Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Séjour à ouessant aout 2011 (1)

04-08-2011 départ pour Ouessant

 

En ce jeudi matin quatre aout, tout est prêt. La réservation de l'auberge de jeunesse, mes billets allées et retours du continent à Ouessant sont réglés depuis déjà plus de trois mois.

 

Les bagages sont fait, le matériel fin prêt, tous semble correcte. La seule appréhension, mais elle est de taille, c'est de savoir si mon Renault Espace va tenir la distance.

 

En effet, pour la même destination, l'année dernière, mon véhicule m'a lâché en cours de route, m'obligeant à renoncer à cette opération de rêve pour un ornithologue et cette année, pour des vacances avec mon épouse, une panne d'injection a transformé notre séjour dans les alpes en enfer, me privant de tout un tas d'observations potentielles d'oiseaux que je n'avais jamais vus.

 

Alors, oui malgré des réparations franchement onéreuses, je n'ai plus du tout confiance en ma voiture et donc c'est avec une certaine crispation au ventre que je m'installe au volant.

 

Un dernier bisou à ma femme et c'est parti direction la ville corsaire de Brest.

 

J'avais même envisagé de louer un véhicule, mais bon j'espère qu'elle tiendra la distance.

 

Je n'ai travaillé que la moitié de la nuit, donc je suis en forme et les kilomètres défilent tranquillement sous la direction du régulateur quand mon Renault Espace n'est pas victime de ses pannes d'injection trop souvent récurrentes à mon gout.

 

Ce pourrait être une bonne voiture, mais bon la situation est ainsi faite, je n'ose même pas m'arrêter sur une aire de repos ou dans une station service de peur de ne pouvoir repartir !

 

Les kilomètres se déroulent donc avec mon œil collé au GPS pour voir le restant de route qu'il me reste à faire !

 

Je quitte donc la région parisienne, puis au bout d'un moment, j'entre en Bretagne. Mise à part une grosse averse qui m'a obligé à rouler à moins de 70km/h durant 20mm, tous se passe bien.

 

J'arrive à Brest sans encombre. L'hôtel trouvé pour la nuit, je décharge mes bagages et me dirige vers le port dans le but de localiser la zone d'embarquement pour le lendemain et là, je tombe sur les préparatifs de fête sur le port !

 

Je passe donc la soirée ici dans une super ambiance et comme les restaurants ne manquent pas, je mange également sur place.

Vers une heure du matin, je regagne mon hôtel, il me faut être sur l'embarcadère avant huit heures demain matin, alors une douche et au lit!

 272Q6645-sortie-de- Brest.jpg

Vendredi matin, le temps est sympa, mais sans plus, les résidus de la dépression de la veille commencent à peine à ce dissiper, une bonne toilette, un petit déjeuner copieux et je parts pour l'embarcadère repéré hier soir, quand j'arrive sur le port, les agents de la ville sont à pied d'œuvre pour nettoyer les rues, je trouve une place juste devant les bureaux de la compagnie Pen ar bed, celle là même où j'ai pris mes billets pour Ouessant.

 

Il n'est que sept heures, j'attends un peu dans la voiture, puis je vais prendre un café et un croissant sur le port, les gens commencent à s'agglutiner devant la société de transport maritime, un premier bateau quitte le port à huit heures libère pas mal de places, mais d'autres passagers arrivent tranquillement, notre navette ne part qu'à huit heures et demie.

 

Enfin, nous embarquons, encore quelques poignées de minutes et c'est le départ, notre navire s'éloigne du quai, je me suis installé sur le pont supérieur et de là, je distingue parfaitement les hauteurs de Brest, ainsi que la rade et le port de guerre, d'ailleurs une espèce de patrouilleur de la marine nationale navigue sur bâbord, puis nous passons à la mer, les Goélands argentés (Larus argentatus), vus sur le quai sont toujours là ainsi que des Mouettes rieuses (Chroicocephalus ridibundus), les premiers fous de Bassan (Morus bassanus) du séjour sont aperçus.

 

272Q6646 patrouilleur-port-deBrest.jpg

 

Une halte  au port de Le Conquet pour libérer une palanquée de passager et en embarquer une autre, les Moineaux domestiques (Passer domesticus) se partage la place avec quelques Hirondelles de fenêtre (Delichon urbicum), et le navire de repartir pour sa destination finale en ce qui me concerne.

 

L'arrivée sur l'île se passe sans autre découverte majeur, un bus navette transporte les nouveaux arrivants, dont je suis  vers Lampaul où se trouve l'auberge de jeunesse, une fois installé, je décide d'aller faire un tour dans les parages.

 

Les Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis) son ici en bandes éparses mais assez fréquents, je décide de descendre au port pour faire connaissance avec notre moyen de transport pour le lendemain, il s'agit d'un ancien canot de sauvetage en mer de la SNSM, le Patron François Morin, plus tôt que de l'envoyer au rebut, une association l'a repris et l'entretien afin de lui offrir une nouvelle vie, pour le plaisir des ornithologues qui font ainsi des sortes en mer pour des observations avec l'A.N.O, L'Association naturaliste d'Ouessant . 

 

Sur le petit port de Lampaul, quand j'y arrive, la mer est basse, bien sûr, plusieurs bateaux sont à l'échouage, et c'est là que je m'aperçois de la présence d'une multitude de passereaux, tout d'abord, un Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes), il y en a quelques-uns, des fauvettes que je n'arrive pas à identifier dans les fougères de l'autre côté du port.

 

Mais dans le ruisseau d'eau douce qui serpente entre les galets découverts, des moineaux ainsi que des Verdiers d'Europe (Chloris chloris) font une toilette, de jeunes Merles noirs (Turdus merula) cherchent leur pitance, un Pipit maritime (Anthus petrosus) est là aussi, pas loin d'une vingtaine de Tournepierre à collier (Arenaria interpres) glanent de-ci de-là, vers de vase ou autres petits invertébrés maritimes, le cri strident d'un Martin pêcheur (Alcedo atthis) suivit de la flèche bleue au visuel.

 

Une troupe de Linotte mélodieuse (Carduelis cannabina) sautille sur les mêmes fougères d'où elles ont chassé les deux fauvettes de tout à l'heure, sur l'estran du port, il y a aussi quelques Canards colvert (Anas platyrhynchos), un Accenteur mouchet (Prunella modularis) lance un chant assez reconnaissable avant de se montrer, le filet d'eau claire attire aussi des Pigeons ramier (Columba palumbus).

 

Je continus ma route vers l'emplacement où je pourrais voir le canot quand un Rougegorge (Erithacus rubecula) vient se placer sur la murette de protection au bord de la route, il ira ensuite se poser sur les cordages d'amarres des navires posés sur le flanc dans le fond du port à sec à cette heure là.

 

272Q6703Rougegorge-Lampaul.jpg

Enfin, je l'aperçois, il est là à quelques encablures du bord, il m'apparaît petit, voir même chétif facile à reconnaitre, toute la coque au-dessus de la ligne de flottaison est verte vif, la cabine est orange il n'y en qu'un comme celui-ci dans le secteur !

 

Je reste un long moment à le contempler, à cet endroit là, les laridés ont trouvé refuge au vent et s'établissent en dortoir, je décide d'aller faire un tour ailleurs !

 

272Q6751-Patron-François-morin.jpg

Je fais bien, lors de mes pérégrinations, j'arrive du côté de l'antenne locale de EDF, j'y entends un cri que je ne reconnais absolument pas, jamais entendu, il me faut un moment pour contourner le bâtiment, un homme m'autorise à pénétrer sur-le-champ alors qu'il vient chercher son mouton qui broutait là.

 

Je suis toujours à la recherche de la bestiole qui a poussé ce cri bizarre, soudain j'aperçois une tête qui émerge de l'herbe assez haute à cet endroit pour disparaitre de suite, du roux, du blanc, plus gros qu'une tourterelle, je tente une approche à pas de loup sous le regard amusé du proprio du champ !

 

Le piaf s'envole pour se poser sur un mur de séparation, un faucon, non un jeune coucou gris (Cuculus canorus) de forme rousse, je suis debout au milieu du champ, l'oiseau revient vers moi a tout allure pour se poser au même endroit, puis nouvelle envolée pour revenir sur le même reposoir, mais dix mètres plus loin, je tente une série de photos sur ce volatile somme toutes assez décontracté !

 

272Q6863coucou.jpg

L'homme tenant son mouton me demande le nom de cette espèce, nous entamons une petite discussion et je lui raconte ce que je suis venu faire sur l'île, et ainsi prend fin cette rencontre assez sympathique et je reprends ma balade, plusieurs Troglodytes alarment dans les bouquets de ronces, là aussi, je tenterais des prises de vue sur des oiseaux peu farouches.

 

Un peu plus loin, chaque flaque d'eau accueille un ou plusieurs oiseaux, ici un Pipit farlouse (Anthus pratensis) , là des Hirondelles rustiques (Hirundo rustica) , où encore des linottes, j'en verrais énormément sur l'île durant le séjour, une réserve d'eau sur remorque sert de perchoir à plus d'une centaine de moineaux, une partie s'envolera à mon approche, en restera plus d'une trentaine, surtout des juvéniles.

 

Le long d'une haie, je regarde une espèce de pouillot, alors qu'un ornitho me rejoint, le piaf passe de l'autre côté de la rangée de buissons pour disparaitre à ma vue, un pouillot, véloce probablement les photos ne sont pas top !

 

Avec mon nouveau compagnon du moment, nous retournons vers le port où celui-ci toujours dégagé nous offre le spectacle d'une canne colvert avec ces petits, ils sont à peine visible sur le fond de galets !

 

272Q6941cane-colvert-Lampaul.jpg

Puis c'est le retour vers l'auberge de jeunesse où j'ai ma chambre !

 

Je contacte Yvon qui fait un rapide déplacement pour me rencontrer et après des présentations, une petite discussion s'installe, mais notre ami doit finir « sa » cuisine pour le lendemain, il trimbale un petit parfum curieux que je ne reconnais pas, devant mon air inquisiteur, il me précise avant la question que c'est l'odeur du « tcheum », (lire chum !) qu'il doit le finir avant d'aller à la douche !

Le repas du soir est pris tranquillement, puis c'est le temps du dormage, mais là, une charrette de personnes se comporte comme si elles étaient seules en plein désert ou pire sur un marché le jour de foire, les portes claquent, les gens s'interpellent d'un bout du couloir à l'autre, jusqu'à une heure du matin environ, mais je finis par rejoindre Morphée tout de même.

 



20/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres