Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus)

Autres gravelots : Grand gravelot Charadrius hiaticula , Petit gravelot Charadrius dubius  , Gravelot kildir  Charadrius vociferus , Gravelot de Leschenault Charadrius leschenaultii.

 

  

Autres  limicoles : ←

 

 

Chez nos voisins : Kentish Plover, Seeregenpfeifer, Chorlitejo Patinegro, Strandplevier, Fratino.

   

   

Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus)

   

Règne : Animalia 

   

Embranchement : Chordata 

   

Sous-embranchement : Vertebra 

   

Classe : Aves

   

Ordre : Charadriiformes

   

Famille : Charadriidae

   

Genre : Charadrius

   

Espèce : Alexandrinus

   

   

Linnaeus : 1758

   

   

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

   

   

De 15 à 17 centimètres de longueur pour une envergure située entre 42 et 45 cm et accusant un poids compris de 40 à 60 grammes, selon le lieu et le moment de l’année, cette espèce de gravelot possède en outre une espérance de vie d’environ 10 ans.

   

En plumage nuptial, le mâle a le dessus des  rectrices, les rémiges, le manteau, gris cendré, sur le devant  le collier noir qui va d’une épaule à l’autre,  démontre une franche interruption au niveau de la poitrine, les sous caudales, les sous alaires, le ventre et enfin  la poitrine, sont blancs.

   

En outre le cou porte un collier complet, circulaire entre la tête et le corps également blanc, la petite marque juste au-dessus du bec, s’allongeant vers l’arrière au-delà de l’œil est également de cette couleur avec une petite tache noire juste sur le front, la calotte et comme le dos brun cendré parfois avec des coloris tirants sur le roux et pour finir le tableau, une ligne plus ou moins large part du bec et se prolonge en passant par l’œil pour finir en trait sourciller et s’élargissant un peu dans la zone parotique.

   

    IMG_2493 Gravelot à collier interronpu.JPG

   

Le bec est petit et  noir, les pattes sont quant à elles brunes foncées, ce qui  permet à l’observation de le différencier aisément d’un juvénile de son grand cousin qui lui, a les pattes jaunes et une bande alaire visible, elle en vol aidera à la détermination avec son petit cousin qui  en est quasiment dépourvu.

   

Cet habitant du littoral et un migrateur à migrateur partiel, mais il peut également être sédentaire dans certaines parties de son aire de répartition, son vol est réellement vif et quand il est au sol sur la plage ou dans les vasières, il serait plutôt considéré comme nerveux dans ses mouvements.

   

Cet échassier miniature est un nicheur plutôt rare en France, de la mi-avril à la fin juin, dans une cuvette sommaire voir même au simple contact des galets, la femelle dépose trois œufs dont l’incubation assurée par les deux futurs parents, dure de 24 à 28 jours, les petits nidifuges prennent leur premier essor de 25 à 30 jours plus tard, il n’est pas rare qu’il y est une seconde ponte.

   

Comme indiqué plus haut, la reproduction de cette espèce en France est considérée comme rare, la principale cause de l’échec de la nidification en est bien sûr, les dérangements de toutes sortes, causées par le genre  humain.

   

Car malgré la mise en place de zones protégées, crées par des communes de la côte, notamment en Bretagne, mais également ailleurs, certaines personnes se croies intelligemment obligées de lâcher leurs chiens ou de venir faire du bruit volontairement juste là et sur la période  de reproduction, pensant que ce bout de terre ne leur appartient qu’à elles seuls !

   

Ce genre d’habitudes indignes,  est une des raisons principales du déclin de cette charmante espèce de limicole en Europe.

   

Le régime alimentaire de ce petit limicole est essentiellement basé sur quelques variétés d’invertébrés dont il dépense une bonne partie de la journée à collecter sa pitance sur les vasières de préférence.

   

A noter que comme ses petits et grands cousins, cette espèce polytypique se décline également en trois sous-espèces sur son aire de répartition, à savoir : la nominale Charadrius alexandrinus alexandrinus par  Linnaeus en 1758, puis Charadrius alexandrinus dealbatus par Swinhoe en 1870 et enfin, Charadrius alexandrinus seebohmi par  Hartert et Jackson en 1915.

   

Le site Wikipédia, mondialement connu, présente cette espèce sous l’appellation de : Pluvier gravelot à collier interrompu, avec le même nom binominal.

   

   

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

   

    

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net   où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

   

   

Recherches plus faciles



23/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres