Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Cormoran pygmée Phalacrocorax pygmaeus

Autres cormorans  du site : Grand cormoran Phalacrocorax carbo , Cormoran Huppé  Phalacrocorax aristotelis Anhinga d'Amérique Anhinga anhinga , Cormoran à aigrettes Phalacrocorax auritus , Cormoran vigua Phalacrocorax brasilianus.

 

 

Chez nos voisins : European Shag, Krähenscharbe, Cormorán Moñudo, Kuifaalscholver, Marangone dal ciuffo

 

 

Cormoran pygmée  (Phalacrocorax pygmaeus)

 

Règne : Animalia 

 

Embranchement : Chordata 

 

Sous-embranchement : Vertebra 

 

Classe : Aves

 

Ordre : Suliformes

 

Famille : Phalacrocoracidae

 

Genre : Phalacrocorax

 

Espèce : Pygmaeus

 

 

Pallas : 1773

  

  

J F M A M J J A S O N D

Rare en France

  

  

Avec ses 45 à 50 cm de longueur, son envergure située entre  80 et 90 cm,  accusant un poids compris de  550 à 850 g, c’est lui le petit poucet de l’ensemble de la famille  Phalacrocorax.

 

Il est même inférieur en taille à celle, du  Canard colvert (Anas platyrhynchos) , c’est dire s’il est petit !

 

Le plumage semble noir uniforme à bonne distance, il n’en est rien, à y regarder de plus près, la tête et le cou, sont légèrement moins brun-foncé dans cette gamme de couleur, voir même légèrement roussâtre chez quelques spécimens.

 

 IMG_7613.JPG

 

Certains individus, ont des taches grises  sur le ventre et la poitrine, le bec noir avec l’extrémité un peu crochue est de petite taille par contre la queue semble longue, ses pattes palmées ne le gênent pas pour se poser dans les arbres.

 

Il n’y a pas de signe de dimorphisme sexuel chez cette espèce, le mâle et la femelle sont en tous points identiques.

 

C’est une espèce grégaire et de ce fait, elle niche en colonie parfois mixte qu’elle partage avec d’autres espèces de cormorans, notamment le « grand », des ardéidés comme les aigrettes ou encore de petits ibis et spatules.

 

Dès le mois d’avril, la femelle dépose dans son nid construit dans un bouquet d’arbres ou dans une roselière de quatre à six œufs dont l’incubation dure de 27 à 30 jours, les jeunes  totalement nidicole, prennent leur premier essor vers l’âge de 70 jours environ, mais restent au sein de la colonie.

 

Cette espèce est considérée comme vulnérable et, elle est classée dans les « quasi menacées » même si son aire de répartition est étendue.

 

En effet, comme les autres oiseaux assujettis au milieu aquatique, elle est sensible à la dégradation de son biotope.

 

l’humain, encore une fois est souvent le grand responsable, soit par la pollution qu’il génère, l’abatage des arbres en zone humide et bien sûr le dérangement plus ou moins volontaire, durant la période de nidification.

 

Pourtant, il est présent sur les estuaires de l’Euphrate et du tigre en Irak, les zones humides autour des  mers, Noire et caspienne, sur le pourtour immédiat de l’adriatique, les grands deltas comme celui du ou du Danube, c’est  sur ce dernier lieu que j’ai eu la chance de pouvoir l’observer pendant mon voyage en Roumanie en mai 2010, soit perché ou au cours de pêches collectives.

 

Le fait que cet oiseau soit classé dans une situation dite  vulnérable, vient de l’implantation d’une partie de son aire de répartition en effet, plus de la moitié des effectifs de cette espèce soit centrée sur une partie des Balkans ou son  environnement souffre le plus.

 

Comme un bon nombre d’espèces de cormorans, celle-ci possède un régime uniquement piscivore et, il est redoutable de précision dans ce style de pêche en groupe, le standard de ses proies, avoisine les dix centimètres de long.

 

Ses déplacements, aériens sont fait d’un vol battu rapide en alternance avec de courts vols planés, peut être pour s’économiser, le cou ne semble pas tendu comme chez d'autres cormorans  quand il est dans les airs.

 

De temps à autre, mais assez rarement tout de même, on peut voir un individu isolé venir faire un tour en France  comme par exemple en 2007 en Haute-Vienne ce qui reste un événement intéressant.

  

  

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Vulnérable.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

  

Recherches plus faciles ←



24/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 86 autres membres