Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Marouette poussin (Porzana parva)

Autres rallidés du site : Râle d’eau Rallus aquaticus ,  Gallinule poule d’eau Gallinula chloropus , Foulque macroule Fulica atra , Foulque caronculée Fulica cristata , Marouette ponctuée Porzana porzanaTalève sultane  Porphyrio porphyrio , Foulque d'Amérique Fulica  americana.

  

  

Chez nos voisins : Little Crake, Kleines Sumpfhuhn, Polluela Bastarda, Klein waterhoen, Schiribilla.

  

  

Marouette poussin (Porzana parva)

  

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata 

  

Sous-embranchement : Vertebra 

  

Classe : Aves

  

Ordre : Gruiformes 

  

Famille :  Rallidae 

  

Genre : Porzana

  

Espèce : Parva

  

  

Scopoli : 1769

 

  

  

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Passage migratoire et visiteur estival en France.                                          

  

 

  

De 17 à 19 centimètres de longueur, pour une envergure située de 34 à 39 cm et accusant  un poids d’à peine  35 à 72 grammes, c’est l’une des trois espèces de marouette visibles en France au cours de la migration ou de la saison de reproduction, en outre, son espérance de vie est d’environ six ans.
  
Cet oiseau pas trop furtif cherche des étendues d’eau comme les mares ou les petits réservoirs  avec une végétation de phragmites dense, ainsi que les zones marécageuses où elle peut se cacher rapidement.
On peut tout de même parfois l’observer, à découvert notamment sur les vasières en bord de roselière  où il pourra le cas échéant s’y réfugier en courant au sol.
  
Le dessus du plumage est brun cendré clairsemé de traces noires et ponctué de tache blanches, les côtés de la tête, le cou et le ventre sont gris bleu pour le mâle.
  
Les flancs à la hauteur des longues pattes jaunâtres, sont mouchetés de blanc et  les sous caudales quant à elles,  sont barrées de noir et blanc.

  
l’œil rouge, donne un aspect sévère à l’oiseau, son bec est jaunâtre pâle, avec du rouge à la base  et, est plus long et plus pointu que celui de sa grande cousine ponctuée.

  

272Q3231 Marouette poussin.jpg  
Pour l'identification, la taille du bec sa forme et  sa couleur, sont des alliés importants car les risque de confusion avec la Marouette de Baillon (Porzana pusilla) sont assez importants même chez des observateurs avertis.

  
En revanche, l’observation des ailes qui ne dépassent pas le bout de la queue chez la « Baillon », est l’un des meilleurs critères diagnostiques, en effet celle-ci dépassent ou égalisent le bout de la queue au minimum de leurs longueur chez la « poussin ».

  
C’est un migrateur sur de grandes distances même si comme la plupart des rallidés, il n’a pas la morphologie adaptée pour les longs parcours, ses quartiers d’hiver sont tout de même, situés en Afrique tropicale.
  
La migration de ce rallidé, se faisant de nuit comme pour ses cousines, il n'est vraiment  pas aisé de se livrer à des comptages sans être un spécialiste chevronné.
  
Ce n’est pas une espèce grégaire, elle possède une vie solitaire voir en couple dès le mois d’avril pour la saison de reproduction, vers le début de mai, les couples se forment et le nid est construit par les deux conjoints sur  les restes de racines de roseaux qui forment un genre de  petites mottes avec des herbes sèches ou de petites feuilles.

  
Les œufs sont pondus évidemment  par la femelle, de six à huit, dont l’incubation dure 21 jours environ s’il n’est pas trop tard dans la saison, le couple pourra entreprendre une seconde nichée.

  
C’est une espèce dite nidifuge, la croissance des poussins est assez rapide et leur autonomie également, à peine le duvet de naissance, est-il sec, qu’ils sont aptes à se déplacer hors du nid, il ne leur faut pas 24h pour pouvoir se nourrir seul même si leurs deux parents leur apportent encore de la nourriture, ils seront volants au terme de 50 jours environ.

    
Le régime alimentaire de cette espèce est constitué d’insectes aquatiques comme les libellules, larves, chenilles, ainsi que d’autres bestioles, nymphes des eaux, mais aussi de petits mollusques, de graines de plantes aquatiques.

    
Comme tous les oiseaux inféodés aux milieux aquatiques, cette espèce assez discrète, souffre de la dégradation continuelle des zones humides de la chasse et du dérangement durant la période de nidification.
  

  
Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.
  

    
Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.
  
   

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

    

 

   

Recherches plus faciles



20/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres