    

     

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Présence continue en France. 

    

   

Mesurant dix centimètres de longueur, pour une envergure située entre 13 à 17 cm et accusant  un poids d’environ 8 à 13 grammes, ses dimensions en font le troisième plus petit oiseau d’Europe ou partage la première place avec les deux roitelets triple bandeau et huppé selon les auteurs.

   

Cette espèce possède en outre une espérance de vie pouvant atteindre les six ans en moyenne.

  

L’espèce présente un plumage entièrement roux-cendré, plus foncé sur des parties supérieures, le ventre, la gorge, sont beige, les ailes et la queue sont finement barrées de brun.

  

l’espèce présente un sourcil couleur crème, qui contraste fortement avec la joue et le dessus de la tête.

     

 

IMG_3031 TROLGLO-.JPG
                         

Son bec fin et pointu, est marron sur la mandibule supérieure et jaunâtre en dessous enfin  ses pattes sont  de couleur chair.

 

Il n’existe pas de dimorphisme sexuelle chez cette espèce, pas plus de différence d’ailleurs avec les juvéniles volants, le corps et rondouillard en rapport de la taille et la queue souvent dressée à angle droit.

 

Son vol bien que cours et rapide et tendu et d’une vélocité à toutes épreuves et  malgré sa petite taille, son chant extrêmement puissant ainsi que ses cris de contacts ou d’alarme sont parfaitement reconnaissables par une oreille aguerrie.

 

En avril, au début du printemps, les pariades passées, le territoire acquis, le mâle construit plusieurs structures de nids et tente d’attirer au moins une femelle.

 

Une fois celle-ci installée, il tentera la même approche avec plusieurs d’entre-elles qui passeront sur ses terres, en effet le mâle de cette espèce  peut être indifféremment monogame ou à contrario polygame.

 

Cette espèce installe son nid dans des endroits le plus divers, de trente centimètres à plusieurs mètres du sol, il s’agit le plus souvent d’un genre de sphère de mousse pour l’extérieur, des matériaux plus doux à l’intérieur.

 

Même la coupe d’un ancien nid d’Hirondelle rustique (Hirundo rustica) dans une écurie, peut faire l’affaire comme support pour construire un abri pour la pérennité de l’espèce.

 

l’accouplement consommé, la femelle dépose de cinq à sept œufs dont l’incubation qu’elle assure seule, dure de quatorze à seize jours et les petits totalement nidicoles seront nourris par les deux parents, à la sortie du nid, ils sont éduqués par leur père qui les installe dans l’un de ses nids inoccupés jusqu’à leur envol définitif.

 

l’aire de répartition de ce petit passereau est assez vaste, elle occupe la quasi-totalité de l’Europe, une partie du nord de l’Asie, le pourtour méditerranéen en Afrique du nord, par contre en Amérique du nord, il a été élevé au rang de bonne espèce pour au moins deux d’entres elles Troglodyte de Californie (Troglodytes pacificus) et Troglodyte des forêts (Troglodytes hiemalis).

 

Le régime alimentaire est constitué d’insectes, adultes ainsi que leurs larves, d’arachnides pour plus de quatre-vingts dix pour cent de sa nourriture, mais  certains hauteurs leur prêtent même la possibilité de consommer de petits amphibiens ou même de petits poissons.

 

De part la taille de sa zone de répartition, cette espèce polytipique qui reste malgré tout la seule du genre en Europe,  se décline en 29 Sous-espèces connues à ce jour, décrites comme suit :

     

Troglodytes troglodytes troglodytes 

Troglodytes troglodytes mosukei      

Troglodytes troglodytes ogawae     

Troglodytes troglodytes islandicus     

Troglodytes troglodytes taivanus  

Troglodytes troglodytes borealis  

Troglodytes troglodytes zetlandicus

Troglodytes troglodytes fridariensis

Troglodytes troglodytes hirtensis

Troglodytes troglodytes   

Troglodytes troglodytes indigenus

Troglodytes troglodytes

Troglodytes troglodytes koenigi

Troglodytes troglodytes juniperi

Troglodytes troglodytes cypriotes

Troglodytes troglodytes hyrcanus

Troglodytes troglodytes zagrossiensis

Troglodytes troglodytes tianschanicus

Troglodytes troglodytes subpallidus

Troglodytes troglodytes

Troglodytes troglodytes neglectus

Troglodytes troglodytes nipalensis

Troglodytes troglodytes idius

Troglodytes troglodytes szetschuanus

Troglodytes troglodytes talifuensis

Troglodytes troglodytes dauricus

Troglodytes troglodytes pallescens

Troglodytes troglodytes kurilensis

Troglodytes troglodytes fumigatus

                                                     

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure

                              

                                  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net,   où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

                 

 

                   

Recherches plus faciles ←  



07/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres