Oiseaux-balades

Oiseaux-balades

Bihoreau gris Nycticorax nycticorax

Autres hérons du site : Butor étoilé Botaurus stellaris ,  Blongios nain   Ixobrychus minutus Héron garde-bœufs Bubulcus ibis , Crabier chevelu Ardeola ralloides , Aigrette garzette  Egretta garzetta , Grande Aigrette Casmerodius albus , Héron cendré Ardea cinerea , Héron pourpré Ardea purpurea , Héron vert Butorides virescens , Aigrette tricolore Egretta tricolor, Aigrette bleue Egretta caerulea , Aigrette neigeuse Egretta thula , Grand héron Ardea herodias , Héron agami  Agamia agami , Héron strié Butorides striataHéron cocoi Ardea cocoi .

  

  

Chez nos voisins : Night Heron, Nachtreiher    Martinete Común, Kwak, Nitticora.  

  

   

Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax)

  

Règne : Animalia 

  

Embranchement : Chordata 

  

Sous-embranchement : Vertebra

  

Classe : Aves

  

Ordre : Ciconiiformes 

  

Famille : Ardéidés

  

Genre : Nycticorax

  

Espèce : Nycticorax

  

  

Linnaeus : 1758

    

    

   J F M A M J J A S O N D

Présent à l'année et reproducteur en France

  

  

De 58 à 65 centimètres  de longueur, pour une envergure située de 90 à 100 cm et accusant un poids compris entre  730 et 1015 gramme.

 

Le bihoreau est un héron de petites tailles, en outre, il possède une durée de vie d’environ 20 ans.

 

Les adultes, sont à trois couleurs. Le front, le vertex, la nuque et le manteau, sont noirs mat, l’ensemble du dessus des ailes ainsi que le croupion et les rectrices, sont gris-perle.

 

Une petite zone au-dessus du bec, les parotiques, la gorge, la poitrine et le ventre, sont blancs.

 

 big_photo_395730_7295058_2010040855125361.jpg

 

Ses pattes sont jaunes, au vol, elles dépassent de la queue, l’iris est orange vif, le bec noir et petit,  est tout de même puissant pour finaliser le tableau, en période de reproduction, les adultes possèdent de longues et fines  plumes en arrière de la tête.

 

En ce qui concerne l’immature, le plumage est nettement moins coloré, puisqu’il est brun-gris, tacheté de sable. Du coin de l’œil et presque toute la partie inférieure du bec est jaune délavé, enfin, l’iris est orange passé.

 

La période de reproduction est comprise entre les mois d’avril et d’août, cette espèce niche en colonie parfois mixte du fait de son caractère grégaire.

 

Le mâle élabore un premier jet pour le nid fait de morceaux de petites branches, pour tenter d’attirer la femelle, si l’affaire est conclue, c’est elle qui finira l’installation destinée à recevoir la future nichée.

 

La ponte et de trois à cinq œufs, dont l’incubation incombant aux deux futurs parents, coure sur 24 à 26 jours avec un intervalle de deux jours.

 

Les petits quitteront le nid au terme de trois semaines, restant dans l’environ immédiat  les premiers temps où les parents viennent les nourrir par régurgitation.

 

C’est un migrateur partiel, mais il sédentarise un peu partout. Il est présent dans plusieurs régions  en France y compris en Corse, sauf en haute montagne.

 

Ce petit héron blanc, gris et noir et souvent observé, perché dans les arbres en journée la tête enfoncée dans les épaules ce qui lui donne un aspect trapu.

 

L’une des photos, prises en digiscopie avec un mauvais réglage de la bague de liaison fait apparaître une ombre noire sur les pourtours de la photo, ce défaut s'appelle le vignetage, mais cela peut parfois apporter une touche artistique.

 

Bien qu'une distance de plus de 50 mètres nous sépare et que l'oiseau ne sache pas que je sois sous affût, on pourrait croire qu'il me regarde, magie de la digiscopie !

 

L’oiseau   en action de pêche est un juvénile, le plumage brunâtre est moucheté de grosses tâches blanches, comme tous les oiseaux, il passe de longues heures à entretenir son plumage, un oiseau en bonne santé, à d'abord un plumage correctement entretenu.

 

Il arrive que l'on puisse le rencontrer en sous bois près d'une prairie humide.

 

Normalement, ce héron possède des habitudes plutôt nocturnes et reste discret en journée sauf aux abords de la héronnière qui reste toujours bruyante, il émet un cri qui ressemble à un croassement et  monsieur Buffon écrivait que les naturalistes de son temps avaient surnommés cet oiseau aux mœurs plutôt crépusculaires  "   le corbeau de nuit", d’ailleurs, le nom «  nycticorax » veux dire en latin : corneille nocturne.

 

Du fait de la dégradation, voir même disparition des zones humides, ainsi que du dérangement, cette espèce comme bien d’autres est en forte régression dans toute l’Europe, mais, son aire de répartition est si vaste, que l’espèce n’est pas menacée.

  

  

Son  statut de conservation à l’UICN est jugé : Préoccupation mineure.

  

  

Pour une fiche plus détaillée de cette espèce, rendez-vous sur  Oiseaux.net où une équipe fait un travail formidable de description sur des photos offertes par des bénévoles pour le plaisir de tous.

  

 

  

Recherches plus faciles



25/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 92 autres membres