Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Colibri d'Anna (Calypte anna)

Autres colibris du site : Ariane vert-doré Amazilia leucogaster , Campyloptère à ventre gris Campylopterus largipennis , Colibri tout-vert Polytmus theresiae , Coquette huppe-col Lophornis ornatus , Dryade à queue fourchue Thalurania furcata , Ermite de Bourcier Phaethornis bourcieri , Ermite roussâtre Phaethornis ruber , Saphir à oreilles blanches Basilinna leucotis .

   

   

Chez nos voisins : Anna’s Hummingbird , Annakolibri,  Colibrí de Ana, Anna-kolibrie, Colibri di Anna.

   

   

Colibri d'Anna (Calypte anna)

   

Règne : Animalia 

   

Embranchement : Chordata 

   

Sous-embranchement : Vertebra 

   

Classe : Aves

   

Ordre : Apodiformes

   

Famille : Trochilidae

   

Genre : Calypte

   

Espèce : Grilleanna

   

   

Lesson : 1829

   

   

  J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Passereau  américain Jamais vu en France
   

   

De 10 à 11 centimètres de longueur pour une envergure d’environ 12cm et affichant  un poids situé entre trois et six grammes, en outre son espérance de vie est estimée à huit ans.

   

Ce minuscule oiseau possède pour le mâle en phase nuptiale la quasi-totalité de la tête rose rubis iridescent, y compris la gorge et la nuque.

   

Une marque blanche apparaît derrière l’œil sous la partie rubis, le haut du ventre semble grisâtre ocellé pour se dégrader en vert jade foncé, sous certains angles d’observation, le rouge rubis de la tête apparaît comme noir.

    

272Q4924 Colibri d'anna.jpg  

Les flancs, les scapulaires, le manteau, le dos et le croupion arbore une jolie couleur vert bronze iridescente.

l’ensemble des plumes du dessus de l’aile sont gris foncé ainsi que le dessous de la queue, les sous caudales, quant à elles sont blanches avec la pointe grise.

   

La femelle ne présente pas la même parure, tout au plus quelques mouchetures rose sur la gorge, les jeunes lui ressemblent.

   

Le bec comme une épée, est fin, long et noir, parfaitement adapté pour aller chercher le nectar au centre des fleurs, ou le sirop sucré mis à sa disposition durant l’hiver par les humains.

   

Cet oiseau qui entre vulgairement dans la catégorie  des oiseaux-mouches, est une merveille de l’évolution à plus d’un titre, en effet il est capable de faire du vol stationnaire bien sûr mais également en arrière, de voler à des vitesses vertigineuses de monter et descendre à un rythme effréné durant plusieurs minutes.

   

Cette superbe espèce est la seule en Amérique du nord  avec la tête entièrement rose rubis, compte tenue du pays, elle est assez localisée du côté Ouest des USA, de la Colombie-Britannique au Canada jusqu’au Mexique et elle hiverne sur à peu près la même zone y compris le sud de l’Alaska et la partie ouest du Texas.

   

C’est en virevoltant d’une fleur à l’autre que ce sympathique colibri se nourri, à l’aide de son bec et de sa langue extensible pour sucer le nectar, parfaitement conçu pour les fleurs tubulaires et les abreuvoirs  mis à sa disposition.

   

Cette espèce territoriale ne supporte pas ses congénères pour la période de reproduction, la parade nuptiale et réellement un enchantement  pour le temps qu’elle dure.

   

Le couple formé un nid en forme de coupelle constitué des matériaux les plus fins et reliés entres avec de la toile d’araignée pour la base et agrémenté de parties plus douces pour l’intérieur.

   

Le nid en danger, la femelle le défend avec vigueur et vivacité conte-tenu de sa taille, elle y pond et couve deux œufs blancs dont l’incubation s’étend de 14 à 19 jours.

   

Cinq jours après leur naissance, les petits ouvrent les yeux un jour plus tard, ils seront couverts de duvet et resteront au nid environ vingt jours supplémentaires.

   

Après leur premier essor, ils resteront dépendant environ deux semaines, puis très rapidement, ils trouveront un territoire pour se nourrir, ils seront matures au terme d’un an.

   

Leurs parents pourront  entamer une seconde couvée  comme chaque année en tentant d’échapper au Rapaces, corvidés et chat domestiques quand ils nichent dans les zones urbaines.

   

Le régime alimentaire de cette espèce est bien sûr constitué de nectar,  mais également de micros insectes et de petites araignées, la sève de certains arbres et les abreuvoirs fournis par les humains complètent l’ensemble des besoins.

   

Le fait d’aller puiser le nectar au fond des corolles, aide à la pollinisation des fleurs visitées de la même manière que les insectes

Cette espèce mono-typique, semble en voie d’expansion notamment au contact de l’homme qu’elle tolère assez bien.

   

   

Son statut de conservation à l'UICN est jugé : Préoccupation mineure.

   

   

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net   où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

   

   

Recherches plus faciles



12/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres